Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un jour, un soir... [PV: Anthony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aibhleoga Eire
Fleur Arrachée
avatar

Féminin Nombre de messages : 70
Maître/Esclave de : Qui voudra...
Végétal / Pouvoir : Chysanthème
Métier : Fleur Arrachée
Date d'inscription : 03/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Un jour, un soir... [PV: Anthony]   Mar 5 Fév - 18:09

Le vent jette, dans ma chambre, des fleurs de pêcher qui ressemblent à des papillons roses, ivres d'avoir trop butiné.
Tchou-Jo-Su, Poèmes.


Pourtant son père lui avait formellement interdit cette promenade, si près du royaume des Hommes, combien de fois lui avait-il répété que l'homme était vile et mesquin, qu'en aucun cas, elle devait se faire remarquer. Que si il advenait par malheur qu'elle en croisât un, elle serait emmenée loin de son village, qu'elle ne pourrait plus jamais danser et jouer comme elle le faisait encore. Mais Cailleach était l'une de ses jeunes femmes, encore infante, qui aiment la Nature pour ce qu'elle était. Combien de fois elle avait espéré croiser Dame Daphnée au détour d'un chemin, dans un petit bois, ou un lac paisible? Pauvre écervelée, pour elle le monde était si beau, il ne pouvait point y connaître le vice et le malheur. Alors toute seule, suivant le vent et ses volutes, elle s'enfuit.

Oh, pas bien loin, mais assez pour sortir du cercle protecteur de la forêt, loin des arbres, géants de bois qui pouvaient la dissimuler dans leur épais feuillage, par delà le sous-bois qui lui offrait un abri d'ombre et de discrétion. Elle s'aventura jusqu'à l'orée et plus loin encore, bien au-delà de son environnement protecteur, berceau de son enfance, symbole de vie, symbole de Daphnée. Elle alla jusqu'à longer la mer et ses côtes, seule dans son chemin. Le temps était assez mauvais, l'enfant toutefois curieuse. Elle prit alors le pas de course, comme une biche gambade dans les prés. Elle passa la plage et les falaises, jusqu'à pénétrer dans la noirceur protectrice des grottes.

Celle qu'on appelait Cailleach était bien loin de se douter que ce même endroit abritait quelques créatures tout aussi mythologiques qu'elle ne l'était. Comment pouvait-elle savoir, vu que personne ne lui en avait jamais parlé. Ses parents et tous les Âgés du village taisaient le nom des bêtes assoiffées de sang, de son sang qui courraient le monde, les alentours et qui même, depuis peu parcouraient les sous-bois. La jeune femme entra pourtant sans la moindre peur, toute innocente dans sa curiosité. Dehors, il faisait sombre, la nuit ne tarderait pas, mais Aibhleoga voulait encore découvrir, c'était peut-être ce qui la perdra... Qu'en savait-elle pauvre enfant?

Au hasard, elle choisit alors un couloir qui débouchait à l'entrée de la grotte, puis un autre, et un autre. Stalagtites et stalagmites échangeaient couleurs et formes, tous plus beaux les uns que les autres. La profondeur des caves renvoyait un bruit déformé, calme et curieux des pas légers de la jeune femme. La température la fit frissoner, ce n'était pas la même fraicheur que dans la forêt, car ici, elle avait légèrement froid, mais cela ne retarda pas ses volontés de voir plus encore. Il fallait toutefois préciser, qu'elle ne voyait pas grand chose, juste assez pour apercevoir où elle mettait les pieds, mais le noir était plus ou moins.

Dans sa robe noire, elle avançait, lentement, avec cette sorte de douceur qui lui était propre, comme si un fantôme des temps passés errait ici et là. Ses pieds nus étaient mouillés, et malgré le fait qu'elle tremblotait de froid, elle continua sa marche, et s'enfonça dans les profondeurs de la terre. Où allait-elle? Même Cailleach ne le savait pas. Mais elle s'arrêta soudainement. Un bruit, différent de ceux qu'elle avait entendu jusque là parvint à ses oreilles. Etait-il possible que cela fut un animal? Un de ceux qui avait élu domicile dans ses grottes? La jeune femme se contenta de maintenir son fin sourire sur son visage délicat et décida de rebrousser chemin. Combien de temps avait-elle marchait? Sous terre, le temps défilait si différemment qu'elle ne savait guère si elle avait passé toute la nuit ou bien si cela ne faisait que quelques minutes. Jusqu'où avait-elle marché? Cela pouvait être une dizaine de mètres, tout comme un ou deux kilomètres. Là encore, elle n'aurait su le dire. Mais malgré sa réticence, il lui fallait rentrer, rentrer chez elle, Aibhleoga se dirigea donc vers la sortie, vers la sécurité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Hopkins
Vampire Solitaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 307
Age : 27
Maître/Esclave de : Alexis Merëgreen
Végétal / Pouvoir : Télékinésie
Date d'inscription : 08/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un jour, un soir... [PV: Anthony]   Sam 9 Fév - 21:31

La nuit était tombé, en entrant dans une des grottes des alentours près des falaises, Antony avait en tête d'être un peu seul, retrouver cette solitude qu'il aimait tant. Il avait réussi à s'éclipser de chez Alexis, enfin elle ne l'avait pas empêchée de sortir. Il vivait une vie plutôt tranquille avec elle, il n'aurait pas pu rêver mieux. Il avait le droit de sortir quand il le voulait, et avait le choix d'aller travailler, ou non. Une vie plutôt pénard, il ne s'était pas attendu à autant de liberté, son premier maître lui en avait privé pendant plusieurs mois. En ayant posé le pied dans une des centaines des grottes, il reprit ses habitudes de vampire, Antony avait le don de la télékinésie, et voyait parfaitement dans le noir. Il alluma une cigarette et reposa son paquet dans l'arrière poche de son pantalon, ensuite il mit ses mains dans ses poches. Il portait toujours les vêtements que le livreur lui avait donné lorsqu'il était chez lui et chez sa maîtresse impulsive. En s'enfonçant dans la grotte, il se mit à penser à tout ce qu'il avait vécu, mais il sortit de ses pensées lorsqu'il vit une jeune femme. Il sut rapidement en la voyant que c'était une falmaris, il ne put s'empêcher de sourire montrant des canines longues et pointues, en la regardant. Il n'avait pas bu une seule goutte de sang depuis presque une semaine, il était grand temps qu'il se fasse les crocs sur un pauvre falmaris. Étant donné qu'elle avait l'air seule, et un peu perdu dans cette grotte, il se permit de dévoiler sa présence.

Salut.

Il s'était placé face à l'entrée de la grotte, lui bloquant la sortie en quelque sorte, et ainsi elle pouvait voir sa silhouette. D'après ses vêtements, et son sourire, il sut qu'elle n'était pas esclave d'un quelconque humain. C'est toujours comme ca, lorsqu'on a jamais eu un maître, on se sent libre de faire ce que l'on veut, sans que personne vienne vous y empêcher. Antony aurait bien voulu mordre la jeune falmaris puis s'en aller, mais elle l'intrigua, bien qu'elle soit libre, pourquoi était-elle dans une des nombreuses grottes. Pourtant les falmaris ne sont pas des êtres à se promener dans les grottes, et puis il se demanda quelle plante on avait assigné à la naissance à cette falmaris. Tous les vampires étaient au courant pour les missions des falmaris, ils devaient protéger leurs plantes, l'implanter partout où ils le pouvaient. Bien qu'Antony trouvait cela vraiment stupide, il aurait aimé savoir quel était la plante que devait protéger la jeune falmaris. Il tourna son regard vers l'entré de la grotte.

Mais il reporta son regard sur la jeune falmaris, qui bien qu'il ne l'avait pas remarqué, porté une robe noir tout aussi noire que ses cheveux. Il n'avait pas remarqué qu'elle portait Sur son visage, une sorte de voile, ou un masque, fait de soie et de diamant, d'or entrelacé. Elle portait aussi des fleurs dans ses cheveux. Son apparence intrigua le jeune Hopkins, elle n'était pas comme les autres falmaris, qu'il avait pu rencontrer. Elle paraissait mystérieuse ainsi vêtu, et un peu bizarre, étant donné, qu'elle était seule dans une grotte. Elle avait l'air d'une enfant, déguisée en femme, elle ne portait pas de chaussures, on entendait aucun bruit de pas venant de sa part. Il y avait pour tout autre bruit, le bruit du vent, qui entré dans la grotte.

Que fait une falmaris dans une grotte ?

Il avait dit ses quelques mots, avec sa cigarette dans la bouche. Puis il se dirigea vers un gros rocher, qui été devant l'entrée de la grotte, sauta dessus de façon très élégante, avec les mains dans les poches. Antony avait toujours été très souple dans chacun de ses mouvements. Il s'installa sur le rocher, laissant balancer ses jambes par la même occasion. Il pouvait ainsi observer chacun des gestes de la falmaris, il ne comptait pas la laisser partir, elle représentait une source de sang pour Hopkins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aibhleoga Eire
Fleur Arrachée
avatar

Féminin Nombre de messages : 70
Maître/Esclave de : Qui voudra...
Végétal / Pouvoir : Chysanthème
Métier : Fleur Arrachée
Date d'inscription : 03/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Un jour, un soir... [PV: Anthony]   Ven 22 Fév - 19:54

L'innoncence est souvent plus hardie que le vice n'est entreprenant.
Charles Pinot Duclos, Les Confessions.


Un mot, Cailleach se tourna sans peur aucune vers cette voix, mais qui était donc son interlocuteur? Y'avait-il quelques êtres qui vivaient dans ces grottes obscures? Peut-être dérangeait-elle, dans ces conditions, il lui fallait alors s'excuser de s'être introduite ici. Mais pourtant, elle ne put bien distinguer cette personne, car il lui apparaissait en contre jour. En effet, dans les grottes il y faisait si noir, alors que l'entrée de la caverne lui déversait une douce lumière. Elle n'en voyait que le contour. Visiblement, c'était un homme, mais pourtant, il devait avoir quelque chose de dérangeant, car elle ne reconnu là, pas un de son peuple. Car tous les falmaris avait en eux l'essence même des arbres et des plantes, l'esprit de Daphnée non loin de là. Mais elle ne ressentait rien en cet être. Certes elle était bien jeune, mais du moins, elle aurait du reconnaître, ne serait-ce que la plante qu'il protégeait, si cela avait été un de sa race.

Mais là, rien, rien qu'une surprise tangible, une inquiétante quiétude qui ne présageait rien de bon pour la suite à venir. Qui était donc cet homme? Etait-ce là, ce que son père avait appelé un humain? Ou bien un de ces êtres des légendes auxquels il ne voulait prononcer n'en serait-ce que le nom? Aibhleoga n'en savait rien. Pauvre enfant naïve, tu aurais du faire plus attention, ce matin, en partant. Belle enfant, attention, la vie n'était pas si rose que les falmaris pouvaient prévoir. Il parla de nouveau avant de s'installer sur un gros rocher, dans l'entrée. Cailleach s'approcha, sans peur aucune. Pourquoi devrait-elle craindre cette personne? Tout en s'approchant, elle lui sourit et lui répondit


"Je ne savais pas que je ne devais y entrer, pardonnez-moi d'avoir été trop curieuse..."

Cependant, elle ne continua pas. Le peu de lumière qui émanait de l'entrée de la grotte venait d'éclairer faiblement l'homme devant elle. Il avait les cheveux aussi blancs que la neige en hiver, tout comme ses prunelles qui brillaient d'une étrange façon. L'air qu'il affichait sur son visage n'annonçait rien de bon, mais pourtant, elle ne prit pas peur. Elle s'arrêta simplement de parler, d'avancer et le fixait sans émettre aucun commentaire. Sur le moment, elle ne savait pas quoi dire. Devait-elle se présenter? Devait-elle partir? Devait-elle ne pas bouger? Attendre? Quoi? Faire quoi? La jeune femme n'avait jamais rencontré un autre être que ce de sa race, les falmaris savaient s'entendre entre eux, mais elle n'avait jamais conversé, ni même vu, un autre... Un autre quoi? Enfin, un être qui lui ressemblait, mais à qui aucune plante n'avait été placé sous sa protection. Avait-il d'autre pouvoir? Cailleach était curieuse, c'était là une certitude.

Sans savoir pourquoi, elle dut se forcer à lui offrir un nouveau sourire, tourna les talons, laissant ainsi ses cheveux et sa robe sombres flotter un instant dans les airs, puis elle marcha calmement vers un rocher, de l'autre côté pour s'y asseoir, elle aussi. La curiosité était un si vilain défaut, cela la perdra, certainement. Elle se sentait pas vraiment à l'aise, allez savoir pourquoi. La jeune femme regarda un instant le dehors, calme comme il le fallait, calme comme elle les aimait, pourtant, elle ne sortit pas, bien trop intéressée par cette rencontre que de rentrer à la maison et se faire gronder, une nouvelle fois. Ici, dans la caverne, ils étaient protégés du vent, cela lui manquait, elle aimait tellement sentir sa douce caresse. Mais tant pis, la tentation était trop forte. D'une voix qui se voulait calme et enjouée à la fois elle demanda alors, reportant son attention sur l'étrange homme devant elle.


"Etes-vous un humain ou un être de légendes? J'avoue que je ne sais guère faire la différence..."

Bizarrement, pour la première fois, elle tremblotta, Aibhleoga ne savait pas si cela était de froid ou d'un étrange début d'inquiétude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jour, un soir... [PV: Anthony]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour, un soir... [PV: Anthony]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon lit est plus confortable le matin que le soir. ~ le 03-07 à 9h14
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: Les grottes-
Sauter vers: