Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 4:15

"Et je serais fou que de vouloir changer ma tendre Lawrence...Égoïste de surcroit et totalement illogique..."

Dit-il avant d'aller voler les lèvres de Lawrence, contact si doux et agréable, faisant passer une langue audacieuse dans cette bouche jumelle, explorant le palais et cette langue jumelle elle aussi, dans un élan purement passionnel. Satisfait de sa preuve de loyauté, il s'employa à la faire s'allonger sur le côté, profitant de la structure du canapé pour mieux d'occuper de son corps de déesse. Il commença par décrire une ode aux lents mouvements au niveau des tempes de Lawrence, pour apaiser son esprit et le massage alla en descendant, prenant en intensité et en intimité. Arrivé au niveau plus exact du visage, ses mains agiles dessinèrent les contours du visage angélique de Lawrence et il goûta à nouveau à ses lèvres avant de descendre au niveau des épaules et du dos puis remontant jusqu'à la poitrine pour rendre grâce aux gloires de Lawrence et pour être plus près de son coeur. Avec la plus infime des minuties, il alla chercher sur le buste de son aimée chaque petit point nerveux et avec une précision aussi méthodique que chirurgicale, il exploita chacun d'entre eux pour que Lawrence puisse expérimenter ce que le terme Détente avec un grand D voulait dire. à cette détente se mêlait bien sûr plaisir et sensualité mais rien de vulgaire ou d'osé. Loin de là. On en restait dans le plus pur des arts, si ce n'était de la nudité de Lawrence. Mais même le pape ne s'en serait pas formalisé. dans le pur des classicisme, il se servit de son corps pour en soulager un autre, rendant en gestes et en doigté ce que l'on pouvait déclamer pendant des pages et des pages... Le langage du corps est souvent plus impénétrable que la langue orale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 6:15

Lawrence se laissa transporter par Ace alors qu'il l'allongea sur le côté sur le canapé. De cette façon, elle posa sa tête sur l'un de ses bras, l'autre l'ayant posé à un endroit qui n'importunerait pas son amoureux dans son travail. Aussitôt qu'il débuta, la jeune femme sentit ses mains habiles lui parcourir les tempes en effectuant des mouvements circulaires. Elle ferma immédiatement les yeux, profitant au maximum de cela. En fait, elle se laissa guider par la tendresse que lui offrait son bien-aimé et ne put que s'abandonner totalement à cette attention qui faisait tant plaisir, à ce geste si agréable. Puis, la jeune femme commença tranquillement à découvrir les talents de masseur chez son poète. Cela faisait vraiment du bien et elle s'estima heureuse de pouvoir profiter pleinement d'une telle attention si rare de nos jours.

Là, la définition du mot «détente» prenait tout son sens. Oh, pardon. «Détente» avec un grand D. En effet, c'était si agréable que la jeune femme sentit qu'elle goûtait pour la première fois à la véritable Détente. L'état d'esprit vide, les points de tension complètement éliminés, la raideur du visage se défaisant, etc. Lawrence gémit de soulager tant tout était agréable et doux. Rien de trop brusque, ni de vulgaire ou encore osé. On aurait dit un véritable professionel tout droit sorti d'un centre de Spa. Et elle avait le sien à domicile à n'importe quelle heure de la journée ou encore de la nuit. Qui plus est, l'argent ne comblait pas le prix escompté pour un tel travail d'artiste; ses gloires féminines profitant également de voyage aux pays des merveilles. Ayant l'ombre non dissimulé d'un sourire aux lèvres, son corps s'adoucissait chaque fois qu'une main habile d'Ace venait à tel ou tel endroit.


"Je n'aurais plu besoin désormais d'aller dans un centre de Spa pour obtenir un massage de qualité. J'en ai un à la maison pour la maudique somme d'un baiser fougueux."

Remarqua-t-elle après un long moment de silence où l'on entendait que le crépitement des flammes dansant dans la cheminée.

"C'est plutôt abordable... et dans mes cordes."

Sur ce, elle interrompit son travail et alla retrouver ses lèvres si désireuses et porteuses de sa drogue dont elle était devenue à présent dépendante. Elle se repositionna après cet échange de passion afin qu'Ace puisse continuer ce qu'il avait débuté.

"Je suis, sans doute, la femme la plus comblée et la plus chanceuse qui puisse exister sur terre en ce moment."

Énonça Lawrence comme pour elle-même alors que même si cela était parvenu aux oreilles d'Ace, cela ne l'aurait pas dérangée du tout. Au contraire, cela lui aurait fait plaisir en ce sens où cette remarque était comme pour le remercier de tout ce qu'il faisait pour la rendre heureuse et la faire sentir unique au monde en sa simple compagnie. L'immatériel devenant matériel. En effet, le massage étant une acquisition en se rendant dans un centre spécialisé et qui se trouve à être une détente n'est qu'une chose immatériel puisqu'elle nécessite que les mains à la base. Dès lors, les mains d'Ace lui appartenaient d'une certaine façon, devenant dans un sens un matériel d'artiste en la personne de Lawrence.

Néanmoins, la jeune femme ne prit pas le temps de se poser des questions ou encore de faire des réflexions dans sa tête tant la situation l'interdisait par les principes établis par le «zen». Une tête vide et des oreilles non sourdes à l'entourage provenait du fait qu'elle fit le vide de pensées futiles et anodines pour ne faire place qu'au mot «détente».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 16:01

"Parfois, la détente est plus salvatrice que le sommeil ma chère Lawrence. Il ne faut jamais sous estimer cet élément. Un corps détendu est par conséquent plus sain et plus énergisé et même une personne calme a besoin de détente de temps en temps. J'ai pu sentir plusieurs points de tension dans votre corps. Rien de grave mais des points quand même. Surtout au niveau de la poitrine. Des restes de stress non évacué. C'est souvent près du coeur que ce concentre ces choses... Et votre dévoué mari s'est fait une devoir de les enlever pour vous."

Pour appuyer ses dires, Ace refit un passage plus en profondeur sur la poitrine de Lawrence avant de repartir du haut du corps complètement et cette fois ci de descendre jusqu'aux pieds, s'occupant d'abord du bas du dos, des bras, de ses jambes, de ses cuisses, de ses mollets... De quoi toucher la grande majorité des centres nerveux et de tension du corps de sa belle. De temps en temps, il venait déposer un baiser tantôt sur ses lèvres puis au niveau des reins, sur sa main, sur une cuisse avant de remonter vers la bouche qu'il embrassait toujours avec passion et fougue... de quoi transporter Lawrence dans un état presque second où le mot stress n'existait tout simplement pas. Lawrence, sculptée par les anges, devaient être près d'eux tant son état de détente était avancé. Et puis du reste, en y mêlant professionnalisme et une profonde sensualité, elle devait aussi être près des démons du plaisir, ceux qu'on dit impurs mais dont les anges sont simplement jaloux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 21:25

"Oh! Acee..."

Souffla Lawrence alors qu'il venait de lui défaire un point de tension vraiment serré. Puis, ce fut comme si son corps entier n'en possédait plus. Tout était devenu pour le simple plaisir de sentir sa peau se faire caresser par un massage inévitablement agréable. Fermant les yeux, elle laissa son corps bouger comme une plante se laissant emporter par le rythme doux du vent. Abandonnée à lui-même, elle s'imaginait dans une clarière exotique entourée d'arbres immenses lui procurant une intimité idéale. Une eau fraîche avec des courants chauds l'emportait selon le mouvement des vagues discrètes. Et Ace, son masseur privé qui était derrière et qui la suivait pour éviter que sa belle ne se noie. Quel joie était-ce que de trouver refuge sur ses lèvres douces et délicieuses.

"Je suis au paradis... j'en suis persuadée! Le Nirvana!"

Chuchota la jeune femme qui était toujours allongée sur le côté et qui profitait de la douceur des mains masseuses et expertes d'Ace.

Au bout d'un long moment, Lawrence ouvrit les yeux et cherchant avec ceux-ci son amoureux. Elle trouva finalement sa tête perchée au-dessus d'elle. Elle lui sourit et approcha ses lèvres des siennes pour quérir un baiser fougueux et passionné. La détente lui avait fait du bien puisque son baiser paraissait plus fou qu'à l'habitude, à la hauteur de l'amour qu'ils se vouaient.


"C'est ainsi que je voudrais passer l'éternité. Avec toi qui me rend heureuse peu importe ce que tu fais pour me faire plaisir."

Lui avoua-t-elle alors qu'elle sa bouche effleurant celle d'Ace pendant qu'elle lui parlait. Puis, souriant espièglement, elle colla à nouveau ses lèvres pour caresser celles de son amoureux avec autant d'acharnement, nettoyant presque ses amygdales.

"Comme je t'aime!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 23:08

Ace ne répondit pas tout de suite, ayant encore un Ace dans sa manche pour que Lawrence se sente ENCORE plus détendue, plus à l'aise et encore plus démonstrative dans son amour. Jusqu'à présent, Ace avait fait montre de douceur et de tendresse et donc son massage avait été pour le moins superficiel. Il savait donc pertinemment que tous ces petits noeuds, points et autres étaient encore présent, en dormance, à la "base" si l'on pouvait dire des nerfs et tout. Il décida donc de donner le coup de grâce, reprenant à partir du bas cette fois et en montant, les derniers retranchements de tensions se dissipant et il termina par les tempes. Pour l'avoir appris en même temps que l'art du massage, il savait qu'un tel relâchement provoquait deux choses: soit un profond sommeil très réparateur ou encore un sentiment extatique tout aussi profond. Dans un cas comme dans l'autre, la détente était au programme. il devait bien cela à Lawrence, de profiter de l'ultime détente, d'expérimenter la vraie pureté des sens et d'être au moins une fois dans sa vie si détachée des troubles du monde qu'on aurait pu faire exploser la terre sans que cela ne la fasse réagir. Les personnes simples comme elle héritait du stress des autres... Et Ace tenait à l'en libérer pour très, trèèès longtemps. Ajoutez à cela une bonne portion de fervent amour dans les gestes et vous êtes devant une somme à faire pleurer d'émotions une statue devant la pureté du geste, de l'intention et du moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 26 Avr - 23:38

Ace se mit à remonter son corps en arrivant enfin au point de départ: les tempes. Lawrence entra dans une transe de profond extase et de jouissance jusqu'à trouver sommeil. En effet, après un tel relâchement, elle prit les deux chemins possibles au relâchement le plus extrême. L'un à l'extrême plaisir et l'autre au plus haut niveau du subconscient, à savoir, le sommeil réparateur le plus paisible et merveilleux de subir dans sa vie. Comme si une paire de ciseaux eut coupé un fil, le corps de Lawrence se relâcha d'un seul coup, maintenant dépourvu de tous points de tension susceptibles de voir le jour dans les prochaines heures à venir. Sa tête lourde retomba sur un coussin, son bras libre tombant nonchalemment en direction du sol sans toutefois y toucher. Ses traits s'adoucissèrent, devenant presque la belle au bois dormant. Un léger sourire faisant de l'ombre sur son délicat visage, héritage évident des anges. Rêveuse, son esprit transmettait des images d'une vie paradisiaque en compagnie de l'homme de sa vie.

Tous deux sur une île déserte, en tenue d'Adam et Ève, ils longeaient une plage magnifique sous un soleil froid comparativement à leur amour ardent. Espiègle, Lawrence lâcha la main de son amoureux pour s'aventurer dans les vagues hautes. Elle fit signe à son bien-aimé de venir la rejoindre, ce qu'il fit sans hésiter. Une vague arriva, emportant la jeune femme à la chevelure rousse sous l'eau. Ensuite, l'eau s'étant quelque peu calmé, elle ne s'était toujours pas montré. L'homme devenant inquiet se retrouva enlaçé par derrière par des bras fins dessinés par les plus grands artistes ayant jamais existé. Elle lui baisa le cou et fit le tour du corps de son aimé avant de se retrouver devant lui pour l'embrasser sur les lèvres. Un peu en retrait sur la plage où l'eau les couvrait jusqu'à la cheville, ils s'embrassèrent comme s'ils furent conçus pour ne faire que ça. Un léger vent emportait la longue chevelure de la jeune femme. Celle-ci lui répétait sans cesse à quel point elle l'aimait et que sa vie avait pris tout un sens depuis qu'elle portait le nom de McCarthaigh. Puis, soudain poussés par une puissante brise, tous deux tombèrent sur le sol et rirent de ce fait cocasse. Allongée à ses côtés, Lawrence appuya sa tête sur le bras d'Ace qui passait par son cou. La main d'un de ses bras se trouvait sur le torse de celui-ci, s'animant pour créer des mouvements circulaires. La belle vie quoi?!

Toujours endormie, ses pensées lui indiquaient qu'Ace devait la regarder dormir sous un oeil attendri par cette vision d'une magnifience incroyable. Une splendide femme au physique donné des Dieux les plus artistiques dormant paisiblement ne pouvait que resplendir également. Et puis quoi? Un homme ne se prive pas de contempler avec tendresse une femme d'une aussi grande beauté à ses yeux. Son esprit affichait sans cesse des «je t'aime». Cette marque d'affection put se faire savoir d'Ace puisque son cerveau commandait à ses lèvres de tracer ces syllables avec que le mouvement de ses lèvres pulpeuses. Une sorte de communication entre le monde réel et le monde irréel. Par ailleurs, cela était probablement dû aux caractéristiques du sommeil. En effet, étant donné qu'elle rêvait à Ace et elle et qu'elle répétait sans cesse ces mots à lui, cela venait à se transposer dans le réel. Qui plus est, un merveilleux sourire, mais toujours aussi léger, s'affichait sur son visage lumineux. Quelques mèches retombant sur son visage ne camouflaient, toutefois, pas ce signe en provenant de son rêve. Et si cela avait été le cas, la jeune femme aurait mis sa main au feu que son bien-aimé aurait tout fait pour lui dégager le visage afin de l'admirer en ayant larme à l'oeil devant ce spectable émouvant.


"Ace..."

Souffla-t-elle alors qu'elle se croyait dans son rêve.

"... je t'aime!"

Ajouta-t-elle alors qu'elle se trouvait toujours dans son rêve en sa compagnie. Décidément amoureuse, cela venait même la rejoindre dans ses rêves les plus fous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Dim 27 Avr - 4:07

Ace resta longuement à observer sa jeune épouse qui dormait. Sachant que l'on pouvait influencer le cours d'un rêve par la musique, il se hâta d'aller chercher cet enregistrement jadis composé par ses soins, quand un jour il avait eu la chance de diriger un orchestre dans sa jeune carrière au ministère (quand votre patron est aussi avide de richesse que d'ego, ses lubies fantasques vous demande des heures supplémentaires...)... Enfin bref, il avait donc composé cette pièce de musique qu'il gardait pour lui depuis des années et qu'il avait intitulé "puissance et majesté de l'amour entre deux êtres". Jamais personne d'autre en dehors de lui et de l'orchestre ne l'avait entendu et il dévoilait son oeuvre pour la première fois à Lawrence sous la forme qui lui serait le plus bénéfique.

Dès les premières notes, on put sentir la puissance des émotions derrière la conception musicale et le défi vibrant adressé à un univers sans pitié où aimer était devenu un combat à mort contre la fatalité... Et cette inébranlable volonté de faire le juste et le bon dans un monde corrompu par le temps, l'espace et bien sûr les hommes... Une oeuvre aussi vivante qu'émouvante qui saurait plaisamment influencer les rêves de Lawrence pour une union par le rêve encore plus forte avec son aimé...


Dernière édition par Ace McCarthaigh le Dim 27 Avr - 5:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Dim 27 Avr - 5:13

La musique lui parvient de très loin comme un écho à ses derniers retentissements sur terre. Toutefois, au lieu de disparaître, il restait là, sourd et subtile, mais toujours là. Ne dérangeant cependant pas la belle aux bois dormant dans son sommeil, il lui fit, au contraire, sourire davantage, sachant très bien qu'il ne pouvait s'agir que d'Ace et ses idées de grandeurs et folles, mais qui séduisaient, toutefois, sa bien-aimée. Son rêve commença peu à peu à devenir plus mouvementé, mais tout de même agréable à rêver et à visionner comme un film. Au bout d'un moment, les acteurs lui signalèrent de se réveiller et d'aller remercier le compositeur de cette musique impressionnante et riche en émotions fortes. Ce qu'elle fit au bout de plusieurs minutes de sommeil réparateur qui lui parurent paraître au moins un bon douzaine. À croire qu'arriver à un tel niveau de détente avec le massage est aussi bon que de se faire hypnotiser pendant un bon quinze minutes.

Lawrence finit par ouvrir doucement et gracieusement ses paupières jusqu'à apercevoir la silhouette de son amoureux. Dès lors, elle sourit, heureuse qu'il lui accorde autant d'attention et de romantisme autant à elle qu'à leur relation de couple. Elle se redressa tranquillement, s'étirant comme un chaton en contemplant l'homme de sa vie. Elle le considéra pendant plusieurs minutes avant de se donner une poussée afin de se lever du canapé. Elle alla le rejoindre en marchant avec un pas non pressé en sa direction. Arrivée à sa hauteur, elle s'arrêta, fixa ses pupilles un moment et pencha la tête en contempla sa main effleurée la peau d'Ace. Elle se posta -derrière lui, passa ses bras entre les siens et son tronc, les joignant à l'avant sur son ventre. Elle déposa sa tête ou plutôt sa joie droite dans le creux de sa colonne, donnant un baiser à cet endroit particulier et non exploré jusqu'à tout récemment. Elle colla sa poitrine à sa peau, échangeant leur chaleur charnelle et inhala son odeur tout en fermant les yeux. Restés ainsi pour l'éternité. Oui. Quelle bonne idée. Que c'était agréable de se blottir contre lui, sentant sa peau frotter délicatement la sienne.


"Soudée, je suis. Dépendante, tu es ma drogue, mon énergie, mon air, ma vie. Suspendue à tes lèvres et mourir chaque fois que les tiennes me perforent l'âme. Noyée dans ton regard mystérieux et passionné, je risque ma vie pour te regarder. Tu es la flamme ardente - le soleil étant froid à côté - qui consume et brase mon coeur. Je fonds à sentir la chaleur me décongeler de mon innocence face à l'amour. Ton odeur est le parfum de mes joies, de mes peines, de mes doutes, mes réussites... Tes lèvres sont le fruit d'un travail d'artiste qui a également conçu les miennes afin qu'elles se fondent l'une à l'autre, étant fabriquer comme un casse-tête unique à deux pièces. La soie est rude à côté de la douceur de ta peau. Molière, Sakespears et compagnies sont de piètres poètes à côté de ton lyrisme légendaire. Même les contes de fée, aussi magnifiques soient-ils, n'arrivent même pas à la cheville de notre histoire. J'ai trouvé la raison qui me tient vivante. La foudre a transpercé mon âme en ayant aucune pitié. Il a suffit d'un seul regard et d'une pauvre épine de rose - tiens, tiens - pour nous réunir et tomber fous amoureux l'un de l'autre. Je le clame haut et fort assez, pour que les anges m'entendent. Nous vivons la plus belle histoire d'amour jamais vécue et écrite."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Dim 27 Avr - 17:22

"Un philosophe a dit un jour: nous le regretterions souvent si tous nos souhaits étaient exaucés. Tu exauces tous mes souhaits et je n,ai aucun regret. Il a aussi été dit que la perfection est la seule chose qui sépare les divinités des humains. Il faut croire que cela est vrai puisque tu es là, bien humaine, bien vivante et plus que parfaite. Peux t'on alors dire que tu surpasses les dieux? Je le crois sincèrement. Il n'existe de plus beaux moments dans ma vie que ceux passés en ta compagnie. On m'a dit un jour que nous nous réincarnons en ce monde jusqu'à ce que nous trouvions notre parfait complément. et bien nous découvrirons à deux ce qu'il y a après la réincarnation car je t'ai toi et tu m'as moi, unis forts et fiers devant la vie, honnête dans nos pensées et même dans notre chair. Sommes-nous déguisés l'un à l'autre, derrière des vêtements qui dissimuleraient à nos yeux complices le corps de l'autre? bien sûr que non: nous sommes nus,fiers de nos corps et de nos êtres, vrais l'un envers l'autre et sans gêne aucune. Le monde ne comprend plus ce qu'est le vrai amour et c'est ce qui est tragique. nous vivons une épopée dont le lyrisme défie le temps et l'espace et les générations à venir ne pourrons que rêver et espérer d'atteindre une telle perfection des corps et des âmes. Unis dans la vie, nous survivrons à la mort et prendrons place là où les divinités n'ont pas corrompu le monde... Toi et moi, tous les deux... Ensembles."

Répondit Ace pendant que résonnaient les puissants accords de sa musique qui jouait toujours, ajoutant à la majesté de ses paroles et au lyrisme de son ton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Lun 28 Avr - 2:10

Lawrence écouta les dires mélodiques de son amoureux en fermant les yeux pour savourer chaque syllable comme si elle fut prononcée avec un soin particulier. D'autant plus que cela lui évitait d'être distraite par quelque chose se trouvant dans la pièce illuminée par un feu dans la cheminée. Elle baisa à nouveau le dos d'Ace alors qu'il acheva son discours passionné comme il avait habitude de réciter pour sa tendre moitié. La jeune femme se surprit même à se remettre à caresser son torse qu'elle trouvait assez musclé à son goût. Et puis, ce n'était pas désagréable de frotter ses mains douces contre sa peau soyeuse. Néanmoins, peut-être c'était-elle remise à cajôler son corps en s'imprégner du rythme de la musique fortement entraînante et puissance à son goût.

Au bout de plusieurs minutes que dura la pièce musicale, celle-ci cessa enfin, laissant les deux jeunes êtres dans leur harmonie. La jeune femme n'avait toujours pas cessé ses caresses qui prenaient soudainement de l'ampleur. Elles se firent plus aventureuses en explorant tantôt le dos, tantôt les reins, ou encore le bas de son dos, cette même partie légèrement plus ressortie à l'arrière. Elle continua d'embrasser sa peau, n'étant humainement plus capable de s'arrêter. Elle arrêta, finalement, le jeu en longeant le côté droit du corps d'Ace en passant sous son bras de ce même côté. Se retrouvant à l'avant, elle prit les mains de son amoureux et se chargea elle-même de les entourer autour de sa taille. Ensuite, elle enroula à son tour ses bras autout de son cou et le fixa dans les yeux avec une étincelle de jubilation.


"Quelle magnifique musique! D'où vient-elle? Je ne l'ai pourtant jamais entendu auparavant..."


Lui demanda-t-elle avec le sourire, se collant comme une agrafe à sa peau si envoûtante et apaisante tant elle se sentait en sécurité entourée de ses bras.

"Et puis, cela n'a fait qu'enchanter plus profondément tes paroles qui furent magnifiques. Je te le confirme, Molière et Sakespears sont de piètres poètes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Lun 28 Avr - 3:25

"Je suppose qu'ils n'ont jamais été amoureux alors! Ou tout du moins, jamais aussi amoureux que nous. Autrement, ils auraient mieux composé leurs oeuvres. pouvons-nous les discréditer pour cette faiblesse? Je crois que ce serait injuste que de le faire. Nous devrions plutôt plaindre ceux qui n,on pas notre chance et ils sont nombreux, plus de 95% des gens de notre monde, à n'en pas douter. Il vaut mieux alors se concentrer sur nous, notre couple et notre amour, s'enivrer de notre passion et de notre amour aussi impérissable qu'indestructible. Laissons le rêve être fade face à notre réalité, laissons le aux autres et profitons de cette indéfectible loyauté que nous avons l'un envers l'autre. Je ferai construire une statue de nous, dans le diamant et non la pierre et ainsi nous survivrons au temps et à l'espace, laissant une trace physique de notre bref passage sur terre mais une présence éternelle dans notre arrêt définitif dans l'amour... Lawrence... Les mots seuls, je le répète, ne suffisent pas à communiquer tout mon amour..."

Dit Ace avant d'embrasser Lawrence sensuelle ment, langoureusement, tentant de laisser sur Lawrence une trace éternelle de son amour, comme si ce baiser pouvait s'incruster au plus profond de sa chair...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Lun 28 Avr - 3:57

"Je le sais trop bien. Moi-même j'ai cette impression. Manifestement, le dictionnaire ne contient pas un vocabulaire assez riche et varié. Peu importe, quand il y a 95% de la population qui ne vit pas un amour comme le nôtre, comment peut-elle décrire un endroit où elle n'est jamais allée?! Ce serait idiot et elle écrirait des définitions sans fondements et sans sources fiables. Autant créer le nôtre. Nous avons déjà exploré une multitude de termes. Et puis, même s'ils ne sont malheureusement jamais sortis de notre bouche, je peux t'assurer que tu m'as prouvé ton amour d'une bien meilleure façon et avec plus de passion et de foudre que quiconque. Qui a dit que l'on devait s'exprimer qu'avec les mots? Les expressions du corps comptent aussi!"

Répliqua Lawrence après avoir échangé sa salive avec celle d'Ace. Fixant ses iris dans la moindre tracée, elle lui sourit tendrement tout en lui caressant tendrement les joues si chaudes qu'elles la firent sourire d'amusement, montrant ses dents blanches étincelantes.

"Qui ne risque rien n'a rien, dit-on. Et pourtant, je risque de mourir rien qu'en observant ses pupilles brûlantes. Mais le coup en vaut la chandelle. La preuve: tes lèvres me ramènent à la vie comme c'eut été le cas pour Blanche-Neige ou encore la Belle aux Bois Dormant. Ne suis-je pas une princesse à tes yeux après tout? Je gagne à risquer ma vie pour te regarder."

Sur ce, elle enlaça Ace en plongeant sa tête dans son cou et en sentant son doux parfum sans gêne.

"Et puis, si Dieu avait voulu que l'amour soit éternel, il se serait arrangé pour que les conditions du désir le demeurent, non? Et j'ose même affirmer qu'il a créé l'amour justement pour que le désir reste constant et demeure. L'enfer serait de ne plus avoir à t'aimer, Lucifer m'ayant arraché de toi et de mon oxygène, m'obligeant à me nourir de faux espoirs. Il suffit d'une caresse pour me dire que je suis sortie de mon enfance, tant on m'avait interdit cela. Paradoxalement, un seul mot d'amour et c'est la naissance. Et je t'assure, Ace, du plus profond de mon âme que l'amour est le seul rêve qui ne rêve pas, mais qui se vit."

Énonça la rouquine qui recula sa tête pour considérer son amour en lui caressant les joues à nouveau. Elle étouffa un sanglot et pencha la tête vers le côté en regardant dans une direction opposé. Tant de vérités avaient franchi sa bouche que cela l'émouvait. Jamais elle avait été aussi sincère envers quelqu'un. Une boule d'émotions bloquait sa gorge, l'empêchant de prononcer les mots qu'on lui avait appris.

"Je me sens si idiote d'avoir les yeux humides alors que sous ceux, j'ai tout pour être heureuse et ne sourire que par eux. C'est probablement à cause de la sincérité fraîche et nouvelle que je te voue qui me fait la raison et qui me perturbe à ce point. Dieu sait pourtant que je ne devrais pas m'inquièter à ce point. J'ai un mari amant, des biens matériels à faire rêver, mais le plus important reste toi."

Dit-elle avant de reporter son attention dans le regard du concerné.

"Oui, toi. Tu vaux bien plus que tout. Tu es irremplaçable, inestimable, un diamant est si aborbable à côté de toi. Tu m'as fait le plus grand des privilèges en te faisant offrande à mon nom. N'est-ce pas le plus beau des cadeaux?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Lun 28 Avr - 18:35

"il resterait une chose que je pourrait t'offrir mais que je ne pourrai jamais te procurer par contre: l'immortalité. rester nous même et jeunes pour l'éternité sans jamais se lasser ni faiblir dans notre amour. Défier ainsi ouvertement les dieux montrerait à quel point nous sommes capables de grandes choses par la simple force de nos sentiments. L'immortalité nous permettrait de rester à jamais enlacés l'un à l'autre sans avoir besoin de manger, de dormir ou de boire, sans jamais s'épuiser ni faiblir... Ce serait vraiment l'ultime cadeau qu'il me resterait à t'offrir. Hélas, les voies de la vie éternelle sont impénétrables et je crains fort que nous soyons soumis à cette cruelle mortalité, fléau de notre race, fléau et ennemi mortel de l'amour... autrement, nos nous sommes offerts l'un à l'autre, même le diable ne pourrait prendre nos âmes... Nous sommes unis tant sur le plan mortel que spirituel alors je en vois pas qui et comment nous pourrions être séparés. Comme le jour et la nuit, nous avons nos différences mais nous nous complétons si bien que l'on en arrive à focusser uniquement sur les ressemblances...Et c'est ce qui rend cette union encore plus vivante et plus pure, plus belle et plus durable, plus solide et plus épique. Comment expliquer autrement sinon ces liens qui se sont tissés avant même de se connaître? cette affinité entre nos deux personnes? Le hasard n,a rien à voir là dedans, j'en ai l'absolue certitude. Nous avons été créés dans le seul but d'être ensemble... et nous nous acquittons merveilleusement bien de ce devoir presque sacré."

Répondit Ace avant de plonger son regard dans celui de Lawrence et de goûter à nouveau à l'exquise et enivrante saveur de ses lèvres si désirables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Lun 28 Avr - 22:27

«Il resterait une chose que je pourrait t'offrir mais que je ne pourrai jamais te procurer par contre: l'immortalité; rester nous même et jeunes pour l'éternité sans jamais se lasser ni faiblir dans notre amour. Défier ainsi ouvertement les dieux montrerait à quel point nous sommes capables de grandes choses par la simple force de nos sentiments. L'immortalité nous permettrait de rester à jamais enlacés l'un à l'autre sans avoir besoin de manger, de dormir ou de boire, sans jamais s'épuiser ni faiblir... Ce serait vraiment l'ultime cadeau qu'il me resterait à t'offrir. Hélas, les voies de la vie éternelle sont impénétrables et je crains fort que nous soyons soumis à cette cruelle mortalité, fléau de notre race, fléau et ennemi mortel de l'amour...»

C'était le début que Lawrence retenait par-dessus et particulièrement, elle restait accrochée au mot «immortalité». Lorsqu'il évoqua ce terme et toute une panoplie de lyriques à sa suite, elle lui sourit, se contentant de ce simple signe de jubilation. Elle l'écoutait avec une attention si particulière, si véridique... si simpliste pourtant. Elle balayait sur son regard sur ses yeux et sa bouche, endroit qu'elle chérissait avant toute chose. Et il déposa un autre baiser mortel sur sa bouche, en prenant soin de caresser chaque recoin, chaque replis, savourant le contact de cet endroit béni des Dieux. Fermant ses yeux pour mieux en apprécier chaque saveur, elle les ouvrit lorsque qu'ils cessèrent afin de prendre une certaine bouffée d'air. À nouveau, elle contempla le visage entier de son amoureux en lui souriant avec tendresse.

«Il resterait une chose que je pourrait t'offrir mais que je ne pourrai jamais te procurer par contre: l'immortalité...»

Songea-t-elle à nouveau.

«l'immortalité... immortalité...»


Quel blasphème de dire qu'il ne lui offrait pas ce mot! Et pour cause: elle se sentait renaître chaque fois. N'est-ce pas une forme d'immortalité et de rester jeune à jamais, peu importe l'âge à laquel ils s'adonneraient pour s'embrasser comme à leurs débuts.

Lawrence une mèche de cheveux d'Ace, une mèche rebelle parmi tant d'autres qui avait joué au jeu de contourner les règles des cheveux coiffés. À cette pensée, elle sourit, visiblement amusée par cette vision en s'imaginant une mèche avec un esprit aussi mesquin. Elle finit par hocher la tête pour chasser cet écart. Elle redevint si tôt sérieuse en plongeant son regard dans le sien. Mon dieu qu'il était adorable avec ses yeux! ô combien irresistible!


"Et pourtant, Ace, il me semble que tu m'offres une certaine immortalité. Je ne dis pas que la mort ne viendra jamais me chercher... loin de là. Toutefois, n'est-il pas possible que, puisque chaque fois que tu m'embrasses avec autant de fougue et de passion je renais, cela soit une forme de l'immortalité dont tu rêves tant de m'offrir? À toi, bien sûr, de retourner la médaille pour philosopher et réfléchir sur cette remarque; à toi de contempler ce côté si peu souvent mentionné..."

Lui fit-elle remarquée avant de déposer ses lèvres sur siennes et d'échanger son amour pour la énième. Puis, elle déposa sa tête dans le creux de son torse, sentant les battements de son coeur poussés contre sa peau pour faire une douce berceuse par les sens tactiles de la jeune femme. Quelle merveilleuse soirée ce fut! Il n'en demeure pas moins que, dans le cas de Lawrence en tout cas, celle-ci était impatiente de savoir le bourgon avait bel et bien éclaté pour faire pousser un être elle, lui rappelant ce pourquoi la femme avait été conçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Mar 29 Avr - 19:03

"Le constat est intéressant... Très intéressant même. Saurions-nous de par notre amour transcender les limites imparties aux humain? Je ne saurais dire bien que l'hypothèse soit des plus intéressantes... Je suis perplexe de ne trouver aisément la réponse à une question aux abords si simples... Je ne sais trop quoi penser... cette forme d'immortalité est-elle plus psychologique que réelle, a t'elle une incidence sur le cours actuel des choses? Mystère... Mais je suis tenté de pousser plus à fond ce questionnement... De mettre plus d'ardeur au travail pour découvrir la solution..."

Dit Ace avant d'embrasser Lawrence à nouveau, avec autant sinon plus de fougue que d'ordinaire. Après tout, il fallait bien découvrir les éventuelles limites de cette soi disante sensation d'immortalité... Et quoi de mieux que de commencer par ce qui donnait à Lawrence cette dite sensation? Si un baiser pouvait la transporter au dessus des troubles du monde humain... Pourquoi pas? Il existe des choses dont on ne se lasse jamais et qui reste toujours aussi désirables, appréciables...

"Si je peux de par mes baisers prolonger ton espérance de vie je le ferai ma douce Lawrence. Je suis prêt à t'offrir mes baisers jusqu'à rendre mon dernier souffle si besoin est. Je suis prêt à faire ce sacrifice si je peux te rapprocher davantage de l'immortalité. Pour que tu puisses être vue comme ce que tu devrais être: la déesse de la beauté, celle pour qui on donnerait sa vie, pour qui les démons de l'enfer se damnerait autant que les anges..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Jeu 1 Mai - 3:41

Lawrence lui sourit, l'écouta avec une oreille plus qu'attentive: passionnée et touchée par sa bonté et la simplicité de ses paroles qui transcendaient avec le temps et l'espace; éternisant le temps dans un tout autre univers pour le moins parallèle à le leur or dans une dimension où l'on connaît que trois choses: Ace, Lawrence ainsi que leur amour passionné et brûlant. En guise de gratitude, elle lui caressa les joues avec une tendresse jamais égalée, ne pressant pas les choses en changeant le terme pour «frotter». Elle effleura ses lèvres avec ses pouces puis, avec son index droit, elle en fit le contour avec un plaisir presque enfantin. Elle sourit avec amusement, découvrant la blancheur de sa dentition parfaite. Ses pupilles voilées d'un rideau d'étoiles se posèrent sur les yeux d'Ace en ne cachant en rien l'état de son âme: amoureux.

"Je n'en doute guère Ace. Le constat est plus qu'évident. Je suis prête à la même chose. S'il m'advenait, par malheur, de souffler mon dernier soupir, sache qu'au moins, je serai l'une des rares personnes à affirmer que j'étais heureuse de mourir, ayant la conscience nourrit pour des millénaires de tes baisers malgré le fait qu'ils viendront à me manquer tout de même. Qu'importe, le futur n'est pas l'une de mes grandes préoccupations pour le moment. Ce qui m'importe c'est toi... et bientôt vous deux."

Répliqua-t-elle alors qu'elle faisait référence à l'enfant qui naitrait, si jamais la nature avait accompli son devoir de fécondation, de cette union bénie des Dieux. Sur ce, elle se rapprocha du visage de son amoureux afin de goûter à ses lèvres si délicieusement, lui offrant une partielle d'immortalité à chaque fois. Se serrant encore plus fort contre sa peau, elle en vint à sentir chaque battement, chaque veinure, chaque muscle, chaque partie du corps auquel le sien touchait. Une si agréable sensation qui n'en fut pas exempt d'un sentiment d'extrême sécurité et de bien-être à la fois. Après tout, n'allaient-ils tout simplement pas ensemble ces termes?

"Et puis, l'immortalité viendra d'elle-même lorsque nos âmes auront quitté nos corps, ayant trouvé leur heure de réincarnation qui, jamais, ne se répétera deux fois. À l'infini, un jour, nous vivrons main dans la main sans qu'elles ne se lâchent. Pour le moment, tâchons de bien profiter de l'enveloppe dont elles s'entourent pour vivre sur terre et de fonder une famille avec des enfants qui porteront fièrement le nom de leur papa adoré."


Énonça la jeune femme qui avait légèrement reculé et détaché sa tête de celle d'Ace pour fixer son regard à vous y perdre pour l'éternité. Lawrence sourit et rattacha ses lèvres aux siennes comme si deux aimants recommandaient avec la force magnétique de se rabattre ensemble pour ne former qu'un. Elle se repassait sans cesse cette cassette, appuyant mentalement sur le bouton «Rewind» pour revivre la dernière séquence comme si 100 fois ne suffisait pas pour en apprécier l'image et le son. Elle se remémorait dans une joie constante comme au premier coup d'oeil le moment qui avait changé leur vie à jamais: leur rencontre et les heures qui s'en étaient suivies. Quel film inoubliable... et quelle pièce à vous laisser sans voix. Ou comme l'on dit si bien en anglais: «Speechless».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Jeu 1 Mai - 3:57

"Tu sais, ils porteront également le nom de leur mère. Ce serait stupide de donner ce qui ne caractérise qu'une part d'eux sans offrir l'autre moitié. Après tout Ils n'auront que le label McCarthaigh pour l'intellect. Le physique, je te l'ai dit, sera 100% Lévy. Il le faut, sinon ils seront laids comme moi! Et puis tu sais, s'il faut que nous ayons une fille ayant une partie de ta beauté, elle aura la gent masculine de son école à ses pieds. Une déesse mineure de la beauté, pourquoi pas! Ce ne sera pas de trop dans ce monde terne."

Fit remarquer Ace avec un sourire amusé. Après tout, il n'avait qu'un partie tort mais qu'importe, il espérait préférable que sa descendance s'assure un esprit rusé, une langue acérée et un physique avantageux. De quoi rappeler à ce monde ingrat que le paraître et l'être ont besoin d'être beau tout les deux et que la force de caractère a encore prédominance sur la soumission à un pseudo destin déjà tracé. Il se surprit à rire, imaginant sa fille (il était sûr que leur premier enfant serait un fille, instinct paternel...) devenue contrôleur général des finances à sa place, resplendissant d'une beauté à couper le souffle mais aussi impitoyable que son père pour remettre à leur place ceux qui se prenait pour d'autres. Après tout, jamais un McCarthaigh, même à demi ne se laisserait marcher sur les pieds!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Ven 2 Mai - 3:52

"Ne dit pas ça!"

Renchérit Lawrence alors qu'elle faisait référence à la beauté. En effet, pour elle, Ace était l'homme le plus beau sur terre, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ça, elle n'avait aucun doute là-dessus.

"Ace, chéri, tu es beau comme un dieu, crois-moi. Toutefois, rappelle-toi qu'il n'y a pas que la beauté extérieure qui compte, mais également celle de l'intérieure. Par ailleurs, celle-ci ne fait qu'embellir celle que je peux toucher."

Lui expliqua Lawrence comme si elle donnait déjà des conseils à caractère maternel à son amoureux. De ce fait, elle se mit à sourire avec amusement, allant jusqu'à glousser. Elle se cachait en rabattant sa main gauche sur sa bouche et en pencha sa tête pour aller l'appuyer sur le torse d'Ace.

"Excuse-moi! Il me semble que cela faisait très maman comme remarque..."

Après quelques instants très courts, elle releva la tête et remit sa main à sa place. Elle gardant son sourire enjoué, mais toujours aussi amoureuse à première vue.

"Qu'importe... ce n'est que la vérité. On me l'a si souvent répété que c'en est devenu un automatisme."

Sur ce, elle déposa ses lèvres pulpeuses sur celles de son amoureux, en prenant soin de les caresser avec tendresse et fougue à la fois. Une combinaison comme elle seule savait le faire, avec une passion des premiers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Ven 2 Mai - 4:29

"J'aurais plutôt dit réaliste. On a trop souvent tendance à oublier ce genre de perles de sagesse qui nous ramènent à la réalité. La beauté intérieure compte énormément mais hélas, de nos jour le paraître domine sur l'être. On conjugue désormais en avoirs plutôt qu'en êtres... Et c,est regrettable. cela tue la poésie, noie le lyrisme et met de l'avant des valeurs ridicules et un vocabulaire abject. Aucun de ces nouveaux termes ne saurait exprimer ceci."

Dit Ace d'embrasser Lawrence, pour faire changement, mais à la manière de la poésie des êtres qui se moquait bien du style vestimentaire ou encore de la coupe de cheveux. On parlait ici de la vraie poésie des êtres, celle de l'amour, celle qui jamais ne juge mais qui vient toujours unir. La nouvelle définition d'amour se résumait à l'apparence physique et à la grosseur du portefeuille: des jeunes femmes de vingt ans avec de vieux hommes de soixante ans... Voilà des choses qu'Ace ne pouvait que désapprouver. L'amour est aveugle certes mais pas inconscient après tout...

"La poésie des sens, la poésie de l'amour, la poésie des être... Il n'y a que cela de vrai en ce monde et ce n,est pas un goût pour le luxe et la quantité d'avoirs qui y changera ne serait-ce qu'une chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Sam 15 Nov - 19:32

Certes, Ace possédait des valeurs et des principes admirables. Si Lawrence avait, toutefois, été élevée dans une famille où l'on favorisait le luxe et la richesse, se retrouver en présence d'un tel esprit humble qui ne surveille guère constamment ses biens matériels l'incitait à voir les choses d'une autre façon. Certes, cette jeune femme n'effacerait pas ce goût pour les billets en un seul claquement de doigts, ni même rendue sur son lit de mort, néanmoins elle pourrait atténuer cette tendance qui l'avait mené à être prétentieuse et vaniteuse. Et puis, depuis qu'elle avait rencontré Ace dans cette forêt, alors qu'il s'agit d'un accident banal qui les a sombré dans une passion indestructible, elle avait littéralement changé. Ses parents ne la reconnaîtraient même pas. « Mais qui est-elle? Où notre Lawrence? » se demanderaient-ils. Comme quoi que l'amour influence nos idées et nous poussent à remettre en questions ce que nous avons appris. Cependant, notre jardinière était restée la même dans son attitude. Elle possédait un bon vocabulaire, un éventail d'atouts qui lui sont propres, la même personnalité... Bref, elle n'avait pas tellement changé. Ce qui s'était plutôt dissipé c'était cette attitude hautaine de regarder les gens de hauts, ceux qui étaient plus bas qu'elle. On ne l'avait pas forcé à devenir ainsi. Seulement, l'amour lui permit de voir des les choses autrement et sans doute sans cette aura dorée autour des objets de grande valeur.

Et ce terme, « réaliste », qui rendait leur situation impensable aux yeux de certains, et de ces paroles emplis de sagesse qui ne demandait que d'être cantonnées à ce concept de la vie. Certes, on tombe trop souvent dans la rêverie pour ne pas tenter de vivre dans la réalité. On préfère s'imaginer et s'inventer une vie plutôt de songer à l'embellir et de la façonner selon nous. D'autant que les moyens du bar n'étaient plus assez pour la populasse d'aujourd'hui pour pouvoir être comblée individuellement. Était-ce de là, était là la source, les origines, les racines même de ce problème mondial de la surconsommation, du goût de toujours en avoir plus et de ne pas se contenter de ce que l'on possède de plus précieux. À ce niveau, les gens oublient trop souvent qu'est-ce importe le plus.

" Et ce qui reste encore plus vrai, c'est nous. C'est toi, c'est moi, c'est un tel... Comme tu dis, à quoi ça sert de plonger dans le luxe, l'avarice, la luxure, si on oublie le véritable sens des choses? Ça ne changera rien à notre bonheur, et si l'on pense être heureux avec tout ça, où s'en va-t-on? Ce n'est pas avec de tels goûts que l'on sera heureux et qu'on changera les choses, répliqua Lawrence en fixant les pupilles de son amant. Il y a ce philosophe grec qui a dit un jour: « Qui n'a rien doit tout risquer. » Pour mettre cela en contexte, je t'ai rencontré avec rien en un sens. Certes, j'avais des biens, mais tout compte fait, ça ne me menait nullement à être comblée. Rien de jubilatoires. J'ai tout risqué en me laissant emporter par cette vague de passion et d'amour avec laquelle tu m'as frappé de plein fouet. Est-ce un reproche? Pourquoi le serait-ce? Je peux parfaitement dire que je suis heureuse. Ce moment dans la forêt partagé avec toi dans une intimité la plus confine, nous n'avons eu besoin de rien pour se lancer et vivre invraisemblablement notre amour. Et s'il y a bien un moment que je voudrais revivre, c'est bien celui-là! En moi, tu as sécrété un poison que, longtemps, j'ai refusé par peur d'en mourir. Suis-je morte? Ce poison, il agit bien s'il est consommé de la bonne façon. Au contraire, s'il est mal pris, il agira de la mauvaise façon. Je n'ai pas repoussé cette horreur du premier aveu. Je savais que cette peur devenue inutile en t'observant. Notre équinoxe de l'âme raille notre solstice. Si je le pouvais, je déchirai le temps pour qu'il s'arrête pour que nous puissions vivre dans une éternité incroyable. Nous ne sommes pas éphémères, Ace, nous ne le sommes pas. Nous sommes une éternité, peu importe. Je suis soudée à toi comme jamais. Et s'il y a bien une personne qui peut me comprendre, c'est bien toi. "

Sur ces paroles déclarées avec une finesse intelligente et une voix divine et sereine, Lawrence se réfugia une fois de plus auprès du torse de son amoureux, se blottissant contre lui pour s'envelopper de ses bras et sa chaleur réconfortante. Certes, elle se sentait plus que jamais en sécurité ainsi positionnée. Si la voix de l'insécurité se levait, la jeune femme ne l'entendrait même pas. Si le dogue Amour montrait ses crocs devant ceux qui le dérangerait, il n'hésiterait pas à aboyer pour protéger ses maîtres. Si la passion était un crime, leur châtiment serait le plus terrible que la terre est jamais connu, car une telle attirance semblait impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Dim 16 Nov - 17:52

« Tu sais Lawrence, je pense en fait que le temps n’est que négligeable au regard de nos sentiments. Il n’a aucune incidence sur ce qui se passe dans notre couple, dans notre amour car autrement il se serait manifesté bien avant-hier. Si le temps avait eu une incidence, nous en aurions sentis les insidieux effets et ce n’est clairement pas le cas. Si le temps avait son incidence sur le tout, notre mortalité aurait prit une place importante dans la pensée et l’expression de nos sentiments. Ce n’est pas le cas car amour, passion, sauvagerie contrôlée et instincts viennent se lover autour de nos actes sans penser au lendemain ou à quoi que ce soit. Rien ne peut nous indisposer ni nous faire douter de cet amour et c’est là l’absolue vérité qu’il n’y a pas que des facteurs de temps et d’espace dans la vie… Et ce aussi improbable que cela puisse paraître. »

Pour Ace, bien que cet énoncé puisse sembler comme étant l’œuvre d’un dément, c’était l’évidence même, une des constantes gravitant autour de ce qui l’unissait à Lawrence. Où était alors l’utilité de tenter de mêler la raisons aux sentiments. En fait il n’y en avait aucune. Ace en rendait compte car il le constatait, car il voyait là une preuve que tout conspirait pour que leur relation soit parfaite. Moins d’une demi-heure avait suffit pour sceller leurs deux cœurs. Il avait fallut bien moins qu’une éternité pour les réunir. Il avait fallut bien moins que mers et mondes pour les unir, la distance ayant été somme toute considérée plus que courte. Pour tout ce qu’on aurait pu dire ou affirmer sur les aléas du monde, il était évident que ce n’était que théories voire fumisteries. Dans la pratique, tout prenait un sens différent que seuls définissaient ceux qui s’adonnaient à un amour pur et véritable. Ce qui était précisément le cas de nos deux tourtereaux. Ace, qui à la base était un esprit plus rationnel qu’autre chose avait tout d’abord cru se tromper sensiblement dans son jugement mais il n’en était après tout rien. Rien de ce qui était concevable par la logique ne pouvait ne serait-ce que tenter d’expliquer les arcanes de l’amour. Et au fond, Ace en était profondément reconnaissant au monde pour cet état de fait. Si tout avait un sens, si tout devenait explicable, la vie perdrait par conséquent toute saveur. L’imprévu, l’élément de surprise, ce piquant qui s’ajoutait à la vie disparu pour céder place au culte de la compréhension et de l’explication? Ace en aurait fait une maladie. Fort heureusement ce n’était pas le cas. Le monde gardait sa saveur et ses couleurs, l’être humain était tout aussi ignorant et il ne s’en portait pas plus mal.

« Je ne sais pas ce qui fait la force de l’amour. Est-ce la notion en soi ou les éléments le composant? Est-ce la somme de toutes ses parties partout dans l’univers ou chaque petite paire disséminée un peu partout? Car il me semble que nous transcendons l’amour, que nous sommes encore plus haut que lui, tous les deux, ensemble… Curieuse sensation loin d’être désagréable si tu veux mon avis et je ne saurais m’en défaire. Ta présence à mes côtés vient rendre les plus folles espérances fades et sans goût. En te regardant, j’ai l’impression de voir bien plus qu’une femme, plus que mon aimée tu es… Tout. Comme si la réponse à tous mes désirs, mes rêves et mes espérances convergeaient vers ta personne. Comme si tu étais le fil directeur de mon existence. Et je dois avouer que ce n’est pas une sensation désagréable. Loin de là. Si tout doit se résumer par ton être… Je ne vivrai ni rêve ni conte de fée mais la perfection même… Tous les deux, ensembles, nous sommes invincibles et tout le talent humain ne saurait faire représentation artistique de ce lien si spécial qui nous uni et je doute que même les dieux soient à même de le dessiner, car même leur amour faiblit en comparaison du nôtre… Aussi égoïste que cela puisse paraître, le monde se résume à toi désormais et uniquement à toi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Levy
Chaperon Rouge
avatar

Nombre de messages : 251
Maître/Esclave de : Cyriel Thréadyen et Minka Kaïne
Métier : Jardinière
Date d'inscription : 08/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Ven 12 Déc - 3:40

Des étoiles étaient accrochées dans les yeux de la jeune femme toute émue. Dans un lyrisme romantique à faire plusieurs, Ace exaltait la nature même de ses sentiments avec une sincérité déconcertante. Elle avait tôt fait de rendre sans voix Lawrence qui resta muette après ce breuvage de passion. Humblement, elle ne pensait jamais pouvoir créer autant d'émoi chez une personne qui serait prêt à résumer sa vie qu'à sa personne. Improbable même. Et pourtant, elle le reçut comme le plus fabuleux des compliments. Chaque fois, elle avait l'impression qu'il lui récitait des vers dûment choisis à la perfection alors qu'elle savait très bien qu'un simple regard sur sa personne lui permettait de vomir agréablement ces propos divins. Toutefois, la modestie s'emparait toujours d'elle comme si elle voulait l'empêcher de vivre ce rêve une bonne fois pour toute.

" Ace... Ce qui fait la force de l'amour, c'est relatif. Toi et moi sommes forts de briser les conventions que le véritable amour n'existe pas. Nous savons qu'il n'en ait. Il existe, et c'est pourquoi nous le vivons. C'est la réalité. S'il nous fallait beaucoup d'éléments pour composer la véritable notion de la force de l'amour, nous n'en saurions pas là. Je veux dire, à nous deux, nous avons créer notre amour, notre propre définition. Nous le partageons avec des liens sacrés et indestructibles. Et nous en sommes devenus ivres à force de se le démontrer. Je suis coupée du monde extérieure et de ses laideurs. En ce moment, j'ai l'impression qu'il n'y a que toi et moi sur terre. C'est une forme d'égoisme que de ne penser qu'à moi dans cette situation, mais je ne veux surtout pas m'empêcher de vivre le paroxysme d'une vie simplement pour penser aux autres. Je veux pense qu'à moi... Et qu'à toi. Si par malheur l'éloignement vient à nous séparer, ma chair s'entaillera de son impertinence. Pourquoi me séparerais-je de toi? Je baigne dans le bonheur, pourquoi voudrais-je en sortir? "

Lawrence plongea son regard profondément dans celui de son amoureux afin d'y jeter l'ancre. Elle lui caressa la joue d'une main et l'admira d'une flamme endiablée.

" La modestie n'a jamais fait partie de ma personne. J'ai connu le luxe et mon vocabulaire a veillé à recevoir que des gâteries matérielles jour après jour. Et, depuis que j'ai connu, il me semble vivre dans la simplicité. Ma personnalité m'aurait forcé à te demander des tonnes et des tonnes de choses. Mais, je n'en ressens pas le besoin, car mon véritable bonheur se retrouve dans tes yeux. Ils sont brillants. Le soleil est sombre en comparaison. Je suis aveugle par ton aura et je respire ton essence. Mes paroles semblent insensées à côté des tiennes, mais c'est que je réalise à peine ce qui m'arrive depuis quelques heures. Est-ce... tout réel? ou vais-je me réveiller au beau milieu de se rêve et revenir dans une réalité grisâtre où humains et morts se côtoient? "

Elle s'arrête quelques instants, cherchant la main de son amoureux qu'elle déposa sur l'une de ses gloires féminines. Puis, elle lui chuchota:

"Tout est au sommet de mon être. Cette main sur mon sein ce n'est qu'une pâle représentation de l'endroit où tu te tiens réellement en moi. Ce contact, je le ressens au plus profond de mon être, je te sens et te vois au sommet. Tu n'as plus besoin de gravir la montagne : tu es arrivé à destination, Ace. Puisque c'est haut, je te donne de mon souffle pour te garder en vie. Ma mission, quant à moi, est de justement de donner ton oxygène nécessaire pour survivre. Et à deux, nous avons su grimper ce gigantesque mont que peu de gens sont motivés à se rendre jusqu'au bout... "

Sur ce, elle rejoignit sa main sur celle d'Ace - celle-là même qui était sur sa gloire - et alla déployer ses lèvres pour se poser sur ses de son amoureux dans une douceur inimaginable. Toutefois, toute la fugue et la passion y étaient réunies. L'image était peut-être vulgaire aux yeux de certains, mais pour la jeune femme, c'était la représentation la plus juste qui réunissait à la fois son être et la montagne sur laquelle tous les deux se tenaient en brandissant leur amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   Dim 14 Déc - 18:17

« À cela je te répondrais, ma tendre Lawrence, qu’on a tort de sous-estimer le pouvoir des arcanes de l’amour. Il peut vraiment transformer les gens. Pour toi, je serais prêt à renier mes convictions, mes croyances et mes désirs si cela me permettait de rester plus longtemps à tes côtés, de rester ton champion et ton favori. Tu sais, on dit que le désir des hommes l’emporte sur tout mais… Tu fais mentir cette affirmation. »

Ce fut au tour d’Ace de prendre une des mains de son aimée. Il posa cette dernière sur la partie masculine et intime de son anatomie, située au niveau du bas ventre et ce fut à son tour d’y aller d’explications et de comparaison. Dans le poème de leur vie commune le lyrisme était de mise pour garder le ton enchanteur de ce conte de fée nouveau genre. Et ce ne serait certainement pas Ace qui irait défaire le charme de ce mode d’expression, non mais sans blague!

« Ce que tu as entre tes mains est, dit-on, ce qui domine tous les hommes. Et pourtant, en ta compagnie, il perd tout son pouvoir, toute sa force, toute sa symbolique. Nous le savons tous les deux, ce n’est pas le plaisir de la chair qui nous a uni. Ce ne sont pas des pulsions animales et reproductrices qui sont la base de notre amour. Oui, cette relation intime que nous avons tourne quelquefois autour de ces détails mais ce n’est rien de flagrant, rien de dominant. Ce qui s’impose à tout le reste, c’est l’Amour et le respect de nos personnes. Dans le monde dans lequel nous vivons, dans ce monde de plus en plus axé sur l’individualisme, je ne cesserai de m’émerveiller de ce que nous parvenons à maintenir comme valeurs qui, loin d’être rétrogrades, sont en voie de perdition. Tu as plus de pouvoir sur moi que mon propre corps ou ma propre existence et pourtant, si c’est là une forme d’esclavage, je n’y vois point d’objection. Je m’y soumets bien volontiers. »

Et ce fut au tour d’Ace d’embrasser sa belle, encore une fois, comme ces gestes et paroles dont on ne se lasse jamais, de ces routines qui finissent par faire de votre vie quelque chose de plus simple et de plus agréable, de plus noble et de plus beau… Encore une fois, de ses douces mains, Ace recommença à tracer le contour et les formes de sa belle, pour se certifier derechef que Lawrence était bien réelle et qu’il ne rêvait pas. Il avait l’impression d’entendre toutes les fibres de son être lui hurler de continuer cette intime exploration, de procurer moult sensations à sa belle, de libérer son esprit et de le faire planer loin, très loin au-delà du monde humain, pour la libérer d’une tyrannie physique et morale que chaque être humain se devait de supporter au quotidien… Ses deux mains finirent sur la glorieuse poitrine de son aimée et il amorça de lents mouvements rotatifs, reprenant un massage commencé plus tôt et qu’il jugeait bon de poursuivre. Dans l’intimité qui était leur, les convenances n’existaient plus et la libre expression des sentiments s’imposait d’elle-même, sans retenue aucune. Et il fallait bien l’avouer, pour les deux jeunes amoureux, il n’y avait de plus douce musique que d’entendre son partenaire de vie exprimer son plaisir et son bien être. Toutes les récompenses ne sont pas forcément matérielles et Ace préférait nettement les soupirs de plaisir de Lawrence à tout l’or du monde. Et chaque mouvement était teinté d’un profond soucis de bien faire, comme si du massage seul Ace avait eu l’ambition d’envoyer Lawrence plus loin encore que le septième ciel… La bouche de l’irlandais s’ouvrit pour dire quelque chose mais aucun son ne franchit ses lèvres, ne trouvant les mots pour le dire. Son regard, par contre, parla pour lui et si Lawrence faisait montre d’autant de sensibilité que précédemment, elle verserait de nouveau des larmes de joie, à n’en pas douter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: «Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]   

Revenir en haut Aller en bas
 
«Pour Aoibheann...» [PV Ace McCarthaigh]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: Hors RP :: Corbeille :: Corbeille RP-
Sauter vers: