Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brume maudite

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Brume maudite   Sam 8 Déc - 18:51

Arpentant les abords de la forêt, Lawrence portait son éternel déguisement à la Chaperon Rouge: cape d'un rouge écarlate et flamboyant ainsi qu'un panier d'osier brun. Ses longs cheveux ondulés roux dansait à leur sortie puisqu'un vent prenait place dans l'air. Le bas de sa robe, presque d'une autre époque à première vue, se laissait, également, emportée par le vent présent. À ce moment, s'il vous venait de la rencontrer, vous pourriez penser qu'il ne s'agit que d'une âme ayant prise une forme relativement humaine pour hanter les abords de la forêt. Les plus superstitieux pouvaient y croire. Les autres, ayant un sens moins superstitieux, croiraient plutôt qu'il s'agit d'une femme mystérieuse qui nous étonne de voir vêtue de la sorte. Mais pour Lawrence, elle se trouvait normale. Enfin, qui l'est vraiment? Elle se trouvait, plutôt, comme les autres. Le seul objet qui lui paraît, à ses yeux, inhabituel, c'est sa fameuse cape écarlate. Qui en portait de nos jours mise à part la jeune femme? Personne apparemment, probablement honteux de porter une telle chose. Mais lorsque l'on l'aime que les gens nous regardent, tous les actes sont permis.

Fait encore plus étrange, qui se promenerait avec un panier aux abords d'une forêt, dite labyrinthe, alors que l'on n'y pénètre même pas. Une seule explication: les fleurs. Les fleurs. Quel terme inspirant les vers et les rimes et le romantisme. Si vous remarquez bien, le contenu de son panier d'osier brun contenait toutes sortes de variété de fleurs et de plantes les plus farfelues les unes que les autres. Il y avait autant des lys que des roses, ou encore une plante d'un le nom m'échappe. Une vraie ribambelle de couleur et de fantaisie qui allaient garnir le reste de son appartement dans le quartier moderne. Certaines allaient être chanceuse, car elle serait entreposer dans un vase où une eau fraîche règnerait continuellement. Les moins chanceuses allaient être séchées, perdant ainsi toute la vivalité et la fraîcheur qu'elles offrent.

En cette journée brumeuse, seules les êtres végétales rayonnaient. En effet, une brume s'était présentée tôt ce matin avec la ferme intention de ne pas se dissiper du reste de la journée. L'air particulièrement humide, pouvait rendre fous ceux qui n'espérait pas cette sensation d'être constamment trempé. Cependant, cette humidité se dispersait peu à peu, allant jusqu'à bientôt disparaître, la grande joie de Lawrence. Celle-ci continuait de cueillir les fleurs, comme à chaque semaine, changeant ainsi l'ambiance hebdomadairement. Elle aimait que l'atmosphère soit en continuel changement. Lorsqu'elle habitait la maison familiale, la décoration restait toujours sobre, sans couleur ni vie, et elle restait dans le traditionnel et le classique. Par conséquent, sa chambre, seule endroit où elle y avait le plein contrôle sur tout, était garnie de toute sorte de plantes et de fleurs. Encore là, elle changeait les fleurs dans les vases à chaque semaine, renouvelant la fraîcheur.

C'est alors qu'elle aperçut un buisson de magnifique rouge anormalement très vives et très rouges. N'écoutant que son côté plutôt jeune et enfantin, elle ne prêta pas attention aux épines qui tapissaient les tiges de ces fleurs. Lorsqu'elle vint pour en cueillir une, elle se piqua méprisamment l'index jusqu'au sang. À ce moment-là, elle lâcha son panier de fleur et apporta son doigt à sa bouche pour en extraire le sang pour éviter qu'une infection se forme. Elle le retira ensuite, regardant l'étendue du dégât. Elle releva la tête, cherchant un endroit où s'asseoir. Elle aperçut, alors, un rocher tout près. Laissant son trésor par terre, elle se dirigea vers le rocher où s'y assit. Elle refit le même scénario sur son doigt. Cette événement lui fit perdre la notion du temps, ne comptant que sur elle-même. Plus rien n'existait. Le simple de s'être blessée aussi bêtement abritait maintenant tout son esprit, n'ayant pas d'attention pour le monde qui continuait de tourner.


*Je suis une idiote! Comment ai-je pu oublier ce détail d'une grande importance? Tout le monde sait que les roses possèdent des épines à leur tige qui piquent terriblement.*

Se traitant de tous les noms possibles dans sa tête, Lawrence continua de prendre attention qu'à son index droit. Quelqu'un aurait pu prendre son panier et ne jamais le lui rendre et cela lui passerait dix pieds par-dessus la tête. Elle s'en foutait carrément. Étant une dada des fleurs, elle connaissait leur fiche technique comme elle connaissait le creux de sa main: parfaitement. Cependant, comme personne n'est parfait, et qu'elle semble avoir oublié ce détail, elle se maudissait d'avoir oublié ce fait. «Même un enfant aurait fait attention», avait-elle alors pensé.

Assise sur le rocher, elle attendait patientemment, mais colériquement, le moment où le sang allait cesser de se montrer par la petite fente sur son doigt, signe qu'une cicatrice allait bientôt se former. Y avait-il quelqu'un dans les parages? Si oui, elle n'en avait aucunement conscience, tant elle était occupée par sa blessure.

L'air se foutait royalement de son état. Elle se moquait d'elle en emportant ses cheveux dans son visage et dans ses yeux qui étaient rivés sur son index. Pourtant, ce détail ne semblait pas la déranger. Puis, voulant encore plus se mettre dans la partie, le vent se fit déchaîné. Dans sa «colère», il repoussa le capuchon de la tête de la jeune femme. Ainsi, son capuchon innocent allait se poser sur son dos. Puis, le vent pris possession de sa chevelure orangée. Ses cheveux tournoyaient dans les airs. C'était vraiment une journée où tout semblait allait mal. D'abord ces épines, ensuite ce vent qui voulait que Lawrence le remarque et enfin, ses cheveux qui semblaient crier à l'aide pour retrouver leur refuge, c'est-à-dire, son capuchon douillet. Le bas de robe se mit de la partie et du côté de vent en virvoltant également. «Maudite brume!» pensa-t-elle. «Tout ça c'est de ta faute! Tu es contente maintenant?».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 1:23

Que pouvait faire le contrôleur général des ifinances dans un coin de nature qui plus est par un temps pareil? Question stupide: une ballade! Aussi désagréable puisse t'Elle être par moment, la nature restait une sorte de sanctuaire de paix et de tranquilité pour un homme commme Ace McCarthaigh. Sauf que lorsqu'il sortait, il troquait sa malette pour un sac à dos, son complet pour une tenue décontracte mais toujours aussi classe et onéreuse. Trousse de premier soi et vivres étaient les principaux items de son sacs, en cas de problème majeur bien qu'à date, il aie toujours été chnanceux. Aucune blessure, il s'était toujours retrouvé quand il se perdait... Pur bonheur!

Sa promenade solitaire fut interrompue un tant soit peu par la vision du petit chaperon rouge en pleine forêt. Le focntionnaire resta interdit un moment, se frottant les yeux avant de réaliser que ce personnage de conte semblait malmené par les éléments et blessé. Il décida de lui porter assistance, histoire de faire montre de son âme charitable.


"Mademoiselle! Mademoiselle! êtes-vous gravement blessé? N'ayez crainte, j'ai de quoi vous soigner, en espérant que la blessure ne soit pas trop grave..."

Arrivé auprès d'elle, il lui adressa un sourire rassurant (que beaucoup aurait qualifié de charmeur) et il sortit sa trousse de premiers secours de son sac à dos.


Dernière édition par le Sam 15 Déc - 3:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 1:42

Il n'y avait que le vent qui parlait. On entendait que son sifflement. Puis, une voix lointaine, mais réelle se fit entendre. Lawrence crut que ce n'était que le vent qui lui jouait, de nouveau, un tour alors qu'il se prenait un plaisir fou à se débattre avec ses longs cheveux. Et puis, elle ne perdait rien. Elle pouvait lever la tête et croire à son affirmation. «Ce n'est que le vent qui emporte un écho». Pourtant, cette voix interpelait une jeune femme. «Est-ce à moi que cette voix s'adresse?» crut-elle alors. Elle leva définitivement les yeux et tenta de percer ce brouillard. Une silhouette! Une personne venait dans sa direction. La jeune femme leva les yeux vers le ciel et rit d'un rire qui se voulait diabolique.

*T'as cru que personne ne viendrait hen? Hen? Eh bien, t'as eu tort!*

C'est alors que la silhouette devint bien réelle. Lawrence avait ramené son regard devant elle, tenant toujours son doigt avec sa main non blessée. Un certain sourire reconnaissant se dessina sur son visage pour l'adresser à l'homme qui était venait à sa «rescousse». Enfin, si on peut appeler ça comme ça. De prime à bord, il semblait être plus vieux de quelques années seulement de la jeune femme. Une différence d'âge qui n'était pas importante selon elle. La seule chose qui comptait pour le moment, c'était cette coupure par une épine. On devait la désinfecter le plus rapidement possible pour éviter l'infection. L'homme paraissait très bien équipé pour ce genre de situation. En effet, dans son dit sac à dos, il sortit une trousse de premiers soins.

*La chance dans la malchance!*

Pensa-t-elle.

"Ce n'est rien de grave, heureusement."

Elle tendit son doigt vers les yeux de l'homme pour qu'il puisse l'examiner de plus près afin d'y prodiguer les soins adéquats et pour voir l'empleur de la dite blessure.

"Je sais que ce n'est rien, que c'est seulement une coupure, mais les épines d'une rose font tellement mal!"

Lui dit-elle. Ainsi, les premières paroles en la personne se tenant devant elle venait d'être prononcées. Elle remarqua, alors, son sourire rassurant, presque charmeur. La jeune femme se resta point indifférente et lui lança un sourire, toujours reconnaissant, mais avec ce brin de charme se tenant dans la même lignée que le sourire de l'homme.

"Je vous remercie, cher Monsieur! Vous me tombez du ciel."

Dit-elle. Elle le regarda, attendant avec patience lorsque sa coupure deviendrait hors de danger de toute infection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 2:04

Ace fronça les sourcils. Il avait déjà eu à faire à ce genre de coupures quand il avait voulu faire une farce à ses parents et qu'il avait tenté de prendre la fuite par la fenêtre de sa chambre et qu'ilétait tombé dans un rosier, justement. Une chote qui aait faillit lui coûter un oeil... Chassant ce douloureux souvenir, il prit délicatemetn la main de la jeune femme et entrepris de nettoyer la plaie avec un petit tissu préalablement aspergé de désinfectant. Il plongea son regard dans celui de la blessé et l'avertis juste avant de commencer à frotter.

"Attention, cela risque de piquer un peu mais je suis sûr qu'une rose aussi belle que vous n'a nul besoin d'épines pour se protéger de la douleur..."

Le ton était chaud, rassurant, charmant, presque enchanteur... Ce qui fit passer (tout du moins le suppose t'on) la brève douleur de l'alcool à friction sur la plaie. Une fois désinfectée, il appliqua un léger bandage sur la plaie, histoire de la protéger des éléments. Satisfait il la regarda avec bienveillance et il reprit la parole.

"MA mère me disait souvent que pour faire passer le mal, un baiser sur la joue arrange tout, chose que j'ai reçu en de nombreuses occasions étant plus jeune mais je ne voudrai pas vous paraître déplacé alors je me vois forcé de vous priver de ce qqu'elle appellait l'ultime réconfort..."


Dernière édition par le Sam 15 Déc - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 2:30

Se trouvait-on dans un conte de fée? Une nouvelle histoire du petit Chaperon rouge serait-elle en écriture? Néanmoins, sans savoir pourquoi, Lawrence ne prêta même pas la moindre attention sur la douleur qu'aurait dû lui occasionner le contact de l'alcool et la plaie. Elle se sentait complètement enivrée par son «soigneur». Il semblait si attentionné par ce qu'il lui était arrivé. La seule réaction qu'elle eut lorsqu'il apposa le bout de tissu préalablement spongé d'alcool fut un sursaut tant elle n'y prêta plus autant attention. Puis, il donna un compliment, pourtant subtile, sur sa beauté. Visiblement flattée, elle lui sourit, un peu gênée. Quand un homme usait de ses charmes, la jeune femme, il faut se l'avouer, perdait ses moyens. Elle se mit, dès lors, à rougir, ses joues devenant comme une rose, enfin, en terme de couleur. Elle baissa son regard alors qu'il venait d'entrer ses yeux dans les siens. Elle releva la tête: il n'avait pas lâché prise Elle lui rendit son sourire charmant alors qu'il terminait d'enfiler le bandage autour de son doigt.

"Je vous remercie, cher Monsieur."

Lui dit-elle. Puis, se rappelant du compliment:

"Merci également le compliment!"

Dit-elle, un peu gênée.

Une fois le bandage terminée, elle regarda le travail de l'homme. Comme si elle voulait l'inspecter dans ces moindres détails. Aucune faille. Un bien beau bandage qui lui éviterait de lui causer plus d'ennuis physiques. De nouveau, sa voix l'enchanta. Tout de même étrange, mais bon. La jeune femme aimait bien ce genre de voix: rassurante et charmante à la fois. Bien des qualités que l'on retrouve également dans la personnalité du propriétaire.


[color=cyan]«Ma mère me disait souvent que pour faire passer le mal, un baiser sur la joue arrange tout, chose que j'ai reçu en de nombreuses occasions étant plus jeune mais je ne voudrai pas vous paraître déplacé alors je me vois forcé de vous priver de ce qu'elle appellait l'ultime réconfort...»[/color]

À ces mots, les yeux de Lawrence se relevèrent et regardèrent ceux de l'homme. Un sourire flattée et reconnaissant se dessina sur son visage. Elle se mit à réfléchir à ce que sa mère lui disait étant jeune. Cela ressemblait étrangement à ce que pensait la mère de l'homme.

"Eh bien, pour être honnête avec vous, ma mère me disait la même chose."

Lui confie-t-elle.

"Mais cela fait des années de ça. J'ignore si ce truc de maman fonctionne toujours."

Dit-elle alors qu'elle amenait tranquillement son idée.

"Que diriez-vous si vous le testez encore? Histoire de savoir si ce truc fonctionne toujours?"

Lui proposa-t-elle alors qu'elle avait toujours ce sourire esquissé sur son visage reconnaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 2:46

Ace trouvait la jeune tout simplement charmante, adorable... Était-ce un ange tombé du ciel qui ne demandait qu'à apporter bonheur aux hommes en échange d'un peu d'attention? Il y avait un il n'aurait su dire quoi de complètement hypnotisant chez cette femme, un quelque chose qui poussait au désir de se motnrer doux et aimant,d'être auprès d'elle et de la traiter de la plus douce des manières.

"Je me plie volontier à votre requête, mademoiselle. On ne saurait refuser quoi que ce soit à l'avatar de Cliodhna (Déesse de la Beauté de l'autre monde dans la mythologie irlandaise) descendue du ciel pour bénir de sa grâce l'humble mortel que je suis..."

Ace se pencha et déposa un baiser sur la joue de la jeune femme. Et pas n'importe quel baiser: un baiser de prince charmant: doux comme un nuage, enivrant comme le meilleur des vins, rassurant comme la chaleur d'un feu par un hiver rude et une série d'autres qualificatifs aussi longs que poétiques. LE baiser dont toute jeune femme rêve quoi! LE baiser en question dura un bon cinq secondes pendant laquelle celui qui le donnait fut remplie d'un sentiment euphorique qui jusqu'alors lui était étrnager (serait-ce l'Amûr?) et presque à regret, il mit fin à ce mini moment magique.

"J'ose espérer qu'il vous aura fait grand bien, mademoiselle. Hélas! Aucun homme aussi délicat soit-il ne pourra jamais rivaliser avec la douceur qu'on les femmes: vous êtes créatures de vie, porteuse d'enfant et donneuse de vie et nous, hommes ingrats, sommes les porteur du chaos et donneur de mort... Je ne peux que m'incliner respectueusement devant une aussi exquise représentante du vrai sexe fort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 3:29

*Quel vrai gentleman cet homme!*

Lawrence sourit nerveusement. Comment la délicatesse, la tendresse, la gentilesse, la courtoisie, etc., pouvaient se réunir en une seule et unique voix rassurante et réconfortante? Devant son compliment, la jeune femme se mit à rougir de plus belle. Ses pommettes devinrent rouge, mais adorables. Elle baissa son regard, comme gênée, mais la releva aussitôt. Décidément, devant tant d'attention elle perdait tous ses moyens. Et pourtant, c'était la première fois qu'elle ressentait tout cela en elle, cette sensation de légèreté et d'un profond bien-être intérieur. C'était tout nouveau et elle n'avait pas l'habitude d'être en pleine possession de ses moyens.

"Vous me flattez, cher Monsieur. Merci."

Puis, le baiser. LE baiser avec un grand B. Un véritable baiser, digne de ceux des contes de fées. Décidément, Lawrence vivait le sien et réinventait littéralement l'histoire du bon vieux Chaperon rouge. Et en une fraction de seconde, le temps s'immobilisa. Il s'arrêta pour qu'elle profite de ce moment qui lui fit des chaleurs. Le vent, qui se voulait frileux, ne prit pas possession des membres de la jeune femme. Au contraire, le vent se transforma en véritables vents allizés du sud. Un vent chaud, doux, enveloppant et réconfortant. Tout comme le fameux baiser d'un véritable prince charmant. Puis, le soleil qui avait dissipé la brume et l'air gris de la journée disparu lorsque les lèvres de l'homme lâchèrent la joue de la jeune femme. Cette luminosité avait disparu. Pourtant, elle lui paru duré une éternité. Tout était revenu à la normale, tout. La brume était revenue fermée ses rideaux sur la journée. Un sentiment de nostaligie naquît, alors, en elle. Elle voulait qu'il recommence, mais tant d'empressement n'était pas vraiment la meilleure solution. Il ne fallait pas brusquer les choses et aller trop vite...pour le moment. Elle masqua, néanmoins, sa légère tristesse derrière un sourire reconnaissant. Bien entendu que ce baiser lui serait d'une grande utilité et que sa blessure serait rapidement guérie.


"Je l'espère aussi..."

*Et sachez que je ne l'oublierai jamais...*

Puis il se mit à admirer les femmes, à les définir comme étant le sexe, le vrai, le plus fort. Vu sous les aspects qu'il lui avait présenté, il était difficile de ne pas être du même avis que lui.

Comment Lawrence pouvait être en désaccord avec tous ces arguments? Il est vrai que les femmes sont des personnes incroyablement admirables pour toutes les réalisations qu'elle font au cours de leur vie. Et puis, sa voix charismatique lui inspirait confiance. Elle ne pouvait détacher ses yeux verts de l'homme si charmant. Et avec raison. Quelque chose lui dictait de ne pas lâcher prise, de rester accrochée à ses yeux passionnés. Continuant de garder son sourire radieux et chaleureux, elle le fixa dans les yeux. Elle ne savait pas trop quoi dire. Elle resta silencieuse un moment, savourant chaque parole honorable à son intention.


*Quel homme honorable!*

Pensa-t-elle. Puis, se souvenant qu'elle n'avait aucun nom sur cette voix, elle ouvrit la bouche, mais rien ne sortit. Elle se racla la gorge et prit finalement la parole, ayant repris le contrôle sur elle-même.

"Pour que nous évitions de nous appelons par «monsieur» et «mademoiselle» pour le restant de la journée, que diriez-vous de me dévoiler le nom de ce fervent homme se tenant devant moi?"

Lui demanda la jeune femme avec politesse et courtoisie, ne le lâchant guère des yeux de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 3:51

"Ace McCarthaigh, pour vous servir. Et si mademoiselle vous incomode, damns la mesure où je ne connais pas encore votre nom... Je vous appellerai..."

Le jeune homme prit un long moment pour réfléchir, cherchat l'appellation la plus exacte pour cette femme dont faire le contour de son corps si parfait avec les mains reviendrait à mimer des applaudissements enthouisiastes... L'idée lui vint, en se plongeant davantage dans son regard si attirant, si beau, si pur...

"Aoibheann. Cela signifie, si je traduis approximativemnet, la plus belle de toute les femmes, en irlandais ancien. Vous méritez bien ce nom je trouve. Permettez moi d'être franc, vous êtes une femme d'une exquise beauté. Je comprends mieux pourquoi le temps est gris aujourd'hui: le soleil se cahce de vous, honteux de son absence de luminosité comparativement à vous. Et pour poursuivre, permettez moi de vous dire que ce simple baiser que je vous ai donné fut le plus magique des moments qu'il m'Aie été donné de vivre. La chose va vous paraître audacieuse, voire déplacée mais s'il m'En était donnla chance, je recommencerais volontier et frôler vos lèvres des miennes serait une bénédiction sans égal. Pardonnez ma franchise, la nature m'a ainsi fait: imparfait et bien fade si on me compare à votre aura de beauté. Vous êtes une déesse au milieu de femmes insectes..."

Ace n'avait même pas besoin d'aller chercher l'inspiration ailleurs pour ses paroles: il avait devant lui la corne d'Abondance de l'inspiration. Il ne voulait pas détacher son regard du sien, de peur de précipiter l'Appocalypse sur le monde, souhaitant de toute son âme de pouvoir rester encore longtemps avec cette femme dont il ne connaissait rien mais qui lui apparaissait comme entité de vénération...

*Je suis en face de la perfection... Ah! Je donnerais ma vie pour le privilège d'être à ses côtés pour une durée aussi courte qu'une journée...*

Puis, cédant à une des nombreuses impulsions qui embrasaient son esprit, il se rapprocha davantage et serra cette femme inconnue dans ses bras, avec toute la délicatesse qu'il put exprimer, avec toute la douceur dont il en fut capable. Confus et devenu aussi écarlate que la jeune femme, il balbutia une réponse maladroite mais uqui ne faisait que renforcer le charme...

"Il est des choses que seule la gestuelle du corps peut exprimer et je ne trouvais les mots pour vous témoigner mes remerciements à la Vie pour vous avoir mit sur mon chemin..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 4:44

Ne voulant guère le couper dans sa poésie, Lawrence, surnommée Aoibheann pour sa beauté, l'écouta avec une attention particulière. Celle-ci était très émue d'ailleurs par les paroles de l'homme. Ils n'étaient plus jeunes et les déclarations de «Je t'aime. Tu veux être ma copine?» n'existaient plus. Ils étaient des adultes mûres et passionnés. Des adultes qui veulent s'attirer la plus belle femme ou le plus bel homme du monde en récitant vers et poèmes ou encore chanter la pomme. Pour Lawrence, c'était des paroles poétiques, véridiques, sincères qui ne laissait inconstablement indifférente. Elle se sentit transportée ailleurs. Elle était réellement dans un conte de fée et le petit Chaperon rouge avait grandi et avait trouvé son prince charmant. Cette histoire deviendrait-elle peut-être, un de ces jours, une véritable légende irlandaise pure-laine. Une histoire à la «Roméo et Juliette», mais avec une fin plus heureuse et plus...vivante.

«Je vais gâcher ton moment! Je vais gâcher ton moment!» sifflait le vent. Ainsi soit-il, celui-ci commença à être plus déchaînée, obligeant les poils corporels de la jeune femme à se redresser sur leur tronc, gelés comme des glaçons. Ses lèvres tremblantes, cessèrent leur martyre alors que Ace, ainsi l'homme s'appelait, enveloppa le corps de la jeune femme. Ainsi, un échange de chaleur s'effectua. En effet, les vieux manuscrits enseignaient que la meilleure façon d'obtenir de la chaleur est le contact du derme d'un autre humain. Mais, nul besoin de la peau pour établir ce contact. Les mains serrant le corps de Lawrence produisirent une chaleur qui pénétra à travers sa cape écarlate. Ne voulant pas rompre le contact visuelle qui s'était établi entre les deux êtres, Lawrence continua de lui montrer son plus sourire. Elle voulait l'admirer pour mémoriser et graver ses traits à jamais dans son esprit au cas où le destin se mettrait de la partie en les séparant à jamais.

Toujours aussi émue par les paroles d'Ace, Lawrence ne sut quoi dire tout de suite. Bouche bée, elle était. Émue, ses yeux racontaient.


"Je...euh...je ne sais que dire...je..."

Bafouilla-t-elle alors qu'aucun mot ne parvient à franchir ses lèvres pulpeuses et désireuses, également, de frôler ceux de l'homme la tenant dans ses bras. Elle se racla une seconde fois la gorge pour trouver les mots, et les choisir par le fait même, pour se présenter et le remercier de temps de gentilesse et de courtoisie de sa part.

"Enchanté, Monsieur McCarthaigh. Votre Aoibheann se nomme Lawrence. Lawrence Levy."

Lui révéla-t-elle finalement.

"Je ne puis monter et égaler un tel niveau de poésie. L'unique chose qui me vient à l'esprit sont remerciements sans fin. Il me semble ne pas être digne de vos paroles, Monsieur McCarthaigh. Et ce baiser fut, par la même occasion le moment que je voudrais revivre sans jamais me lasser."

Que de paroles sincères et généreuses sortant de cette bouche à la voix voilée et charmante. L'amour est le seul rêve qui ne se rêve pas. Et c'est bien vrai. Le seul rêve merveilleux qui ne rêve pas est l'amour. L'amour, on peut le vivre pleinement. Il est réel et il l'est pour tout le temps où l'on y croit. On y croit plus? La flamme s'éteint. C'est ainsi que les choses fonctionnent dans ce monde magique.

Lawrence, n'écoutant que ces impulsions, sortit de sa cachette sa main, avec le doigt non blessé, et alla se poser la joue d'Ace. Tel le vent, ses doigts se frayèrent un chemin sur sa joue, exemptée de toute pression brusque et désagréable. Ses doigts doux dessinèrent des esquisses imprécis, ne voulant que caresser le visage de l'homme qui lui semblait irréel à ses yeux. Car, par la caresse, nous sortons de notre enfance mais un seul mot d'amour et c'est notre naissance. Et cette impression de naissance se développait peu à peu en elle. Elle semblait renaître. Renaître de ses cendres, tel un phénix. Rien de plus chaleureux qu'un phénix renaissant de ses propres cendres pour se remettre à vivre là où il avait arrêté. Recommencer à vivre. Et vivre, cette fois, avec de plus grandes ambitions et une passion que l'autre vie n'a sur trouver au bout du compte.


"Pourquoi me semblez-vous irréel, dites-moi? Est-ce la peur de vous perdre à mon réveil? Ou suis-je délibéremment en train de rêver?"

Lui demanda-t-elle alors qu'elle lança ses questions un peu en l'air et à l'improviste. Mais elle ne rêvait pas. Le souffle chaud et agréable en provenant d'Ace lui suffit pour comprendre qu'elle ne rêvait pas. Qu'elle le vivait réellement et que cette histoire ne se terminerait pas en claquant des doigts ou en ouvrant simplement les yeux. Il faut le croire pour le voir...et le vivre.

Et puis, le vent décida de s'en mêler de nouveau. Devenant de plus en plus déchaînée, le bas de la cape écarlate de Lawrence se mit à virvolter dans les airs et ses cheveux, contre leur gré et écoutant les commandements du vent, se ne gênèrent pas pour bloquer la vue de la jeune femme, se moquant littéralement de la situation. Sans coeur peut-être ce vent. Mais, ce qu'il ignorait, c'est qu'à quel point l'amour rend aveugle, nous rend aveugle et nous coupe du reste du monde. Par ailleurs, ce sentiment de légèreté vous oblige et vous forme à oublier ce qui vous entoure, oubliant tous, absolument tous, vos soucis du moment. Il n'y a que vous et cette personne merveilleuse qui vous complète. Car, l'âme-soeur est, en fait, notre propre reflet dans un miroir du sexe opposé. Était-ce son âme-soeur? Peut-être. Et pourquoi pas? Est-ce donné à tout le monde de se sentir léger et sans soucis dans les bras de quelqu'un nom? Chacun possède la même aura qui fait que deux êtres s'attirent tels des aimants.

Revenons à ce fameux vent, probablement, jaloux du fait qu'il ne pourrait jamais connaître ce sentiment propre et formidable unissant deux personnes de la même race. Et quel malheureux. Lui qui ne connaîtra jamais ce sentiment. Il manque délibérément quelque chose de fantastique. Il exercait une pression si colossale (ok, j'exagère peut-être un peu...XD) qu'il obligeait Aoibheann à se rapprocher un peu plus du corps d'Ace, bien que cela ne fut en aucun point désagréable.


"Il m'est également impossible de remercier assez la Vie et le Destin de m'avoir permis de vous rencontrer..."

Sur ce, elle cessa de parler, trouvant qu'elle brisait le moment magique qu'ils partageaient à travers leurs fenêtres respectives donnant sur leur âme - les yeux en d'autres termes. Le contact visuel qu'ils avaient établi suffisait largement pour se parler franc-jeu. C'était une autre façon de savoir si deux êtres s'aimaient réellement. Leurs yeux, parsemés et épicés d'étoiles, exprimaient les sentiments de chacun, l'un envers l'autre tout en se contemplant l'un et l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 5:07

"Vous n'avez peut-être pas mon lyrisme, Lawrence mais vous avez pour maîtresse la Vérité. Vos paroles valent plus que les plus beaux poèmes épuiques de nos ancêtres. Votre sourire, votre regard sont suffisant pour comprendre ce que vous ressentez. Et je vous semble irréel comme vous me semblez irréelle car nous vivons dans un monde où l'Amour a perdu son sens pour plusieurs et à ce réel coup de foudre a été relégué au rang de balivernes. Mais j'y crois, à ce coup de foudre et j'ai l'éternelle certitude d'avoir devant moi le reflet de mon âme, mon âme soeur et si vous me le permettez, je vous offrirai mon coeur, en toute bonne foi, comme le faisait les hommes de jadis pour la femme qu'ils aimaient."

Dit tendrement Ace. Ainsi son ange avait un prénom tout aussi délicieux que son être... Il avait du mal à croire en sa bonne fortune. Et ce vent jaloux qui tentait de leur nuire... Non... Les éléments ne le sépareraient pas de cette femme qu'il aimait. Ses sentiments étaient purs et il désiraient avaoir cette femme pour compagne de vie, pour lui jurer amour et fidélité, pour vivre sa vie avec elle, mourir pour elle même, si besoin était.

*Il est hors de question que je laissepasser la chance d'une vie, celle de trouver le véritable amour pour une question de prestige social ou de convenance. Je serais le pire des imbéciles que d'agir de la sorte...*

Il regarda amoureusement la belle Lawrrence, sans gêne aucune et décida de prendre son air le plus digne, le plus noble et le pus beau, en hommage à sa grâce et à sa beauté.

"J'ose espérer que vous n'en voudrez point mais il est une chose que je me dois de faire sous peine d'en perdre la tête..."

Et il l'embrassa passionnément, savourant le contact de ses lèvres contre celles de son aimée, pulpeuse, désirables, pure à damner le plus pure des mortels...Un long baiser langoureux, passionné, venant du fond du coeur et de l'âme. Un vrai baiser encore plus beau et plus noble que ceux des princes charmants. Savourant chauqe seconde de contact avec ette femme exquise, c'est d'abord timidement puis avec plus d'assurance qu'il ajouta tendres caresses à ce baiser pour rendre encore plus magique le moment. Fou de désir, il désirait donner coeur, coeur et âme à la divine Lawrence... Elle était sa vie, sa raison d'être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 6:30

Et telle la chanson «My lucky day» qui s'entâme, leur histoire d'amour prit officiellement un départ pour l'éternité. Le baiser passionné et fougueux qu'Ace lui donnait lui donna des frissons incroyables. C'était le début de leur grande aventure commune. Leurs vies respectives ne formèrent qu'une seule. Et comme de raison, le vent, toujours jaloux et amer, lâcha prise. Il se rendit compte que rien ne pouvait les séparer à présent. Ils étaient maintenant soudés l'un à l'autre pour l'éternité.

Lawrence venait de prendre un avion express vers le ciel. Rendue dans le ciel, elle ouvrit une portière et se laissa tomber, mais les nuages la rattrapèrent. Ainsi, elle flottait sur un nuage qui la transporterait jusqu'à sa mort. Le vent l'avait laissé tranquille. Il se rendit à l'évidence qu'il ne pouvait rien faire pour les séparer. Il se fit, donc, plus doux pour coller à l'atmosphère des deux tourteraux qui s'étaient trouvés.

Après ce long moment de pure magique et d'une passion fougueuse incomparable, Lawrence détacha nostalgiquement ses lèvres de celles d'Ace et le regarda profondément dans les yeux. Caressant ses joues avec ses mains d'une délicate façon, elle sourit, heureuse et amoureuse, à son amant. Qui sait? Leur amour invoquait peut-être la notion du mariage. Enfin, chaque chose a son temps. Ne brusquons surtout pas les choses en allant trop vite en affaires.


"J'étais sceptique quant au fameux coup de foudre. Mais, j'avais tort de ne pas espérer sur ce point. Je me rend compte qu'il existe réellement et, telle une foudre qui déclare un feu, j'espère que le nôtre restera allumé pour le reste de notre vie..."

Sur ces paroles, elle se mit à l'embrasser de nouveau, réalisant ses rêves de princesses de petite fille les plus fous qui soient. Encore aujourd'hui, toujours aussi rêveuse qu'imaginative, elle s'était imaginée un scénario romantique quant à la rencontre de son prince charmant. Cette rencontre avait été au-delà de ses espérances déjà très haute à la base. Bien qu'elle n'est rien à voir avec les rencontres princières, celle-ci était plus réelle et plus foudroyante. Bref, parfaite. Rien de moins.

Après ce long moment d'échange d'amour sincère et vraie, Lawrence détacha de nouveau ses lèvres désireuses, les effleurant au passage pour se faire envier. Elle sourit à son petit jeu qui s'arrêta après quelques secondant, cédant le passage à un magnifique sourire et un regard avec ses yeux verts dans ceux de son amoureux.


"Ace...je ne pouvais espérer mieux. Vous le prince charmant que j'ai attendu toutes ces années. Et je regrette presque ces années sans votre chaleureuse présence."

Dit-elle.

Un temps de silence s'installa. Bien qu'il ne fut sans paroles, leurs yeux avaient une conversation des plus intéressantes. Personne ne pouvait les comprendre mis à part eux-mêmes.


"Tel un prince, prenez-moi comme une princesse..."


Lui demanda-t-elle, son côté capricieux faisait un peu son apparition sans devenir agaçant. Elle le regarda avec ce même bon vieux sourire radieux et chaleureux.

Imaginez-vous un peu. Cela faisait à peine 10 minutes qu'ils s'étaient rencontrés, par une simple coupure d'une épine d'une rose, que déjà, ils se déclaraient l'amour éternel. Il a fallu d'une seule seconde d'inattention pour que son index se perfore un trou à son extrémité et qu'une personne intervienne pour cesser la saigner pour que deux êtres se déclarer amoureux fou l'un de l'autre. Quelle histoire cela fera. Bien que la situation déclenchant cette rencontre soit quelque peu banale, il fallu que l'un use de ses charmes et de son charisme pour séduire une femme qui fond littéralement sur place lorsqu'un homme utilise cette technique. Par ailleurs, aucun homme auparavant n'avait imprégné ce sentiment d'être unique et de n'exister que pour une seule personne et renaître dans la même occassion dans le corps de la jeune femme, qu'est Lawrence. Aucun homme. Cette incident n'avait pas été provoqué par une insignifiance du destin. C'était prévu que ces deux êtres se rencontent tant ils se complètes et se réflètent l'un à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 6:48

"Mais bien volontier ma tendre moitié, votre humble prince est là pour vous! Et où dois-je amener ensuite la dame de mes pensées?"

Demanda poliment Ace, qui se prêtait bien volontier au jeu de sa belle, Lawrence. Il avait apprécié sa fougue amoureuse, ce second baiser passionné, ce second contact si doux, si agréable... Il la porterait au bout du monde si besoin était! Une idée lui traversa l'esprit mais il ne la mit pas en pratique, décidant simplement de préprare un éventuel terrain.

"Ma tendre, il y a une clairière non lin dans ces bois, isolés, loin de tout, idéal pour continuer cette romantique scène que nous avons commencé. Un épais tapis de mousse douce au toucher et confortable en tapisse le sol, les arbres complices nous cachent de la vue des autres et un petit cours d'eau passe pour rendre le tout plus enchanteur... De quoi se montrer plus ardent encore dans notre brasier amoureux... Et plus encore même, si vous en décidez ainsi. Je vous appartient de coeur, d'âme et... De corps également."

Dit tendrement le prince pour sa belle. Quand il retournerait en ville, il mettrait ses avoirs au service de sa belle, il en ferait une princesse de conte de fées... Et sa feme si elle y consentait. Il lui offrirait tout ce qu'il pourrait du moemnt qu'il puisse lui permetrre de vivre ses rêves... Ô vision enchanteresse que ce corps vierge et pur, ce visage si sublime... Elle méritait le monde et bien plus encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 17:17

C'était l'homme de ses rêves qui la prenait dans ses bras. Lorsqu'il la prit, elle passa ses bras autour du cou de son amoureux, le regardant dans les yeux et écoutant attentivement son lyrisme charismatique. Une fois de plus, elle fut enchantée. Ses oreilles vibraient au son de cette joyeuse mélodie.

"Si cet endroit est aussi intime que nous le sommes, je n'y vois aucun inconvénient à aller faire un tour."

Rétorqua-t-elle en lui décochant un clin d'oeil malin et complice. Elle se mit à lui caresser les joues, touchant celui qui allait poursuivre sa vie avec elle. C'était lui. C'était l'élu. Celui que les cieux avaient créé comme son complémentaire. Ensemble, ils avaient terminé et trouvé les deux pièces, les deux seules en fait, de leur casse-tête amoureux. L'un complétait l'autre. La vie ne venait-elle pas en paquet de deux après tout? Oui. La vie se menait à deux. Une table, par exemple, dans un restaurant. Si l'on est seul, il n'y personne pour converser ni pour admirer. À deux, par conséquent, il pouvait y avoir une conversation passionnée et chaque regard ne se quittait sans aucun prétexte anodin.

"Cette mousse douce qui tapisse le sol, si elle est aussi douce que vous l'êtes avec moi, alors au paradis je serai."

N'écoutant que ses désirs les plus fous, elle l'embrassa fougueusement de nouveau. De nouveau, la passion qui était née entre ces deux êtres se forgea encore plus, apparaissant étoiles, feux d'artifices, etc. La passion est éternelle à ce qu'on raconte. Et puis, l'amour existe lorsqu'on y croit invénérablement. À présent, elle lui appartenait. Elle lui avait donné son coeur et tout l'amour qu'elle avait à offrir à la personne qui aurait arraché son coeur de sa prison, se foutant des barreaux et des gardes. C'était le vrai amour avec un grand A. Celui que, jadis, les jeunes couples s'alimentaient. Celui qui a regroupé deux personnes pendant toute une génération. Celui qui vous rend fou et égoisme au point de ne penser qu'à vous - ce «vous» incluant la paire de deux humains. Il n'y a que vous qui existe. Il n'y a que vous, selon vous, qui ait la meileure vie. L'amour qui vous fait perdre la raison, qui vous tue, qui vous brûle, qui vous chavire, qui vous...Vous vous promenez main dans la main dans la rue, montrant votre passion commune à chacun des passants, ceux-ci vous maudissant et maudissant les cieux de ne pas vivre ce genre de vie merveilleuse.

"Ace, mon amour, mon amant, je vous donne corps et âme. Je m'abandonne à vous, je vous suis entièrement. Avec vous, je sens que je renaîs chaque fois que mes yeux se posent sur les vôtre. Je suis vôtre et vous êtes mien. Nous étions les deux pièces manquantes du puzzle. Je ne trouverai jamais les mieux pour exprimer ma gratitude et ma vivalité envers votre personne. Les mots me viennent à manquer...je suis bouche bée devant vous tant vous me semblez être celui que je cherchais sans vraiment chercher. À l'aveuglette, je cherchais celui qui me chérirait. Je n'ai pas franchi maintes barrières et frontières avec d'autres. Vous êtes celui, le seul en fait, qui a réussi à me transporter là où je voulais tant aller faire un tour un de ces jours, me rendre compte de la beauté de l'endroit et ne plus jamais quitter cet endroit. Je ne saurai jamais capable de vous exprimer pleinement mes sentiments et ma gratitude envers notre rencontre qui me bouleverse chaque fois que je pose mes yeux sur vous. Je sens mon coeur chavirer et battre la chamaille chaque fois que mon esprit se risque à penser à vous tant je tombe dans une folie incroyable. Une folie qu'est l'amour. Je suis peut-être folle aux yeux de certains, mais je suis folle d'amour pour vous."

Sur ces paroles qui exhalaient une sincérité et une reconnaissante inégalable, elle l'embrassa de nouveau, lui démontrant toute la passion l'habitant. Lawrence ne pouvait rêver d'une meilleure fin. Celle-ci était parfaite. C'était le conte de fée qui aurait la meilleure fin à tout jamais. Leur histoire se gravait tranquillement, laissant la passion prendre le dessus en tout point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 17:56

Ace savourait chacun des baisers de sa belle, chacun étant toujours plus passionné, plus intense et plus beau. Il amena sa princesse dans cette clairière isolée de tout, un décor enchanteur à faire perdre la tête à des gens aussi amoureux qu'eux. C'était comme si la nature complice avait voulu tout faire pour leur permettre de vivre passionnément et sans retenue leur amour, loin des yeux et des oreilles indiscrètes...

"Douce Lawrence, vous qui embrasez mon âme, je me damnerais pour vous. La tendresse de vos baiser, la passion de votre regard, ce corps si parfait qu'il en ferait pleurer de joie le créateur lui même d'avoir si bien réussi son oeuvre... Mes mots ne sauront non plus jamais exprimer convenablement ce que je ressens pour vous. Mais nos regards, nos baisers et nos caresses sont plus explicites que des romans ou des discours que chacun d'entre nous pourrait concevoir pour l'autre..."

Il la posa délicatement sur le tapis de mousse de la clairière avant de lui offrir un baiser passionné autant sinon plus intense que le dernier qu'elle lui aie donné. Il le fit durer pendant plusieurs secondes, le désir grandissant dans son regard au même titre que la passion. Après un temps qui lui sembbla être au moins le double de l'éternité, il rompit le charme avant de reprendre la parole.

"Ah, ma tendre Lawrence, mon coeur semble sur le point d'exploser tant mon désir pour vous est grand... Il me faudrait libérer cette fougue amoureuse, passionnée pour vous... Mais à ma connaissance il n'y a pour cela qu'un moyen et je n'ose prendre l'initiative du premier pas, de la proposition... Je vous en conjure... Demandez que je m'exécute, que nous propulsions ce conte de fée au delà de tout ceux jamiais rédigés..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 18:18

L'écouter, sentir et entendre ses mots vrais traverser les lèvres d'Ace pour se rendre aux oreilles de sa douce. Se laisser enivrer et faire chavirer son coeur à chaque fois que cette mélodie se rendait à son ouïe. Ses paroles lui étaient adressées. Elles avaient été conçus dans le plus grand soin pour enchanter la douce jeune femme. Elle se sentait unique, privilégiée. Cet amour passionnée pouvait rendre jalouses toutes les jeunes filles qui rêvent de le vivre aussi intensément et avec leur âme-soeur.

Lorsqu'il la déposa avec une attention délicate sur le tapis de mousse, Lawrence se sentit comme sur un nuage. Le plancher naturel semblait avoir été créé sans une éventuelle bosse. Le sol était parfait, égal, sans recoins ou bosse encombrante. L'endroit était tout simplement magnifique. Se détachant des yeux d'Ace où une flamme les enjolivait, elle regarda autour, admirant la beauté de l'endroit. Les arbres semblaient vouloir se pencher sur eux et se coller les uns sur les autres pour éviter et faire croire aux passants que cet endroit était impénétrable. Et le son de l'eau qui ruisselait dans la clairière...tout simplement magnifique. C'était la simplicité même du romantisme. Puis, ne voulant pas perdre cette flamme qui habitait ses yeux, elle posa de nouveau son regard aux iris verts dans celui qui se permettait de lire son âme. Elle lui sourit et l'embrassa de nouveau, laissant ses lèvres caresser ceux de l'homme pour qui son coeur battait à présent.

Au bout d'un moment, elle les retira, mais ne coupa pas le contact visuel établi.


"Réinventons et rédigeons les contes de fée jamais écrits. Je suis vôtre et vous avez mon accord quant à vos désirs les plus fous..."

Lui susurra-t-elle à l'oreille avec un brin de coquetterie et de malinerie. Elle redéposant sa tête sur le sol, elle effleura sa joue droite de ses lèvres, lui procurant un certain désir. Puis, elle déposa un doux baiser et laissant son souffle se mêler au sien alors qu'elle déposa définitivement sa tête sur le sol, voulant admirer le visage entier d'Ace.

"Gardez votre corps tout contre moi pour que je puisse sentir votre souffle me brûler la peau tant une passion intense s'en exhale. Vous êtes ma vie, ma lumière. Restez auprès de moi pour que je puisse voir le chemin que vous illuminez. Exprimer ma gratitude c'est me donner entièrement à vos moindres désirs..."

Lui déclara-t-elle alors qu'elle lui caressait tendrement les joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 18:51

Ace s'allongea aux côtés de sa belle et se colla à elle, lui offrant la chalerur de son corps brûlant d'amour pour elle.Il lui offrit la caresse de ses douces mains, reprenant une exploration commencée plus tôt, se montrant cette fois plus intime, caressant certaines courbes qu'il avait poliment éviter, certaines zones réservées seules aux vrais amoureux. Mais il trouva la chose insatisfaisante dnans l'expression de son amour ardent aussi se fit-il plus aventurier. Il caressa d'abord, la joie droite de sa belle et fit descendre sa main, caressant son cou puisil engagea sa main dans le col de la robe de sa belle, atteignant les gloires qu'elles dissimulait, premier contact intime relevant uniquement d'un désir passionné. La peau était encore plus douce à cet endroit et eil en frissona de plaisir et de désir... Le contact de sa main faisait naitre une traînée de chaleur bienfaitrice sur cette peau tièdit par le vent ingrat de tout à l'heure...

"Si ce n'est point abuser, ma tendre, vous seriez encore plus belle dans le plus simple appareil. Cette clairière offre une douce chaleur humide aussi vous n'attraperez pas froid... Et nous serions ainsi plus intimes, encore plus prêt l'un de l'autre, si délicieusement complices dans notre amour... Ah, perfection physique, tu as un nom, Lawrence Lévy, celle pour qui on donnerait sa vie sans hésiter..."

Il lui fit un sourire de prince charmant, se noyant dans ce regard vert qui rappellait l'immensité des forêts...

"Qui sait... Peut-être que ce moment intime sera suivit de réjouissances... Je suis sûr que vous rêvez d'avoir un certain morceau de métal au doigt, si vous voyez de quoi je parle..."

Puis sans que sa main ne cesse ces caresses intimes et enivrantes, il l'embrassa de nouveau, savourant ces lèvres pleines, pulpeuse, désirable et détentrice d'un amour chaste et pur qui l'enchantait...Tout en fait chez sa belle lui faisait perdre la tête...


Dernière édition par le Sam 15 Déc - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 19:11

Devant tant de politesse, de respect et de patience, Lawrence ne pouvait que se plier aux demandes de son amant. Respectueux de sa personne, Ace prenait son temps pour ne point brusquer la chose et risquer de tout briser en un instant. La jeune femme ne pouvait lui refuser quoi que ce soit, tant elle appréciait cette qualité chez lui. Il se fit aventurier et la jeune femme apprécia la délicatesse avec laquelle il lui caressa d'abord la joue puis descendre aux atouts que les cieux avaient soigneusement garnis toutes les femmes de ce monde. Ressentant un certain frisson agréable, elle s'empara de ses lèvres avec acharnement. Elle désirait que ses lèvres restent collées à jamais à celui qui lui donnait les siennes à chaque fois.

Elle le regarda, comprenant la signification d'un anneau de métal enfilé au doigt de la main gauche, le seul doigt où un artère rejoins directement le coeur.


"Je vois parfaitement, cher amant. Puissez-vous me chérir et m'embellir avec un tel présent de votre part. Dès lors, je serai la femme la plus comblée du monde..."

Pour exprimer sa gratitude, elle le serra fort contre son corps frissonnant d'amour et alla chercher un autre baiser. Aussi, à l'aide de sa main gauche, elle lui caressa la nuque, faufilant ses doigts dans les cheveux d'Ace. Puis, parallèlement à l'homme, elle descendit, comme si une goûte d'eau, le long de son cou pour se loger sur le torse, tout près du coeur où elle pouvait sentir les forts battements saccadés qui lui étaient adressés. Coupant un autre contact entre leurs bouches, Lawrence regarda son jeune amoureux.

"Vous avez le droit de réaliser vos moindres désirs avec moi. Puisse être capable d'en être digne..."

Sur ce, un nouveau baiser endiablé s'emparant de ses lèvres délicieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 19:19

"Je vous offrirai mes avoirs sur un plateau d'argent et si le destin le veut, un château en Irlande, pour vous, reine de beauté, reine de mon coeur... Et autant d'héritier que vous le désirerez. Les princesses de conte de fée sont souvent soumises à leur prince: ici, c'est moi qui me soumets à vous..."

Toujours désireux de goûter à la douceur des lèvres de sa belle, il lui ouvrit un baiser, plus particulier cette fois, à la manière des français. Expérience nouvelle pour lui mais oint désagréable, il dut le reconnaître. Ne rien brusquer, augmenter les choses graduellement, tel était le vrai mérite d'un prince charmant.

*De la retenue Ace, de la retenue. Écoute ton coeur, non tes hormones. Le respect est choses cruciale en ce moment privilégié.*

Tranquillement, il commença à dénuder les épaules de sa belle et les couvrit de tendre baisers. Voyant plus de chair qu'il nespérait en voir, plus de charmes qu'il n'avait espéré en trouver, il y déposa respectueux baiser, témoignage de sa grattitude et de son appréciation. Ensuite, lentement, se mains vaquèrent à retirer le vêtements qui l'empêchait de couvrir de baisers comme il se doit le coeur de sa belle. Rien de plus de prévu pour le moment si ce n'tait qu'une profonde intimité, une douceur sanségale et le plus grand soin de ce corps sublime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 19:46

S'abandonnant complétement à la profondité et au respect qu'il lui offrait, Lawrence entrepris de détacher la boucle qui serrait, au niveau de son cou, sa cape rouge. Elle laissa les cordes tombées, laissant le soin particulier à Ace de les enlever de son chemin avec le moyen qui lui enchantait. Avec l'aide de ses mains, elle retira ses longs cheveux roux de son dos, car cela venait à lui faire tant elle s'appuya impitoyable sur eux. Puis, n'écoutant que ses pulsions, la jeune femme se décida, enfin, à retirer ce qui cachait le torse d'Ace. Doucement et avec tendresse, elle déboutonna la chemise que portait son prince charmant. Lorsque vint le temps de la retirer via ses bras, elle enleva une manche à la fois, prenant son temps pour faire grandir le désir qui montait en elle. Se mordillant la lèvre inférieur devant ce corps sculpté, elle le caressa tout en lui arrachant un second baiser.

Voulant lui rendre l'appareil, elle se mit à l'embrasser dans le cou en allant, par le fait même, cherchant ses mains en se frayant un chemin sur les bras, tout aussi musclés, pour se retrouver dans les mains de son amant. Elle les amena au niveau de sa tête à elle, tout en continuant de prolonger ce baiser fougueux. Puis, elle s'arrêta un moment, reprenant son souffle d'où elle y échappa un petit rire suivit d'un sourire coquin et amusé et pour terminer, elle se mordilla de nouveau la lèvre inférieure.


"J'ose croire que j'ai trouvé mon prince charmant...*baiser*...mon amant *baiser*, ma perle rare *baiser*. Celui avec lequel je vais partager ma vie...et mon corps."

Aussitôt, elle s'empara littéralement de ses lèvres, lui arrachant délibérément les lèvres comme jamais, démontrant toute la passion et l'amour qui l'habitait.

Faisait-il froid? Peut-être. Y avait-il un vent, encore ce fameux vent jaloux qui voulait gâcher leur moment? Peut-être. Néanmoins, Lawrence n'avait plus conscience du monde l'entourant. Il n'y avait qu'elle et la personne qui s'acharnait à lui dérober des baisers un peu partout sur son corps. Le froid s'était dissipé et avait complétement disparu de ce corps de femme adulte. La chaleur corporelle de l'homme lui procurait une sensation de légèreté et de bien-être.

C'était fait. Le jeu avait commencé. Les paris contre avaient perdu: Lawrence avait trouvé l'amour, le vrai et elle ne laisserait pas partir de si tôt puisqu'il transportait son coeur. Ceux qui étaient sceptiques quant au véritable coup de foudre pouvaient pleurer, car il existent réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 20:06

Ne voulant pas rester en reste devant sa partenaire de plus en plus entreprenante, Ace entreprit de pousser plus loin l'acte de dévêtir l'autre. Il dégraffa le soutien gorge de sa belle et fit profiter de la chair désormais exposée à la tiédeur de l'endroit la chaleur de ses baisers, alternant entre le corps de sa belle et ses lèvres enivrantes sans oublier bien sur les caresses amoureuses et le regard enflammé. La partie dénudé de sonc orps semblait projeter son propre éclat, comme si la lumière elle même se subordonnait à la beauté resplendissante de Lawrence.

"Ah ma tendre, devrions-nous céder tout deux à ce désir qui gruge notre raison et d'Addonner à un autre niveau de plaisir amoureux? Je me sens si... Ingrat de ne pouvoir vous offrir le plaisir que vous méritez, la douceur qui vous est dû et surtout, cette passion enivrante qui est mienne..."

Il lui fit don à nouveau de ses lèvres, rendu dépendant comme n'importe quel junkie à une drogue, aux lèvres de sa belle, à leur douceur dans comparasion... Transporté de désir, ses caresses se firent plus plaisante, plus intimes, plus osées. Le désir le consumait comme une forêt de pins secs et il luttait de tout son être pour ne pas obéir à ce dernier et progresser trop vite dans les échellons du plaisir... Pour faire focu s sur autre chose, il se mit à la tâche et termina de dévêtir son aimée, l'Admirant pour la première fois dans totue sa glorieuse nudité. Une vraie déesses parmi les hommes... Et c'était lui, pauvre mortel, qui l'Avait pour paertenaire de vie. Ému aux larmes par sa bonne fortune, des larmes de bonheur mouillèrent son visage.

"Je ne peux pas croire... (baiser passionné) À ma bonne fortune... (baiser encore plus passionné)... Tu es... La femme de mes rêves (baiser atteignant le summum de la passion)!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 20:27

Comprenant l'incertitude son son futur, la jeune femme le rassurant en lui prodiguant un baiser des plus passionnés. Puis, elle le regarda et le réconfortant en lui caressant la joue.

"Ne vous inquiétez pas. Peut-être que l'endroit ne vous plaît pas assez pour passer à un autre niveau. Si vous le désirez, nous pouvons aller ailleurs pour consumer notre amour mutuel."

Lui proposa-t-elle alors qu'elle ne désirait que le bien-être et le confort de son amoureux. Mais aussitôt, elle regretta presque amèrement d'avoir proposé ceci, tant il l'amenait déjà ailleurs. C'était la femme de ses rêves. C'était l'homme de ses rêves. Chacun avait les mêmes objectifs chez un partenaire et c'est pourquoi cela avait rapidement cliqué entre eux.

Lawrence serra de nouveau le corps d'Ace tout contre le sien, ses attraits féminins frissonnant nerveusement, mais passionnément, tout contre le torse musclé de l'homme. S'aggripant à son dos, lui passant les ongles dans toute sa longueur sans être violente pour lui faire mal, elle les descendit lentement jusqu'à atteindre la partie postérieure du corps de son tourtereau. Prenant son temps pour se faire encore plus désirée, elle fit le tour de sa taille via sa ceinture, remontant une main sur son torse ou encore sur son dos. Allait-elle réussir à retirer le vêtement du bas en enlevant, d'abord, la ceinture retenant ses pantalons?

Elle cessa la baiser et le regarda.


"Si vous voulez, tout de même, une certaine intimité, ma cape est assez grande pour nous couvrir..."

L'informa-t-elle avant se s'emparer de ses lèvres, mais attendant une réponse de sa part.

"Ainsi, elle nous protégerait d'un éventuel froid causé par ce vent jaloux de notre passion."

Dit-elle alors qu'elle lui sourit avec espièglerie.

Avec son index non blessé, elle effleura ses lèvres avant de se remettre à les caresser avec fougue et passion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 20:49

"Ce n'est pas la gêne qui me perrubait à ce point tendre Lawrence mais votre réaction. Mais si cet amour peut-être profigué ici et maintenant... Et bien soit, devenons esclaves de nos pulsions! Je vous aimes et vous resterai fidèle et rien ne me fera plus plaisir que de faire de vous une femme comblée et heureuse!"

Affirma Ace sans hésitation aucune. Si elle désirait passer aux choses sérieuses, il serait le pilote de son coeur et l'amènerait dans les limbes de l'Amour, là d'où on ne peut revenir qu'heureux. Il frisonna à ce premier contact intime et charnel, sans vêtements pour intermédiaire et la chose s'imposa à son esprit: elle serait la seule et unique femme de sa vie et il deviendrait aveugkle à toutes les autres. La grande déesse de la beauté pourrait venir, mue et tentatrice qu'il refuserait sans hésitation. Ce corps mince et lègèrement athlétique, dessiné par un sculpteur divin, dont les formes était au summum des proportions parfaites... Comment ne pas l'aimer? Comment ne pas la désirer et surtout: comment ne pas vouloir la rendre heureuse, elle si attentionnée, si douce, si humaine...

"Ah Lawrence, vous êtes si parfaite, si belle... Je me sens comme un rustre à toucher vos formes divines de ces mains si imparfaite. Vous êtes grâce et beauté et je ne suis qu'un homme avec toute l'imperfeection et le manque de douceur des gens de mon sexe... Je me sens comme un profane dans un temple divin... Pourrez-vous m'Accpeter dans mes défauts et dans ma maladresse? Je vous aime tant, je ferai tout pour vous, ramener la lune à la cuillère eou encore restant à vous caresser, à vous embrasser des jours durant... Votre beauté est ma nourriture, votre regard mon énergie vitale... J'ai peine à imaginer à quel point surréel sera l'acte que nous sommes en train de préparer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 21:10

Devenant de plus en plus émue, des larmes de joie se perlèrent sur ses joues. Ses yeux rayonnaient malgré la présence d'eau brouillant sa vue. Elle déposa, tremblante, un baiser sur le front d'Ace, le prolongeant en y incrustant toute sa saveur et tout son amour auquel il avait droit. Et comme si une chanson au piano se jouait pour accompagner le tout, Lawrence ne sut résister au plaisir de poser ses lèvres sur celles qui avaient la joie de se promener sur son corps à présent nue. Tout gardant ses yeux fermés et son front collé sur celui de son amour alors qu'elle lui décochait des baisers un peu partout sur son visage, la jeune femme se mit à parler, profitant des points des fins de phrases pour lui donner un tendre baiser soit sur la joue, sur le nez, sur le front, etc.

"Vous vous dites maladroit, mais cette maladresse est plus que séduisante à mes yeux. Pour moi, vous incarnez la perfection masculine. Soyez fier, Ace, soyez fier. Il me suffit de songer à vous et de poser mes yeux sur votre corps pour voir mes soucis s'envoler là où le vent le désira. Que ce vent ingrat transporte mes soucis loin de vous et moi."

Elle ouvrit finalement les yeux, les leurs étant très près l'un de l'autre. Elle lui fit un baiser à la manière des inuits, c'est-à-dire en se frottant le nez. Un baiser qui la fit rire et qui donna naissance à un nouveau baiser enflammé, révélant toute la passion qui l'habitait. Au moment moment, ses mains fouineuses et aventureuses descendirent des paumes d'Ace. Elles caressèrent ses muscles, coulant comme de l'eau du haut d'une cascade. Elle sentit des frissons sur la peau du jeune amoureux. Elles continuèrent toujours leur chemin vers la partie postérieure où elles descendirent perpendiculairement au dos de l'homme. Finalement, ses mains se retrouvèrent à l'avant de la ceinture, qu'elle détacha de peine et de misère, mais réussissant au bout de quelques secondes. Sentant un bouton, elle le déboutonna et se fut au tour de la fermeture éclaire de se détacher de ses agrafes.

Puis, elle détourna légèrement la tête pour voir où elle en était rendue, obligeant son amoureux à la couvrir de baiser sur la joue droite. Elle commença à descendre les pantalons d'Ace, mais n'étant pas assez grande pour les retirer entièrement, elle retrouva ses lèvres, lui donnant l'accord de continuer. Puis, elle remonta ses mains dans le dos de son amant pour se loger dans le cou de celui-ci. L'amour et la passion étaient au rendez-vous. Plus rien ne les empêcheraient de continuer. L'ambiance était parfaite, l'air propice, l'endroit intime, les arbres complices qui garderaient le secret de cet acte bien encré dans les extrémités de leurs racines enfouies très loin dans le sol.


"Je vous aime tant, Ace..."

Et elle continua son baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 21:34

Voyant que son aimée peinait à le dévêtir, Ace se sépara d'Elles pendant quelques secondes qui le firent atrocment souffrir, le temps de se dévêtir complètement. Nu comme uun vers, resplendisasnt par son charisme et sa beauté naturelle, il semblait avoir été lui aussi sculpté par des anges et lui aussi était modelé selon les constantes parfaites (mais pas au niveau de la poitrine, ce serait bien étrange sinon... À un autre endroit plus masculin). Il se colla derechef contre sa belle, repartant dans son amoureuse exploration de son corps, s'adonnant à l'art du massage, s'occupant de son dos, de ses épaules, de sa voluptueuse poitrine. Il avait appris, un jour, lors d'un cours d'Anatomie, que c'était là un moyen très efficace pour détendre une femme. Que la nature soit généreuse à cet égard envers une femme pouvait par contre lui être très pénible au niveau du dos, lui avait dit son professeur. Doué par nature dans ce qu'il entreprenait, il ne douta pas une seconde du bien être que cela procurerait à son aimée, en plus du plasir brut qu'elle tirerait de ce délicat et sensuel acte de détente

"Et je vous aime plus que tout homme peut aimer une autre femme Lawrence. Avec vous à mes côtés, je ne crains rien. Je trouve regrettable que les convenances interdissent de montrer l'Amour vif comme il est: ce qui va se faire entre nous, cette fusion de deux âme, mériterait d'être vu et vénéré par le monde entier! Je suis si ému de vous avoir pour compagne que les mots me manque, mon esprit tente par tout les moyens de trouver le mot pour vous qualifer... Mais parfaite est encore trop faible... Vous étiez pour moi une inconnue il y a une demi-heure et là, je suis en train de toucher de mes mains ce corps vierge de toute trace d'amour masculin, m'apprétant à recevoi de vous ce que toute femme offre et que tout homme donne lors de sa première fois... J'Aurais pu avoir toutes les femmes que je voulais mais le spectre de cette femme parfaite qui enchantait mes rêves était là, matériel, quelque part dans l'Irlande. Et j'ai cherché, cherché et encore cherché, sans jamais trouvé... Jusqu'à vous trouver aujoud'hui lors d'une innocente promenade. J,espère simplement être à la hauteur de vos attentes dans cette tempête de sentiment et d'amour qui est en train de naître entre nous deux..."

Et il reparti d'un baiser passionné, explorant cette fois cette bouche si adorable, si agréable, contact charnel d'un tout autre genre que l'on appellait baiser français, quelque chose du genre,, mais un baiser qui cette fois n'avait qu'un but: rendre à Lawrence ce qui appartenait à Lawrence: tendresse, amour, passion, remerviements, gratitude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 21:57

Une seconde fois émue, elle arrêta le baiser pour pleurer de joie dans les bras de celui qui l'avait conquis par un simple regard et par une simple politesse d'une personne dans le besoin. Voyant que sa bien-aimée ne pouvait retirer à elle seule ses pantalons, il lui épargna ce geste en l'effectuant lui-même, obligeant une certaine distance à s'établir. Mais aussitôt terminé, il lui délecta un autre de ces délicieux poèmes qui la fit pleurer, comme si haut mentionné. Puis, reprenant de son amour, un baiser ardent s'échangea.

N'écoutant que ses pulsions et la détente que lui procurait les caresses de son bien-aimé, Lawrence s'adonna à ce corps d'homme qui devait effectuer un bon bout de chemin à travers son corps. «Dénude ton corps, découvre la puissance de la bouche qui mord. Le fruit, autrefois, défendu, offre ton corps au maître...». Telle était les paroles qu'on lui avait, jadis, raconté lors de cet acte de foi et d'amour. Sa mère lui en avait parlé une bonne fois, répondant aux nombreuses interrogations de cet acte. Ainsi, écoutant les bonnes paroles de sa mère, elle s'offrit entièrement à l'homme qui la possédait.

Lawrence serra Ace tout contre elle, voulant sentir chaque muscle contre son corps. Ses mains douces et aventureuses se dessinèrent un chemin sur son torse avant de se rabattre sur son dos pour ensuite, descendre plus bas et serrer fermement ce que Dieu leur avait offert de commun à ce niveau. Elle se mit à être plus enviable en lui mordillant les lèvres après quelques baisers. Puis, elle revenait à l'éternel baiser qui avait toujours du succès. Elle voulait être digne de lui, lui rendre son plaisir, le même qu'il lui procurait.


"J'ai peur de...de ne pas vous combler comme je le peux. Vous me comblez déjà assez par vos paroles, votre présence et cet acte de foi et d'amour que l'on s'apprête à...faire."

Lui dit-elle alors qu'elle ne pouvait s'empêcher de quitter très longtemps ses lèvres si pulpeuses et si douces.

Puis, cessant de penser à ce qu'elle devait faire, la jeune femme se laissa complètement aller dans l'inconnu. De ce corps pur et vierge, vibrait une homme désireuse de faire ce que tout humain, entre homme et femme particulièrement, voulait se faire entre eux: l'acte de procréation. Il est vrai que cet acte est vénérable puisqu'il donne la vie et forge, par le fait même, l'amour entre deux personnes de sexes opposés.

Son souffle devenant haletante, tant le désir y était, Lawrence prit un moment pour respirer avant d'engouffrer, de nouveau, sa langue dans la bouche d'Ace. S'offrant à lui, elle continua de le serrer très fort. Puis, une main, sa gauche en fait, alla se perdre dans la mousse, s'accrochant à celle-ci pour ne pas se retrouver dans la maladresse si elle ne se trouvait pas stable. Elle releva son menton, sentant réellement l'amour brûlant de partout et obligeant, maintenant, son cher prince charmant à lui baiser le cou et sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume maudite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brume maudite
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» La Dame de Brume
» [anim] l'Ile de Brume sang
» Vague de Brume :3
» A l'autre bout du chemin... [Pv Brume + Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: La forêt-
Sauter vers: