Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brume maudite

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 22:23

"Jamais vous ne pourrez me décevoir Lawrence. Jamais. Et vous êtes mon parfait complément donc point d'inquiétude: vous me combelrez mieux que quiconque."

Voyant que son aimée était désireuse de recevoir des baisers ailleurs que sur la bouche et qu'elle lui offrait sa généreuse poitrine, il se mit donc à lui donner de courts baisers, chauds et passionnés sur la base puis long et langoureux sur le dessus de ces deux monts tout ce qu'il y a de plus féminin, histoire de faire durer bonheur et plaisir, s'attardant parfois plus longtemps quand il la sentait frissonner de quoi au fait? D'anticipation? De plaisir? Qu'importe, il savait que c'était un bon frissonnement. Parfois, au lieud'un baiser, il faisait plutôt un mouvement aspirant, presque têter même, avant de lui faire grâce de son souffle chaud mais qui donnait des frissons malgré sa chaleur. Ace en était sûr: aucne autre femme n'Avait été aussi bien traité que Lawerence. il la caressait avec passion, enlevant presque magiquement ses rares points de tension, allant d'instinct stimuler les points les plus sensibles pour apporter plaisir et détente à sa belle, le tout dans le plus grand soucis du respect de deux âmes amoureuses. De temps en temps, il retournait l'embrasser sur la bouche, avec fougue, parfois si longtemps qu'il en était presque à bout de souffle, pour se replongeant dans ses baisers et ses massages, attendant patiemment que sa belle prenne l'initiative du premier geste.

*Père avait sûrement raison à ce sujet. Que disait-il déjà? A oui: Ace, je ne suis ps un gentleman, je suis un simple bourgeois. toutefois, une femme reste une femme et mérite d'être traitée comme un trésor. Lors de la première fosi, JAMAIS tu ne dois faire le premier geste. c'est à ta partenaire de choisir comment ce la se ppassera, qui occupera telle ou telle position et ses désirs sont tes ordres. Tu ne discute pas. Elle te dit d'arrêter, tu arrêtes, elle te dit de continuer, tu continues. Donne ta vie pour satisfaire son désir mon garçon mais ne l a déshonore pas pour une attitude de sauvage contrôlant!*

Ace avait l'intention d'être en tout point conforme à cet enseignement. Il ferait tout, aboslument tout et comme Lawrence le désirerait... Ou de honte il ne toucherait plus jamais à cette femme, n'oserait même plus la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 22:58

L'intensité et la passion montait de plus en plus, venant presque à faire déborder le vase déjà rempli à ras le bord. Ses cheveux devenaient de plus en plus collants tant elle avait chaud, mais heureusement qu'elle les avait retiré avant qu'ils ne soient humides sous son dos. Elle faufila ses doigts dans les cheveux de son amant, tout aussi trempé. Elle sourit entre deux baisers sans prendre la peine d'ouvrir les yeux. Ce qu'elle aimait chez Ace c'est qu'il était plus que respectueux. Un homme plus sauvage, n'écoutant que ses hormones, n'aurait laissé le premier pas à la jeune femme. Mais il régnait sur elle avec respect et dignité, ne voulant point brusquer les choses et prendre des risques incalculés de quoi en devenir honte. Son souffle chaud s'arrêtant sur sa peau au niveau de sa poitrine lui suffisait, à présent, pour comprendre combien il était fou amoureux d'elle.

D'un mouvement du bassin, elle le fit basculer de sorte qu'elle se retrouva sur son corps. Regrettant presque d'avoir pris une pause pour prendre sa cape pour se la mettre son elle pour garder une certaine intimité en ces bois, elle s'étenda de ton son long, posant ses mains de chaque côté du corps d'Ace, maintenant sur la mousse. Elle s'adonna, à son tour, à de simples baisers, pourtant porteurs d'un brasier flammable, sur son torse. Puis, usant plus d'espièglerie, elle sortit sa langue et fit des mouvements circulaires sur le ventre de son amant. Elle remonta dans son cou, derrière ses oreilles et revint, finalement se loger sur ses lèvres. Ses monts effleurèrent, tout le long de ce petit jeu, la peau frissonnante pour une bonne raison de l'homme se tenant sous elle. Puis, sa bouche alla tout près de son oreille droite qu'elle mordilla quelques secondes avant de lui murmurer:


"J'espère ne pas trop vous brusquer, Ace..."

Puis, elle alla retrouver sa bouche en frôlant sa joue au passage.

Se sentant maintenant prête à donner son âme, elle s'allongea sur son coros, baisant sa peau avec ses lèvres généreuses et enflammées. Après tant de désir, l'acte pouvait débuter en gardant la même recette. C'était doux et respectueux. Une première fois dont elle se souviendrait toute sa vie. Enfin, ayant fait un certain bout dans cette démonstration extrême d'amour mutuel, elle redonna une autre poussée pour se retrouver en position initiale, c'est-à-dire, étendue sur la mousse douce, sous lui. Elle le serra contre lui, mais lui laissant, tout de même, une marge de manoeuvre.

La passion et la dignité les avait accompagné aujourd'hui. Le vent avait, maintenant lâché prise. Il s'était rendu à l'évidence qu'il ne pouvait guère défaire ses deux âmes maintenant soudées l'une à l'autre. Les animaux avaient compris qu'ils ne devaient guère s'aventurer sur cette partie de la forêt. Très loin des sentiers battus, aucun humain, ni vampire et ni falmari, ne pouvaient s'aventurer de si près. Les arbres occupaient presque la fonction d'insonorisation, gardant encore plus ce secret pour eux. Même sous menace, ils ne diraient rien.

Lawrence s'était levée se matin, avait englouti la même chose pour le petit déjeuner. Elle s'était habillée, préparée, avait enfilée sa cape rouge comme chaque jour. En sortant, elle avait pris son panier d'osier où elle rangeait sa récolte quotidien: ses fleurs. Elle s'était rendue à la lisière de la forêt, malgré le temps brumeux qu'offrait la journée. Apercevant une rose, elle avait oublié qu'il fallait utilisé un sécateur pour couper la tige, tant des rangées d'épines avaient poussé pour rendre cette fleur encore plus désireuse. Il a fallu qu'elle oubli ce détail un instant pour se couper et que quelqu'un lui vienne en aide pour désinfecter la plaie pour qu'aucune infection ne prenne vie. Et puis, contact visuel établi. «Roger! Nous avons un problème! Plus moyen de nous séparer...». L'amour avait naquît en ces deux âmes qui se cherchaient depuis tant d'années, subissant quelques échecs et déceptions ici et là. Et une demi-heure plus tard, ils étaient rendus à se donner l'un à l'autre.

«Lorsque tu te donneras à un homme, que tu donnera ton âme, ta vie, ta passion et ton coeur, c'est que cet homme est digne de toi et tu es digne de porter le symbole de votre union...». Les paroles de sa mère retentirent, tel un écho, dans sa tête. Elle se souvint que sa mère lui avait montré son anneau, signe de son union avec son père. «Maman! Il est magnifique!». Puis, sa mère lui avait dit, en admirant son anneau avec un sourire: «Puisses-tu en recevoir un aussi splendide et digne de ta beauté, ma petite Lawrence chérie.».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Sam 15 Déc - 23:41

Ace vivait un rêve mais en étant éveillé. Cette union de deux âmes, de coeurs, de deux corps, cette fusion parfaite, saine, noble et pure... Il lui sembla que chaque être humain naissait avec pour connaissance innée cette mécanique des sentiments et des corps qui faisaient de ces moments intimes des moments inoubliables. Cette pièce intitulée "S'offrir l'un à l'autre" avait commencé par une brillante performance de l'actrice principale, Lawrence Lévy, toute en douceur, en profondeur, en respect, en sensualité.... Nommez totues les qualités nobles de l'amour et vous y trouverez là les ingrédients de la prestation de cette femme amoureuse. Avait suivit la performance d'Ace dans les mêmes critères mais où s'ajoutait une certaine force, celle d'un amant qui la donne de son plein gré à son aimée pour être son support envers et contre tous. Que ce soit Lawrence qui prenne le dessus ou Ace, ni l'un ni l'Autre ne se croyait supérieur à l'autre. Ils étaient égaux, des compléments et des amoureux fous l'un de l'autre.

Juste avant la fin du dernière acte dans lequel cette fusion se complétait, Ace fit revenir son aimée sur le dessus, pour lui permetrre de se reposer agréablement après la pièce. Dans un grand cri passionné venu du fond du coeur et de l'âme, Ace invoqua le nom de son aimée lorsque l'accomplissement de cete fusion se produisit, soupirant ensuite de plaisir des spasmes qui lui parcourait la chair, des spasmes de plaisir et de bonheur. La pièce terminée, il leur faudrait récupérer. Mais Ace ne voulait pas mettre fin à cette fusion et se refusait à la laisser quitter sa position priviligée, l'enserrant d'une tendre étreinte qui se mua tranquillement en caresses. Ace murmurait des remerciements pour sa belle, mélodieuse et vibrante symphonie pour faciliter sa récupération.

Sans jamais la laisser redescendre, restant bien fusionné avec elle, Ace croisa son regard et sans hésitation, sans même se demander quelle serait la réactiond des autres, il annonça.

"Lawrence Lévy, me ferez-vous l'insigne honneur de devenir mon épouse?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 0:16

Telle une pièce théâtre, le spectacle se fit en trois actes: d'abord l'introduction, ensuite le développement et, finalement, la conclusion.

le premier acte, les baisers et les étreintes qui deviennent incalculables. C'est le moment où les deux amoureux se font languir et se font presque violence pour éviter de succomber aux désirs humains et hormonales pour ainsi brusquer et gâcher le moment. De plus, les habits en viennent à diviser et à se soustraire, mais les baisers continuant de s'additionner puis de se multiplier jusqu'à cent, deux cent, etc. La passion monte, le vase se remplit. Il ne faut pas céder. Il ne faut pas céder. Ne cessent de se répéter les amoureux voulant se montrer respectueux et dignes de l'un et de l'autre. L'élément déclencheur arrive tranquillement. L'ambiance a le temps de se mettre en scène pour accrocher les «spectateurs». Les deux acteurs, eux, continuer d'avancer et de suivre le dit scénario.

Le deuxième acte, l'acte de procréation. Celui où tous vos sens vous abandonnent. Vous vous abandonnez, vous vous donnez, voulant être à la hauteur des attentes de leur partenaire de jeu. Les péripéties se chamboulent et se suivent comme un train. Les acteurs continuent leur prestation. C'est sans doute le moment de la pièce où tout est permis, où les règles n'existent plus, excepté le respect d'autrui. On rigole, on s'amuse, on sourit, on savoure, on explore...tant de verbes pour exprimer les expériences communes et mutuelles. Les baisers affluent toujours, autant que les caresses aventureuses, intimes et sensuelles. Le désir et la passion y est, les acteurs donnent tout ce qu'ils ont pour faire valoir leur amour conditionnel.

Et finalement, le dernier acte. La conclusion. Vous venez de vous épuisez au maximum. Vous êtes au bout de vos forces. Vous donnez un dernier coup d'éclat puis le rideau se ferme: le spectacle est terminé. «S'offrir l'un à l'autre» vient de remporter un succès et les deux acteurs se couronnent de gratitude et fierté. La foule acclame, les larmes aux yeux par tant de magnifience de ces jeunes gens qui se sont montrés leur amour des plus éternels. Ils se caressent, fiers de ce qu'ils viennent d'accomplir et de la démonstration la plus sincère de leur passion brûlante.

Ils font comme leur salut et la salle comble devient soudainement vide. Il n'y plus qu'eux sur la scène. Ils se tiennent main dans la main, l'un toujours à l'autre, se regardant les yeux dans les yeux comme si la pièce n'avait toujours pas pris fin. Puis, l'homme serre sa douce dans ses bras pour que même la plus forte des tempêtes ne puisse briser ce lien, ce chaînon.

Maintenant sur lui, à nouveau, Lawrence blottit sa tête contre son torse, ayant précédemment ramené sa cape sur son corps de nouveau en contact avec ce jaloux vent. Allant chercher un baiser sur les lèvres de son amant, une nouvelle fin se créa. Comme une nouvelle littéraire, une fin proprement inattendue, faisant, néanmoins, le bonheur de la concernée.


«Lawrence Lévy, me ferez-vous l'insigne honneur de devenir mon épouse?»

Relevant la tête, surprise, et rabattant sa main droite sur sa bouche, Lawrence ne put s'empêcher de pleurer. Pleurer de joie effectivement. Elle embrassa passionnément son amoureux, le remerciement de cette proposition qui lui faisait le plus grand des plaisirs, la rendant la femme la plus heureuse en ce monde. Elle y mit toute la passion et l'amour qui lui restait après le deuxième acte de la pièce. Ses larmes chaudes tombèrent sur le visage de son amoureux. Elle retira ses lèvres, le fixant profondément dans les yeux, faisant languir le moment où elle lui annoncerait sa réponse déjà faite.

"Il me ferait plaisir, Ace McCarthaigh, d'être votre femme, de vous suivre éternellement, de vous être fidèle et de vous démontrer autant de fois que vous désirerez mon amour envers vous. Ce sera un honneur pour moi de m'appeler Lawrence McCarthaigh."

Suivant cette réponse qui saura plaire au destiné, Lawrence goûta une nouvelle fois aux lèvres qui lui appartiendraient. Au bout d'un moment, où la fatigue du spectacle venait de refaire surface, elle déposa et blottit sa tête tout contre le cou de son amant, où son souffle chaud et amoureux se délectait et se réfugiait. Déposa son bras, replié, sur le torse nu de futur mari, elle dessina de petits dessins, enfin que des formes géométriques qu'elle ne pourrait vous nommer, là où elle sentait les battements de son coeur, pompant le sang à une vitesse fulgurante. Avant qu'elle ne ferma les yeux, elle déposa un dernier tendre baiser sur la joue d'Ace et ferma les yeux, la fatigue envahissant son corps devenu légèrement frileux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 0:34

La terre venait de s'arrêter de tourner sur son axe, retenant son souffle, attendant la réponse de la jeune femme. Ce fut une véritable explosion de joie, un de ces petits vents qui vous font sourire sans savoir pourquoi qui se répandit sur la terre, apportant la nouvelle de l'heureux événement à tous. Ace était désormais le plus heureux des hommes. Ils étaient maintenant parfaitement complets, indivisibles et ce dans la vie comme dans la mort. Son coeur faillit exploser tant l'amour qu'il avait pour Lawrence était grand. Un trop plein de passion se libéra d'un coup dans ses veines et malgré la fatigue d'après la pièce, il répondit à son baiser par un baiser plus enflammé encore et pendant un bon cinq minutes, il eut la force de lui offrir encore quelques caresses intimes, plaisir qui l'Accompagnerait dans son repos et qui finirait par lui redonner des forces. Il aurait voulu rejouer la pièce sur le champ, encor e et encore jusqu'à être parfait. Mais c'eut été déraissonable. Habitué aux efforts épuisants (dure, la vie de fonctionnaire), Ace était n peu moins épuisé et il aurait tout donné pour faire don de sa force à son aimée. Il lui donnait au moins sa chaleur, son sang d'irlandais, toujours buillant, maintenant la chaleur pour deux. Si la chose avait été magique dans cette clairière, elle le serait encore davantage chez lui, dans le luxe des princes et des princesses que lui avait légué sa mère.

D'instinct, il sut tout de suite que son aimée avait besoin de lui, qu'elle était épuisée. C'est donc avec une farouche détermination qu'il résista à la fatigue, prêt à la protéger de tous les dangers. Il regrettait de ne plus faire qu'un avec elle, façon plus efficace de lui transmettre sa force mais la position eut été inconfortable à la récupération. Qu'importe, elle était avec lui.

"Reposez-vous ma tendre, nul ne vous fera de mal tant que je serai là. Je combattrai le froid et la fatigue pour vous si nécessaire. Je suis à vos côtés maintenant et à jamais. Et point besoin d'attendre un membre quelconque d'un clergépour vous certifier que je vous aimerai toujours même si la mort vient à nous séparer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 0:51

Même si ses yeux étaient fermés au paysage et à celui qui lui offrait le beau des paysages jusqu'à la fin de sa vie, la jeune femme esquissa un sourire reconnaissant envers ces paroles. La joie qu'il ressentit, et qu'elle avait ressenti, lorsqu'elle lui annonça sa réponse, fut le moment le plus mémorable de cette journée brumeuse, le point de luminosité qui égaya toute la galerie. Elle continua ses petits dessins géométriques sur le torse de son amant. Malgré le vent, le contact, peau à peau, des jeunes fervents amoureux lui suffit pour retrouver de la chaleur dans ses veines.

Ses cheveux roux avaient perdu de leur corps et se trouvaient broussaille, mais peu importe l'état de ces longs poils, Lawrence s'en foutait royalement, tant elle était en compagnie de l'homme qui l'avait monté jusqu'au septième ciel, sur un nuage. Quelques fois, elle se permis de déjouer sa fatigue en lui décochant des baisers dans le cou et sur l'épaule de son futur mari. Elle ne s'inquiétait même pas pour sa sécurité: elle savait qu'Ace lui en offrait une inégalable. Et quelle joie ce sera que d'annoncer la bonne nouvelle à ses valeureux parents qui lui ont tant vanter les gloires d'être unis à une personne qui brûle d'amour pour nous. Quelle joie ce serait, un jour, que de mettre au monde, le fruit de leur création et leur portrait tout craché et de le tenir dans leurs bras pour le bercer. Quelle joie ce serait que d'annoncer que leurs parents deviendraient grands-parents à plusieurs reprises. Et la jeune femme ne cessait de se faire des scénarios quant à leur lune de miel, leur première année d'union, leur deuxième, leur troisième, leur dixième, leur vingtième, etc.

Au bout d'un moment, la jeune femme ferma définitivement ses paupières pour les ouvrir quelques heures plus tard, le temps de récupérer, le spectacle ayant été la meilleure représentation...jusqu'à présent. Au bras de son amant, enlové dans une cape qui apportait et diffusait une chaleur constante, la jeune et belle Aoibheann sombra dans un sommeil réparateur. Au réveil, elle ne pourrait que constater que ce rêve existait réellement. Son amoureux lui déroberait un baiser de retour, un sourire suivant par la suite. Ils retrouveraient leurs habits sur leur corps nullement chastes et se dirigeaient, main dans la main, dans leur demeure qui les abriterait jusqu'à leur dernier souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 1:10

Quand sa belle s'endormit, Ace se sentit à la fois déçu mais également soulagé. Déçu car il aurait voulu continuer cet éternel échange de baiser, de caresse et tout et tout et de l'Autre soulagé car il pourrait la contempler sans honte, avec l'infinie certitude que cette femme forte et fière lui assurerait un avenir heureux. Ce sentiment de plénitude qu'elle lui avait fait ressentir, le bien être qu'elle lui avait donné... Il se surprit, bien malgré lui, à continuer de caresser le corps de sa belle, comme si le simple contact physique était preuve d'existence, de réelle de cette personne. Il le fit toutefois sans arrières pensée, simplement dans le but d'influencer favorablement son sommeil. À un certain moment, elle murmura son nom, dans son sommeil. Il l'embrassa alors tendrement et dans son sommeil, il espérait que ce Ace fictif avait fait de même.

Le temps passa, les heures passèrent et jamais il n'oda bouger de peur de la déranger. Elle était loin d'être lourde mais le corps, capricieux comme il peut être, n'Appréciait pas de demeurer immobile. Et en de nombreuses occasions, il parvint à réprimer ces pulsions qu'il avait dès qu'il posait son regard sur elle. La fatigue l'Aida un quelque peu, le corps ayant une lutte bien plus ardue à maintenir.

Quand elle se réveilla, il lui offrit son plus beau baiser suivit d'un radieux sourire et lentement, avec la plus infime précaution, il lui fit prendre la position du dessous et il plongea son regard dans le sien. Non, il n'allait pas rejouer la pièce mais il pourrait quand même lui offrir une phase de réveil agréable. Son sac était posé non loin et il en sortit une bouteille remplit d'un liquidie huileux. Un huiole pour le ocorps, lui expliquerait-il si elle le lui demandait, qu'il avait avec lui car elle rendait la peau lisse, même après de gros travaux comme grimper à un arbre sans soutien (ce qu'ilf aisait souvent quand il venait ici, appréciant la vue de haut) ou grimper une paroi rocheuse à mains nues (sa cheminée de briques en l'occurence..) ou toute autre activité du genre. Elle était ausi fort adaptée au massage, produisant presque d'Elle même une ertaine chaleur. Ace se mit donc en devoir de masser sa belle pour lui procurer une agréable détente et quelques minutes de repos supplémentaire. Il commença par les jambes au galbe enchanteur puis cet estomac où une fine musculature tenait en lieu et place de gras qu'il ne trouva pas (dans cette société qui se nourrissiait si mal, un miracle!), puis les bras, les épaules et enfin la poitrine, où il y mit plus de soin et d'amour. Comme un signe pour dire: plus de gêne entre nous, nous nous sommes donnés l'un à l'autre, nos corps sont autant tien que mien...

"Bon réveil ma tendre Lawrence..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 7:00

Quel réveil! Décidément, Ace était l'homme le plus romantique et le plus attentionné qui soit donné sur cette terre. Un miracle puisque la gente masculine était de plus en plus dominée par les pulsions hormonales et le désir de faire le tout rapidement. Et prendre soin d'une fois en plus? Eh bah, rhalala. Non. Le temps n'y passait plus autant qu'avant. Lorsque son esprit commençait peu à peu à reprendre connaissance avec la réalité, se détachant de son rêve où Ace avait régné (eh oui!). Un sourire enchanté entrepris de se former pour exprimer la gratitude envers son futur mari. Elle ouvrit finalement les yeux, voyant l'artiste à l'oeuvre. Ace y allait avec attention, prenant soin de détendre chaque muscle encore tendu. Elle alla lui voler un autre baiser de réveil. Puis, elle redéposa tout doucement sa tête contre la mousse douce.

"Bonjour à toi, cher amant! Ou bonsoir. Je ne sais plus. Il y a longtemps que je me suis endormie?"

Lui demanda-t-elle, alors qu'elle avait perdu la notion du temps en s'assoupissant. Pendant qu'elle laissait son amoureux lui caresser le corps induit d'huile à massage devenant chaud au contact des paumes des mains, elle replaça un peu sa longue chevelure, défaisant les quelques noeuds en faufilant ses doigts parmi les mèches nouées entre elles.

Puis, elle regarda l'artiste qui prenait bien soin d'elle. Elle un sourire flatté et ému qui se dessina sur son visage. Elle avait tombé dans le mile. Son dard avait atteint la cible rapportant le plus de point. Elle avait gagné la plus grosse mise qui puisse exister et encore là. Le dictionnaire n'était pas assez épais et assez long pour décrire tout l'amour qu'elle lui vouait. Et plus encore. Le Sahara, cette immensité sablonneuse, ne representait qu'une partielle de tout ce qu'elle ressentait envers cet être du sexe opposé. Et dire qu'elle allait passé le reste de sa vie en sa compagnie. Le rêve! Le paradis existait vraiment pour les mortels de ce monde.


"Quel plaisir que de voir son futur mari donner autant d'attention à sa future épouse!"

S'exclama-t-elle alors qu'elle lui décocha un sourire radieux.

"Approchez vos lèvres pour que je puisse vous remercier d'une si délicate attention..."

Lui dit-elle alors qu'elle plongea son regard vert dans celui qui s'affairer à masser son corps entier, des jambes jusqu'à la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 7:35

La femme est un trésor, une merveille de la nature surpassant la beauté de l'arc-en-ciel et l'émerveillement suscité par les aurores boréales. Elle mérite que l,on prenne soin d'elle et qu'on s'occupe d'elle, comme une pièce de collection dotée d'une vie propre et d'une personnalité unique. Telle la perle de l'huitre, la femme épanouie se forme avec les duretésde la vie mais au finall, il faut la polir et lalustrer ppour lui permettre de rayonner. Les étoiles ne sont pas des soleils: ce sont là l,âme de toutes les femmes qui furent cmblées sur cette terre. Voilà pourquoi bien peu d'étoiles naissent de nos jours."

Expliqua Ace avant de redonner ses lèvres a son aimée, en massant plus en profondeur pour aller chercher plus le plaisir qu'il stimulerait pour son aimée que la fonction purement "utilitaire" de l'acte. Pour Ace, une femme devait ressentir le plaisir des sens par le toucher au moins une fois par jour, chose que la nature offrait rarement. on pouvait sentir une fleur, voir un arc-en-ciel, entendre le gazoulis des oiseau, manger un fruit délicieux, tous des sources du plaisir des sens. Mais le plaisir tactile? Absent, inmmanqablement, ce plaisir ne pouvant être donné qu'entre humain, plus encore entre humains qui s'aiment. Et si il parvenait sans faire une seconde représentation avec sa belle à la renvoyer au septième ciel... Alors à ce moment là il serait bien placé pour lui donner ce que fort peut d'hommes étaient en mesure de faire, même les plus aimants.

"Nous sommes en fin d'Après-midi, vous avez dormi pendant environ quatre heure et j'ai versé des larmes d'émotion en vous voyant si belle dans votre sommeil. Je n'ai pas cessé de penser une seule seconde à un moyen de vous combler encore davantage et je pense que si je travaille à raison de seulement 40 heures semaines, en une année, je pourrais vous faire bâtir un château tout en vous laissant jusqu'au dernier cent toute la fortune de mon héritage... Je voudrais vous offrir le monde mais il est trop imparfait pour vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 17:41

Et une petite averse traversa les yeux de la jeune femme qui laissa couler des larmes chaudes de joie à l'égard de son futur époux qui ne cessait de la complimenter et de la rendre encore plus unique dans ce monde où tout le monde veut se ressembler. Elle essuya ses larmes et leva instinctivement la tête pour aller chercher un autre besoin de gratitude. Elle prit sa tête via ses joues et l'amena tout près de son visage pour échanger un autre baiser passionné. Elle l'amena tout contre corps, imprégnant une certaine couche huileuse sur le torse de son amoureux qui continuait de la masser toujours avec ardeur et tendresse. Tout deux n'avaient maintenant plus une gêne. Ils pouvaient se dévisager et admirer le corps dénudé de l'autre sans ressentir un certain embarras.

Soudain, ses lèvres devinrent brûlantes, brûlantes. Elle devait atténuer ce brasier et le seul moyen était de les coller à celui qui les avait aussi brûlantes qu'elle. Elle s'arrêta au bout de quelques minutes, le temps de reprendre son souffle qui venait à lui manquer dans cet échange. Elle le regarda dans les yeux et sentit, également, la respiration haletante de son tendre. Elle sourit. Elle lui caressa les joues avec douceur pour lui donner un certain réconfort. Elle déposa, détachant ses mains de son visage, la tête de amoureux sur sa poitrine. Elle sentit, dès lors, une joue sur son corps et l'huile qui se collait. Elle faufila, finalement, une main dans ses cheveux qu'elle s'amusa à jouer avec ses mèches. Il pouvait sentir les battements de son coeur à son tour, contempler l'empleur de ceux-ci qui battait la chamaille dans sa cage thoracique.


"J'ai peine à croire que vous allez, désormais, partager ma vie, mon âme...et mon corps. J'ai peine à croire que mon coeur vous soit souder. Je semble rêver et, pourtant, je viens de dormir quatre heures et voilà que j'ouvre mes yeux que j'apercevois la chose la plus merveilleuse dans ce monde. Et à tout jamais. Je braverais les tempêtes, les nombreuses blessures, la mort pour vous rester fidèle. Vous avez comblé une femme qui, jamais, croyait vivre avec son prince charmant pour le restant de sa vie. Et que, symboliquement notre union, je porterai l'anneau que vous aurez choisi pour m'embellir encore de plus belle. Vous êtes mon amour, ma vie, ma lumière, mon époux, mon homme, mon prince...je suis vôtre et vous êtes mien. Il me suffit de regarder vos iris et vos pupilles pour fondre sur place et pour vous dérober un baiser qui ne finit plus de durer. Cette journée est, sans contredis, l'une de mes plus merveilleuse journée. Je ne pensais pas faire une rencontre aussi...qui changerait ma vie à dire vrai. De plus, d'être l'élue de celui que me prend pour femme et pour confidente jusque dans la mort. D'être l'élue de celui qui me bâtira un royaume pour me sentir en sécurité. Mais sachez que mon royaume, c'est vous. Vous qui m'avez enlaçé pendant que sommeil m'avait tiré dans la rêverie où vous êtiez. Et je suis émue d'entendre votre lysrime romantique et poétique à chaque fois que vous arrêtez de m'embrasser pour me déclarer votre amour comme au premier regard. Je voudrais également vous offrir le monde, mais nous sommes en train de bâtir le nôtre et celui-ci, sera le monde le plus fantastique qui existera pour l'éternité puisque vous y êtes."

Sur ces paroles de tendresse et d'amour, elle prit de nouveau la tête entre ses mains et amena sa bouche tout contre la sienne, ressentant des frissons de plaisir et de passion. Ces deux-là étaient des âmes-soeurs et des vrais. Personne, ni même la tempête et encore moins l'Acopalypse viendrait à les séparer de l'un et l'autre. Ils étaient soudés pour la vie et qui plus est, l'anneau qui allait garnir leur doigt ne ferait qu'emplifier et forger encore plus la colle qui les unissait.

"Je vous aime tant...même les mots les plus justes sont encore trop loin pour décrire à quel point mon coeur brûle, au point de me faire mal à la poitrine, pour vous. Vous êtes l'homme qui me fera sans cesse renaître..."

Et de nouveau, elle alla lui voler un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 18:18

Ace ne se lasserait jamais des douces paroles de sa belle. Moins poétiques et lyriques que lui peut-être mais si justes et si vraies qu'elles avaient autant sinon plus d'effet.Pour la première fois de sa vie, il remercia le ciel d'avoir fait de lui un homme. si il avait été une femme, Lawrence lui aurait sans doute été inaccessible. Des femmes... Il en avait vu des masses, tant de par son importance au ministère que par son sang de nobles. Grandes, petites, minces, grosses... Certaines avaient des hommes à leurs peids, d'autre une poitrine plus généreuse ou plus de maquillage... Mais Ace avait réalisé une chose très tôt dans la vie: ce n'est pas une forte poitrines, plus de maquillage ou des menstrauations régulière squi faisait d'une femme une femme. Loin de là. C'était la pureté de son âme, la véracité de ses sentiments, la beauté de son esprit. Certaines femmes étaient pour lui de fausses femmes, toujours à vouloir le lit d'hommesplus riches pour leur prestige. Il avait eu la malchance de vivre une déplaisante expérience de séduction par l'une de ces caricature... Et il s'en fallut de peu pour que la chose finisse devant les tribunaux. Mais Lawrence... Elle demanderait qu'il rejoue la grande pièce de théâtre del'union etil le ferait sans hésitation où elle le voulait, quand elle le voulait et aussi souvent qu'elle le voudrait. Pour cette femme, i ln'avait aucune gêne, une foi totale que toutes ces pseudos femmes n'obtiendraient jamais. Il détestait que l'on s,intéresse à lui pour son corps ou sa fortune mais Lawrence...Pourrait abuser sans restriction de ces deux éléments et il le lui pemettrait volontier. Il était son compagnon, son âme soeur... Il ferait tout pour elle. Et il décida de lui en fair état, ou plutôt de lui demander ce qu'elle voudrait que son prince charmant change... Si changement il se devait d'y avoir.

"Ma tendre Lawrence, un époux se doit d'être parfait aussi... y a 'il quelque chose chez moi qui physiquement vous déplaît? Pas assez de muscles, cheveux trop longs, trop court, dont la couleur vous déplaît? Demandez, ma tendre, je deviendrai un autre homme, physiquement, pour vous, pour être le prince charmant de vos rêves les plus fous, les plus secrets, les plus osés... Je tiens à être en tout point un rêve éveillé et parfait pour vous dussés-je endurer mille tortures pour que je sois nenfin l'Avatar de vos rêves..."

Et Ace était bien sérieux. Il était prêt à tout pour elle, absolument tout. Et qu'importe si la douleur était chose à resentir pour y arriver. Il le ferait quoi qu'il lui en coûte. Réfléchissant àsa précédente affirmation, il ajouta tendrement.

"Vous en revanche, vous n'Avez absolument rien à changer. Vous êtes plus que parfaite en tout point, vous êtes même plus belle que la femme qui vint remettre de la joie dans mes pires cauchemars, celle qui me tendait la main pour m'aider... OH LAWRENCE! Je vous aime tant!"

Il se remit à la couvrir de basiers, cnsummé par la passion, couvrant chaque centimètre carré de baisers langoureux, invoquant de tmps à être, comem une prière, le nom de son aimée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 18:40

Réussissant à le détacher de ses baisers colleux, mais ô combien agréable à recevoir, la jeune hocha la tête et le fixa dans les yeux.

"Vous n'avez rien à changer..."

Et elle s'empressa de lui donner un baiser.

"...vous êtes l'homme que j'ai cherché sans savoir ce que je recherchais réellement..."

Et hop! Un autre baiser vint la couper dans sa réponse.

"...vous incarnez la perfection masculine, tant physique que psychologique..."


Un autre baiser la coupa.

"...vous êtes mon rêve éveillé, mon avatar idéal."

Un baiser déchaîné vint mettre fin à sa réponse qui se finit au bout de quelques baisers ardents, lui procurant une certaine jouissance à chaque renouvellement d'amour.

"Vous êtes mon prince charmant. Voilà tout!"

Ainsi elle se mit à le couvrir de baiser tant sur le torse que dans son cou, sur son visage et sur la partie qu'elle préférait le plus, tant la texture était la même: les lèvres. Elle le serra fortement contre son corps. Elle donna un autre coup de bassin, de sorte qu'elle se retrouva sur lui et lui, en dessous d'elle. Les rôles venant d'être inversés. Lawrence se mit alors à le couvrir de baiser sur son torse, n'oubliant aucun millimètre. Puis, elle descendit dans son cou où une kyrielle de baisers s'en suivit. Elle lui mordilla l'oreille, puis, effleurant la peau de son visage, elle se rendit à sa bouche où elle lui offrit un baiser fougueux, quelque peu sauvage. Puis, effleurant de la même manière sa joue, elle alla de l'autre côté où elle effectua le même scénario.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 19:49

Ace adora cette découverte d'une autre facete de sa belle: une passion plus animale, plus directe, plus démonstrative. Ce baiser lr transporta de bonheur et de plaisir et il répondit avec la même intesité à sa belle avant de la laisser s'addonner à un don de baisers aussi ardents que plaisants. Il la serra contre lui, Avec une certaine force, sans toutefois la blesser mais suffisamment pour que la pouitrine de sa belle soit presque aussi plate que la sienne, une étreinte chaude et passionné qui propulsa en flèche, il aurait pu le jurer, sa température corporelle. Le désir se réinstalla en lui, ardent, brûlant, douloureux et il eu envie de jouer une variante de la pièce de théâtre qu'ils avaient joué plus tôt, sur le même ton que le dernier baiser de sa belle: laissser e côté la poésie des mouvements pour y aller avec une poésie moins douce mais plus près de leur nature profonde, celle des instincts, là où c'est une saine aggressivité, amoureuse et passionnée, qui s'empare des corps et qui font de cette union, une expérience aussi intense que mémorable, quand l'acte procréateur devient un acte intime pour se libérer d'un trop plein de désir, ce désir qui rends fou et qui s'il n'est pas correctement évacué peut faire du rêve un cauchemar... Et Ace, complètement revigoré par les baisers de sa belle se sentait renaître pour la quoi? La cinquantième fois au moins? Il était d'attaque pour un autre passage de leur vie amoureuse, aussi douce et aimante que passionnée et ardente. Inconsciemment, ses baisers et caresses adoptèrent une partie de cette volonté, se faisant eux aussi plus sauvages et tout ausi pasionnés... Ah comme il pouvait aimer cette femme!Il aurait voulu être infatigable pour ne jamais dormir et pouvoir éternellement la contempler et la satisfaire à toute heure du jour ou de la nuit... Mais il était aussi humain qu'elle ce qui rendait, malheureuesement la chose impossible.

Pas une fois durant ces minutes où il la garda serrée contre lui, assaillant sa bouche de baisers passionnés où parfois bouches toutes entières s'entremêlaient, langues incluses mais il eu la certitude qu'elle avait soit la même envie que lui, soit comprit son besoin d'vacuer ce trop plein de désir Son regard se fit gourmand pui coquin puis de nouveau malicieusement amoureux et il se perdit encore dans l'immensité verte de son regard.

*Une seule autre fois... Accorde moi une seule autre fois pour aujourd'hui cette union de la chair et ensuite je t'amènerai en ton domaine... Soit ma sauveure, le désir est entrain de me ronger, plus violent que l'acide, plus vrûlant que la lave en fusion... Esprit de ma belle, entend mon appel e détresseet vient à mon secour...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 21:29

Leur âme maintenant soudé, tout deux se comprenant sans même s'adresser la parole. Tout comme elle, elle sentit qu'il voulait de nouveau rejouer cette pièce de théâtre où rappel avait été fait tant cela avait été magnifique. Croquant l'ardeur et la frénésie, la jeune femme se fit plus aventureuse et un tentinet sauvage démontrant toute la fougue qui l'animait. Elle pressa son corps tout contre le sien, se sentant frémir de tout ce plaisir qui allait bientôt se renouveler. Cette fois-ci, ayant donné son accord lors de la première fois, c'était à son tour de réciter la première réplique.

Pour ce faire, elle se renversa sur le dos, amenant son amoureux sur elle. Elle le serra très fort tout contre son corps chaud puisque sa température avait grimpé d'un seul trait, rendant de nouveau ses cheveux humides. Elle couvrit son jeune amant de baisers tout aussi sauvage et déchaîné les uns que les autres. Mordillant une de ses oreilles, elle lui susurra quelques mots qui la fit sourire de manière coquette et malin.


"Rejouons cette pièce que j'aime tant..."

Et elle rajouta vraiment tout bas, comme une voix perceptible seulement par celui qui la comprenait.

"...avec plus d'ardeur et d'acharnement."

Sur ce, elle descendit sa langue de l'oreille jusqu'à la bouche d'Ace, alla l'engouffrer dans sa bouche où elle y trouvait refuge pendant quelques instants.

Puis, sentant une certaine jouissance montée en elle, elle décrocha une de ses mains du dos de l'homme et ses doigts allèrent, une seconde fois, s'accrocher dans la mousse pour avoir une certaine stabilité. Par ailleurs, c'était comme un signe d'abandon total à Ace, signifiant qu'elle se vouait et donnait entièrement à ses moindres désirs, autant romantiques qu'animals. Elle lâcha les lèvres de celles de son amoureux, reprenant sa respiration qui était devenue vraiment haletante. Puis, se mordillant un peu la lèvre inférieur, signe de sa mesquinerie, elle colla de nouveau ses lèvres pulpeuses et désireuses sur celui pour qui son coeur battait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 22:05

Ace ayant reçu l'insigne privilège du premier mouvement du premier acte y alla d'abord en douceur, en guise d'introduction. il y alla d'abord d'un préliminaire ou il embrassa du front aux pieds sa elle et il remonta vers ce point qui différenciait les hommes des femmes, là où la femme pouvait donner la vie et y apporta un homamge tout particulier, y faisant un poème gestuel où la langue seule faisait office d'instrument, sous les vocalises de ses belles qui allaeint crescendo. Quand il sentit sa belle prête pour l'introduction en soit, graduellement il y alla en intensité, une ode à la fois magnifique et sauvage, le déchaînement d'un torrent passionnel dans on expression la plus simple, la plus brut, sans raffinement ni fiotures, la passion, la vraie, celle qui vous fait sufrir tant elle est fort en vous. Chaque qu'Ace faisait faisait avncer la pièce au son d'un orchestre faisant entendre extase et amour infinie, sur une note à la fois héroïque et ragique, les deux amants étant physiquement limités par la faitgue, ne pouvant faire durer la pièce éternellement. Parfois, il se rapprochait tant de sa partenaire et actrice qu'il se demanda s'il n'allaient pas rester fusionnés tous les deux tant la proximité de ces deux êtres était évidente. Pendant cet acte, les douces paroles poétiques avaient étéremplacées par de grands cris où le nom de l'un de et de l'autre furent en de nombreuses fois répétées, où plaisir, bonheur et amour s'entremêlaient dans un maelstrom aussi puissant qu'indestuctibles. c'est la nature profonde de l'un et de lautre qui s'exprimait, non pas deux êtres humains coincés dans un carquant que la société et les bonnes meours leur imposaient.Ils étaient en train de réatteindre l'état de nature qui font des animaux les meilleures créatures de l'existence car la nature est leur seul guide, qui rien ni personne ne peut les juger sur ce qu'ils font et qu'ils se donnent leur amour sans retenue. Ace ne regrettait en rien d'en revenir à cet état que désormais plus perosonne n'ateignait,de peur d'être mal vu. L'état de nature est un état animal et sauvage disait-on donc incontestablement violent. Les sots. Il n'en était rien. Avouer son amour sans retenue, procéder à la fusion des corps de toute la force du corps et de l'esprit, sans jamais faire de mal à son compléemnt, hurler à s'en casser la voix le nom de son autre moitié, agir sans restriction, c'était cela que vivre une parfaite union. En de nombreux points de la pièces, que les spectateurs pensèrent tous être le point culminant, l'acteur donnait subitement un baiser profondément sauvage et passionné à l'actrice qui répliquait avec la même fougue. Parfois, l'acteur se penchait davantage sur l'actrice pour embrasser son corps luisant de sueur, embrassant un point X, embrassant un point Y, en suçotant un autre... Cette symphonie des corps supplantait parfois le bruit del'orchestre et cette pièce dura pendant de longues minutes, chaque acteur désirant faire une seconde de plus vers l'infini du moment. Ace le virtuose allait stimuler tous les points sensibles de la vibrante personnalité de son aimée pour rendre la pièce encore plus insoutenable à regarder tant elle était belle, irréelle dans un monde où plus rien ne fait de sens avec la tradition. Jamais ses mouvements ne faiblirent et il comptait bien ne pas mettre fin à la pièce cette fois. Celui qui commençait faisait l'Avant dernier mouvement et c'était celui qui ne commençait pas qui avait la goire de la finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 22:42

Telles des chenilles, leurs corps se tortillaient, voulant avancer plus rapidement. Leurs corps et leurs âmes à nouveau unis, Lawrence se crut, une seconde fois au paradis. Un paradis où le froid n'existait même pas, où seul une chaleur et une humidité constante avait le haut sur la température et l'atmosphère. Souriant de plaisir, arrachant un baiser un gratitude, frissonnant de joie et d'ardeur, la jeune femme hurla de nombreuses fois le nom d'Ace. Par conséquent, cet écho ainsi créé se perdait et encrait parmi l'écorce des arbres, formant une sorte de pièce insonorisée où le spectacle pouvait se donner sans risquer de faire entrer des visiteurs et des curieux indésirables. Sous les pulsions du moment et sans tenter de faire du mal, ses ongles s'enfoncèrent dans la chair d'Ace, ne formant que des lignes devenant rouges à la longue. Ceci lui créa un certain pouvoir de domination en cette représentation encore plus exaltante que la première.

Riant par les chatouillements que certains baisers, qui lui étaient donnés à certains endroit X et Y, lui procuraient, elle continua se laisser aller par le moment en se tortillant comme une feuille par le vent pour suivre les mouvements du corps d'Ace. Les minutes défilèrent à une vitesse fulgurante. La respiration de chacun se mêlait en de notes saccadées, coupées par des raclements de la gorge. Puis, un échange de salive s'effectuait après un moment de quelques secondes de repos.

Et puis, le point saillant de la représentation. Dans cette conclusion, où les rideaux se refermèrent, pendant que la foule acclamait, les deux acteurs, leur cris, camouflés parmi les applaudissement endiablés de la foule, montèrent en volume allant jusqu'à casser les coupes de verres et de cristal. Puis, le rideau se leva, laissant les deux acteurs se faire féliciter par leur incroyable interprétation, encore plus magistrale et admirable que la première représentation. Main dans la main, comme si leur âme était fusionnée l'une dans l'autre, leurs mains se lâchèrent, tout comme leur fusion. Ils retournèrent en coulisses où ils allèrent reprendre leur souffle et refaire leur force pour la prochaine représentation qui aurait lieu dans les prochaines 24 heures.

La jeune et belle actrice allait rejoindre son partenaire de jeu dans sa loge où elle le couvrit de félicitations et de baisers. Ils fallaient l'avouer aux médias: ces deux jeunes acteurs, leur popularité montant comme un thermomètre passant de 0 degré à 100 degré d'un seul claquement de doigt, s'aimaient profondément et passionnémment. La jeune actrice, en l'occurence, Lawrence, se rapprocha de l'oreille d'Ace, l'homme tenant le rôle masculin principal.


"Une autre représentation réussie! J'ai hâte à la prochaine..."

Puis, la jeune femme alla rejoindre les lèvres de son jeune amant pour l'embrasser avec toute la passion qui l'animait à l'intérieur de son corps, dépourvu de chasteté à présent. Pour une deuxième fois.

Lawrence, avec la simple gestuel du corps, apportant son amant à ses côtés. Elle le serra contre elle, voulant s'imprégner de son odeur si agréable à ses narines. Elle blottit sa tête dans le creux de son bras, mêlant sa main libre à celle de son amoureux, leurs doigts s'entremêlant entre eux comme si un jeu s'installait. Tout en plongeant son regard dans celui où elle y voyait des flammes, elle lui vola ses lèvres un instant.


"Mon amour est sans limite pour vous. Ma passion ne se calcule point. Vous êtes la seule merveille du monde qui existe sur cette terre. Je vous aime à la folie. Certains penseront que je suis folle, mais je follement amoureuse de celui qui sera mon époux dans quelques temps. Et j'ai bien hâte de voir votre domaine..."

Elle replaça des mèches de cheveux qui recouvraient légèrement le visage d'Ace. Elle eut un sourire amusé.

"Je vois l'empleur de nos désirs en replaçant vos cheveux..."

Et elle rigola un peu avant de reprendre du sérieux en continuant de le regarder dans les yeux, voulant le contempler dans toute sa splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 23:08

"Moi, je l'ai mesuré à la passion animale dont nous venons de faire preuve. Bon sang mon amour, vous aez la fougue d'une tigresse! Jamais je n'aurais cru cela possible d'un si adorable petit corps... Bon sang, Vous m'avez amené au-delè du septième ciel... C'est indescriptible. Tout bonnement. Je ne peux que vous en remercier."

Il l'embrassa d'abord passionnément et sauvagement sur ses lèvres douces et aimantes, pour lui montrer que son ardent amour ne connaissait pas le repos, puis sur un sein, par espièglerie, y laissant par la même occasion une petite sucette rouge là où il l'avait longuement embrassé. Rien de douloureux, comme les marques d'ongles qu'il avait sur lui. Il était fou d'elle et à chaque fois qu'il jouait la pièce avec elle, c'était comme laisser son âme faire une fusion avec celle de Lawrence, les sensations de l'un stimulant celles de l'autre dans un crescendo infini... Pour ne pas faire de jaloux, il offrit le même traitement, le même baiser àl'autre sein avant d'esquisser un radieux sourire à sa belle. Il adorait lui profiguer ses soins, toucher son corps, faire le contour de ses formes, la traiter en reine...

"Vous savez ma tendre, mon domaine est inviolable et on ne serait ni voir ni entendre ce qui se passe à l'intérieur. Aussi, en gage de mon respect et de ma fidélité, je m'engage à ne jamais porter e vêtement en notre résidence de vie. Ainsi,, si la passion nous isitait, nous serions à même d'y répondre sans perdre de temps avec ces encombrants vêtements. De plus, cela me permetttra de voua dmirer dans toute votre gloire..."

Dit un Ace très sérieux qui voulait tout sauf revoir sbien aimée avec des vêtements, qui cachait une partie de son éclantant charme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 23:27

Lawrence sourit et en guise de remerciement, elle l'embrassa également. Elle laissa son amoureux lui baiser ses attraits féminins, laissant naître des frissons chatouilleux sur son corps.

"Je suis humblement heureuse de savoir que je vous ai fait monter plus haut que le septième ciel lui-même. Vous m'en voyez touchée."

Ses yeux brillants d'une reconnaissance et d'une sincérité incomparable, la jeune femme s'empara de ses lèvres avant de frissonner, non pas de plaisir ou de joie, mais de froid. La nuit avait probablement dû s'approprier le ciel, se débarassant du soleil qui n'avait pas fait son travail pour changer d'horaire avec la lune, confidente de tous les secrets de la nuit. Elle se blottit contre le corps d'Ace, mais en vain. La jeune princesse ressentait ce froid qui avait, pourtant, été présent toute la journée, mais elle avait été trop occupée pour s'en rendre compte. Elle tira sa cape, espérant obtenir de la chaleur, mais là non plus, elle ne lui en fournissait pas.

Le vent jaloux avait repris son service, mêlant les feuilles et les arbres à sa vengeance. Les arbres commençaient à se détacher de l'un et de l'autre, comme pour signaler aux deux tourteraux de changer de couche sinon gare aux nombreuses paires de yeux curieuses de savoir ce qui se cache derrière les troncs de arbres qui invitaient les passants à s'approcher. Maintenant complices, vent et arbres commençaient à attaquer Ace et Lawrence, les obligeant à déguerpir. Ayant une peur naissante en elle, la jeune femme crut bon de finir leur jeu intime et recouvrir leurs corps nus des éventuelles visites indésirables. Elle se détacha avec nostalgie de l'emprise de son amoureux pour aller retrouver ses vêtements épars un peu partout dans la clairière.


*Je ne pensais pas que notre folie a envoyé nos vêtements un partout!*

Le vent leur sifflant et dictant de partir avec un rire diabolique, la jeune femme enfila ses sous-vêtements puis sa robe. Elle prit finalement sa cape qu'elle secoua tant bien que moi pour retirer la mousse qui s'était évadée du sol. Elle la rabattit sur ses épaules et l'attacha.

Après quelques instants, elle alla retrouver les bras de son bien-aimé dans lesquels elle trouva refuge alors qu'ils avaient encerclé le corps frêle de la jeune femme.


"Rentrons à la maison! Le vent se fait de plus en plus jaloux et j'ai peur que des passants violent notre intimité à laquelle, nous jeune couple, avons droit."

Lawrence regarda Ace et lui sourit.

"Si je puis me permettre d'appeler votre demeure, notre maison..."

Et elle finit par lui donner un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Brume maudite   Dim 16 Déc - 23:45

Ace maudissait ce vent jaloux et ce froid désagréable. Forcé de se rhabiller en vitesse, le jeune amoureux, accessoirement fonctionnaire du gouvernement offrit sa chaleur corporelle à sa belle qui avait dû se rhabiller également. Il l'invita à quitter la forêt avec lui et profitant de l'obscurité complice, il plaça une main audacieuse dans le décolleté de sa belle, allant toucher son coeur le plus près possible, séparé de l'organe par la peau et la cage thoracique. Mais il le sentait, chaud et vibrant d'amour, bien là malgré le froid glacial. Il garda sa mian là et entreprit de masser la région en question, la trouvant froide à causde d'uun vent ingrat et impitoyable.

"Je ne laisserai pas ce froid infame vous refroidir ma tendre, il aura à faire à moi! Je vous ai juré fidélité et il ne me fera pas rompre mon serment."

Tout en marchant, il apperçu la mase smbre de son v.éhicule resté garé docilement en attendant son propriétaire. Il esquissa un sourire joyeux et invita sa belle à y entrer.

"Je vous conduis à notre manoir, ma tendre Lawrence?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: Brume maudite   Lun 17 Déc - 0:00

Il n'y avait personne dans les environs, alors elle pouvait bien le laisser la toucher là où son coeur se trouvait, lui procurant, par le fait même, une certaine chaleur. Ils marchèrent côte à côte, tel un jeune couple marchant au bord de l'eau un soir de pleine lune. Arrivée à la route - et à la civilisation -, Ace entrepris de lui présenter son véhicule de conduite en se faisant un vrai gentleman. Il l'invita à s'asseoir du côté passager alors qu'il lui ouvrit courtoisement la portière. Elle lui donna un baiser de remerciement.

"Merci Ace! Et emmenez-moi à notre manoir, mon chéri."

Elle lui lança un sourire et un baiser soufflé et s'engouffra dans la voiture où elle s'arrangea pour ne pas que la portière se refermèrent sur sa cape qui faisait sa réputation et sa robe. Elle fit, finalement, signe à son tendre aimé de fermer la portière. Elle descendit la visière qui vous cache les yeux du soleil et se regarda dans le miroir qui s'y trouvait, propre à toute voiture qui se respecte. C'est alors qu'elle constata que sa chevelure était dépeignée.

"Ah ce que la folie peut nous faire!"

Mais elle cela lui permit de se remémorer toutes les événements de la journée. De la simple coupure à la jouissance extrême. Elle sourit, tellement heureuse de ce qui allait se passer: de son union éternelle à Ace à la naissance d'un éventuel enfant. Mais ce détail ne serait pas pour tout de suite, voulant profiter de leurs jeunes années ensemble, en répondant aux désirs de chacun. Elle replaça quelques mèches pour laisser dormir les soupçons des autres automobilistes qu'ils allaient rencontrer pendant la route de la forêt à leur manoir.

Et la voiture démarra alors qu'Ace entra dans la voiture et inséra la clé dans l'endroit indiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume maudite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brume maudite
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» La Dame de Brume
» [anim] l'Ile de Brume sang
» Vague de Brume :3
» A l'autre bout du chemin... [Pv Brume + Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: La forêt-
Sauter vers: