Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un début difficile [Eirnol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romeo Stevenson
Cœur perdu
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Un début difficile [Eirnol]   Dim 4 Nov - 2:52

Le noir complet. Romeo avait reçu un violent coup à l'arrière du crâne. Tout était devenu trouble, autour de lui, avant de s'évanouir dans l'obscurité... Après une perte de connaissance qui dura un temps indéterminé, le jeune vampire entendit des voix autour de lui... Des voix d'hommes, graves ou grinçantes... Et lorsqu'il ouvrit les yeux, ce fut sur un visage aux traits tordus, le visage barbu d'un homme à l'air sévère, voire méchant...

"Eh, il est réveillé, le p'tit monstre..." grogna l'homme.

Alors que le décor, peu à peu, devenait net autour de lui, Romeo remarqua qu'il était assis, appuyé contre une paroi rigide... Et cinq hommes l'entouraient... Et chacun affichait une expression à peu près semblable, une expression que le jeune reconnut comme une sorte d'avidité... Etait-ce lui, l'objet de cette envie apparente ? Il reprenait lentement ses esprits... Le gaillard penché vers lui l'attrapa par la gorge et le força à se redresser. Romeo poussa un gémissement de douleur...


"J'te fais mal, hein ? Tu vas voir c'que c'est d'avoir mal !" mugit la grosse brute, les yeux exhorbités.

Il le plaqua alors violemment contre le mur de pierre brute et sortit un long conteau. Les autres ricanèrent et l'encouragèrent... Le vampire n'avait pas la force de se débattre, de résister... La lame froide lui effleura la joue, l'entailant légèrement... Romeo sentit son coeur s'emballer... Qu'allait-il subir ? Sa question muette eut une réponse :


"Tu vas descendre dans la mine... Les gars comme toi, ça doit bosser... Mais avant on va t'préparer..."

La panique montait en lui. Le couteau quitta son visage. Lame vers le bas, il entra dans le débardeur noir du jeune et un coup sec dévoila son torse blanc et imberbe. Son bourreau arracha ce qu'il restait du vêtement et le jeta... Romeo frissonna et tenta de se dégager et de fuir, mais l'homme lui envoya un coup de pied dans le genou, le faisant trébucher aux pieds d'un autre. Ce dernier le prit par les cheveux et l'obligea à se mettre debout.

"T'es bien belle, ma mignonne." couina-t-il, avant de ricaner.

Inconsciemment, Romeo déclencha son pouvoir. L'homme fut projeté en arrière et s'écrasa sur le dos un peu plus loin. Le premier gaillard attrapa alors le vampire par derrière et l'immobilisa.


"On va t'punir. Le fouet !"

Un type de petite taille, une expression démente sur le visage, entra dans le champ de vision de l'ado. Il tenait un fouet. Qu'il leva et abattit. Un cri déchira le silence de la nuit... Jamais Romeo n'avait ressenti une telle douleur... C'était comme si on l'avait ouvert pour atteindre ses côtes... Et cela recommença. Le cri fut plus perçant, la souffrance plus grande encore...

"T'as mal hein ? T'as mal ?"

Les gars se marrèrent, et celui qui tenait le vampire le relâcha... La victime tomba à genoux et regarda son torse... Deux lignes de sang traçaient une haute croix... Il sentit qu'il allait perdre conscience une nouvelle fois... Il entendit derrière lui s'élever, encore, cette voix grave, grognante :

"Maintenant, à nous de profiter..."

"Non... non..." gémit Romeo...

Il savait, il savait ce qui allait se passer... Il s'en était douté lorsque son haut lui avait été enlevé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Dim 4 Nov - 19:07

Les lumières étaient allumées dans le bureau du directeur. Depuis quelques semaines, il avait pris l'habitude d'arriver et de repartir en même temps que les Vampires puisqu'il amenait David à la mine. L'ambiance entre les deux hommes était toujours conflictuelle, mais Eirnol s'en moquait. Il avait pris un Vampire pour faire bonne figure, pour envoyer travailler l'une de ses possessions et montrer ainsi que Muileata était sûr… Mais finalement, elle ne s'était pas montrée si sûre que ça puisque, quelques semaines plus tôt, le jour même où il avait acheté sa Falmari, il y avait eu un accident. Une portion du plafond s'était écroulée et un grand nombre de Vampires avaient été blessés. Dans l'après-midi, tous les rapports sur l'accident lui étaient arrivés en même temps et quand le soleil s'était couché, il avait fait savoir à David qu'il devrait rentrer par le bus comme la plus part des autres car lui en avait encore pour un moment.

Eirnol était donc à son bureau en train de lire et corriger les comptes rendus des différentes équipes en vue d'y apposer sa signature et de les archiver quand il entendit un cri déchirant qui venait de l'autre côté du bâtiment, du côté de l'entrée de la Mine. Alerté, le directeur des lieux se précipita, armé de son revolver, vers le hall pour savoir ce qu'il se passait. Il se rendit vite compte que ça venait de l'extérieur et s'approcha des vitres. C'est alors qu'il les vit. Six hommes dont un était immobilisé, face contre le mur, à moitié dénudé. Le pantalon de la victime avait été descendu, comme arraché. Deux hommes le maintenaient immobile, un autre avait un fouet, prêt à en faire usage et aux vues de la trace qui sillait le dos nu, il avait déjà été utilisé. Et un autre des hommes était en train de sortir son attirail alors que celui entre leurs mains était en train de demander grâce.

Cette vision rappela à Eirnol les fois où son père avait abusé de lui. Il déglutit difficilement, sentant une violente haine monter dans son esprit. Il connaissait ces hommes. Trois d'entre eux étaient des chasseurs pour la mine et les deux autres étaient des gardiens de nuit. Voilà donc ce qu'ils faisaient de ceux qu'ils retrouvaient, voilà comment ils les "dressaient" avant de les vendre… Le jeune homme ne put supporter ce spectacle, il était hors de question qu'il laisse faire. Il prit le temps de se calmer, de reprendre ses esprits. Ces hommes étaient ses employés, il ne devait pas montrer que cette vision le touchait à ce point. Lentement, il rangea son arme et alors que le membre tendu du premier violeur commençait à s'immiscer entre les fesses du prisonnier, il entra en action. Il sortit brusquement des locaux, ouvrant les portes à grands bruits, et sa voix s'éleva dans les airs:

"Puis-je savoir ce que vous faites, Messieurs ? Est-ce à ça que je vous paie ?"

Il y eu un grand silence, comme une hésitation chez eux. Eirnol Von Heizt était un homme assez doux dans le quotidien, mais intransigeant dans le monde professionnel. Il s'avança entre les hommes et arriva jusqu'à leur prisonnier. C'était, comme il s'en était douté, un Vampire, mais il semblait terriblement jeune. Il renvoya froidement les veilleurs de nuits à leurs postes en les prévenants, ils allaient entendre parler de lui sous peu, puis il se tourna vers les chasseurs qu'il interrogea. Il apprit donc qu'ils étaient tombés sur lui par hasard et lui racontèrent que le Vampire s'était débattu et que c'était la raison pour laquelle ils avaient décidé de le punir. Eirnol les fit taire, il ne voulait pas vraiment entendre les détails. Il avait enlevé sa veste pour la poser sur les épaules du jeune homme et avec aperçu les traces de fouet sur son torse. Les chasseurs ignoraient qui était le Vampire. Celui-ci avait soit disant refusé de donner son nom. Finalement, Eirnol paya les chasseurs et, prenant le garçon par les épaules, l'entraîna à l'intérieur. Il mena l'adolescent dans une réserve de vêtements et lui donna un uniforme de la mine.

"C'est pas vraiment le mieux, mais c'est tout ce que j'ai. Quel est ton nom, jeune homme ? Qui est ton maître ?"

Depuis longtemps, il ne naissait plus de Vampires libres, ils étaient tous esclaves d'un Humain. Les êtres de la nuit ramassés par les chasseurs étaient donc tous des fugueurs. De plus, la mine étant généralement leur lieu de travail, c'était là qu'on trouvait le registre des naissances et des morts de cette race. Avec le nom complet du garçon, Eirnol serait capable de tout connaître de lui. Il pourrait alors aviser sur ce qu'il était bon de faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo Stevenson
Cœur perdu
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Dim 4 Nov - 21:11

Après un nouveau coup de fouet, cette fois dans le dos, arracha une nouvelle plainte déchirant à Romeo... Un des hommes qui n'avait encore rien fait jusque là l'attrapa alors, lui immobilisant les bras en se plaçant dans son dos. Celui armé du couteau s'avança. On aurait pu penser à un gourmand s'apprêtant à découper une énorme gâteau au chocolat... La lame glissa à l'intérieur du pantalon... Un coup plus sec que celui qui avait arraché le débardeur fut donné, ouvrant largement le vêtement... Et celui-ci descendit le long des jambes blanches et imberbes du jeune vampire...

"Non... Non..." continuait-il de gémir.

Mais ses tortionnaires n'y prêtaient aucune attention... Celui qui tenait Romeo le retourna et le pencha en avant, de façon à ce qu'il offre au premier type son postérieur pâle... Le vampire avait fermé les yeux. Il ne pouvait plus bouger. Il aurait pu se débattre, mais une force inconsciente, autre que celui qui le maintenant, l'immobilisait... Il mit quelques secondes à découvrir que c'était... la peur. Il avait peur. Les seuls contacts depuis son frère, ç'avait été ses dents plantées dans la chair des Falmaris...

Il retint son souffle lorsqu'il sentit s'imiscer entre ses fesses ce qu'il devina comme étant le sexe de l'un de ses bourreaux... Cela allait commencer... Il ne voulait pas... Mais il n'avait même pas la force, le courage, de protester... Soudain, un bruit, comme une porte ouverte brusquement, retentit non loin du groupe... Romeo avait rouvert les yeux et sa respiration était saccadée... Une voix inconnue, celle d'un homme, s'éleva... Et le vampire fut lâché... Il tomba à genoux, appuyé sur ses mains... Et se redressa rapidement pour tenter, avec ce qu'il restait de son pantalon, de se cacher... Il leva alors les yeux vers le nouvel arrivant... Le propriétaire... C'était un beau jeune homme...

Les quelques paroles échangèrent parurent lointaines à Romeo qui avait de nouveau baissé la tête. Même si l'agression n'était pas allée à son terme, il se sentait tout de même souillé... Avec son frère, il avait toujours été consentant... Là, il aurait préféré mourir que de subir les attouchements, et même pire, de ces horribles individus... Celui qui l'avait sauvé congédia alors ses employés et aida Romeo à se relever, en le prenant par les épaules. Le vampire serrait contre lui d'une main la veste généreusement prêtée par cet homme. L'autre main tentait de maintenir le pantalon, largement ouvert.

Ils entrèrent tous deux dans la mine, puis dans ce qui semblait être une réserve d'uniformes. L'un deux lui fut remis. Mais il ne s'en vêtit pas immédiatement. Il avait la tête encore plein des évènements vécus à l'extérieur... Il était encore sous les effets de cette peur qui l'avait paralysé... Le directeur lui posa alors deux questions... Son nom... Son maître... Romeo hésita, ne répondit pas. Il enleva la veste et la rendit à son propriétaire, sans un mot. Puis il prit l'uniforme, le déplia, et l'observa... Ca pourrait lui aller... Il jeta un oeil au maître des lieux puis ôta les restes de son pantalon, avant d'enfiler le vêtement de rechange.


"Romeo..." murmura-t-il...

Cela ne suffirait pas... Il ajouta, toujours aussi bas :


"Stevenson..."

Si quelqu'un d'autre avait été présent dans la pièce, seul son interlocuteur aurait pu saisir quelque chose...

"Je... je n'ai... pas de maître..."

Le jeune vampire s'assit et enfouit son visage dans ses mains. Il sentait qu'il avait besoin de sang, mais ça n'était pas le moment... Il n'y avait sûrement pas de Falmaris à proximité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Mer 21 Nov - 0:56

Le Vampire avait suivi Eirnol sans penser à résister et il lui donna son nom dès qu'il lui demanda… Comment donc avaient agis les chasseurs ? Ce garçon ne semblait pas être agressif. Par contre la deuxième réponse dérangea un peu plus le propriétaire des lieux… "Pas de maître"… C'était une chose impossible. Pourtant, il ne dit rien et, alors que le Vampire s'habillait, il fit une recherche rapide sur son ordinateur. Il trouva rapidement Stevensen Roméo et chercha son maître. Cela faisait cinq ans que le Vampire avait fugué et entre temps son maître officiel, qui ne l'avait jamais vraiment cherché, était décédé. Celui qui aurait dû hériter du Vampire ignorait jusqu'à son existence. Ce Vampire n'avait réellement plus de Maître. Mais, bien sûr, Eirnol savait qu'il ne pourrait pas redonner sa liberté à cet adolescent. Soit il l'emmenait au caveau pour qu'il y soit vendu soit… Non, la deuxième hypothèse n'était pas possible. Il compléta sa recherche et son visage devint terriblement triste. Le jeune Humain savait que, du temps de son père, la mine n'était pas toujours sûre… mais il ne pensait pas que le sort pouvait s'acharner sur quelqu'un de cette façon. Muileata avait pris à ce garçon presque toute sa famille. Il posa un regard plein de compassion sur le Vampire qui semblait souffrir terriblement.

"Roméo… Tu n'as effectivement plus de Maître, mais… La loi ne permet pas que les Vampires soient libres. Je vais… Il va falloir que tu ais un maître. Je vais t'emmener dans la ville basse, Roméo."

Lentement, il se leva et contourna son bureau pour s'approcher du jeune homme. Il passa doucement sa mains dans ses cheveux. Ce garçon, bien qu'il n'était plus un enfant, avait l'air tellement perdu. Eirnol avait toujours détesté son père, il l'avait toujours haït pour ce qu'il était et pour ce qu'il faisait et une fois encore il avait une raison de détester cet homme. Et pourtant, maintenant que la mine lui appartenait, il culpabilisait aussi qu'elle ait pris la famille du jeune homme. Il dit alors:

"Je suis le directeur de la mine, Roméo. Si tu as un nouveau Maître, il est possible que nous nous revoyons prochainement quand tu descendras dans les galeries mais… Si cela peut changer quelque chose pour toi… Saches que depuis que j'en ai repris la direction, Muileata est plus sûre."

Sans rien ajouter, il le fit se lever et le guida vers le parking mais quand ils passèrent devant un couloir, Eirnol s'arrêta et posa de nouveau ses yeux sur le Vampire. Il ne voulait pas qu'il soit obligé de descendre à la mine, de côtoyer continuellement cette mort qui avait emporté les siens… Seul un maître riche n'envoyait pas ses esclaves à la mine… Et même, certains riches le faisaient tout de même. L'idée prenait forme dans l'esprit de l'homme que, lui, préserverait ce garçon des galeries… Mais il ne savait pas si Sylvane accepterait un nouveau Vampire sur son toit… C'est au moment où il pensait à sa Falmari qu'il remarqua quelque chose qui le dérangeait sans qu'il puisse vraiment mettre le doigt dessus depuis un moment:

"Depuis combien de temps ne t'es-tu pas nourrir, Roméo ?"

Bien sûr, il y avait à la mine des Falmaris. Deux uniquement, mais ils étaient là pour les cas où un Vampire soit gravement blessé car leur sang permettait à ces créatures de se régénérer plus vite. Evidemment, Roméo n'aurait pas le droit de prendre plus qu'un gorgée car les Falmaris de Muileata n'était pas faits pour cet usage mais si le jeune homme était assoiffé, il valait certainement mieux qu'il se nourrisse un peu. Il lui désigna donc une salle adjacente au dortoir des Falmaris et était prêt à aller en réveiller un si le Vampire demandait à être nourri.

Il se doutait que l'adolescent devait être encore traumatisé par ce qu'il venait de vivre. Eirnol l'avait lui même vécu suffisamment longtemps pour savoir comment on se sentait après avoir été forcé par un autre. Il n'avait pas compté le nombre de fois où son père l'avait humilié, combien il s'était senti salle, comment il avait voulu se donner la mort, sa manière de s'accrocher et d'accepter cette souillure en échange de sa formation, parce qu'il savait qu'il hériterait de Muileata et serait son propre Maître. Oui, il savait à quel point on se sentait sale et meurtri après de tels actes et c'est parce qu'il ne le savait que trop bien qu'il s'en voulu de ne pas avoir proposé plus tôt au Vampire de se débarrasser de cela:

"Est-ce que tu veux prendre une douche, Roméo ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo Stevenson
Cœur perdu
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Mer 21 Nov - 17:10

Roméo restait immobile, la tête dans les mains. La peur était passée, mais à présent, le jeune vampire avait un besoin, celui de se nourrir... Il avait été pris avant d'avoir pu s'introduire chez un particulier. Il avait un autre besoin... Il se sentait presque souillé par ce qui s'était passé à l'extérieur... Il leva la tête lorsque l'homme lui adressa de nouveau la parole. Bien sûr, il n'avait pas de maître, il s'était enfui cinq ans plus tôt... La ville basse... Qu'il l'emmène là, peu lui importait... L'homme vint vers Roméo et posa sa main dans ses cheveux... Et il lui apprit qu'il était le directeur de la mine... Le vampire s'était toujours imaginé que celui qui dirigeait les lieux était cruel, fourbe, avide de richesses... Mais l'homme qui se tenait devant lui semblait n'être rien de tout ça...

La mine était sûre... Y ayant perdu sa famille, Roméo ne pouvait en être certain... Le directeur le fit se lever et le guida à travers des couloirs, jusqu'à ce qu'il s'arrête. Le jeune avait gardé la tête baissée durant le court trajet... Il avait besoin de sang... Et la question vint, comme si l'homme avait lu dans son esprit... Ou alors, il avait l'habitude et avait pu aisément deviné ce qui n'allait pas. Roméo ne répondit pas tout de suite... Combien de temps ? Une journée entière... Et chaque fois, la dose qu'il prenait était juste suffisante pour lui permettre de tenir jusqu'à la suivante...


"Trop longtemps..." murmura-t-il...

Les évènements de la nuit lui revenaient... Il allait encore entrer dans cette maison, le Falmari avait déjà reçu plusieurs de ses visites... Et là, ils étaient arrivés, les chasseurs de la mine... Il n'avait pas résisté, et cela l'avait conduit à manquer de se faire violer... Il sentait encore la souillure... Et les marques de fouet le faisaient souffrir... Pourquoi ne s'était-il pas enfui ? Le directeur, ensuite, après avoir désigné une pièce où il pourrait aller réveiller un Falmari, demanda à Roméo s'il désirait prendre une douche... Cette offre était plus que bienvenue...


"Oui... je... du sang... et... après..."

Il n'avait pas relevé la tête pour parler, ce qui pouvait rendre difficilement audibles ses paroles. Cependant, l'idée de fond avait dû être saisi... Et ile ne fit rien de plus pour se faire comprendre... Il avait perdu sa liberté, même s'il pouvait tirer des avantages de ce retour, et était tombé sur cet homme très sympathique... Pourtant, il se demandait si cela allait durer...

Il n'avait jamais subi de tels traitements, ceux reçus à l'extérieur, ne serait-ce que les coups de fouet... Comment pouvait-on prendre du plaisir à torturer quelqu'un, à jouer avec lui, à profiter de lui... Et on les appelait des êtres humains... Ils étaient certainement plus proche de l'animal que de l'homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Dim 25 Nov - 19:52

Le Vampire n'osait pas parler librement. Eirnol avait beaucoup de mal à imaginer qu'il se soit débattu comme les prétendaient les chasseurs. Même dans le silence des couloirs, les paroles de Roméo étaient basses, mais le message était passé. Oui, il avait besoin de se nourrir. Oui, il voulait se laver de cette souillure. Le jeune humain savait que la nuit était encore jeune. S'il voulait emmener le Vampire au caveau, il avait encore le temps. Il le guida donc vers l'infirmerie qui jouxtait les chambres des Falmaris de Muileata. Il le fit asseoir sur un petit lit de camp et lui demanda de rester là. Il aurait pu fermer la porte à clé pour ne pas prendre le risque que le jeune homme s'enfuie, mais il ne voulait pas. Il ne savait pas s'il valait mieux que Roméo trouve un nouveau Maître ou qu'il retourne à sa vie de cavale… Mais quelque chose lui disait que l'adolescent ne partirait pas.

Doucement, l'homme frappa à la porte des Falmaris et attendit d'entendre une réponse pour pénétrer dans la pièce. Il s'approcha de celui qui s'était réveillé, l'autre dormant encore à moitié et lui présenta la situation, lui expliquant qu'un Vampire avait été capturé et blessé, que ce Vampire avait besoin de se nourrir et lui assurant que peu de son sang lui serait pris. Le Falmari, un jeune homme d'un peu plus de 20 ans, se leva alors et devança Eirnol dans la salle de soins. Eirnol savait que les Falmaris de la mine étaient nés à l'élevage, ils n'avaient jamais connu la liberté, comme les Vampires qu'ils sauvaient. Ceux là étaient très calmes et doux. Ils savaient que leur sang n'était que peu requit par rapport à celui de leurs frères et considéraient les Vampires comme des victimes et non comme des prédateurs. Le directeur ferma la porte de la chambre derrière lui en en sortant, et observa le Falmari poser un genou à terre devant le Vampire assis et dégager son cou de ses cheveux, offrant sa gorge à la cruelle et douloureuse morsure des Vampires. Eirnol se força à parler pour donner une consigne cruelle au jeune garçon:

"Ne prends que le strict nécessaire, Roméo. Les Falmaris de Muileata ne sont pas là pour nourrir les Vampires mais pour les soigner. Tu seras nourrit au Caveau mais prend de quoi tenir la nuit et fermer tes plaies."

Comme à chaque fois qu'il était amené à assister à ce genre de scène, Eirnol détourna le regard, plongeant les yeux dans le noir de la nuit. Il connaissait la théorie expliquant cette absurdité, mais il n'arrivait pas à la regarder en face… Les Hommes avaient besoin de la Mine et lui plus que les autres. La Mine avait besoin des Vampires et les Vampires des Falmaris… Donc les Hommes avaient besoin des Falmaris. Ils devaient en faire leurs biens et les sacrifier aux Vampires pour s'assurer leur soumission et leur obéissance… Tout cela était si logique. Tout cela avait été ancré dans son cerveau jusqu'à devenir normal pour lui… Mais à chaque fois qu'il mettait la gorge d'un Falmari sous les dents d'un Vampire il doutait, il était terrifié… Et pourtant il savait que c'était ainsi que ça devait être… Il fut sortit de sa contemplation de l'extérieur quand le Falmari lui demanda la permission de se retirer. Par automatisme, il acquiesça et attendit d'être seul avec le Vampire avant de lui faire de nouveau face. Il résista à l'envie de lui demander si il allait mieux et se contenta de lui indiquer un autre porte qui menait à une petite salle de douche. Bougeant enfin de la fenêtre il sortit du savon et une serviette d'un placard et les donna au jeune Vampire.

"Normalement tes plaies devraient être en train de cicatriser. Si tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas à m'appeler… Mais je suppose que tu préfères être seul…"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo Stevenson
Cœur perdu
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Sam 1 Déc - 20:20

Le directeur emmena Romeo jusqu'à l'infirmerie et le fit asseoir sur un lit de camp. Le jeune vampire prit place et demeura immobile et silencieux. L'homme quitta la pièce pendant plusieurs minutes, mais l'ado, bien que la porte était restée ouverte, ne partit pas. S'il s'était enfui, où aurait-il pu aller ? Il se serait faire reprendre rapidement et aurait été puni après... Alors autant rester ici. Finalement, un Falmaris pénétra dans la salle, précédant le directeur. Il s'agenouilla devant Romeo et dégagea son cou. Le jeune vampire remarqua que l'homme détourna le regard. Et il mordit. Il ne prit, comme demandé, que le strict nécessaire. Mais il sentit que déjà, il retrouvait de la vigueur. Finalement, ses dents quittèrent la chair du Falmaris, qui se retira alors. Romeo prit une grande inspiration. Quel bonheur, ce sang frais... Les marques de fouet dans son dos et sur son torse, qui l'avait fait saigner, semblèrent se panser lentement.

Puis le directeur lui donna du savon et une serviette, en lui indiquant une salle de douche. Romeo ne répondit rien à l'offre de l'homme. Il avait déjà trop parlé... Il n'avait pas beaucoup prononcé de mots durant sa longue période de solitude, alors retrouver ainsi de la civilisation, il aurait besoin d'un nouveau temps d'adaptation. Le vampire pénétra dans la petite pièce, déposant le savon et la serviette sur le petit banc, et il se dévêtit de nouveau. Il y avait un miroir, sur le mur. Il observa quelques secondes les blessures superficielles, qui cicatrisaient déjà. Puis il se plaça sous la pomme de douche et alluma l'eau. Le jet brûlant le surprit tellement qu'il recula et manqua de tomber. Il avait laissé échapper un petit cri de douleur.

Il se retint de jurer et baissa la température. Et il resta là, sans même prendre le savon, face au mur. Cela faisait des années qu'il n'avait pas goûté à ce plaisir... Il n'avait pas goûté à d'autres plaisirs depuis bien longtemps, mais celui-ci lui procura soudain une nouvelle sensation, de bien-être, il était lavé de ce qu'il venait de subir... Il attrapa ensuite le savon et resta un moment à le regarder... Il n'en avait pas revu en cinq ans... Il commença alors à le rouler entre ses mains pour faire de la mousse lorsque le directeur ouvrit la porte. Romeo n'entendit pas le grincement, le bruit de l'eau l'ayant couvert.

Ce fut son ombre, projetée légèrement devant lui, qui lui indiqua la présence de quelqu'un. Il tourna la tête, un air inquiet sur le visage, mais son expression se radoucit en voyant que c'était l'homme qui venait de l'arracher aux griffes des horribles chasseurs... Il n'éprouva pas de gêne, si ce n'est celle de dévoiler un corps aussi pâle. Toujours face au mur, il laissa tomber le savon... Avant d'utiliser la mousse déjà sur ses mains pour commencer à se laver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   Jeu 6 Déc - 0:27

Le Vampire s'éclipsa sans un mot. Eirnol le laissa tranquille et vérifia que les Falmaris allaient bien. Il revenait dans la salle, quand il entendit un cri venir des douches. Aussitôt, il se précipita vers la porte et appela le jeune homme. Mais il n'obtint aucune réponse. L'eau avait sans doute couvert sa voix. Il attendit un peu, se disant que l'eau serait sûrement bientôt arrêtée et que l'adolescent allait bien. Mais le temps passait et aucun son autre que l'eau coulant ne parvenait à ses oreilles. Inquiet malgré lui, il se décida à ouvrir la porte et pénétra dans la petite pièce. Aussitôt, il fut agressé par la buée mais il ne se laissa pas arrêter pour autant. Après avoir refermé derrière lui, il fit quelques pas vers la cabine. Il voulait s'assurer que Roméo allait bien. La vision qui lui fut donnée eut un double effet sur lui. Le premier, normal, fut de le rassurer. Le Vampire allait bien, il était sous sa douche et allait se savonner. Quant au deuxième effet… Le jeune brun était d'une très grande beauté. Etrangement, il ne s'en était pas spécialement rendu compte quand il l'avait trouvé dehors ou quand il s'était changé, mais là… Il n'y avait pas que la buée qui lui donnait chaud…

Roméo s'était retourné, angoissé de cette intrusion et, le voyant, il s'était contenté de sourire et de reprendre son activité. Le corps était pâle, svelte, finement musclé… Et les mains mousseuses passaient dessus en douceur. Eirnol ne comprenait pas que ce garçon qui venait presque de se faire violer puisse se montrer aussi facilement à un inconnu, mais il se disait aussi qu'il ne lui ferait jamais de mal. Jamais l'Humain ne se permettrait de prendre l'adolescent contre son gré. Pourtant il sentait un désir incroyable prendre possession de lui. Sans prendre en compte le fait qu'il était intégralement habillé et qu'il ruinerait ses affaires, le maître des lieux fit quelques pas en avant jusqu'à arriver à la hauteur du jeune homme. Il avait une irrésistible envie de poser ses doigts sur lui, de le toucher, de le caresser… Lentement, il leva sa main et la posa sur la peau fine du dos nu. Il se contenta d'effleurer la peau puis glissa ses doigts sur les hanches fines. Il était en train de prendre une douche tout habillé, mais cela importait peu. Avec douceur, il déposa un léger baiser dans la nuque du brun puis, avec une délicatesse étonnante, il le fit pivoter pour qu'il lui fasse face.

Tendrement, les doigts du propriétaire de la Mine dessinèrent les traits de l'esclave et il se pencha petit à petit vers lui jusqu'à ce que leurs lèvres s'unissent. Ce fut un baiser léger et doux. Sa langue dessina imperceptiblement la bouche de l'adolescent puis ils se séparèrent. Le regard gris de l'homme plongea dans celui, sombre, du Vampire. Il resta ainsi un long moment, immobile, pensif. Puis, il prononça les mots qui tournaient dans son esprit depuis quelques minutes déjà:

"Roméo, voudrais-tu devenir mien ? Je ne veux pas que tu sois vendu à un autre, je ne veux pas que tu sois envoyé dans les galeries… Accepterais-tu de m'appartenir ?"

Lui qui s'était juré que jamais il ne forcerait un homme à s'offrir à lui, il avait cruellement conscience qu'il ne donnait pas un vrai choix au jeune Vampire. Il le voulait pour lui et son attitude montrait bien ses intentions. Il était évident que le message qui passerait ressemblerait à "la mine ou moi"… Mais si Roméo se refusait à lui, il n' insisterait pas… Tout cela, il ne se rendait pas compte que ce n'était pas très clair… A travers son pantalon désormais trempé, il était aisé de voir l'état dans lequel le simple fait de regarder et frôler ce garçon l'avait mis. Depuis combien de temps Eirnol n'avait-il pas touché un homme qui ne soit pas un prostitué ? Il glissa encore sa main sur le visage du Vampire. Il le voulait pour lui… corps et âme. Une furieuse envie d'embrasser le jeune homme avec plus de fougue s'emparait de lui et il n'y résista pas longtemps, le serrant contre son corps pour glisser sa langue dans l'antre humide de sa bouche avec passion. Il frôla les canines aiguisées mais ne diminua pas son ardeur pour autant. Ce garçon l'excitait comme jamais il n'avait été excité auparavant.


[HJ: désolée pour la piètre qualité, je suis carrément morte ce soir... il est même pas 23h... et je crois que je vais aller dormir...]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un début difficile [Eirnol]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un début difficile [Eirnol]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'
» "Il est difficile de démeler le vrai du faux." P.Thicknesse
» Une vie difficile (fini)
» debut d'année difficile pour Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: Muileata :: Devant la mine-
Sauter vers: