Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alone in the Dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Alone in the Dark   Dim 2 Mar - 20:36

Le froid, la nuit, le silence. La nuit était levée depuis bien longtemps. Il ne devait pas être loin de 23heures. Le ciel bleu marine avait déjà revêtit sa robe sombre pailletée d'argent et arborait fièrement sa broche de Lune tandis qu'il s'étirait au dessus du monde, puissant, impénétrable, absolu. Les grillons ne chantaient plus. Eté ou printemps, on commençait à confondre dans la ville de Galway tant les journées étaient si chaudes et les nuits si froides. Les rues étaient désertes. Pas un seul humain, pas un seul falmari ne traînait ici, ni même un vampire. Rien. Juste le silence palpable, qui avec l'obscurité, avait abattu ses voiles étouffants sur la ville endormie. Le temps semblait être suspendu. Trop d'inaction, trop de pression, il fallait bien que quelqu'un explose, que le silence soit percé de quelque manière que ce soit, par qui que ce soit. Qu'il soit percé, que Diable ! Et que le bruit revienne !
Et le silence fut percé, par une jeune Vampire du nom de Yria.
Un gémissement de douleur, si faible soit-il, déchira le silence de la nuit. Yria appuya une main rouge de sang sur le mur et y adossa son corps tremblant. Deux semaines qu'elle n'avait pas bu de sang de Falmari. Deux semaines qu'elle évitait sa maîtresse et que cette dernière ne la nourrissait plus. Yria appuya sa tête contre le mur et ferma les yeux. le clair de lune éclaira son visage, renforçant sa pâleur, éclairant à découvert ses séquelles effrayantes. Ses poignets fragiles avaient disparut sous des marques carmines laissées par les chaînes qui les lui avaient meurtris. Son cœur battait à tout rompre. Elle avait échappé aux gardes de la mine qui voulaient de force la reconduire chez elle, chez sa maîtresse. Elle ne voulait pas revoir Rhydaë. Elle voulait rester dehors. Qu'on la frappe, qu'on la viole, mais qu'on ne l'oblige plus jamais à rentrer dans ce manoir maudit.

Une larme de couleur coula sur la joue d'Yria, se mêlant aux sillons carmins qui tâchaient sa peau blême de maladie, de malnutrition et de manque de soleil, de sommeil aussi. Sa poitrine se soulevait et s'abaissait violemment au rythme de sa respiration saccadée. Les pans de sa robe blanche déchirés se reposaient contre ses mollets en sang, fatigués de voleter autour de ses jambes tandis qu'elle avait courut des mètres et des mètres de distance, traversé des rues et des rues, aussi étroites et sombres les unes que les autres. Ses longs cheveux gras tombaient en mèches épaisses dans son dos et sur ses épaules. Ses lèvres violettes de froid se gerçaient de soif. Sa gorge lacérée de cris de douleur lui faisait mal. Ses poumons semblaient ne plus pouvoir se gonfler correctement. D'atroces points de côtés lui lancinaient les flancs. Ses jambes maigres et tremblantes ne semblaient plus pouvoir supporter son poids. Pourtant, Yria était de très faible corpulence. La jeune Vampire passa sur son visage une main aux longs doigts fins, écorchés par le travail dans la mine de diamants. Trop de pensées se bousculaient dans sa tête, menaçant à tout moment de la faire exploser comme une pastèque qui se serait prit une balle de pistolet. Ce qui n'allait sans doute pas tarder à arriver à la tête d'Yria si elle continuait de fournir un travail si déplorable. Que pouvait-elle faire de mieux ? Elle faiblissait de jour en jour et souffrait tellement que même la mort serait un châtiment trop doux à son égard désormais. La température chuta encore. Une marée de frissons parcourut le corps d'Yria avec la puissance d'une décharge électrique, la secouant d'un spasme terrible auquel la jeune femme resta indifférente, tant elle y était habituée. Si elle ne bougeait pas, elle allait mourir de froid cette nuit. Le vent se leva, ravivant les plaies qui barraient son corps meurtrit. Yria se rendit à l'évidence. Elle ne tenait plus à sa vie, mais elle tenait à son honneur. Il ne lui en restait qu'un petit morceau que le désespoir commençait déjà à ronger. Il fallait qu'elle sauve ce petit bout de fierté, et pour le sauver, il fallait qu'elle bouge
.

La jeune femme se retira, laissant sur le mur une marque de sang. Ses pieds nus foulaient le sol glacé, tandis qu'elle reprenait sa route. Un bruit se fit soudain entendre. Elle n'était pas seule. Yria s'immobilisa, l'oreille aux aguets. Les battements de son cœur s'accélérèrent. Ses poumons lui firent encore plus mal. Ses jambes tremblaient. Yria serra les poings. Qui était là ? Elle ne posa pas la question, de peur que la personne en question trouve l'endroit où elle était. Et la personne le trouva. Un humain. il se tenait derrière elle, le regard perçant, un sourire sadique sur les lèvres. Une Vampire qui se promenait dans les rues était passible de mort. Yria se retourna, et eut juste le temps d'ouvrir de grand yeux surpris.
La lame d'argent fusa dans les airs et la Vampire se la prit en plein ventre. Son cœur s'arrêta pendant deux secondes. Le souffle coupé, Yria se cabra machinalement en avant, le souffle coupé, les yeux exorbités par la stupéfaction. Elle vomit un jet de sang qui s'étala sur le sol en un bruit dégoûtant. La jeune femme tomba en arrière. Son dos heurta le mur avec un bruit sourd. Les yeux de Yria se clorent. La jeune femme laissa échapper un hurlement de douleur après avoir comprit ce qui lui arrivait. L'humain sortit de l'ombre, mais Yria ne vit pas son visage
.

- Vampire qui se promène dans la nuit meurt le matin. Tu as de la chance, je vais t'accorder une mort lente. Le temps que tu reviennes chez ton maître, tu te sera peut-être vidée à moitié de ton sang sali de ténèbres. Tu sera battue à mort pour ta faute, et le froid sur ta plaie te fera chanter d'une autre voix !

Il éclata d'un rire gras et disparut au coin d'une rue voisine. Yria empoigna la couteau planté au tiers dans son ventre. Elle sentait la lame caresser de façon doucereuse ses intestins, les attirants sur son tranchant pour pouvoir les couper et la tuer lentement.

- BORDEL ! jura Yria.

S'en suivit un long hurlement de douleur tandis qu'elle enlevait le poignard de son ventre. Une seule fois cette torture lui avait été appliquée. Elle avait mit des jours et des jours à s'en remettre. Son cœur s'était remit en marche. La jeune femme gémit et jeta le poignard assassin. L'arme tranchante, couverte de sang de Vampire rebondit sur le sol dans un cliquetis métallique avant de finir sa course aux pieds d'un nouveau venu. Yria le toisa d'une froideur extrême mêlée de douleur, pas du tout prête à affronter de nouveau un Humain.
Mais le nouveau venu était trop grand pour en être un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mar 4 Mar - 22:20

D'abord les bruit d'une conversation, ensuite un juron dont la voix exprimait la douleur, puis un hurlement. Si avec cela, Bran n'était pas sortit vérifier ce qu'il se passait, il aurait été un piètre garde. Vérifiant que Mü dormait toujours, il s'assura que personne ne rodait aux alentours et alla voir ce qu'il se passait. C'était quasiment en face du Manoir. Il courut dans cette direction, armé uniquement de ses poings. Il ne vit pas qui avait poignardé Yria. Il vit Yria, baignant dans son sang, un poignard sur le sol, devant elle. Bran jura. Encore ces humains qui se tuaient pour un rien. Il allait s'en aller lorsqu'il remarqua qu'Yria n'était pas humaine. C'était une vampire, tout comme lui. Il s'approcha et, posant un genou au sol pour se mettre à sa hauteur, lui dit:

-"Inutile de vous demander si ça va, c'est visiblement pas le cas."

Sans rajouter un mot, il passa un bras sous la hanche de la jeune vampire et la souleva. Toujours aussi muet, il la ramena au manoir. Cela lui pris plus de temps que Prévu, car il en profitait pour surveiller les alentours. La nuit céderait la place au jour dans quelques heures. Il devait surveillet le manoir pendant ce temps là. Il traversa silencieusement les couloirs, et déposa Yria sur son lit. La chambre était relativement simple. Lit, bureau, armoire et salle de bain. Les volet étaient fermés, rendant la pièce hérmétique à la lumière du soleil. Bran alla chercher une trousse de soin dans la salle de bain et, priant pour que personne n'en profite pour agresser Mü, mit Yria torse nu et commença à soigner la plaie.
Il imbiba le bandage de désinfectant et l'apposa sur la blessure. Le hurlement de la jeune femme brilla par son absence. Soit elle était en train de mourir, soit elle avait vécu bien pire. Bran espérait que ce soit la première option. Non par cruauté, mais parce qu'il ne pouvait concevoir que l'on ai torturé une si belle femme. Il savait que le monde était empli des pires choses possibles et imaginables par un esprit dérangé ou non. Il caressait juste le vain espoir de ne pas y participer...


-"J'ignore qui vous êtes, mais ici vous serez en sécurité. Je dois terminer ma ronde ici, puis je vous rejoindrais, au lever du soleil. Essayer de dormir un peu. Il y à des toillettes dans la salle de bain et quelques magazines sur le bureau. N'essayer pas de sortir pour le moment, s'il vous plait. De toute façon, je verrouille la porte..."

Les magazines portaient tous sur des armes. La plupart étaient des magazines de chasse. Bran se releva et sortit, non sans verouiller la porte. Il retourna à son poste, vérifiant tout de même si Mü allait bien, puis termina sa nuit de garde.

Il ne revînt que trois heures plus tard, ouvrant doucement la porte au cas ou Yria dormait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mer 5 Mar - 18:12

Yria ne comprit rien de ce qui se passa après qu'elle ait vu le Vampire s'approcher de son corps meurtri. Elle entendit une voix lointaine, grave, masculine et surtout inconnue dans sa mémoire. C'était bien une voix de Vampire. Elle ne comprenait pas tout ce qu'il disait, et à vrai dire, s'en fichait éperdument. La jeune femme était comme plongée dans un état second. Ce fut un corps flasque que l'inconnu, dont elle ne distingua que vaguement la silhouette, souleva dans ses bras et transporta sans mot dire à travers la vielle ville. Et dire que les rues de celle-ci étaient réputées pour être riches et bien famées ! C'était ici qu'habitait d'ailleurs la maîtresse d'Yria. En parlant de maître, Yria se demanda une fraction de seconde où l'homme l'emmenait alors qu'il ne connaissait ni sa maîtresse, ni le lieu où elle vivait, ni Yria elle même. La jeune Vampire tomba dans un sembla d'inconscience, sa tête dodelinant sur ses épaules au rythme des pas de l'inconnu. Le pouvoir télépathique de la Vampire indiqua à celle-ci que le jeune homme regardait aux alentours, comme si, tel un garde il était chargé de surveiller la ville. N'était-ce pas un humain dans ce cas ? Les Vampires n'étaient employés qu'à un seul endroit de Galway et ce lieu était la mine de Muileata, la journée. La journée...le lever du jour, le soleil...Le corps d'Yria se contracta. Il ne faisait pas encore jour, mais cela ne semblait tarder. Elle n'était pas rentrée au manoir pour la nuit, et n'aurait pas la force en quelques heures de regagner la mine. Sa maîtresse allait la punir sans la tuer, comme d'habitude. Heureusement que ses plaies auraient le temps de cicatriser ne serait-ce qu'un peu, car la peau des Vampires cicatrisait vite, oui, même ce genre de choses. Après cette nouvelle information, Yria n'eut pas la force d'aller chercher le nom du Vampire dans la tête de celui-ci. Son pouvoir se mit en sourdine pour laisser place à la douleur qui lui meurtrissait le ventre, tandis que le sang chaud et sombre coulait sur son corps, tâchant ses vêtements plus qu'ils ne l'étaient déjà. Enfin, une porte s'ouvrit, et Yria crut devenir aveugle, lorsque la lumière de la lune s'éteignit comme une chandelle sur laquelle on aurait soufflé.

Les deux Vampires venaient de pénétrer dans un grand manoir, et Yria savait que ce n'était pas celui où elle habitait, c'était sans doute celui ou le maître du Vampire habitait. Il y faisait noir et la propriété était encore plus grande que celle de Rhydaë Tharos. Yria avait l'impression de marcher dans un labyrinthe plongé dans l'obscurité la plus totale. Elle était pourtant toujours dans les bras puissants du Vampire qui ne cessait dans marcher sans souffler autre mot. Une porte s'ouvrit sur leur passage et l'obscurité sembla se renforcer d'avantage. Yria ne regarda pas aux alentours. Ses yeux vitreux ne lui offraient qu'une vue floue et de basse qualité. Le sang battait à ses tempes. L'un de ses bras maigres pendait, comme un simple morceau de chair sans os, dans le vide. Son corps inerte tomba sur un matelas à l'odeur qui n'était pas la sienne et qui lui changea grandement de la toile de jute posée à même le sol, sur laquelle elle passait ses nuits dures et agitées. Le sommeil tira une couverture étouffante sur son corps immobile. Sa robe glissa sur son corps jusqu'à ses hanches. Yria crispa sa main sur le matelas, mais n'avait pas la force de se défendre. Il lui semblait en même temps que le Vampire ne lui voulait pas de mal. D'ailleurs, elle sentit ses mains se balader sur son corps non par perversité, mais par soin. Ce qui ressemblait à un bandage fut posé sur sa blessure. Yria ne sut ce qui l'avait humidifié, mais la substance en question lui brûla la peau avec une telle force qu'elle eut l'impression que ses chairs étaient en feu. Cette sensation lui rapella lorsque son ancien maître l'avait punie d'un fer chauffé au rouge sur son dos encore intact puis, par la suite, marqué de diverses blessures, signes que plusieurs instruments de torture étaient passés par là. Le Vampire s'éloigna, soufflant quelques mots qu'Yria comprit parfaitement. Il reviendrait au lever du soleil. Le soleil...la pièce était plongée dans le noir à cause de ces volets. Elle ne pourrait pas voir l'astre doré aujourd'hui. Par la suite, la jeune femme entendit le cliquetis d'une serrure : le Vampire verrouillait la porte de sa chambre, comme promis. Il se passa de longues heures ensuite, de longues heures de silence, d'obscurité et de solitude, de longues heures qui parurent une éternité à Yria. Elle adorait se trouver dans ce genre de perspective, mais cet endroit lui était inconnu et seul cet élément suffisait à intensément la gêner. Qui était ce Vampire ? Pourquoi l'avait-il sauvée et pourquoi était il allé jusqu'à l'emmener ici ?!
L'aube se leva, la porte pivota dans un lent grincement. Les yeux d'Yria étaient clos, recouverts par ses blanches paupières sillonnées de veines qui ne voulait se soulever que pour voir le soleil. Mais elle ne dormait pas. Son corps était immobile, à la même place que trois heures auparavant. Sa poitrine ne se soulevait que légèrement, mais elle n'était pas morte. Son pouvoir de télépathie fonctionnait parfaitement, désormais, et ce fut juste cela qui l'obligea à parler
.

- Allons, pousse cette porte et entre. Quand bien même les Vampires dorment, ils sont éveillés.

Le Vampire sembla alors réagir, du moins, c'était ce que pensait Yria. Après tout, elle avait les yeux fermés. La jeune femme s'appuya sur ses coudes, puis se redressa sur son séant. Alors à ce moment, et seulement à ce moment, elle ouvrit les yeux. Yeux qui parurent encore une fois aveugles jusqu'à ce qu'ils s'habituent à l'obscurité et puissent distinguer la silhouette du Vampire, qui lui, semblait nyctalope.

- Te remercier serait inutile, étant donné que tu sais qu'il va de soi que j'éprouve de la gratitude à ton égard. Dis-moi, fait-il jour ?

Elle passa une main dans ses cheveux et grimaça. Ses côtes lui faisaient mal, son ventre de même. La plaie avait déjà commencé à cicatriser, mais elle ne l'était pas totalement - Yria n'était pas WonderWoman non plus. Ses cheveux sombres tombaient en désordre dans son dos et les mèches qui tombaient sur le matelas étaient éparses contre le tissu clair. La jeune femme releva la tête.

- Yria Lëghan, c'est ainsi qu'on me nomme. Puis-je savoir ton nom, à toi ?

La jeune femme se frotta les yeux, comme si elle avait dormi.

- Je ne suis pas nyctalope, moi, confia-t-elle. Il va falloir que je rentre, sinon, ma maîtresse va me chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mer 5 Mar - 18:56

Bran sourit. Elle avait passé la nuit, c'était déjà ça de gagné. En plus de cela, elle était éveillée et parlait. Obéïssant à son ordre, Il entré et referma la porte, plongeant la pièce un bref instant dans le noir le plus complet. Il profita de l'intervalle de temps qu'il lui falu pour trouver l'interupteur pour regarder plus attentivement à qui il avait affaire. Les courbes de son corps, son visage... presque tout en Yria anima un désir qu'il navait jamais connu aussi intense. heureusement qu'elle n'était pas nyctalope. Il détourna le regard au moment ou la lumière artificielle d'un tube néon se répandit dans la pièce. Elle se présenta, il fit donc de même, acceptant d'un hochement de tête ses remerciement.

-Oui, il fait jour. Quant à mon nom, c'est Bran. Bran Adenoctis. Si tu veux rentrer je crains qu'il ne te faille attendre ce soir.

Disant cela, il pris la chaise de son bureau et s'installa aux cotés d'Yria, conservant une certaine distance. Il ignorait tout d'elle, mis à part son nom. Pourtant, elle le fascinait. Par peur d'être genant, Bran changea de sujet :

-Ta blessure va mieux ? Qu'est-ce qu'il s'est passé là bas? Dois-je prévenir ton maitre?

L'assaillir ainsi de question n'était peut-être pas le mieux, mais il s'en fichait éperdument. Il devait tout de même savoir quoi faire à partir de maintenant. Ne tenant pas en place, il se releva et rangea la chaise. Il défit sa cape et la rangea dans une armoire, exposant ausin les bandes de cuir pour le moins moulantes qui lui servaient de vetements.

-Je n'ai malheureusement rien à vous offrir, que ce soit à boire ou à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Jeu 6 Mar - 21:33

- Ne me vouvoie pas : je ne suis pas supérieure à toi, répliqua Yria d'un ton glacial, même si ce fut sans méchanceté.

De plus, elle détestait qu'on la vouvoie. Elle s'était habituée au tutoiement depuis sa plus tendre enfance, même les esclaves du manoir Lëghan la tutoyaient. Même lorsqu'elle faisait partie des vainqueurs, Yria avait une certaine notion de l'égalité. Mais là, tout avait changé, et elle comptait parmi les vaincus, et les humains se croyaient au dessus d'eux et se permettaient de leur manquer de respect sous ce seul prétexte. Oh bien sûr, Yria n'était "peace an love" non plus. Elle aimait torturer, blesser, tuer, faire couler le sang, agresser physiquement et assassiner mentalement, faire subir aux autres ce qu'elle subissait depuis des mois, depuis un temps qui lui semblait une éternité. Lorsque Bran lui disait qu'il faisait jour, Yria se renfrogna, comme une fleur qui se fainait en accéléré. Elle ne verrait le soleil que le lendemain, hélàs. Tant pis. Elle devait en partie sa vie au Vampire qui venait d'entrer dans la pièce ; je dis bien en partie. La jeune femme aurait très bien put survivre sans son aide, mais sa plaie aurait mit bien plus de temps à cicatriser, et elle aurait eut les coups de sa maîtresse en plus ! Le genre de choses qui fait bien plaisir. Yria plongea son regard dans celui de son Vampire sauveur qui s'était assis sur une chaise et la regardait comme une bête de foire, tantôt fasciné, tantôt méfiant parce qu'il voyait. Consciente de l'intérêt qu'il lui portait, Yria fronça les sourcils et détourna la tête. Elle saisit les pans de sa robe et les ramena sur son buste, cachant sa poitrine autrefois nue aux yeux du Vampire qui disait s'appeler Bran Adenoctis. La jeune femme marqua que ce nom était peu commun, remarque, le sien l'était aussi. Le Vampire se leva et alla ranger sa cape dans ce qui semblait être une armoire. Les yeux d'Yria s'habituèrent peu à peu à la lumière artificielle d'un néon qui éclairait la pièce d'une douce lumière. Bran enchaîna trois questions. Yria se crispa à la dernière et lança au Vampire un regard indigné.

- Ma Maîtresse ? Tu veux ma mort ou quoi ? Elle me battra si elle sait où je suis ! protesta-t-elle. Et quand à ma blessure, j'espère que tu comprendras si je te dis que j'ai subi pire.

Sa phrase ne fut pas laissée en suspend, mais bien fermement terminée. Son regard revint vers Bran tandis qu'elle enflait sa robe déchirée dont le col baillait sur l'une de ses épaules. Elle se sentait sale et humiliée devant ce Vampire inconnu. D'un simple geste de la tête, Yria rejeta ses longs cheveux dans son dos autrefois nu, maintenant recouvert par un tissu naguère blanc, sali par le travail à la mine de diamants. Elle avait retenu la demande d'informations sur ce qu'il s'était passé la nuit précédente. Elle leva les yeux au ciel, réfléchissant aux moindres détails. Il lui semblait avoir complètement zappé les évènements de la veille et en même temps, la Vampire hésitait grandement à les conter à un inconnu, franchement.

- Je me suis simplement faite agresser par un humain. Quoi de plus normal ? Les humains détestent le peuple des Vampires. Et maintenant que nous sommes leur esclaves, ils en profitent pour nous traiter comme des chiens. Enfin, j'ai eu de la chance sur ce coup là : pour une fois, je n'ai pas servit de fille de joie à un humain ivrogne qui cherchait à noyer ses soucis dans autre chose que de l'alcool.

La jeune femme haussa les épaules. Ce qui était en réalité délibérément choquant semblait parole anodine pour la Vampire. Yria avait l'habitude de la cruauté et de la soumission. Soumission...Elle ne se soumettait pas elle. Et même si ses rébellions ne servaient à rien, elle gardait espoir d'un jour être libre, même si ce n'était qu'une once de vaine émotion éphémère, évanescente. Comme un sentiment suspendu dans le temps, comme une photo devenue floue. Et plus que jamais, Yria tenait à son honneur et à sa fierté, même si l'un et l'autre se fanaient progressivement à chaque fois qu'elle était déshonorée.
Yria s'appuya sur le matelas et toisa Bran d'un regard perçant
.

- Je peux savoir pourquoi tu me regardes avec tant d'insistance ? Je suis comme tous les Vampires, on dirait que tu n'en as jamais vu de toute ta vie, vu ton regard étrange. Un truc te déranges dans mon apparence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Jeu 6 Mar - 22:26

Bran détourna vivement le regard, rougissant. La noirceur de l'âme d'Yria l'impressionnait. Les yeux sont le miroir de l'âme, et ceux d'Yria étaient emplit de ténèbres... des ténèbres trop profondes pour Bran. Néanmoins, il se résolut d'y replonger... La regardant droit dans les yeux, il demanda :

-Pourquoi vos... Pourquoi y a-t-il tant de noirceur dans tes yeux ? Pourquoi est-ce que j'imagine des horreurs que tu subit en te regardant dans les yeux?

Après un petit silence, il ajouta un unique mot, d'une voix étrange.

-Pourquoi?

Bran n'était pas empathe, mais il était simple de deviner qu'Yria était loin d'être heureuse. Il suffisait de lire ses yeux, d'écouter sa voix lorsqu'elle parlait.
Le jeune Vampire ne pouvait pas se rendre compte des horreurs qu'elle avait vécu. La seule chose traumatisante qui lui était arrivée avait pris la forme d'une balle de calibre 9mm perforant son poumon gauche... Cela laissait des traces aussi physiques que mentales, mais pas au point de marquer une vie.
Si Bran n'avait pas parlé de l'apparence de son interlocutrice, c'était parce qu'il en était horriblement gêné. Il ne voyait pas la crasse ou le vêtement sale, non. Il ne voyait que la beauté de la femme sous ses yeux. Son cœur battait fort, cognant dans sa poitrine dans un rythme effréné. Pris d'un léger vertige, il reprit la chaise et s'assit...


-Je ne comprends pas... Je suis peut-être idiot mais... Je ne comprends pas. Pourquoi toutes ces horreurs? Pourquoi les humains ne peuvent-ils pas nous supporter sans...

Presque instinctivement, il porta la main à l'endroit ou la balle l'avait frappé. Maintenant, il ne restait qu'un marque rosâtre en forme de trou rond. Mais la marque laissée dans ses souvenirs, elle, demeurait ouverte... Pourtant, il avait appris à vivre avec. Mais jamais il ne s'était penché sur la question de comment étaient traités les autres vampires. C'était avec horreur et colère qu'il venait de le découvrir...
Les humains étaient les maîtres, et eux les esclaves. C'était ainsi et pas autrement, mais pourquoi? Oui... Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Ven 7 Mar - 19:26

Yria était occupée à remettre ses pensées dans un ordre logique lorsque Bran lui posa une question des plus stupides - au premier abord - et des plus étranges. La jeune femme dut tourner et retourner la phrase des dizaines de fois dans sa tête pour être sure d'en avoir bien compris le sens. Pendant quelques instants, elle crut avoir mal entendu. De tous les Vampires qu'elle avait put rencontrer dans sa misérable vie, pas un seul n'avait tenu de tels propos en face d'elle, à son sujet, qui plus est. Ce pourquoi les mots de Bran attirèrent son intérêt, ils la surprirent, mais surtout la choquèrent. De la noirceur dans ses yeux ? Ses yeux étaient-ils si sombres que cela pourqu'un Vampire lui pose la question ? Bran l'avait devancée sur ce coup là. Dans les secondes qui suivirent, elle ne sut que répondre et n'offrit alors que le silence à Bran, un silence froid, pesant, presque palpable tant il était étouffant, car c'était avec le silence qu'elle se protégeait en partie. En ne disant rien, elle faisait mariner et pourrait préparer son coup. Pourquoi tout d'un coup on se préoccupait d'elle ? de ce qu'elle vivait ? de ce qu'elle pouvait ressentir ? Et pourquoi un simple inconnu lui posait cette question alors que de Vampires qu'elle connaissait depuis des mois n'avaient jamais émit le moindre mot à ce sujet ? Ce Vampire était-il si curieux et si différent des autres pour lui parler de cela ? Yria devait l'avouer : même si son visage restait de marbre face à cette question, ces mots la travaillaient plus que jamais. C'était ce pourquoi qui la choquait, car Bran semblait bien décidé à savoir pourquoi ses yeux étaient comme cela, pourquoi on traitait les Vampires de cette manière, pourquoi on traitait Yria comme cela. Bran semblait préoccupé, ce qui eut pour effet de faire sourire Yria, lorsqu'elle l'entendit prendre cette fois si étrange et ces mots si peu anodins.

- Tu n'es pas d'ici pour demander cela. Tu sais bien qu'il y a eu une guerre, non ? répliqua-t-elle d'une voix glaciale. Tu sais bien que les humains ont gagné et on prit le pouvoir sur les Vampires ? Tu sais bien que les esclaves doivent se soumettre à la volonté de leur mettre et tu sais aussi que les Vampires ne peuvent voir le jour, donc qu'on les fait travailler durant cette période dans la mine de diamants ?

Son regard ne quittait plus Bran, comme si elle voulait le transpercer rien qu'avec ses yeux. Son ton devint méprisant, jaloux, désespéré.

- Toi, on ne te traite pas comme cela, pas vrai ? Toi on ne te bas pas, on ne te puni pas lorsque tu rentres de la mine avec cinq minutes de retard, cinq minutes des dix pendant lesquelles tu n'es traîné à travers la ville pour rentrer au manoir de ton maître. Mais ta journée n'est pas finie, non. Alors que tu rentres au manoir et que tu rêves de sommeil, tu dois préparer le repas de ton maître, le distraire, subvenir à ses besoins, répondre à ses désirs, tous ses désirs. Parfois les maîtres et maîtresses prennent des Vampire de sexe opposé pour s'en servit comme d'un objet, d'une manière que tu dois connaître, non ? Et cela depuis des années, depuis des mois me concernant. Voilà pourquoi mes yeux sont si noirs et voilà pourquoi il reflète ce que je vis et ce que je suis devenue, parce que oui, je suis loin, très loin d'être heureuse dans cette vie. Mais quel Vampire dans Galway l'est après tout ? Nous sommes tous maltraités et forcés au travail jusqu'à la mort. Ne te force pas à m'abreuver ou à me nourrir. J'aurais encore faim demain, et après demain. Je souffre de famine comme tous les Vampires de cette ville. Je n'ai pas mangé depuis une semaine, je saurais supporter un jour de plus après tout.

Elle avait pesque craché ces derniers mots, comme s'ils lui brûlaient les lèvres avec une telle puissance et une telle chaleur qu'elle ne pouvait plus les retenir dans sa bouche. Elle détourna par la suite le regard et fit remonter sa main droite le long de son bras gauche, jusqu'à son épaule, comme si elle se sentait mal à l'aise, comme si elle avait froid. Les deux marchaient. Rhydaë devait la chercher, et à l'heure qu'il était, il fallait qu'elle aille à la mine. Bran la regardait toujours avec autant d'intensité. Elle commençait à sérieusement s'en froisser.

- Mais ne me regarde pas comme cela ! Qu'est-ce qu'il ya ? Mon apparence de squelette et mes haillons t'attirent ?

Yria soupira et passa une main devant ses yeux avant de reprendre, d'un ton blasé.

- J'aimerais tant voir le soleil, Bran. J'aimerais tant être libre, et que ma peau ne soit plus si pâle. Je veux voir cette lumière qui dit nous tuer...Je ne veux plus ressembler à une morte vivante...

On aurait presque pu entendre de la nostalgie dans ses mots, mais lorsqu'elle releva la tête, c'était une voix froide qui remonta de sa gorge.

- Ma maîtresse va me chercher. Il faut que tu me laisses partir. Je dois aller à la mine. Ce n'est pas en me retenant ici que je vais éviter la punition que me réserve ma supérieure. Toutes ses horreurs sont là, parce qu'elles sont là. Point Barre. Nous sommes traités comme cela parce que nous sommes inférieurs. Alors tu dois la fermer et te soumettre, si tu ne veux pas mourir. Mais il n'y a pas beaucoup de moyen de les tuer. Je ne peux mourir par famine alors on fait durer ma faim jusqu'à ce que je supplie et que je m'incline. Ainsi j'arrête de me rebeller. C'est tellement plus facile et tellement plus drôle de voir les plus faibles que toi souffrir.

Et arrête de me regarder je t'en prie. Je ne supporte pas cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Ven 7 Mar - 19:54

Bran rougit lorsqu'Yria lui répondit. Gené, il marmonna qu'il était Celte pur souche, originaire d'Irlande. Bien sûr qu'il savait qu'il y avait eu la guerre, bien sûr qu'il savait que les humains étaient les maîtres absolus. Il ne savait plus quoi répondre. Il n'allait pas à la mine, n'était pas battu, du moins pas encore, et ne devait que surveiller le Manoir durant la nuit. Il n'avais jamai été violé, jamais personne n'avait abusé de lui.
Il ne s'était jamais rendu compte à quel point il était chanceux...
Lui, il se fichait pas mal du soleil. Yria voulait le voir. N'était-il pas mortel pour eux, les vampires ? Puis elle parla de sa maitresse... Et du fait qu'elle ne supportait pas qu'il la regarde. Il détourna les yeux et s'intéressa à la première chose venue, le mur.


-Il ne fait pas encore plein jour, mais il est impossible pour toi de sortir. Je ne sais pas si tu survivra en sortant sous le soleil. *Et je n'ai pas envie de te voir mourir...* Je...

Les mots mourrurent dans sa gorge. Qui était-il pour prétendre l'aider? Il n'était qu'un esclave. Un simple esclave, juste mieux traité que les autres. Il n'avait pas son mot à dire. Il pourrait essayer ce qu'il voulait, çela ne changerait rien...
Pendant un moment, il se demanda s'il n'allait pas risquer d'appeller Mü et l ui demander s'il consentait à nourrir Yria. Quitte à ce que lui ne boive rien par après. Mais Mü... Il devait veiller sur lui, pas lui demander du sang.
Bran serra les dents, désemparé.


*Je ne sais rien faire pour elle et c'est ça qui m'emmerde ! Pourquoi est-ce que je ne peux rien? Pourquoi une femme comme elle mérite ça?*

Le silence plana. Froid, dur, implacable. Il n'y eut rien pour le troubler, si ce n'est quelques bruits provenant de l'extérieur. Bran regarda les vetements crasseux d'Yria, puis demande d'une voix hésitante :

-Tu...Tu veux prendre une douche? Il y à une salle de bain là, si tu le souhaites...

Rougissant légèrement, il désigna la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Ven 7 Mar - 22:03

Elle se redressa, puis quitta le lit. En silence, la démarche assurée, le regard menaçant, Yria s'approcha de Bran qui était toujours assis sur sa chaise. En une dizaine de secondes, elle se trouva tout près de lui, seulement une trentaine de centimètres les séparaient tous les deux. Yria surplmbait Bran de cinquante bons centimètres, lui assis, elle debout. La jeune femme toisa son interlocuteur de haut, comme un prédateur toise sa proie, se préparant à attaquer. Dans son visage, vu à contrejour à cause du tube néon, on ne pouvait distinguer nettement que l'éclat brillant de ses yeux sombres, obscure clarté que jetaient ses iris bleu marine sur le corps si puissant soit-il de Bran qui la regardait, réticent. Yria ne laissait pas transparaître quelque sentiment, de toute manière, elle n'en éprouvait absolument aucun. Le silence était glacial, comme si un froid d'hiver venait soudain de s'engouffrer dans la pièce, glaçant tout sur son passage. Aussi étonnant que celui puisse paraître, la jeune femme était étrangement déplacée avec le reste du décor, que ce soit par sa taille, son accoutrement et même sa façon de se tenir. Si la jeune femme s'était levée, c'était parce qu'elle avait entendu les pensées de Bran, même si le Vampire n'avait pensé qu'une fraction de seconde durant. La Vampire avait saisit les mots éprouvés et les avait retenus. Il ne la conaissait pas. Et Yria détestait que l'on pense à elle. Après on long silence si pesant qu'il en était presque effrayant, la jeune femme prit la parole, d'une voix tranchante qui incitait à la réponse.

- Pourquoi tu ne veux pas me voir mourir ? Quel importance ? Tu ne me verras pas, si je dois mourir, ce sera sur le chemin de la mine. Toi tu resteras dans le manoir de ton maître non ? Et qui es-tu pour penser à moi et sembler vouloir m'aider ? Je ne te connais que depuis quelques heures et tu sembles déjà m'apprécier. C'est stupide de ta part, tu vas te ramasser. Et si une femme comme moi mérite cela, c'est parce que cette femme en question est une Vampire, petit naïf. Réveille toi et rends toi compte à quel point ta vie d'esclave est belle !

La Vampire s'était dressée de toute sa hauteur pendant ses paroles. Elle ne voulait plus entendre les pensées de Bran. Si elle avait pu, elle aurait mit son pouvoir en sourdine. Mais ce n'était malheureusement pas le cas et elle était condamnée à entendre chaque pensée du jeune Vampire. Quel calvers. Elle le sentait gêné pour une raison inconnue. Yria ne conaissait pas l'amour, si c'était ce que Bran semblait éprouver de son côté, elle n'avait donc pas eut une seule hypothèse à ce sujet, et peut-être était-ce mieux ainsi. Il valait mieux ne pas souffrir plus, si elle pouvait l'éviter ! Sans mot dire, la jeune Vampire se contenta d'un signe de tête lorsque Bran lui indiqua la salle de bains et se dirigea vers la pièce suivante dans un pas lent, mais assuré. Des pensées se bousculaient dans sa tête. Elle ne savait pas quoi penser de ce Vampire qui soudainement était venu à son aide. Pourquoi s'était-il trouvé là à ce moment précis où elle était sur le point de mourir ? Etait-ce le hasard, de la chance ? Comment savoir ? Et puis, son attitude la troublait. Bran était étrange et si différent des autres Vampires, dans son comportement. Jamais personne ne s'était intéressé à elle, à part peut-être sa propre famille...Sa famille détruite. Ses soeurs lâchées dans la mine alors qu'elle étaient si jeunes...La jeune femme eut un haut le coeur en repensant à cela. La question principal était "Pourquoi l'avait-il aidée ?" Etait-ce de l'attirance véritable ou simplement un esprit bienfaisant ? Bran semblait si naïf et timide, comme les enfants. D'ailleurs, il ne lui avait pas donné son âge. La jeune femme se retourna dans l'encadrement de la porte et lança.

- Quel âge as-tu ?

Tandis qu'il lui donnait la réponse, elle entrait dans la petite pièce qui tenait lieu de salle de bains. Celle-ci était des plus basiques et des plus ordinaires, mais elle n'avait pas à se plaindre. Elle devait avouer cependant qu'elle avait presque oublié que Bran était esclave dans ce manoir. Pendant quelques instants, elle avait pensé le contraire. Yria n'avait jamais eut une connaissance Vampirique qui était aussi bien traitée en tant qu'esclave depuis que les humains avaient pris le pouvoir. Mais sans doute que Bran était employé comme garde ou garde du corps par ici ? Ce n'était qu'une hypothèse. Laissant là ses pensées, Yria se dénuda complètement, sans pudeur aucune et se glissa dans la douche. Il lui semblait que c'était la première fois qu'elle découvrait ce genre d'appareil. Elle n'avait jamais vu celle du manoire Tharos, ni celle de son ancien maître. Dans toute sa vie de Vampire elle n'avait connu que celle du manoir Lëghan, et cela faisait des mois qu'elle n'était pas entrée dans une douche, depuis qu'elle était esclave en fait. Oh, biensûr, elle se lavait, dans les sources d'eau, les rivières et les étangs qu'elle trouvait lorsqu'elle revenait de la mine, en sang et couverte de boue et de crasse. La jeune femme tira devant elle le rideau mi opaque, mi transparent, qui la cachait en entier, ne laissant voir qu'une silhouette de couleur beige éclairée par un autre néon. L'eau coulant sur son corps fut comme un souffle de vie, une nouvelle substance qu'elle découvrait. L'eau...ce liquide transulcide qui coulait sur son corps, y dessinnant des sillons. Cela changeait du sang, vraiment. Yria pencha la tête en arrière et laissa couler l'eau sur son visage comme une pluie bienfaisante. Ses longs cheveux furent bientôt trempés et collèrent en mèches épaisse à son corps si fin et si fragile. Elle avait enlevé son bandage et n'avait jeté qu'un bref regard à la blessure presque entièrement cicatrisée. Là était l'avantage d'être un Vampire. La jeune femme se colla contre le mur, laissant l'eau couler sur elle. Elle libéra son visage du flot tiède et prit la parole. Sa voix se faisait entendre malgré le bruit de l'eau.

- Bran dis- moi, pourquoi m'as-tu aidée et amenée dans le manoir de ton maître ? Pourquoi rougis-tu lorsque tu me parles ? Pourquoi fuis-tu mon regard ?

La jeune femme posa sa main sur sa poitrine, sentant son organe cardiaque y cogner comme un fou, tel un oiseau voulant sortir de sa cage.

- Et pourquoi Bran, explique-moi : pourquoi mon coeur bat-il si fort lorsque je pense à toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Dim 9 Mar - 3:34

En se faisant ainsi engueuler par Yria, Bran ne put que détourner le regard et serrer les dents. Son coeur cognait à tout rompre dans son torse. Ses pensées, souvent contradictoires s'entrechoquaient violement. Il ne pouvait que se poser des questions sans réponses. Gardant les dents serrée et le regard vissé au sol, il ne réagis pas. Il se contenta de garder le silence lorsqu'Yria alla dans la salle de bain.

- Quel âge as-tu ?

-J'ai vingt-cinq ans...

La jeune vampire ne répondit pas. Il n'essaya pas de se retourner lorsqu'Yria se déshabilla. Il avait du respect. Il essaya de faire le vide dans son esprit, comme il en avait l'habitude lorsqu'il avait besoin de se calmer. Mais là, rien que le bruit de l'eau qui coule, d'habitude si aipaisant, l'empechait de se concentrer. Ce bruit lui rappellait la présence d'une certaine Vampire non loin de lui...
Il Se leva et défit les (longs) lacets de ses chaussures. C'étaient des Combats shoes de son père. Des chaussures utilisée d'habitude par les militaires.Comme tout les soirs, il déposa ses pompes sous le bureau. Lorsqu'il se redressa, la morsure glacée d'une douleur le pris. Son ancienne blessure le tourmentait encore.


*Après tout, ça ne fait que 3 ou 4 mois maintenant...*

Soupirant, il porta la main à sa cicatrice. LA blessure avait beau avoir cicatrisé, le douleur restait encore. C'était probablement plus psychologique qu'autre chose, mais il s'en fichait. Cette douleur lui faisait plaisir. Loin de lui l'idée d'être masochiste. C'était juste que la douleur lui rappellait avec délice qu'il était en vie. Qu'il avait survécu. Peut de personne pouvaient se vanter de survivre à une telle blessure. Il savait à que l point cela faisait mal, à quel point la peur vous prenais au tripes lorsque vous senter un de vos poumons se remplir de votre sang. Se noyer dans son propre sang... Il roula un peu des épaules pour disspier les frisson d'angoisse qui lui parcouru l'échine à cette pensée. Jamais plus il ne voulait ressentir cela !
Yria intervînt à ce moment, l'arrachant à ses douloureux souvenirs. Les questions qu'elle posa plongèrent Bran dans le silence. Un silence gêné...


-Suis-je si différent de toi pour te laisser agoniser dans la rue? Suis-je si inhumain que cela pour te balancer dehors une fois ta blessure pansée?

Il prononca les réponses suivantes avec un peu plus de difficultés. Il ignorait totalement pourquoi il rougissait.En revanche, il savait pourquoi il détournait le regard.

-Tes yeux... Tes yeux sont comme la noirceur d'un lac. Ils m'attirent et à la fois me font peur. J'aimerais m'y noyer, mais je n'ai aucune certitude de pouvoir revenir...

Lui aussi, son coeur cognait comme un dingue dans sa poitrine. Le simple fait de fermer les yeux suffisait pour qu'il revoie le visage d'Yria. Elle avait marqué son coeur, tout comme elle avait marqué son âme. Mais ses pensées à ce sujet étaient comme... plongée dans une brûme semi opaque. Il était perdu. Il n'avait personne pour le guider.

-Je... C'est pareil pour moi. Je ne sais pas si c'est du simple désir charnel ou... Ou mes sentiments... Je ne sais pas... Je n'ai personne pour me guider...

Il se massa doucement les tempes et ferma les yeux. Comme depuis environ quatre heures, le visage d'Yria s'imprima sous ses paupières. Cette fois, il n'essaya pas de la chasser. Il inspira un coup, puis soupira...
Yria était sauvage. Ce n'avait rien de péjoratif, mais il n'y avait que ce mot qui lui venait à l'esprit. Elle était à la fois dangereuse et belle. Bran pouvait-il ne fut-ce qu'espérer la revoir après ce jour? Elle devait retourner à la mine... En fait, elle aurait du y être depuis une demi-heure maintenant. A bien y réfléchir, il préférait la savoir ici plutôt qu'à la mine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Dim 9 Mar - 21:19

Vingt cinq ans. Et dire qu'elle l'avait cru plus jeune que cela. Pas dans son physique, dans sa façon de parler, dans son ignorance et sa naïveté. Elle s'était à attendue à ce qu'il l'envoie balader, lorsqu'elle l'engueulait comme une malade qui pétait un câble. Alors qu'elle le voyait rougir et détourner les yeux, Yria s'était étrangement sentie supérieure à lui, soudain puissante, prête même à l'agression physique. Pourtant, cela lui était passée lorsque le silence s'étaiot installé, alors qu'elle se dirigeait vers la salle de bains afin de s'adonner à quelques réflexions invraisemblables, bourrées de questions qui ne trouvaient jamais de réponse. Yria était en fait beaucoup plus jeune que lui, de presque dix ans. Elle avait tout juste seize ans et demi. Seize ans, l'âge auquel elle était devenue esclave. Alors qu'elle passait une main sur son visage comme si elle pouvait essuyer sa peau d'un seul geste, alors qu'une coulée d'eau se rabattait encore et toujours sur elle, la jeune femme entendit distinctement Bran répondre à sa question au sujet du fait qu'il l'avait pansé, comme cela et la gardait alors qu'il pouvait se faire prendre par son maître. Yria sourit, les yeux toujours clos, même si le Vampire ne voyait pas ses lèvres s'étirer derrière le rideau. D'ailleurs, il ne se percevait pas même dans sa voix.

- Oh, mais tu sais, depuis que les humains ont pris le pouvoir, chez les Vampires, c'est chacun pour soi. On est tout dans le même sac, logé à la même enseigne. Alors le but c'est de survivre, car on a déjà pas mal de temps et de courage à consacrer à sa propre peau avant de se soucier de celle des autres. De plus, j'ai cru comprendre que tu assurais la garde de ce manoir. Alors certes, tu m'aurais entendue hurler, mais tu ne te serais sans doute pas précipité vers mon corps en sang. Tu aurais peut-être préféré continuer ta garde pour ne pas que ton maître ne te surprenne hors de ton poste et ne te punisse ? Non ? Enfin bon...Est arrivé ce qui est arrivé, je n'ai pas à m'en faire. En revanche, si ton maître me surprend moi, dans ta chambre, je suis morte.

Yria éclata presque de rire lorsque Bran parla de ses yeux. La noirceur d'un lac. Etaient-ils aussi sombres que le Vampire le prétendait ? Yria ne pouvait le savoir, car cela faisait des mois qu'elle ne s'était pas regardé dans un miroir. Elle n'avait de son corps que la vision que ses yeux lui donnait, lorsqu'elle daignait prêter une once d'attention à son apparence physique. Autant dire qu'elle s'en fouttait la plupart du temps, dans ce cas. Contre son dos, le carrelage blanc du mur ne lui donnait plus de frissons de froid, la chaleur de son corps ayant gagné l'élément sans qu'elle ne s'en aperçoive. Les mots de Bran lui trottaient dans la tête, pendant qu'il nouveau silence seulement percé par le bruit de l'eau, ne s'installe entre eux. Un océan dans lequel il aurait voulu se noyer. Une étendue sombre et impénétrable qui vous prenait dans ses tentacules glacés pour vous noyer les poumons de sérum glacé et de cris de rage et de haine. Tels étaient les yeux d'Yria ; des yeux bleu marine, des yeux océan. Bran annonça ensuite avec réticence la réciprocité de ses sentiments envers la jeune femme, par des phrases détournées, évidemment. La jeune femme était amoureuse du Vampire, mais elle l'ignorait. Elle ignorait l'amour, l'amitié, la joie. Ce n'était pour elle que de simples choses exprimées par des mots, paroles, cyllabes, sons que l'on entendait et qui s'envolaient ensuite aux quatre vents. Même répétées plusieurs fois, elle finissaient toujours par s'évaporer, disparaître au bout d'un moment, comme l'amour, l'amitié, et la joie.

- Qu'en sais-je moi ? C'est la première fois que je ressens cela, je veux faire partir de ma tête ce cliché de toi qui y tourne inlassablement, mais je n'y arrive pas...Mon coeur tambourine dans ma poitrine sans raison que je ne puisse comprendre...Ton prénom retentit dans un écho infini dans ma tête...Et j'ai une brûlante envie de...de...

Sa voix mourut dans le bruit de l'eau. La jeune Vampire s'était tue, mi gênée, mi indignée contre elle même. Ce genre de chose ne se disait pas d'un coup, comme cela ! De la tenue, Yria ! C'était ce que lui soufflait sa consience comme un refrain. Et en même temps, elle, la Vampire cynique et si peu démonstrative d'ordinaire, se mettait d'un seul coup à décrire ce qu'elle ressentait par de la réthorique, par du détournement si bien mené. Pourtant, il n'était pas difficile de comprendre ce qu'elle disait, mais ni l'un, ni l'autre ne savait ce qui lui arrivait, et pourtant leurs sentiments se ressemblaient. Identiques, pareils...comment pouvait-on expliquer cela ? Ils semblaient pourtant si différents l'un de l'autre ! Lui naïf, elle cynique, lui timoré, elle extravertie, lui sentimental, elle peu démonstrative. Il était la Lune, elle était le Soleil. On pouvait presque dire qu'ils se complétaient. Les deux seules choses les liant étaient leur peuple et leurs sentiments. Yria soupira, agacée de ne pas savoir. Elle ferma les poings, baissa la tête et les frappa contre le mur.

- Diable ! Que signifient ces sentiments stupides qui m'étreignent le coeur et qui agressent le tien ?! Pourquoi ton nom retentit-il dans ma tête ?! Pourquoi mon coeur bat-il si fort ?! Pourquoi ?! Pourquoi...pourquoi cette envie charnelle ?!

Elle leva la tête et l'appuya contre le mur. Son coeur fit un bon plus puissant que tous les autres dans sa cage thoracique, manquant de lui couper le souffle. Elle soupira et secoua la tête, résistant fabuleusement à l'envie de se mettre des claques.

- Le désir charnel...l'amour...c'est donc cela...siffla-t-elle entre ses dents.

Dans la merde. Elle était vraiment dans la merde.
Il fallait se rendre à l'évidence. Ce soir, elle repartirait chez elle et serait sans doute battue à mort par sa maîtresse. Donc elle ne reverrait plus jamais Bran. Quelle perspective stupide. C'était trop con...c'était stupide...c'était, ingrate devenir, ne pas profiter de ce qui était à sa portée. Ce qu'elle allait à tout jamais quitter sans doute en repartant
.

- Je vais m'en aller ce soir, pour mourir. Alors je ne te reverrais sans doute plus, et je n'aurais jamais vu le soleil...C'est absurde...

La jeune femme lâcha un nouveau soupir et passa ses mains devant ses yeux.

- Viens, ordonna-t-elle à Bran.

Puis enlevant ses mains et écoutant toujours le silence.

- Tu m'as très bien entendu ! Rejoins moi ! et montre moi le soleil...s'il te plaît...

Elle espérait qu'il allait comprendre ses paroles détournées. Car, pour une fois dans sa vie, elle était réticente après ses propres paroles et doutait de sa propre personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Dim 9 Mar - 22:15

Bran secoua sa tête. Il se fichait pas mal qu'Yria ne le voie pas. Il refusait de la laisser partir, surtout si c'était pour... Pour mourir...
Il voulait qu'elle vive. Quitte à ce que sont coeur à lui cesse de battre, pourvu que le sien continue...
Obéissant à l'ordre de la jeune femme, il se leva et entra dans la salle de bain. Lentement, avec ces mêmes gestes maintes fois répétés, il défit la première boucle qui maintenant les bandes de cuir si étroitement serrée autour de son corps. En une trentaine de seconde, il était torse nu. Il enleva son pantalon, puis ses chaussettes, puis enfin son caleçon. Il n'y avait que le rideau. cette mince épaisseur de plastique qui les séparait... Qui séparait leurs corps.
Bran avait un peu peur. Il avait peur de ne pas savoir comment réagir.
C'est au moment où il écarta le rideau que la brume de son esprit se dissipa.
L'amour... C'était donc cela. Il aimait Yria. Il l'aimait comme un fou. Sa vie ne s'axait plus que sur une personne : Elle...


-Je ne veux pas que tu meures... Je ne veux plus que tu souffres... Je veux t'... Je t'aime...

Sans lui laisser le temps de réagir, il entra dans la baignoire et déposa presque fiévreusement ses lèvres sur les siennes. Presque instinctivement, il la plaqua contre le mur et pressa son corps, froid comparé à la température de l'eau, contre le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Lun 10 Mar - 19:07

Le regard d'Yria était toujours tourné vers le sol de la baignoire lorsque Bran écarta le rideau. Elle était consiente que le Vampire la voyait nue, pire encore, qu'il la contemplait. L'attirait-elle vraiment, et tant que cela ? La jeune femme ne leva pas les yeux. La seule entrave qui existait encore entre leurs deux corps nus, trempé dans le cas d'Yria, glacé dans celui de Bran, avait été tirée, abaissée par ce dernier. Plus rien ne retenait l'un d'aller vers l'autre, de le toucher, de lui faire ce qu'il voulait. Yria crut que le silence allait durer une éternité, mais ce ne fut pas le cas. Bran parla. Et ses paroles furent telles que, malgré elle, Yria releva la tête, tantôt touchée, tantôt méfiante, tantôt réticente, tantôt étonnée. Les paroles du jeune homme n'eurent le temps de résonner une deuxhième fois dans sa tête que le Vampire s'était déjà rapproché d'elle, entrant dans la baignoire. Il lui offrit un semblant de baiser, et plaqua plus encore contre le mur le corps d'Yria, sans pour autant lui faire mal. Un silence suivit ce geste. La jeune Vampire ne savait pas comment réagir. Oui, elle était consentante, certes, mais quelque chose la bloquait. Elle ignorait ce que signifiait "aimer". Verbe qu'elle n'avait jamais prononcé. Lorsque Bran lui avait dit l'aimer, il avait fallu à Yria qu'elle retourne une dizaine de fois la phrase dans sa tête pour en comprendre le sens. Et ce ne fut que lorsqu'elle sentit le contact d'une peau qui n'était pas sienne sur son corps, qu'elle put laisser résonner dans sa tête ces deux mots. Deux mot qui en eux mêmes ne signifiaient rien, mais qui semblaient avoir pris tout leur sens à la seconde où ils avait été adressés à Yria. Il ne voulait plus la voir souffrir, il ne voulait pas la voir mourir, il ne semblait même pas vouloir la laisser partir. Et la jeune femme était d'accord sur ces propos. A l'instant où le corps du Vampire avait été pressé contre le sien dans un élan d'amour presque machinal, Yria avait su qu'elle ne voudrait plus, qu'elle ne pourrait plus, jamais se séparer de cette peau dont elle semblait être soudainement devenue dépendante. Ses lèvres, comme aimantées à celles de son compagnon, restèrent longtemps collées à celles de Bran. C'était la première fois que le goût de lèvres de Vampire imprégnait les siennes. C'était une sensation si délicieuse, et ce corps puissant contre le sien était si agréable...L'eau coula sur leurs deux corps et la chaleur imprégna bientôt toute la pièce. Le corps d'Yria collait et glissait en même temps contre celui du jeune homme. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, Yria put prendre la parole. Sa voix gardait cet éternel timbre glacial, et pourtant...et pourtant ce n'était plus la même voix.

- Crois tu que j'ai envie de souffrir et de mourir ? Crois-tu que j'ai envie que tu souffres et que tu meures ? Crois que j'ai même la moindre envie de sortir de cette pièce ? Non, je ne veux pas m'en aller. Je veux que tu restes ici...avec moi...et que tu m'emmènes à tes côtés là haut...comme mon égal...

Un faible soupir sortit d'entre ses lèvres. Lorsque ses mots se furent dissipés, Yria leva la tête. Son regard croisa alors celui de Bran, et elle put pleinement contempler ces yeux sombres et sans expression aucune. Pourtant, ils semblaient brûler d'une flamme invisible. Une flamme d'amour incolore qui balançait son large corps dans une danse provocante au fin fond de ses iris sombres et qui, se reflétant dans les yeux du Vampire, comme dans un miroir, venait narguer Yria de sa chaleur et de son énergie attirante. Les longs cheveux du jeune homme collaient en mèches épaisses à son visage pâle, un visage qui, comme celui d'Yria n'avait jamais vu le soleil. Les mains au doigts de pianiste de la jeune femme, si fines qu'elle auraient pu se casser si elles avaient été en porcelaine, remontèrent dans une longue symétrie jusqu'au visage de Bran et virent enlever les mèches collantes qui retombaient sur le front du Vampire, qui ne la quittait pas des yeux. Leurs visages étaient si près l'un de l'autre que la jeune femme pouvait sentir le souffle brûlant de Bran sur ses lèvres. L'eau chaude dessinnait sur leurs visages de fins sillons transparents qui donnaient l'impression que leurs joues s'indondaient de larmes, mais de larmes de quoi au juste ? On ne pouvait le savoir. Car ni Bran, ni Yria ne laissait transparaître physiquement ses sentiments. Pour le moment du moins. Ce n'était pour l'instant que des mots, mais cela irait sans doute bien plus loin. Deux Vampires dénudés, tel Adam et Eve, dans une fontaine d'émail qui laissait échapper de sa bouche de multiples flots brûlants et ces deux corps l'un contre l'autre comme s'ils espéraient construire un lien aussi fort qu'une symbiose, cela ne pourrait-il vraiment pas aller plus loin ? Cela non plus, on ne pouvait le savoir, ni même le prévoir. Yria était imprévisible et rien ne disait que Bran allait suivre ses volontés, ou ses ordres. Les mains d'Yria glissèrent le long des joues du jeune homme et descendirent dans son dos. Malgré la chaleur de l'eau, Yria ressentit un léger frisson au contact de cette peau méconnue. Sa cicatrice ne lui causait plus aucune souffrance. Son coeur battait comme un fou contre celui de Bran, comme s'il voulait frapper le Vampire rien qu'avec des battements. Le sang d'Yria ne faisait qu'un tour dans ses veines, et dans son corps grandissait une flamme de tension, comme la lave d'un volcan qui allait d'un moment à l'autre exploser. Les lèvres de la Vampire heurtèrent une nouvelle fois celles de son compagnon. D'un geste presque machinal, comme si elle le connaissait depuis des années, sa langue chercha celle de son compagnon et l'entraîna dans une des plus douces dances qui puissent exister. Un désir charnel montait en elle et faisait trembler ses membres malgré la chaleur. Pas de froid : de tension. Un seul prénom, un seul portrait, un seul sentiment pour une seule personne dans son esprit siégait : Bran. Rien que lui et un amour qu'Yria ne se conaissait pas.

- Tes yeux et ton corps me narguent, murmura-t-elle. Que te faut-il de plus que ma volonté...

La jeune femme ferma les yeux, rien que pour laisser ce désir et cette passion l'envahir, prendre possession de son corps, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus rien contrôler. Que son cerveau n'obéisse qu'à ses érotiques envies. Ses lèvres quittèrent une nouvelle fois celles de Bran et la tête d'Yria se posa contre le mur. Les flots brûlants lui martelaient le visage comme des clous chauffés au rouge. Elle n'osait même plus respirer, savourer ce moment de silence et ce désir croissant qui montait en elle à une vitesse phénoménale. Jamais, au grand jamais elle n'avait ressentit cela dans toute sa vie de Vampire. Le désir de se lier plus profondément au Vampire qui habitait son coeur et dévorait comme un acide son âme éphémère et salie de haine enflammait ses cuisses comme un feu d'artifice venu de ses intestins. Il ne s'était encore rien passé, mais son sang bouillonnait dans ses veines. Et cette envie, cette vision, ce fantasme qui la toturait encore et toujours, lui martelait inlassablement l'esprit jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus rien retenir.

- Une danse charnelle où tu es mon cavalier transforme mes pensées en un magnifique rêve. Voudrais-tu me l'accorder ?

Sa voix n'était plus qu'un chuchotement, pour ne laisser voir qu'un peu son coeur qui accélérait sa respiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Lun 10 Mar - 20:59

Il avait craint qu'Yria le repousse, mais elle l'avait accepté. Elle avait accepté son baiser et s'était laissé faire. Ele n'avait pas réagit, puis Bran avait sentit qu'elle s'était apaisée. Lorsque leur lèvres s'étaient séparée, elle répondit. sa voix avait gardé le même timbre, certe, mais il y avait quelque chose de différent. Bran n'essaya pas de chercher ce qu'il y avait de si différent dans la voix de sa compagne, car celle-ci le regarda dans les yeux. Bran eut, un bref instant, le souffle coupé. C'était comme s'enfoncer dans les eaux noire et glacée d'un quelconque océan. 0 ceci près que cet océan-ci représentait énormément au yeux de Bran, et qu'il s'y était volontairement jeté. Il ne repris ses esprit qu'en sentant les douces mains de la vampire glisser sur ses joues et éloigner quelques mèches de ses cheveux. Il frisonna lorsqu'elle caressa son dos et se cambra presque. Son dos était, apparement très sensible aux caresses. Avant que le frisson de son dos ne se soit dissipé, Yria s'empara de ses lèvres et caressa sa langue...

-Mon amour... Yria...

Le vampire sentit s'éveiller en lui un instinct qu'il n'avait jamais ressentit, du moins à ce point là. D'ailleurs, le signe physique dudit instinct ne tarda pas à se faire voir, par un afflux de sang à l'entrejambe du Vampire...
Il aurait peut-être préféré que le température de l'eau chute un peu, mais au final cela importait peu. Un peu de gène, forcément, mais c'était normal.

C'est à ce moment qu'Yria, usant de paroles détournées, l'invita à lui faire l'amour. Le vampire se laissa guider par son instinct et caressa les hanches de la jeune femme tout en l'embrassant. Ses mains descendirent doucement, suivant la courbe des cuisses, puis remontant doucement en une sensuelle caresse sur les fesses d'Yria. Alors que le baiser s'intensifiait, Bran pressa son corps, avec douceur, contre celui de la vampire. L'une de ses mains posée sur son dos, l'autres caressant une de ses cuisses et remontant doucement vers l'entrejambe de sa compagne...
Avec une infinie douceur, il caressa le sexe de la vampire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mar 11 Mar - 21:05

Une vague de frissons parcourut Yria lorsque le Vampire commença à la toucher. L'un de ses vieux réflexes conservés de rebelle tentèrent la Vampire de frapper son compagnon, mais un moment de lucidité mêlé de raison la fit se résigner rapidement. Le corps de Bran se pressa un peu plus contre le sien, éveillant un peu plus chez Yria cette envie érotique et cette passion qui gagnait tout son corps de Vampire jusqu'à faire tourbillonner son cerveau sous le désir. Bientôt, elle ne pensa plus qu'à une chose : Bran. Ses pensées de méfiance, ses réflexions, sa gêne, sa froideur, tout s'en était allé. Le contrôle total d'Yria, devenu pantin de chair dans les bras de son partenaire, avait été laissé à un cerveau complètement enivré de passion et d'envies toutes plus folles les unes que les autres. Son coeur battait à tout rompre, ce qui la forçait à serrer ses lèvres l'une contre l'autre pour ne pas que le jeune vampire entende les sombres murmures incompréhensibles qui sortaient de sa bouche. Jamais auparvant une telle sensation ne s'était encore emparée d'elle. Lorsqu'elle devait satisfaire les désirs de son maître et des hommes qu'elle croisait dans la rue, elle avait plus mal qu'autre chose. Ce n'était pas une activité qu'elle portait dans son coeur. Mais là, c'était totalement différent : comme si son esprit si lucide et si intelligent s'était soudain déconnecté de son corps, prisonnier des bras puissants du Vampire dont les caresses sensuelles emportait Yria dans un tendre voyage où la vie était rose. Lorsque leurs lèvres se quittèrent après un long baiser afin qu'ils puissent reprendre leur souffle, saccadé dans le cas d'Yria, la jeune femme entendit son prénom dans un murmure sortit de la gorge de Bran, précédé d'un surnom des plus tendres qui n'avait jamais été attirbué à Yria par qui que se soit.

- Bran...souffla-t-elle. Je voudrais que tu saches que...je...t...que je t'aime aussi...

Elle avait éprouvé la plus grande difficuté à sortir ces mots. Mais elle les avait dits. Elle voulait, au moins une fois ressembler à Bran, rien qu'un peu, ne pas se sentir isolée, ne pas se sentir différente. Comment la symbiose pouvait-elle avoit lieu sinon ? Cela semblait dur, car les deux Vampires étaient tellements différentes l'un de l'autre. Ce qui aurait put tourner en engueulade phénoménale s'était terminé dans une douche, à faire on ne sait quoi - je préfère ne pas préciser, c'est facile à deviner. D'ailleurs, si les relations majeurs-mineurs n'étaient pas vus de la même façon chez les Vampires que chez les humains, leurs désirs semblaient être les mêmes, sinon se ressembler en beaucoup de points. Ces douces caresses de la part du jeune Vampire secouèrent Yria d'un spasme de désir qui la fit trembler lorsque l'une des mains de Bran osa s'aventurer dans l'hémisphère sud de son corps - pas de commentaires sur la métaphore. Ses mains se crispèrent dans le dos du jeune homme, le lui cachant pas être particulièrement sensible à cet endroit de son anatomie. Elle se cambra malgré elle en direction du jeune homme et se laissa presque tomber, retenue par ses jambes encore fortes et le bras de Bran posé dans son dos nu. Lisse comme un poisson et froide comme la glace malgré la chaleur de l'eau, le corps de la jeune femme semblait glisser petite à petit de l'étreinte du Vampire qui caressait tendrement de ses doigts la porte d'un jardin secret et dangeureux. Ses cuisses s'enflammèrent, comme si un feu d'artifice venait soudainement d'exploser entre ses jambes. Elle sentait Bran chatouiller sa sensibilité comme la goupille d'une bombe qui allait exploser dans le corps d'Yria lorsque celle-ci ne pourrait plus se retenir, car elle se retenait encore !

La jeune femme essaya de se rapprocher de Bran, afin de l'inciter à continuer ses douces caresses sur son corps frêle et sensible qui faiblissait un peu plus à chaque seconde, chaque fois qu'il la touchait. Elle se sentait de plus en plus faible, de moins en moins résistante face à ce désir qui lui torturait l'esprit, torture que Bran renforçait en touchant son corps auquel elle tenait tant, et qu'elle s'était arrangé de ne plus laisser souiller par qui que ce soit après la mort de son ancien maître. En parlant de maître, elle n'y pensait plus. Elle ne pensait plus à Rhydaë, ni au manoir, ni à la ville, ni à la mine, ni aux Vampires, ni à Galway, ni à cette pièce, ni même à ce monde. Elle s'était emprisonnée dans une bulle à laquelle seul Bran avait accès, et où il lui tenait présentement compagnie. Un sourire, l'un des premiers, trahissant son désir, étiraa ses lèvres tandis qu'elle se laissait aller à cette passion et à la tendresse des caresses du Vampire qui la tentait tant. Elle pencha la tête en arrière pour laisser un nouveau flot brûlant couler sur son visage et se mêler à la sueur instentanément lavée. Ses yeux se fermèrent pour ne pas souffrir de la chaleur du liquide translucide. Puis elle serra les dents, savourant ce moment qu'elle voulait éternel. Yria voulait que Bran continue, qu'il ne s'arrête jamais de toucher cette partie de son corps, quitte à la faire gémir, à la faire hurler, à lui faire arrêter le coeur...
Sa respiration s'intensifia au fur et à mesure que le désir montait. Son sang bouillonnait dans ses veines, chauffé par la flamme d'amour qui lui brûlait délicieusement les entrailles. Un râle murmuré sortit d'entre ses lèvres, tandis qu'elle rebaissait la tête pour parler à Bran
.

- Ne t'arrête pas...s'il te plaît, continue...

Même si elle aurait voulu poursuivre, elle n'aurait pas put. Les caresses étaient telles qu'elles lui coupaient le souffle. Il lui en fallait déjà tellement pour se reprendre de chaque caresse à son entrejambe, attendant la prochaine, ces longs doigts qui revenaient tendrement à la charge pour la faire se cambrer de nouveau, sensible qu'elle était sous ses airs méfiants et glacials. Yria trouva la force, après de surhumains efforts tout de même, de faire bouger ses bras fins afins qu'ils descendent jusqu'aux hanches de Bran. Ses mains habiles allèrent amoureusement caresser l'intérieur des cuisses du Vampire tandis que ses lèvres narguaient les siennes sans jamais les toucher. Ses douces allaient du séant de Bran à la partie la plus sensible de son anatomie, le provocant afin de faire monter le désir du Vampire aussi haut que le sien. Elle ne toucha pas une seule fois le membre afflué de sang, de façon à le narguer de plus en plus, comme elle le faisait avec ses lèvres au niveau du visage du jeune homme. Ce manège dura une dizaine de minutes, pendant lesquelles le rythme cardiaque de Yria allait crescendo.
L'une des caresses de Bran fut plus sensuelle que les autres à l'entrejambe de la jeune femme, et celle-ci se cambra à tel point que ses mains touchèrent le membre du Vampire. Surprise d'abord, elle constata ensuite qu'elle ne pouvait plus revenir en arrière. Imitant les gestes de Bran, la jeune femme saisit à deux mains le membre sensible et le massèrent avec amour et puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mar 11 Mar - 22:31

Bran sentait presque l'excitation d'Yria. Empathie amoureuse? qui sait...
Il continua de caresser l'entrejambe d'Yria, avec de plus en plus d'ampleur. Elle se mit aussi à le caresser, sans pour autant approcher son membre érigé. Ce n'est qu'au moment ou il enfonça lentement un doigt dans son vagin qu'elle toucha son sexe. Bran ne put réprimer un frisson de plaisir mêlé à de l'excitation. Lorsqu'elle commença à le masser Il laissa échapper une exclamation, à mi chemin entre le râle et le gémissement, de plaisir.
Il commença un mouvement de va-et-vient avec son doigt et embrasse fougueusement sa compagne. Sa langue caressa la sienne avant de se frotter à son palais et à explorer sa bouche. Ce faisant, il pressa un peu plus son corps contre le sien tout en prolongeant le baiser. Son membre fut parcourut d'un frisson presque électrique tandis que le vampire se cambrait de plaisir. Il gémit doucement en séparant leurs lèvres et retira son doigt pour déplacer sa main le long du flanc d'Yria. La caresse fut longue et douce...

Bran plongea à nouveau son regard dans celui d'Yria. En même temps il déplaça ses deux mains sur ses hanches et abaissa suffisamment sa tête pour l'embrasser sur le torse, juste au dessus des seins. Il put sentir les battements de cœur de la femme, preuve de son évidente excitation. Il remonta sa tête et ses mains. Ses lèvres se pressèrent amoureusement sur les siennes tandis que ses mains caressaient avec douceur ses globes mammaires.

Il se crispa légèrement lorsqu'Yria intensifia un peu son "massage"
Son excitation était au paroxysme. Il ne tiendrait bientôt plus.

En fait, il tînt encore six ou sept minutes (le temps n'avait plus d'importance)
ensuite Il se cambra un peu plus fort que les fois précédentes et pris les mains d'Yria pour les poser à plat sur son torse. Elles étaient chaudes, plus que l'eau. Ce contact était divinement bon...


-Laisse moi te montrer le soleil... Mon amour...

Juste après ce mot doux, il l'embrassait à nouveau. Ce faisant, il coupa l'eau et l'attira hors de la baignoire, se fichant pas mal de tremper les environs. Il l'attira sur le lit et passa la couverture au dessus de leur deux corps.

-Je t'aime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Mer 12 Mar - 19:19

Les halètements d'Yria se mêlaient aux gémissements amoureux de Bran. Leurs corps se collaient l'un à l'autre et parfois l'eau chaude mêlée de la sueur des jeunes Vampires faisait glisser leur peau dépendante d'autrui. Le jeune homme se cambrait sous les caresses de la Vampire qui emprisonnait et étouffait ses gémissements de plaisir dans de langoureux baisers durant lesquels Bran ne se privait aucunement d'explorer les moindres recoins de sa cavité buccale. Yria de son côté savourait délicieusement les mouvements de va-et-vient que le jeune homme faisait à l'intérieur de son corps à l'aide de l'un de ses doigts. Elle crispait parfois ses mains sur le membre du Vampire afin de se retenir de gémir, ce qui avait pour effet de provoquer cette réaction en question chez son partenaire. Leurs bras et leur mains les liait l'un à l'autre d'une faible puissance physique, puisque ce n'était après tout que des os recouverts de peau et de muscles, de simples os. La gêne que Bran éprouvait à l'égard d'Yria, des heures auparavant semblait s'être complètement dissipée au moment où la jeune femme s'était emparée de ses habiles mains du membre érigé du Vampire. Les mains de Bran quittèrent le jardin secret d'Yria pour aller se balader langoureusement sur ses fines hanches qui dessinaient les courbes d'un huit. Les mains d'Yria, elles n'avaient pas quitté leur activité que son compagnon semblait apprécier. Leurs lèvres se séparèrent, leurs regards se croisèrent et le visage de Bran s'abaissa jusqu'à la poitrine de Yria, et ses lèvres heurtèrent sa peau brûlante et offerte, juste au dessus de son cœur enflammé de désir et d'excitation pour le jeune homme. Lèvres et tête libérée, Yria leva la tête et la posa sur le mur, essayant du mieux qu'elle pouvait de se reprendre, de reprendre son souffle saccadé que ses poumons n'arrivaient pas à calmer, tant le sang circulait vite dans ses veines qui semblaient au bord de l'explosion, et je ne mentionne pas son cœur. Les lèvres de Bran s'emparèrent une seconde fois des siennes tandis qu'il profitait de son attention pour masser ses seins. Ses lèvres prisonnières de celles du Vampire, Yria dur se résigner à gémir. Ses mains avaient stoppé leurs mouvements sur son membre, électrocutées, tétanisées par le désir et la passion qui se propageaient dans les nerfs de leur propriétaire comme pour leur interdire de bouger. Mais Yria, habile, se reprit bien vite et massa le membre du jeune homme avec une telle puissance que celui-ci se cambra fortement, presque avec violence. Bran saisit peut après ses blanches mains afin de les poser sur son propre torse, caresse qu'il sembla apprécier. Presque privé de voix, ce ne fut qu'un murmure qui sortit de sa bouche. Et Yria comprit par ces mots si simples que plus rien n'arrêterait Bran désormais.

En effet, l'eau fut coupée et Bran attira la jeune femme hors de la baignoire puis de la pièce. Un courant d'air froid passa sur leurs deux corps, y faisant naître une marrée de frissons, avant qu'ils se blottissent sous la couverture du lit du Vampire, laissant derrière eux une longue traînée d'eau, même si Yria avait bien prit garde d'essorer ses cheveux. Bran souffla deux mots que la jeune Vampire comprit très vite, rien qu'en lisant sur ses lèvres. Elle voulait que ce moment continue, qu'il gagne en puissance, qu'il dure éternellement...Elle rejeta ses longs cheveux froids et trempés à l'arrière de sa tête. Les mèches épaisses claquèrent sur son dos nu, encore mouillé par l'eau. Le corps de Bran était désormais brûlant contre le sien, ce qui ne faisait qu'augmenter d'avantage la passion et le désir d'Yria. Son cœur battait à tout rompre, et elle savait qu'elle ne pourrait reste immobile trop longtemps sans exploser. Elle se redressa sur ses genoux et enjamba le corps de Bran, de façon à le dominer. Puis elle se pencha et prit dans ses deux fines mains aux doigts de pianiste confirmée le visage du jeune homme qu'elle attira doucement vers le sien afin de l'embrasser encore, avec moins de violence cette fois-ci. Son cœur battait contre le sien à travers sa cage thoracique. Les mains de la jeune femme glissèrent du visage de Bran sans pour autant que le baiser ne prenne fin, et s'engagèrent sur son torse qu'elle s'en allèrent caresser avec tendresse, ne faisant parfois que l'effleurer, pour finir par amoureusement le masser, tantôt avec vigueur, tantôt avec douceur. Son excitation semblait être à son comble, mais il y avait encore une dernière barrière à abaisser pour que son exaltation touche le sommet, et même au dessus si c'était possible. Et cette barrière en question, les deux Vampires la connaissaient très bien, même si pour l'instant ils n'y touchaient pas, et que Bran ne l'avait que partiellement abaissée, quelques instants auparavant. Ses lèvres relâchèrent quelques instants celles de Bran pour lui murmurer quelques mots, teintés d'un sourire heureux
.

- Emmène moi, mon amour...je m'offre à toi...je te suis et t'accompagne jusqu'en haut...

Elle s'arrangea pour faire se cambrer le Vampire d'une douce caresse à l'intérieur de ses cuisses et passa une main dans son dos, le long de sa colonne vertébrale, parcourant lentement, par effleurements cette peau nue et mouillée qui n'était pas sienne, espérant prodiguer à son compagnon ne serait-ce qu'un léger frisson. Ses lèvres frôlèrent celles du jeune homme dans un baiser des plus provocant avant que son visage ne s'éloigne du sien pour descendre au niveau de son torse, qui lui, gagna le baiser volé aux lèvres du Vampire. La main de la jeune femme descendit dans son dos jusqu'à son séant, tandis que l'autre se baladait tantôt à l'intérieur de ses cuisses, tantôt sur ses hanches. Son corps tout entier était parcourut de frissons dus aux gouttes d'eau encore présentes sur sa peau, et ses longs cheveux ne quittaient plus son dos auquel il s'étaient collés, commençant à s'imprégner de la chaleur de son corps brûlant, devenu une gigantesque flamme de désir qui ne brûlait que pour une seule personne en ce monde, celle qui se trouvait en dessous d'elle. Les lèvres d'Yria remontèrent sur la poitrine du Vampire jusqu'à son cou qu'elles virent embrasser avec passion, afin de le taquiner. Attirant ainsi son attention, ses deux mains revinrent sur le devant du corps du Vampire et, comme Bran avait massé ses seins, massèrent les génitoires du jeune homme, de façon à le faire gémir autant que possible pendant que ses lèvres étaient libérées des siennes. Ses mains ne touchèrent pas une seule fois, cette fois-ci, le membre turgescent du Vampire. Toutefois, ses lèvres quittèrent quelques instants le cou de Bran pour chuchoter à travers ses halètements de passion.

- Il faut bien se préparer au voyage avant d'entrer dans le couloir du paradis...dit-elle pour justifier ses actes érotiques.

Yria mordilla doucement le lobe de l'oreille de Bran avant de redescendre avec ses baisés langoureux sur son épaule, tandis que ses caresses s'intensifiaient au niveau de l'entrejambe de son compagnon. Son rythme cardiaque s'était encore accéléré durant ses actes inattendus, et même si elle haletait, son souffle était en assez grande quantité pour repousser les points de côté qui venaient de temps à autre lacérer ses flans délicats de donzelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Jeu 13 Mar - 23:23

Bran se cambra violement, soulevant sans peine sa compagne. Tandis qu'elle suivait de sa main le tracé de sa colonne vertébrale, il fut parcourut d'un puissant frisson de plaisir. Les baiser et les caresse le fit se cambrer et frisonner avec force. Il gémit de plaisir tout en se redressant pour atteindre les lèvres de son aimée. Lorsqu'elle embrassa son cou, il put sentir une vague de plaisir parcourir l'intégralité de son corps (même le petit orteil droit XD)
Ses halètements se ponctuèrent de gémissements lorsqu'elle mordilla son oreille. Il tenait plus. Son excitation était à son paroxysme. Si ça continuait il allait finir par avoir un orgasme sans avoir pu donner autant de plaisir à Yria.
Doucement, il s'empara de ses mains et croisa ses doigts avec les siens.


-Je ne tiens plus...

Relachant ses mains, il l'attira contre lui et l'embrassa. Ce faisant, ses mains passèrent le long de ses flancs jusqu'à ses hanches en une longue caresse. Il la souleva un peu, sans effort apparents, puis la pénetra avec douceur.
La déferlante de plaisir fut encore plus intense. Il cru un moment qu'il allait jouir, mais se révéla être plus endurant qu'il ne le pensait. Il sentait avec délice la peau de son membre glisser contre les parois humides d'Yria. Leur deux corps glissaient l'un contre l'autre en raison de la sueur. Il sentait l'agréable chaleur d'Yria contre son corps. Il commença un mouvement de va-et-vient avec ses hanches, tout en passant ses bras autour de la taille d'Yria.


-Mon amour...

Il l'embrassa, tout en donnant de puissant coups de rein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yria Lëghan
Sang de Glace
avatar

Féminin Nombre de messages : 60
Maître/Esclave de : Rhydaë Tharos jusqu'à sa prochaine fugue...
Végétal / Pouvoir : Télépathe
Métier : Esclave
Date d'inscription : 31/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Résistante Violente

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Ven 14 Mar - 21:25

Essayant de se contrôler, la jeune femme passait, sans pudeur aucune, ses mains sur le corps du Vampire qui la faisait bondir parfois d'une dizaine de centimètres tant il se cambrait violemment. Yria le laissait faire, souriant à chacun de ses gestes trahissant le plaisir qu'elle lui procurait en usant que de ses mains sur son corps sensible. Elle le touchait avec tant de puissance qu'elle pouvait sentir les frissons du Vampire sous ses doigts, comme si elle lui donnait froid. Il était vrai que leur corps était mouillé non seulement de sueur mais de l'eau de la précédente douche. Les mouvements d'Yria et son habitude à la froide température lui avaient bien vite fait perdre les siens, car Bran ne lui en donnait pas encore. Pour l'instant, à vrai dire, c'était la jeune femme, telle une cavalière sur fidèle destrier, qui dirigeait les opérations. On aurait dit que pour Bran, les gestes d'Yria étaient une torture. Elle le faisait se cambrer, se crisper et gémir avant d'enlever de sa portée ses douces lèvres violettes lorsqu'il cherchait à les atteindre, se délectant tant de sa provocation, tant du plaisir qu'elle procurait au jeune Vampire sur lequel elle se trouvait. Les gémissements de son compagnon se faisaient plus intenses au fur et à mesure qu'elle accélérait le rythme de ses caresses. Bientôt la voix de Bran envahit toute la pièce, pour la plus grande satisfaction de la jeune Vampire. Caresser ce corps puissant et musclé ne la dérangeait aucunement, c'était un loisir dont elle se délectait franchement. Son coeur battait comme un fou dans sa poitrine, séparé de celui de Bran, pendant une dizaine de minutes tandis qu'elle le torturait par ses douces caresses. Elle l'entendait gémir, signe qu'elle si prenait bien. Enfin, Bran saisit ses mains, comme pour l'empêcher de le torturer d'avantage, avouant qu'il ne tiendrait pas plus. Il profita de l'instant d'attention de la jeune femme pour la serrer dans ses bras et l'embrasser, baiser auquel Yria se joignit avec joie. Le coeur de la Vampire retrouva celui de son amoureux et pu battre une fois de plus contre le sien.

Ce fut autour d'Yria de gémir. Elle se serait crut plus résistante que cela. Mais après tout, elle ne s'était pas préparée à une telle vague de plaisir dans son corps. La flamme qui y brûlait explosa, ce qui eut pour effet de faire remonter dans sa gorge cet acide liquide qu'était le suc gastrique. Dans son corps, ce fut une véritable éruption volcanique. Ses cordes vocales détonèrent alors qu'elle se sentait enfin libre de laisser sortir ce qu'elle ressentait véritablement vis à vis de Bran. Même par un son, ce ne fut pas difficile à comprendre, surtout pour Bran. Les violents va-et-vient du Vampire dans le corps de la jeune femme la faisait gémir en plus d'haleter, ce qui était tabou devint machinal. A chaque coup de reins, elle se sentait obligée de gémir, ses halètements se mêlant à ceux de son partenaire qui laissait doucement glisser ses mains sur ses hanches avant de les passer autour de sa taille, comme pour l'empêcher de s'en aller et de la torturer à son tour, la faire gémir comme une dingue en guise de vengeance. Si Bran avait ses serres posées sur le corps délicat de la jeune femme, celle si s'était contentée d'appuyer ses mains sur le lit, s'étant redressée, penchée sur le corps de Bran, ses longs cheveux presques secs tombant de chaque côté de ses épaules comme un sombre rideau, plongeant leur visage dans une demie obscurité
.

- Je sens que tu te retiens...va plus vite...mon amour...

Disant cela, elle crispait ses mains sur le drap tandis que le jeune Vampire donnait un coup de rein plus violent que les autres, ce qui faillit la faire hurler, de telle sorte qu'elle serra les dents pour se préparer au prochain coup. Elle réussit à bouger ses mains et à poser l'une d'elles sur une épaule du jeune homme. L'autre profita de l'instant ou Bran donnait un cou de rein pour se faufiler dans son dos en guise de vengance, afin de le faire se cambrer tandis qu'il semblait au comble de l'exitation depuis qu'il était entré en elle. Elle se baissa, se ficheant que sa mains soit écrasée par le corps de Bran, et promena ses lèvres sur l'une de ses joues avant de descendre dans son cou, puis sur son torse, dans de langoureux baisers que l'eau et la sueur faisaient glisser comme sur de la glace. Le corps de Bran ressemblait à celui d'un poisson sans écailles, lisse et trempé, tout comme celui d'Yria. En quelques minutes, elle était parvenue à reprendre son souffle correctement. Sa main ne quittait plus ce dos qu'elle sentait se cambrer avec tant de violence que les os du Vampire auraient presque pu se briser sous le choc. Ses lèvres ne quittaient plus cette peau offerte dont elle était devenue dépendante, et sa langue caressait doucement ces muscles abdominaux si bien entretenus par le Vampire. La main baladeuse réussit à descendre malgré les cambrements de Bran, jusqu'au séant de celui-ci et à le masser d'une main qui en disait long sur son expérience.

Elle crut sentir Bran accélérer brusquement, peut-être était-ce aussi son désir qui s'intensifiait. Et elle ne put alors se retenir de gémir avec une telle force que sa voix résonna dans sa cage thoracique, comme si ses bronches venaient d'éclater toutes en même temps. La main de la jeune femme se crispa sur l'une des fesses du Vampire dans une caresse sauvage avant de remonter lentement le long de son dos, faisant cette fois-ci jouer ses ongles, sans le griffer, juste l'effleurer, le faire frissonner, rien que pour savoir lequel des deux allait céder en premier. Yria avait confiance en elle, mais la puissance des coups de Bran pourrait exploser à tout moment. Elle sentait avec délice le membre du jeune homme glisser en elle avec une facilité incroyable, le tout en lui procurant un plaisir délicieux et méconnu. Yria se redressa entre deux baisers pour parler, ses halètements hachant sa phrase avec brusquerie
.

- Je...ne...savais pas...un...vampire si...puissant qu...que...que toi...être aussi...sensible !

Le dernier mot lui fut arraché de la gorge tandis que le Vampire lui assenait un puissant coup de reins. Afin se se venger, la jeune femme lâcha l'épaule du Vampire et passa ses dix ongles dans le dos du jeune homme, toujours sans lkui faire mal, le sentant frisonner comme un dingue sur son passage. Elle fit glisser ses lèvres jusqu'à la poitrine du jeune Vampire avant d'atteindre ses lèvres et de doucement s'en emparer. Elle offrit à Bran un bal des plus endiablés avec sa langue tandis que ses mains glissaient toujours dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran Adenoctis
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 117
Age : 27
Maître/Esclave de : Esclave de Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Nyctalopie
Métier : Esclave
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Alone in the Dark   Lun 17 Mar - 22:22

Bran sentit la main d'Yria dans son dos, provocant toujours plus de frissons, augmentant considérablement son plaisir. Yria l'avait dit : Bran était très sensible. Que ce soit physiquement ou mentalement.
Les caresses tout comme les griffes qu'elle lui procurait étaient comme des vagues de flammes le long de son échine. Tout ses sens étaient en éveil, son être frôlait les limites de l'extase.
Un coup de rein plus puissant, un aller sans retour. N'ayant d'autre moyen de retenir le cri qui montait dans sa gorge, Bran embrassa Yria avec force et passion. Ce faisant, il ne put se retenir plus longtemps et atteints l'extase.
Les battements de son coeur affolé commencèrent doucement à se calmer. Il retira ses lèvres de celles d'Yria et reprit lentement sa respiration.
Ses yeux papillotèrent un peu. Son corps avait libéré beaucoup d'Endorphine et le contrecoup de l'effort començait à se faire ressentir. Néanmoins, Bran lutta contre la fatigue pour regarder Yria. Ses lèvres se posèrent amoureusement sur les siennes, dans un furtif et doux baiser.


-Je t'aime...

La fatigue était la plus forte. Bran n'eut le temps que de se coller à Yria avant de sombrer dans l'inconscience...


[HRP : Désolé, mais je n'arrive pas à pondre plus. S'il le faut j'éditerais par la suite ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alone in the Dark   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alone in the Dark
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: Hors RP :: Corbeille :: Corbeille RP-
Sauter vers: