Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Visite de la part du contrôleur général des finances...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Ven 14 Déc - 22:58

Ace McCarthaigh était tout sauf un employé paresseux. Il adorait son travail et par conséquent, en plus d'être doué et zélé, il était impitoyable. Son poste lui donnant cette sublime liberté que d'aller mettre son nez dans les affaires d'autrui, il passait à la loupe chaque registre ou livre de compte qui passait entre ses mains. Ce matin à, il en était à son contrôle de la mine de Muileata et il avait l'impression que ce serait un contrôle juteux et saignant, genre de personnes qui aiment tricher avec la comptabilité. Après tout, la mine était un des poit le plus riche de toute la région... L'honnêteté dne devait pas faire partie des grandes valeurs du propriétaire.

Sans même attendre une autoriation quelconque, un signe ou quoi que ce soit, il entra dans le bâtiment administratif, passa devant plusieurs figures ébbahie et entra sans frapper dans le bureau du directeur. Il n'en avait pas besoin. Quand on est conttrôleur, il faut prendre les gens par surprise, quand ils sont à peu près honnête.

"Bon matin, je suis l'envoyé ministériel Ace McCarthaigh, contrôleur général des finances. J'ai été mandatté par le ministre des finances pour superviser l'évolution éconmimique de la région, le transit ddes avoirs et des capitaux, les relevés du personnel, etc. Vous êtes chanceux: vous êtes le premier sur ma liste!"

Annonça t'il en guise de présentation. Arborant une expression profondément sympathique, il attendit que l'on daigne lui offrir un siège.

*Bon sang ce que je peux adorer ce métier!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Dim 23 Déc - 0:31

Ce matin là, Eirnol et David ne s'étaient pas adressé la parole. La Falmarie avait préparé leur petit déjeuner la veille au soir et ils avaient mangé dans la même pièce sans même se regarder. Les deux hommes se détestaient cordialement et Eirnol avait décidé que David servirait son image en allant travailler à la mine tous les jours. Ca n'avait pas été son intention première quand il avait acheté l'esclave mais c'était ainsi maintenant. Et toutes les semaines, le jour où David aurait à se nourrir en rentrant, ils s'ignoraient encore plus que d'habitude. Aucun mot n'avait été échangé dans la voiture et quand ils furent arrivés à la mine, le Vampire avait rejoint les rangs des travailleurs sans même accorder un regard à son Maître. Eirnol n'avait pas passé une minute de plus dehors et avait rejoint rapidement son bureau. Il avait une réunion avec son second au sujet de toute une aile de la mine qui n'était plus utilisée à cause d'un trop grand nombre d'accident. Les deux hommes cherchaient un moyen de rendre l'endroit exploitable et sûr à la fois. Ils fallait donc envisager des travaux qui seraient réalisés, bien sûr, par les Vampires, mais aussi comptabiliser la manière donc les propriétaires seraient dédommagés du manque à gagner suite à la réquisition de leurs esclaves… Tout cela était un vrai casse tête.

Les deux hommes travaillaient sur le projet depuis plus d'une heure quand Eirnol proposa à son adjoint de faire une pause, il servit deux cafés et aéra un peu la pièce en ouvrant la porte menant au parc de la mine. Sylvane n'était pas venue aujourd'hui. Elle avait eu raison, il ne faisait pas un temps extraordinaire, mais les plantes semblaient toujours moins belles les jours où elle ne venait pas. C'était comme si elles sentaient que l'une des leurs était présente et leur voulait du bien. Il sourit en pensant à cela et se souvint que la Falmarie de son adjoint était enceinte. L'homme avait envoyé son esclave à l'élevage pendant deux semaines et cela avait porté ses fruits. Bien sûr un dispositif spécial était mis en place dans ces cas là, vu que les femmes enceintes ne pouvaient pas autant donner de leur sang. Mais Eirnol ne connaissait pas vraiment les dessous de tout cela. Il ne forcerait jamais Sylvane à une telle chose, il n'avait donc pas besoin de savoir.

Tout à coup, la voix de son adjoint le sorti de sa rêverie.


"Il faut faire des tours. Evaluer le temps des travaux et faire tourner les équipes qui y travaillent. Faire en sorte que tous mes mineurs passent autant de temps aux travaux. De cette manière, les propriétaires ne demanderont pas d'indemnité, si le travail est égal, sans favoritisme."

"N'es-tu donc pas capable de prendre une pause sans penser au travail ?", demanda-t-il en riant, "Mais je ne suis pas d'accord. Si on fait comme ça, l'association des propriétaires va nous mettre des bâtons dans les roues, elle voudra tout surveiller, tout le temps, pour être certaine qu'on fasse bien notre travail et tout le projet prendra un retard pas possible. Je pense que si on fait une indemnité journalière, ça leur plaira plus. Et puis, on peut se le permettre, non ?"

Avant même que l'interrogé puisse répondre, la porte s'ouvrit sur un homme qui envahissait les lieux comme s'il était en terrain conquis. Eirnol fronça les sourcils, contrarié d'une telle intervention alors qu'il était en plein travail. Il se leva doucement et détailla l'homme. Puis, finalement, il prit la parole:

"Je suis Eirnol Von Heizt, le propriétaire des lieux. Je suppose que vous allez insister pour que j'interrompe mon travail et vous reçoive dans la minute."

Il était palpable, dans le ton du jeune homme, qu'il n'était pas très heureux d'être ainsi dérangé, mais avait-il seulement le choix ? Ignorant momentanément le nouveau venu, il se tourna vers son adjoint en rangeant les dossiers ouverts. S'excusant de devoir ainsi interrompre leur réunion et lui demandant de prévenir le comptable… Ou plutôt, les comptables puisqu'il y avait une banque au sein de la Mine… Son adjoint récupéra les dossiers, dit qu'il allait réfléchir au problème sur lequel ils venaient de plancher et sorti après s'être légèrement incliné devant l'importun.

Eirnol détailla longuement Ace puis il sourit. Cet homme arrivait un peu tard, il n'aurait malheureusement rien à se mettre sous la dent, ça avait été fait il y avait un peu plus de deux ans, quand Eirnol avait hérité de l'empire de son père. Le trésor s'était penché sur les comptes de la Mine et un gros pourcentage de l'héritage avait été ponctionné. Ainsi, Eirnol n'était plus considéré comme responsables des erreurs de son père. En ce qui concernant la banque de récolte des Diamants, il était sûr de lui, c'était lui qui l'avait gérée pendant les dernières années avant que son père ne meure. Depuis qu'il était maître de la Mine, le jeune homme avait tout fait pour que tous les comptes soient transparents, tout était clair et net… Cet homme ne trouverait pas de quoi satisfaire ces désirs… Il se fit d'ailleurs un plaisir de le lui annoncer…


"Je pense que vous n'aurez pas beaucoup de travail pour votre première visite puisque le trésor a saisi la presque totalité des comptes du précédent directeur quand j'ai hérité de la Mine. Souhaitez vous prendre un siège ou descendre dans les galeries pour voir comment ça se passe ?"

Les Galeries… Peu d'hommes y descendaient de leur plein gré. Les gardiens embauchés étaient tous triés sur le volet. Non seulement les Humains avaient tendance à se sentir mal à l'aise au milieu des regards haineux des Vampires, mais en plus la Mine en elle même était oppressante et étouffante… Néanmoins, il se doutait que si cet homme avait été envoyé ici, c'était qu'il était de la région car le Ministère rechignait à évoquer l'existence des Vampires de crainte d'un mouvement de panique…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Dim 23 Déc - 18:23

"Je ne viens pas exactement pour les comptes qui sont parfaitement réglementaires, selon les dires du trésor et qui aurait nécessité l'envoi d'un simple sous-fifre gouvernemental et non pas le contrôleur général, monsieur Heizt. N'ayez crainte sur ce point, nous ne venons pas... Vampiriser vos avoirs."

Dit calmement Ace en insistant sur le "vampiriser". Histoire de lui faire savoir que le ministère avait grand intérêt dans le domaine d'une main d'oeuvre docile et extrêmement performante. Après tout, on l'avait envoyé pour ça: établir différentes statistiques avec le taux de production moyen d 'un vampire, les coûts pour un falmari, la superficie de bâtiment requis, le nombre d'hommes à affecter pour la sécurité... Autant de questions à laquelle Ace se devait de trouver une réponse. Autant de paramètres à considérer. Mais ce que désirait le ministère, c'était un type de travailler pouvant extraire sans risques... L'uranium que l'on trouvait en divers endroit du pays et que l'état contrôlait jalousement. Certaines personnes bien pensante du gouvernement voyaient là une part de l'Avenir et les rapports concernant les dégâts à longs termes dudit produit extrait étaient tout sauf agréables à lire. Sacrifier des vampires pour faire des tests ne dérangeaient nullement ces messieurs du gouvernement. Pour Ace, c'était jouer avec le feu que de tenter le diable ainsi. Pour le ministre des finances et le trésor, il s'agissait de potentiels investissements pour le pays. Et donc Ace avait courbé l'échine pour faire son travail. Ace, sortant de sa semi-rêverie, toujours debout, répondit de suite au propriétaire.

"Votre main d’œuvre... Spécialisée, par contre, elle intéresse considérablement monsieur le ministre. Et pas seulement le ministre, beaucoup de proches de ce dernier et plusieurs ministères dont celui auquel j'appartiens. Donc oui, descendre dans la mine va être essentiel et j'allais vous en faire la demande quand vous me l'avez proposé. Ça me changera des couloirs éclairés du ministères, vastes et spacieux et des regards admiratifs de ces laquais du bas de l'échelle hiérarchique. Appelez cela masochisme si cela vous amuse, moi j'appelle ça un retour à la réalité."


Dernière édition par le Mar 8 Jan - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Mar 8 Jan - 14:07

[HJ : Il y a encore pas mal de fautes d'orthographe, des lettres en trop ou oubliées, c'est désagréable à lire. Tes posts sont plutôt courts, ça ne devrait pas te prendre trop de temps de les relire.]

Eirnol tiqua quand l'homme l'appela "Monsieur Heizt"… Pas qu'il tenait particulièrement au nom de son père mais il préférait tout de même qu'il ne soit pas écorché. Il hésita un instant à appeler son interlocuteur "Monsieur Carthaigh" mais préféra corriger avec calme, en souriant poliment :

"Von Heizt"

Cet homme se vantait d'être admiré et envié et cela aurait donné la nausée à Eirnol si le début de la tirade ne l'avait inquiété autant. L'état en voulait donc aux Vampires ? D'un point de vue totalement personnel, Eirnol savait que sans les Vampires, sa mine ne pourrait plus tourner. Mais c'est autre chose qui lui semblait étrange. Les hommes avaient vraiment trop tendance à oublier les leçons du passé. Cela faisait à peine un siècle que les hommes n'étaient plus les esclaves de ces créatures et il ne restait sûrement plus beaucoup de victimes de cette époque pour mettre les jeunes en garde. Ou bien on les prenait pour de vieux fou dont le discours n'était pas important. Les hommes allaient au devant de gros ennuis. De plus, qui dit Vampire, dit Falmari… Les Falmaris étaient une race sacrée et surtout très peu nombreuse. Même l'élevage de Galway était peu rempli. Ces créatures fragiles attiraient souvent la pitié ou la convoitise de leurs possesseurs qui soit les gardaient jalousement pour leurs propres plaisirs soit les protégeaient excessivement du monde extérieur. Non, vraiment, il ne fallait pas changer le cours des choses. Eirnol savait que d'ici quelques dizaines ou centaines années la race des Vampires serait totalement éteinte mais il avait conscience que leur présence parmi les humains restait dangereuse. Si les Vampires prenaient le contrôle des Falmaris, ils redeviendraient aussi puissants que dans le passé et cela n'était pas de bon augure pour l'avenir. L'avantage de garder tout ce monde dans la ville de Galway était que tout pouvait être réglementé et surveillé étroitement. La famille Helies surveillait la population Falmarie et s'assurait qu'aucun humain ne possédait trop de ces êtres et la famille Von Heizt était garante de la survie et du recensement des Vampires. Il était certain que si on les sortait du cadre qui leur était devenu habituel, l'univers fermé et rodé de Muileata, les Vampires commenceraient à se rebeller. Certains le faisaient déjà et il n'était pas rare que la sagesse et le calme d'Eirnol sot requise pour leur redonner la raison. Effectivement, le jeune homme était très respecté par les Vampires qui avaient conscience qu'il prenait un soin particulier à assurer leur conditions de travail. Les êtres de la nuit avaient tous ressenti la différence quand le jeune homme avait pris les rennes de la mine.

Quoi qu'il en soit, Eirnol se garda bien de faire la moindre remarque et se contenta d'acquiescer avant de se tourner vers son bureau pour prendre, dans un tiroir, la clé de l'ascenseur du personnel. Effectivement, les Vampires descendaient dans les galeries par un ascenseur assez vieux, rouillé et grinçant relativement peu rassurant (même si Eirnol l'avait fait contrôler et qu'il était certain qu'il était sécurisé) alors que le personnel utilisait un autre ascenseur, plus étroit certes, mais surtout plus moderne. Il éteignit les lampes du bureau et invita l'homme à le suivre. Ils sortirent donc de la pièce qu'Eirnol ferma derrière lui et longèrent les couloirs. Au détour de l'un d'eux, un homme alpagua le directeur avec un dossier à lui faire signer. Un nouveau vampire venait d'être inscrit à la mine mais la visite médicale indiquait qu'il était encore bien jeune et que son état général montrait une certaine faiblesse. Néanmoins, le propriétaire avait déjà deux Vampires à la mine et refuser le troisième serait certainement un incident qu'il ne laisserait pas passer. Eirnol fronça les sourcils et prit le dossier pour le survoler. Après quelques instants de réflexion, il décida que le Vampire serait pris à l'essai mais que si son état se révélait vraiment trop dangereux pour sa propre survie, il serait renvoyé chez lui. L'homme se retira et le directeur put enfin atteindre l'ascenseur dans lequel il invita son "invité" à entrer. Il ferma la grille derrière lui et la descente commença tout d'abord dans le silence. Mais Eirnol finit par le rompre.


"Depuis la révolution de 1915, le Ministère a préféré garder secret le fait que la population vampirique a été gardée en vie. Si vous êtes ici, je suppose qu'en plus d'avoir un poste important, vous êtes de la région et connaissiez déjà cet état de fait. Il me semble que même haut gradé, les fonctionnaires ignorent cette information. Et si vous êtes de Galway, vous savez sûrement que les Vampires ne sont pas des êtres libres et qu'ils ne m'appartiennent pas non plus. Mais surtout, vous savez ce qu'est un Falmari. Si les Vampires sont une race en voie d'extinction, les Falmaris sont encore moins nombreux et c'est bien parce qu'ils sont si rares que leur exploitation est restreinte à Galway. Avez vous déjà vu un Falmari, Monsieur Mc Carthaigh ? Ce sont des créatures d'une très grande beauté et encore plus fragiles. Il faudrait être un monstre pour leur faire du mal ou les forcer à se reproduire entre eux comme des animaux. Les Vampires et les Falmaris ne sont peut être pas des Humains mais il n'en sont pas moins des créatures pensantes dignes d'un certain respect que beaucoup leur refuse."

Eirnol se tut car ils étaient arrivés au niveau des mines et qu'un employé était en train d'ouvrir les grilles. Le jeune homme n'avait aucune honte à défendre l'intérêt des Vampires et surtout des Falmaris car il avait été élevé pas un de ces êtres végétal et dans la haine de celui qui dirigeait la mine, son père.

Les hommes n'étaient pas encore dans une portion de la mine où se trouvaient les travailleurs. Eirnol commença d'abord par faire tout un discours sur la sécurité de la mine sur un plan physique c'est à dire pour éviter les accidents puis il entreprit de parler de la sécurité humaine.


"En fait, le fonctionnement de la mine est assez particulier. Il n'est pas nécessaire de forcer les Vampires à travailler. On surveille surtout qu'ils ne se battent pas entre eux et qu'ils aillent bien car certains ont beaucoup de mal à s'habituer à l'univers fermé et oppressant des galeries. Ils n'ont pas de raison de s'en prendre à nous puisque ce n'est pas pour nous qu'ils travaillent. Les questions de rendement et d'investissement sont gérées directement par les Maîtres. Prenons un exemple. J'envois moi-même l'un de mes Vampires dans les galeries mais la Mine en elle-même me rapporte déjà suffisamment, je me moque donc de la quantité de diamant que David aura extrait des parois. D'autres veulent que leurs Vampires sortent en aillant mis en banque 10 ou 15 kilos de diamants et s'arrangent seuls pour le leur faire comprendre. Néanmoins, nous faisons en sorte que les Maîtres n'aient pas des demandes exorbitantes et nous refusons de faire travailler un Vampire affaiblit ou malade. En gros, nous sommes les "gentils" dans l'histoire et c'est pour ça que nous n'avons pas besoin d'un trop grand effectif. De plus, l'ascenseur des mineurs ne fonctionne pas pendant la journée donc s'ils tentaient une rebellions, il se retrouveraient enfermés dans les galeries… sans nourriture."

Eirnol marqua une pause et commença à avancer vers la zone de travail. Enfin, il demanda:

"Que voulez-vous voir, exactement, Monsieur Mc Carthaigh ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Sam 19 Jan - 23:32

Ace laissa émettre un très audible reniflement de dédain quand l'énergumène se mit à lui donner un résumé historique de la situation ministérielle. Il connaissait le dossier comme sa poche et n'avait besoin d'aucune précision de la part de quiconque. Son regard d'ordinaire compréhensif fut remplacé par un regard franchement agacé et il prit quelques notes sur un bloc note sortit entre temps.

*Se prend pour un personnage de haute autorité en se permettant de passer des commentaires insipides, de faire des rappels inutiles et se permet de fait d'embêter l'autorité ministérielle. Prend les fonctionnaires de l'état pour des inconscients sur leurs propres dossiers.*

"Le nouveau premier ministre est un homme jeune et très ambitieux, il se moque par conséquent de votre avis. S'il juge que les falmaris doivent être considérés comme de la marchandise reproductrice, il sera fait selon sa volonté. Et cessez de me prendre pour un ignorant, je connais parfaitement la situation et le contexte qui entoure Galway, les vampires, les falamris et tout ce qui s'y rattache. Je vais vous donner un conseil utile, monsieur Von Heizt. Un excellent conseil. En présence d’un haut fonctionnaire, sachez tenir votre langue. Surtout quand celui-ci doit remettre un rapport aux plus hautes instances en charge de ce pays. Si je suis ici, ce n’est certainement pas par plaisir alors que je pourrais être à Cork en train de m’occuper du plan de gestion des industries. Si le premier ministre devait recevoir, dans son rapport, qu’un gestionnaire de l’ancienne administration exprimait des doutes quant à ses projets ou pire, prendrait en pitié ce qui sert de marchandise bon marché à l’état, il pourrait en être déplu et agir en conséquence. Du genre… Destitution de fonction. Je partage votre point de vue quant aux falmaris et aux vampires mais il n’en demeure pas moins que vous et moi se subordonnant au dirigeant de la nation."

Dit Ace d’un ton froid caractéristique aux fonctionnaires du ministère des finances. Il avait suivit le directeur de la mine tout en parlant et on lui fit par la suite un bref exposé du comment la mine était gérée. Il ne put s’empêcher d’éclater d’un rire profondément sarcastique en réaction à une certaine phrase de ce monsieur Von Heizt qui se prenait pour un saint….

"Les gentils dans l’histoire? Oh pitié, ne me tentez pas de me faire rire avec des blagues d’aussi piètre qualité… Vous croyez franchement que quelqu’un qui tient et force au travail un esclave pour être dénommé ainsi? Franchement, monsieur Von Heizt, je vous conseille de vous arranger pour me donner une meilleure impression de votre personne d’ici la fin de cette visite, le premier ministre n’apprécierait certainement pas votre attitude… Vous manquez de professionnalisme, vous me parler de choses que tout fonctionnaire s’étant penché sur le dossier Galway connaît, vous vous donnez des airs de saint, vous semblez vous penser au dessus de la volonté du ministère… Plusieurs ont été démis de leur fonctions pour moins que cela…"

Ace se dit qu’il devrait batailler ferme avec ses notes pour donner une image à peu près appréciable pour ce premier ministre habitué à ce que l’on se plie à sa volonté. Un rien mégalomane sur les bords d’ailleurs, songea le fonctionnaire qui n’entendit qu’à demi la question de l’autre. Il devait en même temps analyser les opérations, prendre des notes sur les installations, évaluer le personnel…

"Hmm? Ah ce que je veux voir? Les vampires au travail, les patrouilles de sécurités et les points importants de la mine : réseaux de chariots, réservoirs, dépôts pour le matériel, sorties d’urgence, ce genre de choses. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Mar 29 Jan - 19:53

Eirnol avait écouté l'homme parlé, ignorant sa manière de le considérer comme un tortionnaire qu'il n'était pas. Non, ce qui lui avait le plus mis la puce à l'oreille, c'était cette manière de parler de lui comme d'un employé de l'état. Il était évident que les deux hommes ne parlaient pas le même langage et Eirnol allait se faire un plaisir de le faire remarquer à monsieur "je-suis-un-haut-fonctionnaire-imbu-de-ma-personne". Alors qu'ils allaient entrer dans les galeries, le directeur s'arrêta et dévisagea Ace un moment.

"Il me semble que nous n'ayons pas la même vision des choses, Monsieur. Cela ne me dérange pas de vous faire visiter ma mine et de vous montrer comment elle fonctionne mais c'est uniquement parce que je le veux bien. Monsieur de Ministre et vous semblez oublier un petit détail. Je ne travaille pas pour vous mais pour moi-même. Muileata est une propriété privée. Je gère mon entreprise comme bon me semble et je respecte les lois de ce pays. Je doute que le gouvernement ait l'argent nécessaire pour acheter ma mine qui, d'ailleurs, soit dit en passant, n'est pas à vendre."

Il ouvrit alors la marche sans laisser à l'homme le loisir de répondre. Ils entrèrent dans les galeries où les vampires étaient en train de travailler. Chacun avait son chariot et creusait, ils se déplaçaient d'un mur à l'autre selon leur bon vouloir et deux humains étaient dans les lieux. Ceux-ci saluèrent leur employeur alors que certains Vampires se retournaient vers eux pour les observer avant de retourner à leur tache. Prenant un risque supplémentaire de paraître insupportable à ce haut fonctionnaire, il continua sur sa lancée.

"Je suppose que votre présence ici a pour but que calculerait combien il coûterait à l'état de gérer le travail d'équipes de Vampires et de renouveler ces équipes régulièrement puisque vous envisagez de les envoyer à la mort. Malheureusement, l'organisation de Muileata ne pourra pas vous montrer cela puisque les Vampires travaillent d'eux même et pour eux même… Enfin, pour leur maîtres, mais servir leur maître revient à servir leurs intérêts d'une manière ou d'un autre. Bien sûr, c'est une relation biaisés, mais je ne suis pas le tortionnaire et me tuer ne leur apporterait rien. La sécurité est donc là, en effectifs très réduits comme vous pouvez le voir, presque pour la forme et surtout pour rassurer les propriétaire. D'ailleurs, ces propriétaires n'apprécieraient certainement pas de savoir que le gouvernement compte leur prendre la marchandise qui leur permet d'assurer leur vie aisée. Les Vampires comme les Falmaris sont des propriétés privées, on en trouve peu à vendre…"

Eirnol imaginait déjà la catastrophe qui se produirait si le gouvernement prenait aux habitants de Galway leur mine ou leurs Vampires. Il ferma les yeux un instant, cherchant à chasser cette idée. Mais il savait aussi qu'il venait de rajouter une donnée dans la balance. En en parlant devant les Vampires, ça induisait que certains maîtres seraient mis au courrant… Et le bruit courrait vite. Finalement, il continua alors qu'ils passaient dans une autre galerie.

"Vous parlez de sorties de secours, Monsieur, et je trouve ça très étrange… Les mineurs sont des Vampires qui travaillent pendant la journée. Nous prévenons les accidents, tentons de les minimiser, les Vampires travaillent aussi à consolider les galeries… Mais il n'y a pas de sorties de secours. Evacuer un Vampire en pleine rue, en plein jour, reviendrait à le tuer à peu près aussi sûrement que de mettre de la dynamite dans les galeries."

Ils avaient remonté une autre galerie et avaient débouché sur l'aire où était l'ascenseur des mineurs. C'est une grande cage bien plus rustique que celle du personnel. Proche de cet endroit, se trouvait les salles de repos des gardiens, des pièces où ils pouvaient manger, fumer, s'asseoir un peu… Ils y trouvaient aussi leurs emplois du temps, des revues…

"Les Vampires remontent avec leurs chariots à partir de la tombée de la nuit. Ils vont déposer leurs diamants à la banque et rentrent chez eux. Soit leurs maîtres viennent les chercher, sinon il y a des bus qui sillonnent la ville. Les galeries sud sont pour le moment condamnées car les armatures de soutient se sont fragilisées, nous allons mettre en place un plan de réparation mais il nous faut pour cela débloquer des fonds puisque si un Vampire travaille pour la sécurité des galeries, il ne creuse pas et c'est une perte financière pour les maîtres que nous devons compenser. C'est à ce projet que je travaillais quand vous êtes arrivé. Si vous voulez observer encore un peu les galeries, je vous accompagne. Sinon, je pense que vous avez vu l'essentiel."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Mer 30 Jan - 3:00

Ace ravala un commentaire acide sur ce qu'il pensait de l'entreprise et des boureois qui possédaient vampires et falmris quand un des dires du directeur de la mine attira son attention. Caché derrière son pad de notes, un sourire profondément désagréable se dessina et il décida de jouer les fonctionnaires haïssables. Il ne pouvait pas contrôler Von Heizt et son entreprise mais il pouvait donner une amende pour non respect des normes du bâtiment! À défaut de pouvoir empaqueter tout ce beau monde et les envoyer par train à Dublin pour inspection, il allait se faire une joie d'être une plaie ouverte et purulente dans le flanc de l'administration de la mine... Ça lui apprendra, au privé, à courroucer le tout puissant Ace McCarthaigh!

"JE désires voir ces fameuses galeries Sud.. Les normes du bâtiment s'appliquent tant au PUBLIC qu'au PRIVÉ et il serait franchement regrettable que des vices de constructions me force à vous donner une... Amende... Dommage, eussiez-vous été dans le public, le gouvernement vous aurait donné les subventions nécessaires... Mais bon, nous ne pouvons faire le bien à ceux qui nous le refuse, que voulez-vous. Donc nous disions: galleries sud en mauvais état, absence de sortie de secours pour le personnel humain et en annexe petite quantité de vampire et de falmari disponible à l'achat. Avez-vous un nombre approximatif et un prix grosso modo? Je téléphonerai à Dublin pour avoir les fonds nécessaires..."

*Moi, condamner à mort ces pauvres vampires? Jamais de la vie! Je les aime bien moi. Et les falamaris également, cela va de soi...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirnol Von Heizt
Diamant Pur
avatar

Masculin Nombre de messages : 51
Maître/Esclave de : Sylvane Lothiriel, David Jones et Roméo Stevenson
Métier : Propritaire de Muileata et banquier
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Mer 30 Jan - 3:33

Eirnol resta un instant silencieux alors qu'un sourire se dessinait sur son visage. Cet homme espérait l'avoir sur son propre terrain et ça, c'était de la bêtise. Eirnol n'avait été élevé que dans l'optique de reprendre les reines de la Mine et aucun détail ne lui avait été épargné. Il connaissait les articles de loi par cœur à force de les avoir potassé. C'est donc avec un très grand calme qu'il se dirigea vers l'entrée des galeries sud. Celles-ci étaient barrées et gardées. Une signalisation spéciale était présente précisant que l'endroit était dangereux, limité d'accès et expliquant les consignes de sécurités.

"Dès que nous avons remarqué le danger potentiel, nous avons fait venir un expert qui a bouclé la zone et nous avons déclaré l'insécurité. Je ne vais donc pas pouvoir vous faire visiter à moins que vous me signiez une décharge. Nous avons un délais d'un mois pour commencer les travaux, il nous reste donc encore 15 jours. La zone dangereuse est situé à plus de 20 mètres de l'entrée de la galerie nous avons, donc, pu condamner uniquement la galerie sud. Le projet de réaménagement et le plan des travaux sera déposé à la fin de la semaine ce qui enclenchera, le début de ceux-ci. Si notre projet est refusé, nous aurons un délais supplémentaire pour un proposer un autre. L'expertise montre d'ailleurs que ce ne sont pas des vices de construction mais des affaiblissements dus au temps et aux chocs. La galerie Sud était la seule qui n'avait pas été aménagée depuis le temps où c'étaient les humains qui creusaient les galeries.

Mais ne vous inquiétez pas, si jamais j'avais besoin de subventions pour faire tourner Muileata, ce n'est pas à l'état que je les demanderais. Le gouvernement nous a tourné le dos il y a bien longtemps quand nous avons décidé de ne pas exterminer les derniers Vampires. Non, si j'avais besoin d'argent, ce qui n'est heureusement pas le cas, je le demanderais aux propriétaires qui envoient leurs esclaves dans les galeries."


Il se tut un instant. Se remémorant les paroles de l'homme. Ah oui, les sorties de secours… Cet homme ne devait pas être habitué aux institutions souterraines. Il fit un geste pour désigner la surface:

"Quand vous parlez de sorties de secours au sens législatif du terme, je suppose que vous parlez des bâtiments au dessus ? Dans ce cas, évidemment, il y a des sorties sécurisées et signalisées ainsi que des plans d'évacuations. Des exercices sont faits tous les deux mois, un peu plus que ce que demande la loi, toujours par surprise. Par contre, pour les exploitation du sous-sol, les lois sur les bâtiments ne s'appliquent pas puisque ce ne sont pas des bâtiments à proprement parler. Le texte parle d'une évacuation secondaire. Dans notre cas, il s'agit de l'ascenseur du personnel qui, d'ailleurs, est réservé aux humains. Je pensais que votre questionnement se portait sur les Vampires, mais il est vrai que la loi ne les considère pas comme personnes à part entière. Donc, évidemment, pour le personnel humain, il y a cette évacuation parallèle qui fonctionne, comme spécifié dans les textes, avec une générateur indépendant."

Voilà. Il avait fait le tour. Il s'éloigna de la galerie Sud et fit un signe pour désigner une salle de garde, un petit bureau, invitant l'homme à le suivre.

"Si vous souhaitez entrer dans la Galerie Sud, je vous prie de me suivre, les documents de décharges et les casques sont dans le petit bureau. Par contre, je ne vous y accompagnerais pas. Si vous souhaitez uniquement voir le rapport d'expertise et les documents officiels, je vous propose de remonter dans mon bureau."

Et cette fois-ci, il pointait l'endroit par lequel ils étaient arrivés. Pour retourner vers l'ascenseur du personnel. Eirnol se remémorait la fin des paroles de l'homme… Des Vampires et des Falmaris disponibles à l'achat… quantité et prix… Quand avait-il dit une telle chose ? Il ne faisait pas de trafic, lui. Il n'avait pas de licence pour vendre de la marchandise et… Ah oui, quand il avait parlé de la situation de Galway. Il sourit de nouveau. Parfaitement calme.

"Je ne suis pas habilité à vendre de la marchandise vivante, Monsieur. Si vous souhaitez acheter des Vampires, il faut vous rendre au caveau de la vieille ville, vous en trouverez peut être quelques uns. Quant aux Falmaris, il y en a quelques uns, il me semble, dans une boutique qui se fait appeler "fleuriste" mais sinon il doit en rester à l'Elevage. A ma connaissance, l'Elevage a changé de propriétaire récemment." Il marqua une énième pause… "Par où continuons nous ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   Sam 23 Fév - 0:12

HJ: Je n'invente rien, les normes en vigueur dans le pays dans lequel je réside sont on ne peut plus formelles là dessus.

Un sourire froid se dessina sur les lèvres d'Ace. La réglementation ministérielle exigeait que tout membre d'un personnel quelconque s'aventurant en zone dangereuse soit accompagné par une autre personne afin d'éviter blessés et morts inutiles. La loi était d'ailleurs en vigueur dans plusieurs pays sur les chantiers de construction, les puits de mine, les carrière et même dans certaines expertises en bâtiment, notamment dans les bâtiments à haut risque d'effondrement. Un formulaire de décharge ne pouvait donc pas être applicable dans la mesure où une contre-expertise était tout à fait légitime. Privé ou public, les deux domaines étaient tenus de respecter les normes du ministère et une telle tentative de contournement de la loi était aussi flagrant que le nez au milieu d'un visage de clown.

"Moi, seul dans ces galeries en mauvais état? Oh mais bien sûr, c’est on ne peut plus pratique pour se débarrasser des agents gouvernementaux gênants… Mais on ne me la fait pas à moi. Il faut être deux pour pouvoir s’aventurer sur ce genre de terrain et la loi le stipule très clairement. Vous devriez voir ce qui se fait également à l’international… Je n’ai pas à signer de formulaire de décharge dans la mesure où il s’agit d’une forme de contre-expertise et que de toute façon, ce type de procédure sans le illégal à plein nez. Il faut au moins deux personnes en terrain dangereux, par mesure de prévention des accidents et si le travail a été bien fait, ce sera donc une promenade de santé sans risque. Et si vous ne voulez pas descendre dans ces galeries avec moi, je suis certain que votre second se fera un plaisir de venir lui. Auriez-vous quelque chose à cacher, monsieur Von Heizt? Je vous trouve un rien louche pour être parfaitement franc… Auriez-vous quelque chose contre le ministère? C’est souvent le cas des entreprises privées, elles n’aiment pas se faire dire quoi faire et respecter quand le temps est venu de le faire…"

Où Ace avait déjà vu ce genre de spécimen auquel il n'aurait même pas confié un pétard mouillé? Ah oui, sous une roche, un cafard ou encore un reptile... Peut-être était-ce simplement que Ace n'aimait pas ce monsieur Von Heizt qu'il jugeait très désagréable... Le contrôleur général des finances se demanda si l'autre pourrait descendre encore plus bas dans son estime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite de la part du contrôleur général des finances...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite de la part du contrôleur général des finances...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contrôleur doit se réveiller [Royaume kinétiques]
» Protéger le Cirque
» L'illusionniste de Kiri
» ? Hayato Raito. Un nouveau contrôleur de glace. [ Terminé ]
» L'Améthyste et le contrôleur de force

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: Muileata :: Le bureau du personnel :: Bureau du directeur-
Sauter vers: