Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mü El'Katram
Un fragile pétale de Cerisier
avatar

Nombre de messages : 2114
Maître/Esclave de : Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Cerisier Japonais
Métier : Chouchouteur d'Yrïa, possessif de Maïtre O'Reilly
Date d'inscription : 19/09/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Mer 7 Mai - 20:09

Comment est-ce possible ? Comment les choses peuvent-elles changer si rapidement ? Comment sans aucun préambule, sans aucun avertissement, des drames, des changements si brusques peuvent arriver ?

La petite main de Mü reposait délicatement contre la vitre qui le séparait des autres êtres peuplant ce lieu. Une douce voix s’élevait un peu plus loin, elle accompagnait avec douceur le réveil des créatures enfermées. C’était une belle falmari au visage de fleur qui à chaque petit matin encourageait ses compagnons à ouvrir les yeux et à affronter un nouveau jour rempli de servitude… Pourtant comme une petite flamme de bougie un espoir respiré dans ses chants, un petit espoir qui permettrait a une petite lueur de naître dans chacun d’eux…

Le visage chanteur était tourné vers le couloir cherchant à redonner de l’éclat aux yeux mauves qui le fixait derrière la vitre geôlière. Deux yeux qui reflétaient la profonde tristesse d’un enfant blessé…

Le chant disparut subitement alors qu’un humain apparaissait dans le couloir de vitre. Des mouvements quasiment inaudibles eurent lieux dans chacune des prisons. Mü se détacha de la vitre et retourna vers le fond, autant que lui permettait le lien de cuir qui emprisonnait son cou et son poigné…
Le petit blond se recroquevilla, cachant son visage dans ses genoux croisant ses bras par-dessus. Peut-être que le vendeur ne s’arrêtera pas chez lui aujourd’hui. Peut-être qu’il le laisserait tranquille… Mais a quoi bon espérer ?
La porte vitrée s’ouvrit avec le tintement des clefs et l’humain s’approcha de Mü. Le visage du falmari fut relevé sans douceur mais tout de même avec assez de délicatesse pour qu’aucunes marques ne viennent bleuir la peau blanche. En regardant les yeux mauves, un profond soupir de lassitude échappa à l’homme puis la voix de l’homme s’éleva grondant légèrement de menaces cachées.


- Ecoute moi bien. Je me souviens de toi, tu étais là il y a trois mois et je me souviens exactement comment tu étais. Ton ancien maître est mort et tu vas tout de suite arrêter de le pleurer, compris ?! Les gens ne veulent pas d’un stupide falmari couvert de larme ! Tu vas me faire le plaisir de reprendre ton air d’enfant naïf ! Et tu vas te faire vendre !

- Tsss… Laisse un peu ce falmari…

Un autre vendeur venait d’arriver et s’adossait négligemment contre la porte. Les yeux brillant de tristesse ne bougèrent pas, fixant sans le voir l’homme face a lui…

- C’est pas en lui gueulant dessus que tu vas obtenir quelque chose de lui…

- Et comment alors ? On n’a pas le droit de les toucher !

- Laisse le. Il va bien faire pitié a quelqu’un. Ou même quelqu’un va le prendre pour s’amuser avec lui… Faut plutôt finir de regarder si tout va bien chez eux et puis on pourra commencer la vente…

Le premier homme l‘observa rapidement l’obligeât a quitté sa position tout en maugréant au sujet de personne qui devrait être là aussi pour s’occuper de çà. Finalement il se releva avec un dernier regard pour le falmari et rejoignit son compatriote à la porte.

- Il t’a rien fait ce falmari à ce que je sache…

- Si… Il a l’air d’un enfant perdu…et je déteste çà…

Les pas s’éloignèrent…

- Maître O’Reilly…

Trois mois… Il avait passé trois mois auprès de maître O’Reilly. Et sincèrement il aurait pensé y rester toujours. Il avait tellement aimait son maître et il aimait toujours mais à çà il n’y avait pas penser. Non… Il n’avait pas put imaginer qu’un jour son maître pourrait mourir si brusquement. Mort… Il n’arrivait pas a se dire qu’il ne serait plus jamais auprès de lui.
Il y a quelques jours encore Mü recevait les baiser du maître sur son front et puis…
Une drôle d’agitation régné dans le grand manoir et quand un Mü a moitié endormis demanda ce qui se passait on lui annonça la triste nouvelle. Mort. Le maître du lieu était mort. Il fallut plusieurs minutes au falmari pour comprendre. Il ne reverrait jamais plus jamais son Maître O’Reilly, son maître O’Reilly qu’il aimait tant. Il s’était senti abandonné, complètement… Il avait ressentit pour la première fois de sa vie la vraie tristesse et il s’était rebiffé, refusant la vérité… On ne délibéra pas longtemps sur ce qui allait être fait des êtres vivants appartenant a l’homme : les vampires aux caveaux et le falmari au fleuriste.
Mü n’avait pas voulut et s’était débattu, on l’avait traîné au fleuriste alors que la fois précédente il s’était laissé faire sans rien dire. Une fois attaché dans une nouvelle fois dans le petit lieu, il ne put que se rendre à l’évidence… Il n’allait plus appartenir à Maître O’Reilly…

La boutique fut rapidement ouverte et les clients commencèrent leur incessant allé retour. Certains chercher quelques choses de bien précis et au contraire d’autres semblé là juste pour flâné…
Plusieurs fois le regard d’un humain s’attarda sur lui mais personne ne vint le chercher, de toute manière il n’en avait pas envi.

Mü sera les vêtements qu’il portait entre ses doits, son foulard rouge malmené entouré sa taille. C’étaient les vêtements que Maître O’Reilly lui avait achetés et çà avait été encore toute une histoire pour pouvoir les garder.
Tout en regardant rêveusement les quelques plantes qui décoraient sa pièce, il fit glisser ses doits sur le fon collier de cuir qui encerclait avec délicatesse son cou. Les anciennes chaînes avaient été troquées par d’élégants liens de cuirs. Comme Mü s’était montré très réticent pour entrer il avait eu cette fois ci droit au collier…

Le petit falmari se saisit de sa coupelle d’eau et le porta à ses lèvres, ses yeux vagabondant sur le mur. Ses yeux, les yeux de Mü n’avait pas vraiment changé, naïveté, pureté, curiosité mais ils étaient maintenant recouverts d’une tristesse résultante de la perte d’un être cher.

La porte de verre s’ouvrit brusquement laissant apparaître le vendeur. Il s’approcha a grand pas de Mü qui surprit de l’intrusion lâcha la coupelle qui tomba au sol déversent le peu d’eau qu’elle contenait sur le bras nu du falmari…
La grande main du vendeur se saisit de son visage et il le releva sans ménagement. Mü poussa un petit cri de surprise, les yeux grands ouverts… Cet homme lui faisait peur…

L’homme le regardait d’un air mauvais, vraiment mauvais et Mü se mit a trembler peu habituer a ce genre de regard.


- Lai…Laissez-moi…

Le vendeur accentua sa prise…

- Vous…Vous me faite mal…

Soudainement il fut relâché, sous la surprise il glissa a nouveau au sol en se tenant le cou, le dos courbé. Il vit l’homme faire un pas en arrière et sortir précipitamment sans se soucier des regards des quelques clients présents ou encore de la porte laissé grande ouverte. De toute manière, le falmari était attaché…

Sa vie devait-elle donc rester dans l’ignorance ? Son passé était ignorance. Son présent était ignorance. Sa vente par Monsieur Brosky était ignorance. La mort de Maître O’Reilly était ignorance. Et maintenant la colère de cet homme lui était ignorance…
Alors que lui n’était que curiosité…

Mü soupira doucement tout en lâchant son cou…
[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mick Reed
Jeune chef cuistot arrogant
avatar

Masculin Nombre de messages : 66
Maître/Esclave de : Cain, Mü et Tanwen ^^
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Jeu 8 Mai - 22:02

(Voilà, désoler je fais pas grand truc, mais comme tu voulais avoir de quoi faire pour la fin de ta soirée, je m’arrête la. Je vais corriger en revenant de l’école, et sans doute plus expliquer se que Mick a à l’esprit dans le prochain post! Sorry mon tit Mü favoris!)

N’était-ce pas une belle journée? Les rayons du soleil parcouru l’univers vide pour atteindre la terre, y traverser son atmosphère agréable qui bondait de vie, en plus d’une température belle et confortable, puis traversa la fenêtre de la chambre pour finalement l’éclairer et permettre à celui qui y séjournait de sortir paisiblement de son doux sommeil…

-Foutu soleil stupide…

Oui, c’était dans se vocabulaire que commença la journée de Mick, tout en se maudissant d’avoir oublié de fermer les rideaux. Sans doute qu’il avait trop joué à un jeu banal la veille, et que sur le coup, il n’avait pas pensé à fermer les rideaux! C’est donc ainsi qu’il commençait sa journée 4h plus tôt que la normale… d’un profond mauvais poil!

Tentant de se rendormir la première heure, à la seconde, il se décida à enfin quitter son lit d’une tenue… partiellement dénudé… Il finit par glander et faire n’importe quoi pendant les 4 heures qui suivirent, en commençait par se promener sur le net, regarder la télé, jouer à des quelconques jeux violents sans réel but moraux! Et puis vala, il passait son temps précieux de se jour de vacance à rien faire… jusqu’à temps que le coup de midi résonne dans la maison… Ou plutôt le téléphone qui sonna à cette heure.

Faisant une tête agacé, sans doute comme il était enragé d’avoir à mettre son jeu sur pause pour répondre à un stupide téléphone, il se leva et puis prit l’appareil en répondant d’une voix dès plus bête :


-Oui?

Il s’arrêta deux secondes, et puis roula des yeux en attendant la voix de son interlocuteur. Son oncle… y’avait rien de mieux à faire que de le déranger pendant son congé? Ben non en faîte… Il lui demanda des nouvelles sur l’achat du falmaris…

*Ah merde! J’oubliais…*

Son oncle n’arrêtait pas de le lui rappeler. Comme Mick voulait acheter un vampire, pour se faire de l’argent facile, il lui disait avant d’acheter un falmaris. Et puis son oncle, dans sa gentillesse immense (Bien qu’il ne supporte que rarement Mick!) lui proposa de faire les dépenses sur le falmaris, et il voulait qu’il le fasse avant absolument une certaine date, car il aurait pu faire une tournure avec l’impôt et ainsi faire passer ceci pour une dépense de l’immeuble et etc. Mais bon, pour une raison de date pour faire un tel truc donc le jeune se fichait complètement, il devait le faire pour demain…

-Euh oui, bien c’est que… J’ai eu un contre temps.

*Il m’énerve…*

Mick s’éloigna un instant de son téléphone entendant son oncle crier une bêtise… Mick tourna à nouveau des yeux.

-Ça va, ça va! Relaxe sinon ton cœur va lâcher! Je vais l’acheter toute suite et ensuite je t’emporte la facture et patati patata…

L’oncle répliqua, mais par un terrible malheur, Mick avait raccroché… Bien fait!

Le garçon quitta le salon ou se tenait la console sur laquelle il jouait, puis se dirigea dans sa chambre pour se vêtir… Il choisit ses couleurs traditionnelles. En commençant par le pantalon noir, le t-shirt noir et puis les splendides gants… qu’il avait déjà d’ailleurs en main! Par la suite, il sorti et prit une courte promenade jusqu’à la boutique…


*Rah… bordel… j’ai pas envie… J’ai envie d’dormir…*

Oui, la fatigue le rattrapait… Se qui étonnamment, alors qu’au départ cela le fâchait, maintenant le calmait. Une migraine montante dû au manque de sommeil, il voulait qu’une chose, le calme! Quoique à la fois un rien pouvait l’énerver. Cependant, dans cette fatigue intense, il passa dans la vitrine devant laquelle il ne remarqua aucunement le falmaris qui venait de se faire saisir, trop concentré sur sa fatigue.

Finalement, il s’introduit dans la boutique que son oncle lui avait parlée. Et il pu apercevoir déjà quelques choses de fort bizarre! Tout le monde regardait un homme quitter la pièce et la moitié des client le regarder étrangement. Mick fit comme eux, en pensant en même temps au combien les personnes ici sont bizarre pour fixer ainsi l’homme. D’ailleurs, parmis ses gens, certains glissa des paroles comme ‘’Quel barbare’’, ‘’Il pourrait s’en prendre au moins à un qui le mérite’’ et diverses commentaires de se genre… Commentaire que Mick prit avec un léger sourire, pour ensuite débuter sa visite…


*Par où commencer?*

Son regard se porta sur ceux qui étaient le plus près de lui. Trois falmaris, tous devant la vitrine. Les deux autres étaient prit en discussion part deux humains, et un autre se massait le cou dans sa cage… Masseur? Waw… Mick adore les massages! En plus, il semblait désespéré!... Choses que, aussi cruel que cela puisse paraître, fit sourire encore plus Mick. Se falmaris, par sa tristesse (et aussi peut-être par sa connaissance en massage), venait de lui attirer son attention… Il s’approcha d’un pas léger, histoire de pas trop torturer sa migraine naissante, puis se pencha dans la cage pour arriver au niveau du falmaris qui venait de stopper son massage.

Il se tut et regarda le petit, se questionnant sur la méthode qu’il allait l’aborder… Il pourrait se la jouer… gentil?

Il fit donc de faire paraître son sourire à une allure quelques peu plus naïve. Histoire d’aborder le petit en lui faissant croire qu’il était en gentil maître bête! Comme ça, en plus, le falmaris pourrait bien se montrer moins méfiant…Fallait juste espérer que Mick n’éclate pas de rire à cause de se drôle de stratagème.


-Bonjour petit… Pourquoi se triste regard?

Voilà, il lança ses premières paroles en tentant d’avoir une parole la plus calme et gentil possible. Il se félicita d’ailleurs intérieurement du résultat… Il s’imaginait déjà convaincre le petit qu’il était gentil! Héhé… sa allait être marrant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mü El'Katram
Un fragile pétale de Cerisier
avatar

Nombre de messages : 2114
Maître/Esclave de : Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Cerisier Japonais
Métier : Chouchouteur d'Yrïa, possessif de Maïtre O'Reilly
Date d'inscription : 19/09/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Ven 9 Mai - 23:11

Le pas claquant du vendeur avait rapidement disparut. Fuyait-il les remarques des clients ou tout simplement la colère du patron ? En tout cas, sa colère ne semblait pas diminuer, bien au contraire…

La voix des humains qui étaient posté derrière la porte ouverte lui parvenait sans lui être adressé.
Certains étaient un peu choqué et d’autres relativement indifférents face a ce traitement même si la curiosité était là. Il fallait l’avouer, pourquoi le vendeur s’en prenait a ce petit falmari ? Il ne bougeait pas derrière sa vitrine comme une jolie petite poupée aux yeux embués…

Mü ne se faisait pas vendre. Pourquoi ? Car justement il ressemblé à une poupée de porcelaine. Une poupée qu’on ne sort pas de sa boite de peur de la brisé ou qu’on regarde a travers une paroi de verre. Une poupée qu’on vient voir en silence avant de se détourner et de retourner a ses occupations. C’est ce qui arrivait a ces clients, ils le regardaient a travers la paroi de verre depuis trois jours sans le toucher, comme un objet d’art exposé dans une galerie. Il y avait bien des personnes qui désiraient prendre cette poupée aux yeux larmoyant et de voir combien de temps elle vivrait entre ses mains mais il ne le faisait pas. Pourquoi ? Il le regardait avec envi et partait se chercher un autre être à briser…

Mü était donc resté silencieux, massant doucement sa gorge douloureuse tant bien que mal le collier l’empêchant de bien l’atteindre. Finalement il laissa tomber, les yeux toujours baissés vers le sol.
Des pas s’arrêtant devant lui le firent imperceptiblement bloqué tout son corps. Il se relâcha tout de même rapidement, les deux chaussures fassent a lui n’appartenait pas au vendeur, a ce vendeur qui lui faisait peur. La personne sa baissa pour se mettre a sa hauteur le jeune falmari releva un peu son buste et posa timidement ses yeux sur le client, car il l’avait bien compris cet humain était un client… La porte de sa cage de verre était ouverte et il avait dut passer par là…

Le petit blond posa son regard sur lui et voyant qu’il ne lui parlait pas il se permit de le décrire brièvement. C’était un jeune homme, un jeune adulte sûrement avec quelques années de plus que lui. Il ne fallait pas oublié que mine de rien Mü allait sur ses vingt ans et à présent il arrivait un peu mieux a évaluer les ages des personnes. La première chose qui frappa le falmari était plutôt positive, le jeune était blanc et noir. Qui d’autre était blanc et noir ? Maître O’Reilly bien entendu mais le jeune homme ne donnait pas la même impression, sûrement parce qu’il était plus jeune. Enfin bref, l’humain était en blanc et noir donc il ne devait pas être trop mauvais (même si en général ce genre d’habit prouve le contraire).
Fait très étrange, l’homme avait des cheveux de deux couleurs, blanc et noir là encore. C’était une coloration ? Il allait devoir demander si il en avait l’occasion…

La voix du jeune lui parvint alors, agrémenté d’un petit sourire. Sa faisait peut-être trois mois qu’il se trouvait dans le « vrai » monde il y avait beaucoup de chose qu’il ne comprenait pas. Les expressions du visage par exemple, n’allaient pas lui demander d’en c hercher la face cachée, il ne pourrait pas y trouver quelque chose. Il était encore très, très, très naïf et le jeune adulte lui faisait une simple impression de gentillesse.

Mü pencha légèrement la tête sur le coté et ses brillèrent d’une certaine détresse. Il fallait le rappeler, c’était la première fois qu’il connaissait ce genre de tristesse et il ne savait pas ce qui lui arrivait… Mü ne savait pas mentir alors il allait répondre a cet homme. Il n’y avait aps de mal la dedans et puis, il n’avait pas l’air mauvais…


- Maître O’Reilly… Pourquoi est-il mort ?

Soufflât-il doucement et on entendait clairement que ses mots n’attendaient aucune réponse…

- Pourquoi…Pourquoi je suis encore tout seul ?

Encore une fois il ne s‘attendait a aucune réponse.
Maître O’Reilly était mort. La mort était chose bien trop abstraite pour qu’il comprenne de plus il avait lut beaucoup de chose, beaucoup d’interprétation de la mort et lui il n’en avait pas. Il ne savait pas ce qui était arrivait a Maître O’Reilly, ce qu’était devenu son âme si il y avait bien une âme dans chaque corps…C’était quoi la mort ?
Il ne voulait pas être tout seul, il voulait encore Maître O’Reilly, il voulait juste Maître O’Reilly. Il leva doucement sa main dont le poigné était entravé par les liens de cuirs. Le petit falmari frotta de manière enfantine ses yeux mauves en ce moment trop grand et trop brillant pour son visage attristé.


- Monsieur ?…Qu’est ce que je peux pour vous ? Qu’est ce que je peux vous dire ? Que désirez vous ? Dite – moi, je vous en pris…

Mü ne voulait pas appartenir à quelqu’un d’autre qu’a maître O’Reilly mais ses paroles désespérer s’échappé de sa bouche sans qu’il ne puisse rien faire. Il ne voulait pas non plus rester seul ici car il avait peur, il avait peur du vendeur mais aussi des sentiments inconnus qui se trouvait en lui. Il ne savait pas non plus si il voulait partir avec cet homme mais c’était la seule personne qui l’avait approché et il avait éprouvé l’unique envi de l’empêcher de partir. Ce n’est pas pour autant qu’il appréciait, il lui paraissait juste de partir…

Avec un doux « pardon » murmurait Mü baissa ses yeux candide…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mick Reed
Jeune chef cuistot arrogant
avatar

Masculin Nombre de messages : 66
Maître/Esclave de : Cain, Mü et Tanwen ^^
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Dim 11 Mai - 8:24

(J'espère que tu ne seras pas déçu... car bon, voilà je trouve moyen un peu ^^'')

Mick continuait de regarder le jeune Falmaris, transformant son regard en une mystérieuse interrogation. Qu’était-ce ses réponses? Mick du prendre quelques secondes pour deviner qu’il parlait de son ancien maître…

*Et dire qu’on laisse ses bestioles s’attacher à leurs maîtres… C’est pitoyable!*

C’était cette pensée cruelle qui anima l’humain lorsqu’il entendit les premières paroles de ce pauvre garçon… Il compatissait, mais dans un sens plutôt mauvais. Et le jeune maître en tirait conséquence qu’il était mieux de maltraiter les esclaves pour qu’ainsi, ceux-ci ne soient pas tristes au décès du maître… Quelle belle attention!

Mick ne répondit pas à ces questions, surtout car il devina qu’il n’y avait rien à répondre. Il se contentait à glisser un calme ''désolé'' en continuant à regarder le pauvre Falmaris. Malheureusement, bien qu’en apparence, Mick semblait changer d’un regard gentil, à celui d’un homme compatissant, qui se préoccupait du sort de cette pauvre victime… bien qu’à l’intérieur de lui-même, c’était plutôt un sourire qu’il élaborait. Ce sourire s’élargit d’ailleurs en entendant les paroles du falmaris, puisqu’il semblait presque réclamer la compagnie du maître… Comme s’il ne voulait pas se retrouver seul?

Aucun doute, cela serait trop facile!

Mick avait comme charmante idée de mettre le Falmaris en confiance, et ainsi, pouvoir l’attirer plus facilement dans sa demeure. Ensuite, il pourrait joyeusement détruire l’espoir du petit! Cela pourrait même se révéler si facile qu’il en perdrait le plaisir… Cependant, Mick manifestait une certaine curiosité sur ce qui avait pu arriver au maître de ce jeune Falmaris. Sans nul doute que les évènements ayant lien avec se O’Reilly devait être récent vu son comportement encore troublé… et ces habits presque neufs qu’il portait… Comme si les vendeurs allaient leur en donner des neuf! Fallait pas rêver…

Il se pencha un peu plus vers le falmaris, et de manière automatique, il prit une voix, moins forte, pour un peu plus s’adapter au murmure que le jeune avait pris pour s’excuser. Donnait ainsi l’impression pour les personnes aux alentours qu’ils complétaient! Mais après tout, le sujet qu’il aborda était plutôt intime. Et peut-être que le falmaris serait ainsi plus à l’aise… Malheureusement, cela ne traversa pas l’esprit de Mick, mais uniquement celui du narrateur… sinon Mick n’aurait pas pu se retenir de parler à voix haute…


-''Ne sois pas désolé… Commence donc par m’expliquer ce qui est arrivé à ton ancien maître.''

Déjà, le jeune maître prenait mal la situation s’il voulait le consoler, puisqu’il lui demandait de parler d’un sujet qui, sans doute, allait plus blesser le Falmaris que n’importe quoi d’autre!

Un point positif, c’était que l’humain avait une attention complète et qu’il ne remarquait presque pas qu’il n’avait pas le droit de rentrer dans la cage… de toute manière, il s’en serait fiché, mais bon… Cela était d’ailleurs surprenant qu’on mette en cage le Falmaris, en plus de l’attacher ainsi. Du moins, ce fut la penser de l’humain lorsqu’il porta son regard au collier qu’avait l’esclave, ainsi qu’aux mains de ce dernier. Déjà qu’à sa taille une simple cage aurait parfaitement suffit… C’était qu’il était si peureux les vendeurs… Mick se retint pour ne pas se moquer de ceux-ci… avoir peur de ce petit? Vu l’état où il était, Mick doutait qu’il puisse même battre un caniche… ou une sauterelle…

Tien, parlant de vendeurs, était-ce au sujet de se falmaris que les clients parlaient? Fort probablement, puisque la cage était ouverte, cela voulait dire qu’un vendeur l’avait ouverte… C’était même logique et il fallait presque être bête pour ne pas l’avoir deviné… En plus, ça expliquerait pourquoi il semblait lancer ainsi la discussion avec le maître. Le vendeur n’oserait pas le malmener devant un client potentiel…


-''Aussi, dis-moi donc, était-ce toi que le vendeur vient de malmener?''

C’était sur ces dernières paroles, aussi fortes que la précédente phrase, que le jeune homme continua de porter son attention sur le falmaris…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mü El'Katram
Un fragile pétale de Cerisier
avatar

Nombre de messages : 2114
Maître/Esclave de : Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Cerisier Japonais
Métier : Chouchouteur d'Yrïa, possessif de Maïtre O'Reilly
Date d'inscription : 19/09/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Dim 11 Mai - 19:35

L’homme se rapprocha un peu plus de lui adoptant une voix plus basse, les coupant ainsi des clients passant derrière la vitre. Pour Mü çà ne pouvait qu’être intentionnel et ne se fiant qu’a l’image que lui offrait le brun çà ne pouvait être seulement çà.
Par contre la demande lui fit baisser la tête, l’homme ne le savait sûrement pas mais cet parole se transformé en question et était l’une des causes de sa tristesse. Ses yeux restèrent encré quelques secondes vers le sol avant de relever un peu plus embué…


- Je ne sais pas…

Ne pas savoir, encore…
Pourquoi n’avait-il pas le droit de savoir ? Pourquoi tout le monde faisait attention qu’il ne sache rien, de la plus infime des choses a la plus importante ? Il y avait-il une entité quelconque qui luttait avec acharnement pour qu’il reste dans le floue toute sa vie ? S’amusait-elle ainsi de le voir si perdu ?
Mü en était désolé mais il ne pouvait pas répondre à cette question n’en connaissant pas la réponse. Il s’attristait encore plus, l’homme le tenait devant son ignorance lui montrant encore une fois qu’il ne savait rien… Ses deux maîtres l’avaient abandonnés…Enfin abandonnés, ce n’était qu’une manière de parler car laissé sans dire pourquoi c’est abandonner. Monsieur Brosky l’avait vendu et l’avait toujours maintenue dans son cocon doré le coupant du monde. Il est vrai qu’il ne lui avait jamais voulu et ne lui en voulait pas, seul la cause de sa vente le dérangeait. Pourquoi ? De son coté maître O’Reilly, tout simplement mort et Mü ne savait pas pourquoi. Pourquoi avait-il perdu la vie ? Comment ? Où ? Que lui était-il arrivé ?


- Maître O’Reilly travaillé dans les affaires et m’a dit que çà pouvait être dangereux mais… Je ne sais pas si on lui a fait quelque chose ou si c’était juste….un accident…

Il se souvenait de la discussion qu’ils avaient eu le premier soir, il se souvenait que le maître lui avait expliqué cela alors que Mü s’étonnait de la longueur de la table. Il n’avait pas bien compris et ne comprenait toujours pas pourquoi le maître désiré réunir des gens ennemis. Peut-être pour qu’ils s’entendent mieux mais il ne savait pas trop pourquoi, il avait l’impression que ces gens ne s’entendraient jamais. Est-ce qu’une de ces personnes s’en était prit a son maître et aurait été allé jusqu’au….jusqu’au meurtre ? Comment pouvait-on faire du mal au maître O’Reilly ?
Enfin….Si çà se trouve il se faisait des histoires, c’était juste un accident….un stupide accident qui l’avait privé de son maître chéri…

En entendant le mot « vendeur » les yeux de Mü se tournèrent immédiatement vers le couloir comme si l’homme allait subitement en surgir, ce qui était fort possible. Ca faisait trois jours que l’homme en avait après lui pour une raison encore inconnu. Chaque jours çà empiré et il n’osait pas imaginer ce qui se passerait dans quelques jours…


- Heu…je…Oui monsieur… Je vous jure que je n’ai pas fait de bêtises…enfin…je crois avoir était sage…

Les yeux de Mü se tournait frénétiquement vers la paroi de glace, espérant de tout son être que le vendeur ne viendrait pas.
La langue du petit falmari était déliée, les trois mois avec Maître O’Reilly l’avait habitué a parler plus mais si parler de ce qu’il ressentait lui était encore difficilement accessible.
A ce moment précis il fallait rajouter une autre cause à sa parole facile. Mü était perdu et cet homme qui était face a lui était le seul a venir le voir, à lui parler, à le questionner même si çà l’attristait plus qu’autre chose. Il avait l’impression que l’homme était « gentil » et même si il lui était inconnu même si il ne voulait pas lui appartenir il ne voulait pas qu’il parte.

Le regard mauve de Mü fut attiré par un homme qui le regardait pensivement de derrière la vitre. Le regard de la personne passa du petit falmari au jeune maître. Quelques choses en cet homme ne lui plaisait pas, il lui était familier, il était certain de l’avoir déjà vu quelque part.
Le falmari blond ses yeux baissa face au regard brûlant et les tourna fébrilement vers le jeune homme aux cheveux étranges.


- Monsieur dite-moi quoi faire…

Les yeux et les lèvres de Mü n’exprimaient toujours que la même détresse perdue dans ses sentiments et les yeux scrutateur posait sur lui ne faisait qu’accentuer son malaise…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mick Reed
Jeune chef cuistot arrogant
avatar

Masculin Nombre de messages : 66
Maître/Esclave de : Cain, Mü et Tanwen ^^
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Voir règlement

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Mar 13 Mai - 7:30

(Dsl, ét étrange un peu comme post xD! Et un peu plus court =- $)

Mick souleva un sourcil en scrutant toujours du même regard le petit. Cela pour deux raisons. D’abord, la réponse concernant O’Reilly. Celle-ci, plus tôt que de combler sa curiosité, l’avait au contraire amplifié. Aussi bête que cela pût paraître, Mick s’intéressait au sort de l’homme. Cependant, c’était loin d’être dans le but de compassion envers le falmaris et de pouvoir le sortir de l’ignorance dans laquelle il semblait plonger… C’était plutôt dans le but de satisfaire un simple goût de découverte… Assassiné… Cela aurait été plaisant… surtout si les circonstances avaient été intéressantes!

Par contre, ce qui intrigua le plus Mick fut surtout le terme qu’employait l’esclave pour désigner son ancien propriétaire… Il parlait de lui comme-ci c’était encore sa propriété… Chose qui agaça fort le maître qui se mordilla la langue pour ne pas cracher une remarque désobligeante envers cette attitude… Ce fut d’ailleurs ainsi qu’il afficha une légère expression douloureuse. Sans doute que cela paraîtrait suspect, mais ce fut presque obligatoire pour se retenir d’en faire une sale remarque…


*Espérons que ça soit pas trop dur à enlever comme habitude…*

Après quelques secondes, à poursuivre son regard semi-interrogateur et douloureux, pour ensuite le délaisser, il hocha la tête pour acquiescer à la seconde réponse du falmaris… Il préférait ne pas revenir à la première réponse. De toute manière, nul doute que le falmaris n’allait pas en rajouter davantage.

-Ne t’inquiète pas, je te crois.

Stoppant soudainement ses paroles, le maître leva le bras pour le diriger vers la chevelure du jeune… Attrapant une mèche au passage et l’observant à la fois. Profitant de se même moment pour profiter du calme -en supposant qu’il n’y avait pas le bruit ambiant dans la boutique- pour détendre son cerveau douloureux. D’ailleurs, cette même douleur commençait à lui faire prendre une apparence plus stricte. Son regard commençait à perdre son sourire pour prendre une allure plus sérieuse. ‘Fin bref, c’était étrange comme attitude, mais toutes les tentatives sont bonnes pour tenter de perdre un mot de tête… Et puis, en même temps, il pouvait… évaluer la marchandise?

Pendant son… évaluation, il sentit, ou plutôt vit les yeux du falmaris porter son attention à quelques choses d’autres. Sans réelle réaction, l’homme se contenta de tourner furtivement la tête et les yeux vers la direction que le regard du jeune avait pointée, avant de rapidement retourner à sa position initiale. Il ne distingua qu’une simple forme humaine et cela lui convint. Il massa quelques secondes la mèche délicatement, avant de la relâcher et de reporter son bras à la position initiale…


-…La plupart du temps, ceux-ci s’en prennent au falmaris sans raison… Il faudrait les enfermer… Tu ne crois pas?

Bien malheureusement, il était loin de penser ce qu’il disait. Mais c’était un bon point pour lui sans doute… Cela mettrait le jeune en confiance.

- Monsieur dite-moi quoi faire…

Le jeune réafficha son sourire perdu à ses paroles du falmaris… Oui… Vraiment facile…

- Pourquoi me demandes-tu cela?

Il ne se lança pas trop longtemps dans sa démarche. Il commençait à presque vouloir faire manifester au falmaris son envie de partir… Après tout, ce serait super non? Il pourrait balancer à l’esclave qu’il l’avait sorti de là, car il lui avait demandé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mü El'Katram
Un fragile pétale de Cerisier
avatar

Nombre de messages : 2114
Maître/Esclave de : Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Cerisier Japonais
Métier : Chouchouteur d'Yrïa, possessif de Maïtre O'Reilly
Date d'inscription : 19/09/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   Mer 14 Mai - 20:00

Baissé, les yeux de Mü tentaient de ne pas bouger. L’identité de l’homme lui revenait petit à petit sans pour autant vouloir franchir la barrière…

La personne dans sa cage le crut, heureusement d’ailleurs il ne voulait pas qu’il le prenne pour un…un fauteur de trouble ? Enfin bref. Ce qui était sur c’est qu’il faisait toujours son possible pour ne pas faire de bêtise et ainsi pour recevoir une récompense ou tout simplement de l’affection traduite par des papouilles…
Le jeune homme face a lui eu u mouvement et il se saisit d’une de ses mèches blondes. Le brun-blanc la tenait entre ses doits en silence. Ce silence Mü le respectât, si l’humain ne volait pas parler il parlerait pas…
Etonnamment le petit falmari ne se mit pas a comparer ce geste a un de ceux de son maître car pour lui çà ne ressemblait tout simplement pas aux gestes de son maître. Maître O’Reilly passait souvent sa main entre des mèches en bataille ou les caressait doucement et simplement. Il aurait tellement voulu avoir une de ces papouilles et uniquement par son maître…ou plutôt son ancien maître.

Les yeux mauves passèrent du jeune a l’homme derrière la vitre. En passant sur la personne accroupi face lui ils remarquèrent une nouvelle expression sur le visage de l’humain. Le jeune semblait un peu plus, tendu ? Il ne savait pas trop comment dire mais ses traits était un peu plus tiré, un peu plus stricte.

La mèche blonde fut libéré et retomba simplement sur les autres sans chercher a reprendre sa place première. Et là l’homme lui posa une question. Il ne comprit pas immédiatement de qui il voulait parler mais compris bien vite quand son regard se portât à nouveau derrière la vitre.
Mü restât totalement silencieux la bouche entre ouverte les yeux encré sur l’homme. L’homme le regardait et voyant que le falmari le fixé il bougea doucement les lèvres et Mü était certain d’y lire « Bonsoir…Mü… ». Et le petit falmari se souvint de qui s’était…

Il tourna précipitamment ses yeux apeurés vers le jeune homme. Il était inquiet même apeuré par deux choses exactement : l’identité de l’homme et la question posé. Comment pouvait-il répondre à çà ? Et-ce que c’était une sorte de test ? Mais le jeune semblait gentil pourtant, il ne lui poserait pas une question comme celle là ?

Il fallait tout de même y répondre, sa voie timide s’éleva alors…


- C’est…un maître.

Et cela semblait signifiait tout…

Puis il avait demandé au jeune homme quoi faire, tentant d’oublier la présence de la personne derrière la vitre. Mü en restât littéralement muet. Ses yeux s’ouvrirent en grand et il baissa précipitamment son visage en rougissant… Que dire ?


- Je… Je…Je voudrais faire quelques choses pour vous… ?

Il ne pouvait pas dire qu’il ne voulait pas rester tout seul, qu’il voulait rester avec lui sans pour autant devenir son esclave… Il voulait encore être l’esclave de Maître O’Reilly même si celui-ci était mort.

- Je ne veux pas rester tout seul…

Mü tourna son regard pour éviter celui du jeune homme mais il tomba sur l’homme derrière la vitre. Il n’était plus face a lui mais il était tourné de trois quart et les bras croisé il semblait attendre impatiemment que le vendeur en est fini avec les autres clients.
Il voulait l’acheter ? Non, non il ne voulait pas…Il ne voulait pas aller avec cet homme…
Le petit se tourna rapidement vers le jeune homme et c’est les yeux apeuré et implorant qu’il parla précipitamment…


- Monsieur ! Je ne veux pas aller avec cet homme ! Il me fait peur…

Ha oui cet homme lui faisait peur et depuis leur première et unique rencontre il le craignait. Maître O’Reilly n’était pas réellement au courant, disons qu’il n’en savait pas les détails comme Mü n’avait pas eu l’occasion d’en parler ni même l’envi.
Cet homme il l’avait rencontré au manoir lors d’un repas organisé par le maître. Le petit falmari était simplement en train de sortir pour aller à la serre quand il avait croisé l’homme. Mü avec son innocence habituelle n’avait rien craint mais il avait vite peu appréciait la rapide proximité que désiré l’homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite poupée aux yeux embués… (Mick reed)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calédonia ? Petite lézarde, jolie poupée
» Le cave: Ma poupée. | [PV] Hentaï ?
» Lyleïa ? Reine des Glaces ou Petite Poupée de Porcelaine ? (finie)
» (ada) jolie petite poupée
» L'atelier d'une petite fleur (presque) fanée qui défend les canards et les moustiques ♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Galway: Vieille Ville :: Fleuriste-
Sauter vers: