Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alex; David: Cohabitation mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Jeu 17 Juil - 1:44

[Caveau aux vampires]

Alexis était donc entrée et s'était installée. David dormait ou faisait semblant de l'être. Cela ne la dérangeait pas. Mais au bout d'une quinzaine de minutes, voyant qu'il n'avait toujours pas bougé, une autre théorie lui vint à l'esprit. Elle quitta donc sa position en tailleur pour revenir à la station debout et s'approcher du vampire. Sans prendre aucune précaution au cas où il simulerait et que l'envie de mordre lui revenait, elle prit son pouls au niveau de la carotide. Elle constata également qu'il avait transpiré. Elle le secoua au niveau de l'épaule une ou deux fois. Restant devant une absence de réaction, elle en arriva à la conclusion qu'elle n'aurait plus à attendre pour retourner à l'appartement.

Un seul détail restait encore à régler: Il faisait jour dehors. Peut importe, l'occasion était trop belle et elle ne tenait pas à faire durer la situation indéfiniment. Après avoir appelé un vendeur, le vampire fut menotté, au cas où il reprendrait connaissance et voudrait sans réelle efficacité tenter une quelconque manœuvre. Le Caveau faisait dans la livraison à domicile, et bien elle allait en profiter. Ils disposaient de voitures spéciales permettant des trajets en plein jour sans qu'il y aie le moindre danger pour les êtres de la nuit. Il suffirait d'envelopper entièrement l'esclave inconscient dans une couverture épaisse et opaque jusqu'à l'appartement, en passant par l'ascenseur pour éviter toute exposition temporaire. Une fois à l'intérieur, volets seraient abaissés et rideaux tirés pour empêcher le soleil d'entrer. Elle demanda donc après ce service, paya le nécessaire et obtint un véhicule accompagné d'un chauffeur-livreur. Elle s'installa à l'arrière pour mieux tenir David pendant le trajet pendant que la voiture quittait le parking souterrain.

Ils arrivèrent rapidement, la circulation n'étant pas un problème. Une fois devant le bâtiment, Alex grimpa à l'étage faire l'obscurité chez elle et on fit le nécessaire pour éviter que la moindre partie du corps cendré n'aie à souffrir de la luminosité extérieure. Avec l'aide du conducteur, il n'y eut aucune réelle difficulté à transporter le vampire à l'intérieur et à le mettre dans l'ascenseur. Une fois à l'intérieur, il fut déposé sur le fauteuil de la jeune femme. Elle se défit alors des services de l'employé accompagnant son adieu d'un généreux pourboire avant de refermer la porte. Elle revint vers David et le vit -enfin- revenir à lui.

-Alors on émerge?

Et elle alla lui enlever les menottes sans autre forme de procès. De toute façon, dans son état, il était bien incapable de faire quoique ce soit qui pourrait lui nuire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Sam 19 Juil - 13:39

David était complètement dans le cirage, quand il ouvrit les yeux, avec difficulté, il n’avait aucune idée de ce qui venait de se passer. Il avait eu l’impression qu’il les avait fermés quelques secondes avant seulement. La tête lui tournait, sa bouche était tellement pâteuse qu’il aurait tué pour un verre d’eau. Dans un premier temps, il ne sentit pas le reste de son corps, puis doucement, les sensations lui revirent, d’abord dans les extrémités. Il sentait un désagréable picotement, il avait l’impression d’avoir des fourmis dans tout le corps. L’espace d’un instant, il se sentit repartir, une ou deux minutes plus tard il se reprit finalement, et il bougea les mains, histoire de reprendre petit à petit le contrôle de lui-même. Bon dieu, cette sensation était horrible. Il avait l’impression d’être seul dans un lieu, ou plutôt un monde inconnu. Sa vue était trouble, il ne distinguait que quelques formes sombres immobiles. C’était un comble pour lui qui avait une si bonne vue.

Il finit par entendre une voix, il se fichait bien de savoir qui c’était, cela le rassura et le poussa à émerger. Après ce qui lui paru un effort surhumain, il amorça un geste pour porter sa main à son front, mais il fut retenu par les menottes qui lui furent enlevées presque immédiatement. Il retenta alors, il posa sa main sur son front, en respirant profondément. Il referma les yeux quelques instants, et commença à bouger doucement ses pieds, cessant chaque effort à chaque fois qu’il sentait qu’il recommençait à se sentir mal. Il replaça le bras le long de son corps, avec un soupir de soulagement une fois qu’il cru que le mal était passé, mais il fut alors secoué par un violent spasme, et une soudaine nausée.

Comme il n’avait rien mangé, ce ne fut qu’un peu de bille qui remonta dans sa gorge, qu’il ravala par réflexe, se brulant l’œsophage. Après cela, il toussa plusieurs fois, ce qui n’arrangea pas l’état de sa gorge. Il refit quelques profondes respiration, et regarda finalement autour de lui, alors que sa vue était revenue à la normale. Il était dans une pièce totalement inconnue. Le dernier souvenir qu’il avait c’était lui en train de lire, sur un canapé oui, mais pas celui là… Il n’eut qu’à voir Alexis pour comprendre. Ah, il n’avait certainement pas oublié sa haine pour cette harpie ! Essoufflé, il la foudroya du regard. Quel courage ! Elle l’avait affamé pour l’emmener de force dans son appart miteux ! Chapeau bas ! Et ensuite, elle l’avait drogué pour l’emmener ici –il ne voyait pas d’autre explication sur son état.

Pas encore assez en forme pour engager une nouvelle bataille, il se contenta de refermer les yeux, et de laisser aller sa tête en arrière. Il était pâle comme un linge, encore plus blanc que d’ordinaire. Il avait soif aussi, autant d’eau que de sang. Il serra les poings, il n’avait aucune envie de demander quoi que ce soit à cette tarée, mais il allait falloir qu’il mette sa fierté de côté quelques instants. Il avala sa salive, et murmura sur un ton caverneux :


-J’ai soif


Grande première, ça devait être la première fois qu’il adressait la parole à Alexis sans l’agresser. Il faut dire que quand il voulait quelque chose, il était capable de changer du tout au tout. Il grinça des dents, refusant obstinément d’ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mar 22 Juil - 7:54

Après quelques quintes de toux, David sembla émerger pour de bon. Il était d'une pâleur presque mortelle mais cela ne l'empêcha pas de continuer les hostilités en lui jetant un regard haineux. Il devait sans doute s'imaginer des tas de scénarios pour justifier sa présence ici, qu'il n'avait pas pu être trahi par son propre corps et que c'était encore un stratagème machiavélique de la jeune femme. Alexis ne chercherai pas à le convaincre de quoi que ce soit. Déjà parce que cela ne l'intéressait pas et puis, parce que le vampire n'était pas en état. Et tant qu'elle n'avait pas d'adversaire à sa hauteur, elle ne réengagerait pas le conflit s'il y avait lieu d'être...

Il réussi néanmoins à prendre sur lui apparemment, pour lui demander à boire. Sans un mot et sans regarder davantage le vampire qui de toute manière évitait son regard en fermant les yeux, elle se redressa pour se rendre à la cuisine. Son précédent vampire avait, comme tout être vivant, la nécessité de se nourrir. Comme elle n'hébergeait pas de falmari chez elle et ne désirait pas le faire, elle avait pris l'option alternative proposée aux possesseurs de créatures nocturnes aux canines pointues. A savoir, le sang recueilli dans des poches à l'instar de don de sang, méthode non moins contestable à l'asservissement des êtres "végétaux" mais plus surveillée et sécuritaire. Plus chère aussi, mais le prix n'était pas un problème pour Alexis. Elle ouvrit donc le frigo pour prendre une poche conservée au frais et, à l'aide de l'espèce de robinet à pression, vida le contenu dans un grand verre. Une fois celui ci rempli, elle stoppa l'écoulement. Elle prit ensuite les deux pour revenir au salon.

Il n'y avait pas de falmari à mordre. S'il désirait vraiment reproduire l'acte de morsure, il pourrait toujours s'amuser à percer deux petits trous dans le contenant en plastique pour y aspirer le liquide. Mais, même si son expérience des vampires était faible, il ne ferait sans doute pas de chichi, surtout dans son état. Qu'il se requinque un tant soit peu avec ce "cocktail", si par la suite il désirait boire ou manger, on verrait ça en temps utile. Elle posa la poche sur la petite table basse et appuya le verre contre le poing du vampire pour lui signaler sa présence. L'orgueil de ce dernier le conduirait sans doute à refuser toute aide pour boire dans un premier temps, et elle n'avait pas vraiment envie que ça le mène à renverser un peu partout ce délicat liquide. Il avait tout le loisir de se resservir autant qu'il le voulait.

Quand il parut un peu mieux même si son état ne se résorberai pas en un claquement de doigts, ne serait ce que le temps que son organisme aie assimilé le sang bu, Alex se demanda s'il voulait se reposer, voire dormir. Après tout, son jour à elle était sa nuit à lui et il devrait sans doute récupérer mieux qu'en tombant dans les pommes pendant un assez long moment ... Il squatterait de toute manière la chambre d'Anthony. Celle ci était aménagée pour empêcher le soleil d'entrer et disposait d'un large lit aux draps propres ainsi que des meubles habituels dans ce genre de pièce, assez spacieuse au demeurant. Si son ancien vampire refaisait surface, elle s'arrangerait avec lui. En attendant, c'était un espace non occupé et elle ne voyait pas l'utilité de le faire dormir dans la baignoire quand il pouvait dormir sur un matelas.
Mais peut être qu'il désirait faire autre chose ... Elle lança néanmoins la possibilité:

-Veux tu que je te montre ta chambre?

Assise sur un bras du fauteuil, elle ne le fixait toujours pas, pas parce qu'elle ne pouvait pas soutenir son regard mais parce qu'elle occultait un peu cette nouvelle présence, habituée à vivre seule, et non désireuse qu'il y voie une énième confrontation. Elle n'avait rien imposé, au contraire, elle lui demandait son choix et son envie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mar 26 Aoû - 21:29

David soupira en l’entendant partir. Il n’aimait pas l’idée d’être confronté a un falmari, pas dans cet état. Il se sentait déjà bien inférieur par rapport à eux, il avait toujours honte de lui-même face à l’un de ces être végétal, mais être ainsi nauséeux, sal, c’était encore pire. Il du prendre une profonde inspiration, pour chasser l’idée de s’abstenir de boire jusqu’à ce qu’il soit rétabli. C’était une idée stupide, il ne pourrait guérir que convenablement nourri, encore une fois, il allait devoir mettre ses principes au placard quelques instants. Il y avait cela, et aussi le fait qu’il savait que son état n’allait pas s’arranger de suite, il allait encore avoir ces affreux maux de ventre tout de suite après avoir bu. Il espérait alors pouvoir se retrouver seul, pour cacher cette nouvelle faiblesse. Mais l’hystérique allait elle seulement lui foutre la paix ?

Il l’entendit revenir, oui, mais il n’entendait pas d’autre pas que les siens. Elle revenait seule ? En y repensant, il avait entendu des bruits de placard, mais pas de voix. Cette idiote l’avait mal compris alors ? Il n’avait pas envie d’eau –enfin si, mais c’était secondaire- mais de sang. Il soupira, et ouvrit les yeux pour se retrouver avec une certaine surprise nez à nez avec un verre plein d’un liquide rouge ; du sang. Il lui lança malgré lui un regard déboussolé et interrogateur. Etait-ce bien ce dont il avait besoin ? Il ne s’était jamais nourri ainsi. Ses précédents maîtres avaient tous eu un ou plusieurs falmari.

Curieux, quoi que apeuré et hésitant, il prit le verre et le porta a ses lèvres sans en boire de suite le contenu. Il renifla, l’odeur était bien celle qu’il connaissait, mais le liquide était si froid… Il se risqua a prendre une gorgée. Le gout n’était pas tout a fait le même, celui-ci était bien plus écœurant, et il eut un haut le cœur tout en appuyant son verre sur son ventre. A nouveau, il cru qu’il allait vomir, puis, voyant que rien ne venait, il retint sa respiration et bu le contenu d’une traite, pour finalement mettre le verre sur le sol. Dieu que c’était immonde ! Il espérait ne pas avoir a refaire cela. A choisir, il préférait encore devoir être avec un falmari, plutôt que de boire cette horreur.

Finalement, il se redressa, pour s’assoir dans le canapé, mais il fixait ses pieds, tout en reprenant ses esprits. Il garda le silence jusqu’à ce qu’Alexis lui adresse la parole. Là, il haussa des épaules, et répondu sur un ton pas franchement convaincu :


-Ouais…

Il était plutôt soulagé qu’elle lui proposer cela. Il pourrait être tout seul le temps que son mal de ventre opère, et puis, il pourrait se reposer. Il venait de se réveiller, et pourtant, il se sentait très fatigué, comme s’il n’avait pas fermé les yeux depuis des lustres.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mer 27 Aoû - 2:44

Il avait pris le verre sans faire d'histoire pour une fois et au regard qu'il lança à la jeune femme, il était clair qu'il n'avait jamais été confrontée à cette alternative pour le moins peu courante. Il hésita quelque peu avant de boire, doutant sans doute qu'elle n'aie vraiment apporté du sang de falmari et mais plutôt une sorte de jus de raisin quelconque. A la première gorgée cependant, Alexis vit bien au haut le cœur qui s'en suivit qu'il faudrait trouver une autre solution pour les futures consommations. Ca devait sans doute être totalement différent d'un sang tiède et tiré directement à sa source et que la froideur et la primeur postposée ne devaient pas aider. Seulement le sang ne se conservait qu'à basse température et elle se voyait mal faire des manipulations alambiquées pour tenter de substituer ce reliquat au liquide d'origine et même, elle avait quand même assez de jugeote pour ne pas réchauffer le tout au micro-onde sous prétexte de se faciliter la vie. Elle avait pris comme décision d'héberger -à nouveau- un vampire sous son toit, elle en assumait les conséquences. Si ce régime ne convenait pas au nouveau-venu, elle s'adapterait et non pas le contraire.

Quand il eut fini et déposé son verre au sol après une grimace à peine voilée traduisant une fois de plus ce qu'il pensait de la collation et récupéré un peu de force, il accepta de façon "enthousiaste" que la jeune femme lui montre sa chambre. Et la suivit même sans faire d'histoire. C'était une réelle amélioration compte tenu des évènements de la veille. Sur le court chemin qu'il y avait à parcourir, elle préféra anticiper pour éviter tout quiproquo ou tout problème au cas ou Anthony reviendrait sans prévenir.

-Tu es le second vampire de cet appartement mais cette chambre n'est désormais plus occupée...

Elle ouvrit la porte et s'effaça pour le laissa entrer. Puis, elle revint dans l'encadrement en s'y appuyant et rompit fugacement le silence installé:

-On trouvera autre chose. Pour le sang...

Et elle ferma derrière elle en sortant sans attendre de réponse. Retournant dans le salon et aperçu les quelques livres "empruntés" par le vampire lorsqu'il était enfermé dans le caveau qui avaient du tomber pendant le déplacement. Elle les ramassa et les emporta avec elle dans la cuisine. Si le sang avait remis momentanément sur pied David, il lui faudrait quand même une autre nourriture subsidiaire. Elle remplit un verre d'eau qu'elle posa sur un plateau à côté des livres. Un mouvement un peu brusque réveilla la douleur de son poignet. Le bandage limitait ses mouvements mais elle n'allait pas l'enlever. Pas tout de suite du moins. Attendre que ça soit bien cicatrisé avant. Si une marque persistait, tant pis, ça en serait une de plus parmi toutes celles qu'elle avait déjà. Ca ne lui faisait ni chaud ni froid. Elle se demanda quand même si les coups qu'elle avait porté au vampire lui avait laissé un hématome. Elle n'avait pas fait attention. Ce n'était évidemment pas son but au départ mais elle avait une vision assez personnelle des choses et de la force à y apporter. C'était clair que s'il fallait faire quelque chose de recherché ou de raffiné et que cela ne lui apportait rien d'un point de vue financier ou autre, il ne fallait surtout pas compter sur elle, elle n'était, en ces cas la, pas délicate du tout.
Perdue dans ses réflexions, elle revint peu à peu à la réalité et prépara un bol de bouillon de légumes, plaça des tartines avec de quoi les garnir sommairement -charcuterie, fromage, ... il était sans doute assez grand pour choisir tout seul ce qu'il préférait- et posa le tout sur le plateau. Elle prit ensuite le tout à deux mains pour assurer au mieux son équilibre et se dirigea vers la chambre de David. Elle toqua pour la forme et entra sans vraiment attendre de réponse. Elle était quand même chez elle et s'il voulait un peu d'intimité, il attendrait un peu d'être plus rétabli et en quelque sorte, de le mériter. Elle appuya sur la poignée avec son coude et poussa la porte du dos pour entrer:

-Je t'apporte de quoi manger, si ça ne te convient pas tu peux toujours aller voir à la cuis...

Elle s'interrompit car ayant fini sa rotation suivant celle du battant, elle put voir le vampire qui n'allait manifestement pas bien. Demander comment ça allait dans ses circonstances et avec l'animosité qui devait encore subsister aurait été peu judicieux. Et Alex faisait rarement des choses inutiles. Ne sachant pas si sa présence aurait été bien perçue, elle ne fit aucune remarque ou tentative d'approche. Elle demanda simplement de là ou elle était:

-Je peux faire quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Jeu 28 Aoû - 22:31

Il se leva, pour suivre la brune jusque dans le couloir ou elle lui expliqua qu’il n’était pas seul, mais que la chambre était inoccupée. A cela, il ne trouvait que deux explications : cette harpie avait tué le précédent locataire, ou bien alors, elle l’avait charmé et attiré dans son propre lit. A la réflexion, il ne trouvait qu’une seule explication, la deuxième était totalement grotesque, qui aurait pu se laisser charmer par elle ? Il eut un frisson, il avait pu lui-même contraster la violence de la folle, il ne voulait pas finir comme son prédécesseur. Il serra les dents, en la gratifiant d’un regard noir qu’elle ne pu voir, étant donné qu’elle était dos à lui, et enfin, ils entrèrent dans ce qui serait maintenant la chambre du vampire. La première chose qui lui vint a l’esprit en la voyant était qu’elle était immense, par rapport a ce qu’il avait connu jusque là. Chez Eirnol, il avait fait exprès de prendre la pièce la plus petite parmi celles qu’on lui avait proposé. Dans celle-ci, il ne se sentait pas à l’aise, pas en sécurité.

Que voulait-elle dire par « on trouvera autre chose ». Que pouvait-elle trouver à part un falmari. D’ailleurs où était le siens, il n’avait rien vu, rien entendu, comme si a part eux il n’y avait personne dans l’appartement. Elle avait espéré le nourrir avec des verres de sang froid et indigestes pendant combien de temps à l’origine ? Affolé, il s’assit sur le lit, le regard perdu dans cette pièce immense qui le déstabilisait. Maintenant qu’il était seul –puisqu’Alexis n’avait pas prévenu qu’elle revenait- il essayait d’imaginer de façon un peu plus concrète sa vie dans ce nouveau logis. Il s’allongea doucement, ses yeux de vampire distinguait parfaitement chaque élément de la pièce, et c’était bien là le problème. Il aurait bien préféré ne rien voir, et pouvoir s’imaginer être dans un espace plus petit, plus personnel. Il soupira, et ferma les yeux, se disant qu’un peu de sommeil, s’il arrivait a dormir, ne pourrait qu’arranger les choses.

Mais rapidement sa malédiction le frappa une nouvelle fois, et un mal de ventre atroce le prit soudain. La respiration rauque, il restait sur son lit en position fœtale, inspirant le plus profondément possible, sachant que ce n’était qu’un mauvais moment a passer, et qu’une vingtaine de minutes plus tard, il ne paraîtrait plus rien. Mais quelque chose ou plutôt quelqu’un vint le troubler, après avoir rapidement frappé, Alexis était entrée dans la pièce, sans attendre une réponse quelconque.

Furieux qu’elle le voie dans un tel état, il s’assit d’un bond, les yeux plissés, une expression de conflit sur le visage. Il regarda d’un œil intéressé cependant le repas qu’elle lui avait apporté. Il ne voulait pas parler avec elle, il ne voulait pas laisser paraître son mal, il se contenta de se redresser légèrement, juste assez pour prendre d’un geste vif une tranche de pain sur le plateau que la jeune femme tenait encore et il lui lança :


-C’est quoi le piège, c’est empoisonné ?

Sans attendre une quelconque réaction, il mordit a pleine dent dans le pain et se relaissa tomber en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Ven 5 Sep - 5:00

Son intrusion avait bien entendu été mal prise. Il suffisait de voir le visage du vampire pour s'en rendre compte. Qu'importe. Il était manifeste que les points qu'elle venait de perdre pour tenter d'établir une période de cessez-le-feu relatif étaient regagnés par le plateau qu'elle venait d'apporter. L'intérêt suscité fut voilé par une remarque qui se voulait acide et provocatrice. Le preuve, il n'attendit pas pour manger la tranche de pain qu'il avait "subtilisé", s'affalant par la même occasion sur le lit. Très stoïquement, elle répondit:

-J'étais à court d'arsenic mais ils faisaient une promotion sur la mort au rat à la boutique du coin...

Elle déposa le plateau sur le lit, juste à côté de David.

-Je plaisante. Je ne sais pas toi, mais je digère assez mal le poison, surtout au petit matin.

Elle enroula une tranche de jambon autour de son doigt et l'avala.

-Comme je le disais en entrant, tu peux toujours aller voir à la cuisine si tu as envie de quelque chose. Par extension, si tu as besoin de quoi que ce soit -des vêtements, des livres, que sais-je- tu peux toujours le demander... Ou si tu ne veux pas me parler, tu peux toujours me l'écrire ou me le mimer, je suis plutôt douée en devinettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Dim 7 Sep - 20:40

Il savait bien que la nourriture n’était pas empoisonnée. Elle l’avait déjà drogué une fois pour l’amener ici, elle n’avait aucun intérêt a le faire une deuxième fois, sauf si elle avait décidé de le déplacer ailleurs. Il avala donc sa première bouchée avec un sourire ironique sur les lèvres. Mon dieu ce qu’elle pouvait être drôle… L’humour humain et lui ça faisait deux… L’humour en général d’ailleurs, ce n’était pas son fort.

Il esquissa une petite grimace quand elle vint picorer avec ses doigts dans son assiette. Elle ne manquait pas de culot ! Même lui qui était vampire avait un minimum de connaissance en matière de savoir vivre. Manger avec les doigts passe encore, mais certainement pas venir piquer quelque chose dans l’assiette de quelqu’un, sans son accord, surtout quand ce quelqu’un est votre nouvel ennemi. Il lui lança un regard noir, espérant qu’elle ne tarderait pas a s’en aller. Plus vite il mangerait, plus vite ses douleurs disparaitraient.

Elle lui répéta une nouvelle fois qu’il pouvait aller se servir dans la cuisine, il n savait au passage même pas où elle se trouvait, et finalement, elle lui demanda s’il avait d’autre demandes. I soupira, et la prenant au mot, il mima quelqu’un qui marche à l’aide de son index et de son majeur, en direction de la sortie. Le message était clair : il voulait qu’elle lui fiche la paix. Il afficha un sourire narquois, puis il ferma les yeux, et attendit d’entendre le bruit de la porte qui se referme.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Sam 27 Sep - 4:11

Alexis ne prit pas garde au regard noir qui lui fut adressé. Ce qu'il pouvait bien penser d'elle l'importait peu. Pas parce qu'il était esclave. Non. Juste parce qu'elle ne se souciait de rien et de rien d'autre que ce qu'elle pensait elle. Les autres, elle s'en foutait. Si elle devait se soucier de suivre la norme de la société et s'effacer pour rentrer dans un moule, elle passait la main. Quand il mima donc qu'elle devait se diriger vers la sortie, elle n'insista pas. Elle regagna le couloir en fermant la porte.

L'après-midi venait à peine de commencer. Cela signifiait qu'elle avait du temps à n'en savoir que faire et peu de projets en vue. Cela serait bientôt son anniversaire. Elle trouverai sans doute d'ici la une activité -si possible lucrative- à exercer de façon à mieux meubler son temps libre. Un nouveau défi à relever peut-être... Car être confrontée à l'indifférence ou à la colère du vampire ne l'occuperait ni ne la préoccuperait bien longtemps. Le fait qu'il soit assez farouche suite à la scène dans les sous-sols ne ferait qu'apporter un peu d'animation, voire la distraire quelques temps. Mais pas assez pour qu'elle décide sur un coup de tête de redéménager de cette ville bien trop tranquille. Elle se rappela de sa courte escapade sur les remparts et sa rencontre avec le truc chose ministériel, ce Ace Mac Carthaigh auquel elle s'était imposée une attitude plus paisible. Car l'impression n'avait pas été des meilleures pour sa part bien qu'elle se garde la plupart du temps de juger des autres mais un petit quelque chose, un je ne sais-quoi, une intuition l'avait fait se méfier de cet homme dont elle avait peu apprécié la compagnie. Mentalités et personnalités incompatibles. Cela arrivait parfois. Souvent à vrai dire, mais depuis quelques années alors qu'elle s'était assagie, elle évitait plus généralement ce genre de contacts et les problèmes qui s'y liaient.

Elle se décida à quitter l'appartement. Autant essayer de trouver quelque chose à faire, de régler certains détails... Apporter une solution au sang de falmari qui devait être non réfrigéré, tiens! Elle avait peut être une idée... Une veste enfilée plus tard et les clés dans les poches de celle ci, elle sortit sans même prendre la peine de prévenir David. Soit il devait dormir, soit il devait encore tirer la tronche et bouder dans sa chambre. Et puis, ça n'aurait pas vraiment eu d'intérêt. Elle n'avait aucun compte à rendre... Elle descendit les escaliers rapidement. Elle n'avait pas verrouillé les portes de son chez-elle, d'une part parce qu'elle ne craignait pas les voleurs surtout avec une présence -aussi inamicale soit elle- chez elle, ensuite parce que même si elle ne voulait pas séquestrer David et le laissait ainsi libre de ses mouvements, il ne pourrait quand même pas quitter l'endroit à cause du soleil qui profitait de l'après-midi pour être à son zénith et darder ses rayons sur les passants affairés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Dim 9 Nov - 5:55

Quand enfin il fut seul, David soupira et se tint le ventre à cause de ses crampes. Il attendit un peu, pour être sur que la garce ne reviendrait pas, et finalement, il prit le plateau qu’il posa sur ses genoux, pour ensuite se régaler de son contenu. Même s’il y avait là de quoi manger pour deux, il ne laissa pas une miette. C’était frais, ce n’étais pas de la nourriture industrielle comme celle qu’il avait mangé durant si longtemps. Mais cela ne valait pas la cuisine que faisait la belle Sylvane. Ah… Il préférait ne même pas penser à ce qu’elle devait subir en ce moment même. Elle devait avoir été remise en vente elle aussi, et Dieu seul savait sur quel tordu elle pouvait tomber… Le cœur serré, il reposa le plateau sur la table de nuit et se débarrassa de ses vêtements pour ne garder que son boxer, avant de se glisser dans le lit. Il pu d’ailleurs constater que celui-ci appartenait déjà à quelqu’un d’autre en y retrouvant un cheveu. Il lança une injure silencieuse à la sorcière, pour finalement s’endormir.

Quand il ouvrit les yeux, l’après midi était déjà bien entamée. Il s’étira, oh bonheur, que c’était agréable d’avoir tant de place. Il eut malgré lui un sourire sur les lèvres quand il plongea une nouvelle fois son visage dans l’oreiller. Il était bien là au chaud, mais à nouveau il avait faim. Il ferma les yeux pour se concentrer sur ses oreilles. Il n’entendait rien, pas un bruit. Soit Alex dormait, soit elle était calme -pour une fois- soit elle n’était pas là. Il sortit doucement de son lit, et sortit dans le couloir sans même prendre la peine de se rhabiller. Elle lui avait bien dit de faire comme chez lui, non ? Il grimaça, un peu de lumière pénétrait l’endroit, pas assez pour gêner un vampire normal, mais pour lui qui avait la peau sensible, c’était une autre histoire. Il pesta, rentra à nouveau dans sa chambre et bouda sur le lit, les bras croisés.

Mais rapidement, il sentit que l’envie d’explorer ce nouveau territoire était trop forte. Il prit la couette sur son lit, et la mit sur ses épaules. Voilà, cela lui servirait d’armure. Il sortit à nouveau, et ouvrit la première porte sur la quelle il tombait. La salle de bain. C’était peut être encore mieux que la cuisine finalement, une bonne douche ne pourrait qu’être agréable. Ravi de sa trouvaille, il jeta la couverture au sol, se déshabilla entièrement, et entra dans la douche. Il fit couler une eau très chaude, et resta dessous une bonne demi-heure, emplissant la pièce d’une épaisse brume, tout en se servant généreusement dans les produits de la jeune femme. Quand enfin il se décida à sortir, il était impossible de voir à plus d’un mètre tant la condensation était importante. Il se sécha tant bien que mal, et remit son sous-vêtement, et son… « armure ».

De retour dans le couloir, il se mit à la recherche de quoi manger. Il trouva la cuisine, mais il y avait beaucoup trop de lumière dans celle-ci pour qu’il puisse s’y aventurer. Bon tant pis… Il avait au moins pu se laver. Il retrouva le salon, dont les volets étaient encore fermés. Il y traina un peu, il finit par prendre un livre totalement au hasard, et il retourna dans sa chambre. Il balança la couette sur le lit, et s’y allongea sur le ventre, pour commencer sa lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Ven 21 Nov - 2:15

Une fois dans la rue, elle s'interrogea sur ce qu'elle allait faire vraiment. Différentes solutions s'offraient à elle, le plus judicieux était à présent de savoir dans quel ordre de priorité elle allait à présent les exécuter. Elle se décida rapidement. Elle était du genre à toujours avoir des cartes en main qu'elle pourrait abattre au moment opportun, si la situation l'exigeait. Elle aimait être parée à toute éventualité, surprendre sans être soi même surprise. Elle s'engouffra donc dans une cabine téléphonique et ouvrit l'annuaire pour arriver à la page désirée avant de laisser glisser son doigt sur le nom recherché.

Au bout d'une trentaine de minutes, elle arriva au lieu indiqué. Etant très observatrice et disposant d'une belle mémoire, elle s'était rappelée le nom du propriétaire du petit Lionel, ce vampire qui occupait la cage voisine à celle de David. Obtenir des informations sur son compte, sur ses conditions de vie actuelle plutôt, serait un atout non négligeable si elle ne s'était pas trompée. Si c'était le cas, elle aurait juste gagner une petite balade dans un coin qu'elle n'avait pas encore visité et perdu un peu de son temps.

Il ne lui fallut que quelques secondes pour réfléchir et se diriger d'un pas sur vers la porte de l'habitation. Elle appuya sur la sonnette et attendit. L'homme qu'elle avait vu remonter les escaliers lorsqu'elle était elle même descendue dans les étages inférieurs du caveau lui ouvrit. Elle lui demanda de façon posée si elle pouvait utiliser son téléphone car son portable était à plat et qu'il était vraiment urgent qu'elle passe un appel. Alexis était droite, grande, d'allure sportive et au regard franc. N'ayant pas l'air d'une criminelle ou d'une voleuse prétextant une banalité pour entrer, il la laissa entrer en souriant gentiment. Elle le remercia énergiquement pendant qu'il la conduisait au salon. La pièce était plongée dans la semi obscurité, la lumière de l'extérieur étant fortement tamisée par d'épais rideaux. Dans un coin, près des fauteuils, le petit vampire jouait silencieusement. D'apparence, il avait l'air bien, elle n'avait pas l'impression qu'il avait été maltraité d'une quelconque manière. Jouant la comédie, elle simula une conversation avec sa sœur soit disant hospitalisée, dialoguant en réalité avec l'horloge parlante.
Prétextant devoir la rappeler une vingtaine de minutes plus tard, elle entama la discussion avec le quinquagénaire bien amical. Innocemment, elle orienta la conversation sur le petit Lionel. Son interlocuteur lui apprit qu'il l'avait acheté deux jours auparavant à peine, avouant qu'il voyait en lui une sorte de petit-fils qui l'aiderait également à égayer un peu sa solitude. Il ajouta que malgré le peu de temps écoulé, cela se passait bien, même si le bonhomme regrettait son tonton, lui aussi esclave, qui était apparemment dans la cage voisine -détail qui n'échappa pas à Alexis, faisant immédiatement le lien avec David même si elle savait qu'il n'y avait aucune parenté entre les deux.
Mais même si cela le désolait, il n'avait pas les moyens de prendre deux vampires dont un adulte à sa charge et n'avait non plus le cœur de les envoyer à la mine. Elle sourit discrètement, observant le regard plein de tendresse de cet homme posé sur le petit. Elle savait qu'il était sincère et qu'il ne lui ferait pas de mal. Elle joua donc le second acte de son pieu mensonge, inventant à nouveau la suite de la conversation imaginaire, remercia à nouveau le vieux monsieur et pris congé.

Satisfaite et rassurée de ce qu'elle avait vu, plus pour le constat que pour l'utilisation éventuelle des informations qu'elle avait pu obtenir, Alexis repartit, par le même chemin qu'elle avait pris pour venir. Elle fit cependant un petit détour pour faire quelques courses, faisant notamment provision de deux belles pièces de viande. Sur le chemin du retour vers l'appart, elle acheta sans but véritable un journal dans un kiosque. Histoire de se tenir un minimum au courant de ce qui se passait dans le monde, dans la ville, dans le coin. Histoire de passer le temps. Histoire d'en avoir un sous la main si la nécessité s'en faisait sentir.

Une fois dans le hall, elle grimpa les escaliers avant d'ouvrir la porte, les bras à moitié chargés de paquets. Elle vit que David avait mis à profit son absence pour visiter quelque peu. Sans un mot, elle alla déposer son chargement sur la table de la cuisine avant de se diriger vers la salle de bain. Une fois dans celle ci, elle aéra pour que l'humidité abondante s'échappe et rangea un peu le désordre sommaire qui avait été créé. Elle retourna ensuite dans la cuisine pour ranger les commissions et préparer à manger. La chambre du vampire était silencieuse. Soit il dormait, soit il boudait, soit il s'occupait. Elle mit à cuire la viande et prépara quelques légumes et une salade. Elle faisait généralement elle même la cuisine, alors, tant qu'elle y était, en faire pour un ou en faire pour deux, ce n'était qu'une histoire de proportions. Parfois, à cause de certains mouvements, son poignet lui faisait mal mais elle n'y prêtait guère attention.

Une fois que tout fut près, elle disposa le tout dans deux assiettes. Dans la sienne, elle fit fondre un peu de beurre à l'ail sur sa viande. Elle n'en mis pas sur celle de David, ne sachant si il aimait ça. Si c'était le cas, il était assez grand pour se servir soi même. D'ailleurs, si elle avait préparé à manger pour deux sans arrière pensée, c'était à lui de faire le déplacement cette fois. Et s'il ne voulait pas de sa présence, il n'aurait qu'à venir quand elle ne serait plus dans la pièce. Elle ne le prévint pas, il avait bien du être alerté par le bruit et par l'odeur. Pour sa part, elle s'installa à table et commença à manger. Mine de rien, la journée se terminait et viendrait bientôt le moment où la plupart des vampires devraient bientôt, contre leur volonté, rejoindre la mine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Lun 24 Nov - 1:19

La nuit tombait, David ne voyait pas le temps passer, il était plongé dans son livre. Il ne leva pas le nez de ce dernier avant de l’avoir fini, ce qui ne lui prit tout au plus que deux heures. Il posa ensuite l’ouvrage sur sa table de nuit, s’étira et s’assit sur son lit. Il sentit alors une odeur de viande, la dingo devait être de retour. Il fut tout d’abord tenté de sortir de son repère pour aller mendier de quoi manger, quitte à mettre sa fierté de côté 5mn. Mais il se ravisa, non hors de question, il ne s’était que trop montré en situation de détresse face à cette furie. Mais alors que faire… Il n’avait plus aucune occupation, il se retrouvait seul dans cette petite pièce. Mais il y avait quelque chose qu’il n’avait pas eu depuis longtemps, et maintenant que le soleil était couché…

Il se rua tout à coup vers sa fenêtre et l’ouvrit en grand, ainsi que les volets. Là, il prit une grande bouffée d’air. Bon dieu, qu’est ce que c’était bon ! Là sous ses yeux il y avait… Il y avait tout simplement l’extérieur, un grand sourire sur les lèvres, il resta quelques instants sans bouger, tout simplement heureux de ce qu’il avait en face de lui. Mais un bruit provenant de la cuisine le ramena à la réalité. Il soupira, il était coincé ici, lui qui rêvait de liberté était dans un petit appartement avec une furie, si encore il y avait eu un jardin… Là, il doutait qu’elle le laisserait sortir seul, il devait donc prendre les choses en main…. Bye bye la cinglée !

Prudemment, il enjamba le bord de la fenêtre, et se retrouva debout sur la corniche. Il avait tout simplement décidé de s’évader. Il chercha un moyen de descendre et il l’avait trouvé. Il y avait un cadre pour des plantes grimpantes non loin, il n’avait qu’à l’atteindre et le tour était joué, mais plus facile à dire qu’à faire… Il s’agrippa comme il pu au mur, et commença à marcher, mais le faux mouvement ne se fit pas attendre, et il tomba en poussant un cri puissant. Fort heureusement il n’était qu’au premier étage, mais la chute bien que non mortelle n’en était pas moins douloureuse. Il lâcha un juron, il était bien amoché mais hors de question d’abandonner, il allait continuer. Il se releva tant bien que mal, il n’avait miraculeusement rien de cassé, mais comme le hasard fait souvent mal les choses, un policier l’avait vu s’écraser par terre, et il connaissait plus ou moins Alexis, il avait du moins su que c’était la fenêtre de son appartement qu’il était tombé. Il prit violemment le vampire par le col de sa chemise, celui-ci se débâtit follement, mais rien à faire.

Alors que l’homme appuyait sur l’interphone, David de son côté s’agitait comme un chat qu’on essaye de retenir, ce qui amusait follement les badaud qui passaient par là. Quand elle répondit, l’homme se contenta de lui dire :


-Officier Stevens mademoiselle Merëgreen, je pense avoir trouvé quelque chose qui vous appartient.

Avec en fond sonore toutes les injures possibles, que David destinait tant bien à l’homme qu’à sa propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Lun 24 Nov - 2:30

Alexis terminait son assiette lorsqu'elle entendit un grand cri à l'extérieur. Elle essaya de se pencher par dessus l'évier pour tenter d'apercevoir quelque chose mais n'y parvint pas. A ce moment résonna l'interphone. Elle alla répondre.

-Officier Stevens mademoiselle Merëgreen, je pense avoir trouvé quelque chose qui vous appartient.

Nul besoin d'être un génie pour comprendre que David avait tenté de se faire la belle, surtout avec le flot d'injures qui se faisait entendre derrière.

-Je vous ouvre, montez, fit elle en appuyant négligemment sur l'interrupteur.

Quand on frappa à sa porte, elle l'ouvrit, faisant face au policier qui tenait le vampire, celui ci se débattant comme un beau diable. S'adressant directement à ce dernier, elle dit:

-Sonne la prochaine fois que tu oublie tes clés, ça créera moins de problèmes ...

Et le prenant fermement par le bras, elle le fit entrer dans l'appartement, délestant ainsi le flic de son fardeau gesticulant.

-Ton repas t'attend dans la cuisine, dépêche toi avant qu'il ne soit froid...

Elle ne prit pas la peine de se déplacer pour le surveiller ni de garder un oeil sur lui au cas où il voudrait réitérer son exploit. Son échec et la chute associée avait du le refroidir pour le coup ou, du moins, contraint à postposer ses envies d'évasion. Pour sa part, elle resta auprès de l'officier Stevens, toujours sur le seuil, avec qui elle se mit à discuter après l'avoir remercié. Elle le connaissait un peu pour l'avoir à plusieurs reprises croisé lorsqu'il faisait ses rondes, elle savait qu'il n'était pas ce genre de petit fonctionnaire obtus qui allait chercher la petite bête. Continuant sur son mensonge, elle parvint sans difficulté à ce qu'un rapport ne soit pas établi sur David. Le policier n'était pas dupe mais savait aussi comment Alex fonctionnait. Et, après tout, il n'y avait pas eu fugue, n'est ce pas? Après quelques autres paroles échangées et la promesse de faire des rondes plus rapprochées, il prit congé.

La jeune femme retourna dans la cuisine, se reposant contre l'encadrement en bois de la porte, les bras croisés.

-La prochaine fois, passe par la porte d'entrée. Et demande qu'on me rapporte du lait, fit elle le plus sérieusement du monde, sans une once de moquerie dans la voix, l'attitude ou les traits de son visage.
Et, considérant la chute et ses éventuelles conséquences:

-Tu as quelque chose de cassé, de luxé, un truc comme ça? Je te rapporte la trousse de soins?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mer 26 Nov - 1:50

David se débarrassa rapidement de la main d’Alexis, et se dirigea sans faire plus d’histoire dans la cuisine. Il prit une chaise et s’assit sans toucher à son repas, les bras croisés sur sa poitrine, l’air tout simplement boudeur. Il entendait la folle parler dans le couloir, oh il savait bien ce qu’elle était en train de faire. Elle le défendait, elle voulait paraître à ses yeux LA gentille humaine, la maîtresse zéro défaut, de qui on n’a rien à craindre, mais c’était râté ! il voyait bien clair dans son petit jeu, il était hors de question qu’il y entre. Elle était comme les autres, elle était même pire puisqu’elle ne se contentait pas de profiter de ses esclaves, elle le frappait en plus sans raison !

Quand Alexis revint dans la pièce, elle pu se retrouver face à un vampire qui la fusillait du regard. Oui forcément il était blessé, il n’était pas superman et une chute comme cela ne pardonnait pas, mais la douleur était supportable et il préférait encore aller à l’infirmerie de la mine plutôt que de se faire soigner une nouvelle fois par elle.


-Ne vous fatiguez pas, j’irai vous les piocher vos diamants à la con puisqu’il n’y a que ça pour vous rendre heureuse. Avec un peu de chance vous obtiendrez de quoi vous offrir un sac de sable, je ne compte pas rester sans rien faire la prochaine fois.


Il se leva et la bouscula légèrement dans l’entrebâillement de la porte. Il avait commencé à sentir des odeurs d’ail, et étant un vampire, cela le dérangeait particulièrement. La simple présence de cet aliment ne suffisait pas à le tuer loin de là, mais cela l’incommodait.


-Au fait si vous voulez me tuer, chapeau pour l’idée de l’ail, mais je n’ai pas faim merci bien.

Il entra ensuite dans sa chambre et reprit le même livre qu’il se mit à lire, puisqu’il n’avait que ça à faire. Mais cette fois ci, il s’installa sur une chaise prêt de la fenêtre. Il n’allait pas retenter de descendre, non seulement à cause du policier qui devait continuer à patrouiller, mais aussi parce qu’il s’était fait à l’idée que d’autres occasions viendraient, il suffisait d’attendre. Ca allait lui faire bizarre de retourner à la mine, cela faisait tellement longtemps… Son dos ne s’était pas amélioré depuis toutes ces années, il verrait bien le résultat. Il passerait déjà à l’infirmerie, à cause de ses légères blessures dues à la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mer 26 Nov - 4:35

Evidemment, la réponse acerbe ne se fit pas attendre:

-Ne vous fatiguez pas, j’irai vous les piocher vos diamants à la con puisqu’il n’y a que ça pour vous rendre heureuse. Avec un peu de chance vous obtiendrez de quoi vous offrir un sac de sable, je ne compte pas rester sans rien faire la prochaine fois.

Il se leva et la bouscula légèrement, peut être par provocation, peut être pas. Elle ne dit rien, se contentant de l'observer de son air impassible se diriger vers sa chambre. Elle ne releva pas non plus quand il critiqua l'ail, pas plus quand il prétendit ne pas avoir faim. Quand il s'enferma dans sa chambre, elle laissa passer quelques secondes avant d'aller récupérer l'assiette laissée dans la cuisine et prendre le même chemin que le vampire. Elle entra sans frapper. David était assis près de la fenêtre, un livre en main qui devait sans doute lui donner plus une contenance qu'autre chose. Sans attendre, elle déposa le plat sur la commode et se tourna vers lui, à la fois calme et puissante.
Elle se mit à débiter, imperturbable:

-Je ne compte ni t'enfermer ici, ni mettre des barreaux à ta fenêtre ni t'envoyer à la mine ou ailleurs. T'es un grand vampire, et moi, j'suis pas ta mère. Si tu veux essayer de t'enfuir, enfuis-toi. Si tu veux piocher des diamants à la con, pioche des diamants à la con et offre toi ton sac de sable ou autre chose. Ca ne me rendra pas ni plus heureuse, ni moins heureuse que je ne le suis.
Ton assiette est là; je ne débarrasse pas; il y a d'autres livres dans le salon; la trousse de secours est dans la salle de bain.
Il y a de l'argent dans mon sac et à manger dans le frigo. Mon conseil est quand même d'attendre quelques jours avant d'essayer de te refaire la belle le temps que les choses se tassent, et de passer, cette fois, par la porte d'entrée. Je ne te ferai pas rechercher et, si tu te fais attraper, on te connaît suffisamment pour te ramener ici, où les conditions resteront les même.
Tu t'occupe de ta chambre; je m'occupe du reste de la maison -sauf si tu tiens à faire quelque chose de particulier-; il n'y a pas d'heures spécifiques pour les repas et je suis disponible pour les réclamations aux heures ouvrables tous les jours, week-end et jours fériés y compris. Sur ce, bonne nuit.


Et elle sortit sans attendre, une fois son long monologue très hôtelier achevé, complètement étrangère aux conséquences, réactions, questions ou reproches à effets retardés que celui ci avait sûrement du provoquer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Ven 28 Nov - 13:51

Fort bien, il n’avait pas à sortir, il n’avait pas à aller travailler il n’avait même pas à s’occuper de l’appartement de cette furie. Tout cela était très beau, mais alors… A quoi servait-il bon sang ?! Pourquoi était-elle venue l’emmerder, l’obligeant à venir vivre dans son affreuse bicoque, alors qu’elle n’avait apparemment aucunement besoin de vampire. Si elle voulait de la compagnie, ce n’était bien entendu pas la peine pour elle de se fatiguer, quoi que nan… S’il n’avait pas obligation de sortir de sa chambre, c’est qu’elle n’avait pas envie d’en faire sa « demoiselle de compagnie ». Mais alors quoi ?! Sorcière ! Pourquoi m’a tu enfermé ici ?! Elle n’avait rien pour lui : ni travail ni vêtements ni même falmari, uniquement ces saletés de poches de sang écœurantes.

Son sac l’aurait intéressé si elle avait été un homme, ou s’il avait été une femme. Il se serait empressé de lui prendre ses papiers d’identité pour se faire la belle plus simplement, mais dans le cas présent, il aurait du mal à faire croire que ces bouclettes brunes étaient les siennes. Une fois qu’elle fut parti, il jeta le livre par terre et regarda pensivement par la fenêtre. Qu’est ce qu’il allait bien pouvoir faire de ses journées maintenant. Il était avec une brute déguisée en catin, mais semblait il qu’il pouvait faire ce qu’il voulait : grande nouveauté pour lui. Mais voilà… Que voulait-il faire ? Il n’avait aucune demande particulière, si ce n’était de… Non, finalement il n’en avait aucune. Il était tellement occupé à se braquer contre tout et n’importe quoi, qu’il en avait oublié ce que c’était que d’avoir un peu de liberté.

Il soupira. Il y avait bien une petite chose, quelqu’un qu’il aurait voulu revoir. Il y avait bien sur Lionel, mais aussi la demoiselle falmarie qui était avec lui chez son ancien maître. Enfin… Ce n’était pas vraiment la revoir qu’il voulait, juste avoir des nouvelles, savoir où elle avait atterrie. Il n’avait pas trop eu l’occasion de parler avec elle, il n’avait passé là bas que quelques jours finalement. Mais lors de leurs brèves entrevues, il avait vu en elle ce qu’il voyait finalement dans tous les flamaris ou presque : un être trop pure et trop naïf pour vivre dans le monde des humains. Chez Eirnol ça allait, il la traitait plutôt bien même si David le soupçonnait toujours de vouloir du mal à la jeune femme (le sentiment était d’ailleurs réciproque).

Soupirant, il se leva pour aller prendre le » bout de viande qui l’attendait sur sa table de nuit. Si elle ne l’avait pas empoisonné la première fois, il n’avait normalement rien à craindre de la deuxième. Il en mangea la moitié, et, une fois repu, il s’amusa à lancer le reste sur les passants, avec un petit rire de gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Sam 29 Nov - 0:30

Avec tout ça, la nuit s'était doucement installée. N'ayant pas été rattrapée par David lorsqu'elle avait quitté sa chambre, elle en déduisit à juste titre que d'autres interactions ne seraient plus à prévoir avant le lendemain. Elle se désynchronisa donc quelque peu. Elle se rendit dans la salle de bain pour y prendre une douche. Elle profita longuement de l'eau chaude pour se détendre et évacuer toutes les tensions qu'elle avait pu accumuler. Quand elle sortit finalement de la douche, elle se sécha rapidement et s'habilla en circonstance pour la nuit. Pas de sortie ce soir. Son bandage ayant été plus que mouillé, elle sortit la trousse de secours et se refit tant bien que mal un nouveau pansement qu'elle serra avec ses dents pour pouvoir accrocher l'attache avec sa main libre. Elle jeta l'ancien et laissa la trousse en évidence au cas où le vampire voudrait lui même se soigner.

Une fois dans sa chambre, elle se laissa presque tomber sur son lit et passa ses mains sur ses yeux avant de placer un de ses bras au dessus de sa tête, les cheveux encore humides reposant sur l'oreiller. Elle n'était pas particulièrement fatiguée, et même si son séjour nocturne au Caveau n'avait pas été des plus confortable, il n'avait pas été une gêne majeure pour elle. Elle repensa à sa journée et plus particulièrement à sa rencontre avec le maître de Lionel. Le résultat la satisfit. Elle se rappela également que son anniversaire tomberait dans quelques jours à peine. Elle n'était absolument pas pour ce genre de coutume mais c'était un point dans l'année qui marquait celle ci. Elle verrait bien ce qu'elle ferait pour cette occasion.
Elle se repositionna et s'endormit rapidement. Elle avait cette faculté de pouvoir dormir rapidement pour pouvoir toujours être en forme mais disposait aussi d'un sommeil très léger qui l'avait toujours aidé lorsqu'elle était seule. David pouvait se balader dans l'appartement s'il le voulait, mais dans le cas où il voudrait pénétrer dans sa chambre, il ferait connaissance avec les réflexes très vifs de la demoiselle.

Le lendemain, elle se leva assez tôt et déjeuna brièvement. Elle secoua un peu ses cheveux pour les remettre en place et après s'être habillée, sortit. D'un point de vue vampire, il devait être plus que tôt et donc, David devait encore dormir. Quoi qu'il en soit, elle était sortie une nouvelle fois sans verrouiller la porte. Un nouvel habitant signifiait de nouvelles habitudes et de nouveaux problèmes à régler. Il ne lui fallu que quelques heures pour régler le problème du sang de falmari, créer un double des clés de l'appartement, tirer de l'argent et acheter quelques vêtements pour David. Rien d'extraordinaire, que du basique, de toute manière, elle n'était vraiment pas mode, même si elle savait éviter le mauvais goût. A midi, elle déjeuna, toujours à l'extérieur, profitant du soleil qui se faisait plus familier ces derniers temps. Elle passa le reste de l'après-midi à traînasser sans but réellement précis. Elle avait acheté un journal et vu quelque chose qui l'intéresserait peut être... Qui sait?

Elle finit finalement par rentrer. Ou plutôt par rejoindre l'appartement. Mais plutôt que de s'arrêter à son étage, elle continua encore pour atteindre le toit. Là, elle s'assit sur un petit muret et s'adossa à une des cheminées, contemplant le soleil qui se couchait, se perdant dans ses pensées, les yeux rivés sur l'horizon. Quand la lumière commença à décliner de façon très significative, elle délaissa la vue des toits de Galway et de ses environs, reprit le sac de vêtements et redescendit. Elle ne fit pas de bruit pour entrer, déposa simplement ce qu'elle avait dans ses mains à l'entrée et se dirigea vers la cuisine. En ouvrant la porte, elle faillit se cogner à David, évitant de justesse la collision.

-Oh. , fit elle simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Sam 29 Nov - 2:23

Il passa la nuit à regarder par la fenêtre, songeant à ce qu’il pourrait faire le lendemain pour pouvoir se faire virer de cet endroit. Mais rapidement, il se sentit fatigué. Ne sachant que faire de son assiette vide, et ne voulant pas que des odeurs de nourriture s’installent dans sa chambre, il se contenta de la jeter dehors, il ferma les volets et alla se coucher. Les idées lui venaient peu à peu, il allait se rendre tellement insupportable que n’importe quelle personne normalement constituée, aussi hypocrite soit elle, ne pourrait que péter les plombs et l’envoyer balader. Il ne se rendrait compte que sa situation était loin d’être mauvaise certainement seulement après quelques nouveaux mois enfermés dans sa cage. Mais il était bien trop tête brulée pour le reconnaitre.

Quand il se réveilla, ce devait être la fin d’après midi, qu’importe il avait largement le temps de mettre son plan à exécution. Son intention était tout simplement de saccager l’appartement. Il commença comme la veille par aller prendre une douche, mais cette fois ci, il laissa l’eau couler, prenant soin de bloquer l’évacuation, il fit de même avec le lavabo, et avec tout ce qui pouvait servir à faire couler de l’eau. Il avait fermé tous les volets pour pouvoir circuler dans toutes les pièces. C’était déjà un bon début. Il s’attaqua ensuite à la chambre de la demoiselle : avec un couteau qu’il avait prit en cuisine, il éventra la couette, le matelas, et les oreillers. Il se promena avec ces derniers un peu partout, en jetant les plumes autour de lui, le tout en chantant une chanson dont les uniques paroles étaient « il neige ». Il en laissa un de côté et s’attaqua ensuite au salon.

Il regarda pensivement autour de lui. Il repéra bien vite les DVD et autres CD. Cela promettait d’être distrayant. Il se choisit pour cible un cadre accroché au mur, et lança les disques un à un. Certain se cassaient, d’autre semblaient ne rien avoir mais ils étaient certainement rayé, et quand au cadre le verre se brisa, et il finit par tomber. En fredonnant, il retourna dans la cuisine pour se prendre un encas. Ceci fait, il débrancha le frigo et le congélateur. Il s’apprêtait à s’en aller quand il se souvint de ces immondes poches de sang. Puisqu’elle n’avait eu aucun scrupule à lui en faire boire, il allait lui en faire profiter aussi. Il en vida une dans une bouteille de vin entamée, et déversa les autres dans l’évier qui débordaient. Le sang mêlé à l’eau ne tarda pas à envahir la pièce dans la quelle on commençait sérieusement à patauger. Pour finir, il mit le téléphone dans le four allumé au plus chaud. Il attrapa ensuite l’oreiller qu’il avait laissé sur la table, et sortit de la pièce, c’est à ce moment là qu’il croisa Alexis.

Imperturbable, il prit une poignée de plume dans sa main, et la lui souffla au visage, pour répéter une nouvelle fois :

-Il neige.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Dim 30 Nov - 6:36

En guise de réponse, elle eut droit à un "il neige!" accompagné d'une poignée de plumes. Le regard posé plus loin que le vampire posté devant elle, elle évalua la situation qui n'était pas brillante. Elle l'écarta distraitement, lui répondant à la fois dissipée et légèrement sarcastique:

-Foutu réchauffement climatique, hein? Si j'avais su, je t'aurai plutôt acheté des maillots...

Aurait également pu être ajouté une petite réflexion ironique sur la montée des eaux, la nécessité d'apprendre à nager ou une petite allusion à Noé et à son arche. Mais loin d'elle toutes ces propositions moqueuses, elle ne le fit pas. Marchant dans la cuisine inondée, elle se dirigea vers l'évier pour refermer le robinet, éteignant au passage le four d'une simple rotation de la commande. Elle sortit ensuite pour rejoindre la salle de bain et arrêter de fait l'inondation, admirant au passage l'énergie déployée dans le salon et sa propre chambre.

-Je t'ai manqué tant que ça?, dit elle en faisant allusion à ces animaux qui détruisaient tout ce qu'ils pouvaient lorsque leur propriétaire était parti pour signifier leur solitude.

Elle écrasa sans se soucier les morceaux de verre dispersés du cadre brisé lorsqu'elle revint vers son point de départ, poussant sans le vouloir du bout de ses bottes les plumes qui flottaient. De retour dans la cuisine, elle rebrancha, en faisant attention de ne pas s'électrocuter, le frigo et le congélateur. Elle remarqua alors la bouteille de vin sur le plan de travail qui n'était évidemment pas à sa place première. En se saisissant de celle ci, elle remarqua qu'elle était légèrement collante et que son niveau avait nettement augmenté. Elle avisa les poches de sang vides qui commençaient à dériver et en déduisit très simplement de quoi il en retournait. Elle se tourna vers David en s'accoudant sur le plan de travail pour lui parler, à la fois sérieuse et septique:

-Je peux savoir à quoi tu t'attendais en faisant ça? Tu espérais que je te gifle? Que je te batte? Que je te fasse fouetter? Je ne sais pas moi,... Que je te fasse payer ta rébellion d'ado infantile? Et bien... C'est raté... Et pour continuer dans la franchise, je vais te laisser seul réparer tous les dégâts que tu as pu causer... Quel que soit le temps que cela te prendra...

Elle sortit le téléphone du four et le plongea dans l'évier encore rempli d'eau. Elle continua, le ton faussement innocent:

-C'est dommage, j'avais trouvé comment régler cette histoire de sang de falmari mais ... sans téléphone, je ne pourrai pas faire le nécessaire... Et comme je n'en achèterai pas un nouveau tant que je serai pas sure que tu ne recommencera pas, bonne volonté à l'appui... Enfin... C'est vrai que tu pourra toujours tenir le temps que durera le vin..., fit elle en débouchant la bouteille et en buvant une gorgée directement au goulot avant de la lever comme pour porter un toast, pour signifier qu'elle avait parfaitement compris son tour de passe-passe. Le goût n'était pas ce qu'il y avait de plus séduisant mais elle avait déjà ingurgité des mélanges bien plus infects que ça.

-Je disais donc finalement que, contrairement à ce que j'avais dit, je ne ferai plus le ménage, du moins, pas pour ce qui concerne tes activités. Et si le propriétaire vient se plaindre, je te laisserai t'arranger avec lui, sans intervenir s'il veut t'enseigner la discipline à sa manière... Maintenant, si le Caveau te manque, je peux m'arranger pour qu'ils te prennent un week-end sur deux et une semaine pendant les vacances... Ca ne me dérange pas...

-Alors, pour nous faire gagner du temps, reprit elle, je t'annonce déjà que toutes tes gamineries me sont complètement égales et que, si tu veux jouer, je sais jouer aussi. Mais, autant te prévenir, il y a peu de chance pour que je me fatigue la première et j'adore les défis. A toi de voir...

Elle regagna le salon, à moitié inondé, provoquant des petites vagues à chaque pas et se retourna une dernière fois:

-Au fait, si tu voulais m'inviter dans ton lit, il suffisait de me le demander... A moins que tu ne préfère dormir dans le canapé... Dans ce cas, je ne conseillerai que trop de commencer à éponger avant que celui ci ne commence à s'imbiber...Mais personnelement, ça m'est égal... Et, oh! Avant d'oublier... J'ai le sommeil très léger et j'ai des réflexes très vifs si jamais j'avais à me réveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Dim 30 Nov - 14:25

Mais bon sang, pourquoi elle ne s’énervait pas ! Elle le frappait quand il était obéissant, et quand il faisait le pitre, elle en était amu… Elle le frappait quand il était obéissant. Mais oui ! Puisqu’elle était cinglée, il n’avait qu’à comprendre son mode de pensée tordu, et s’adapter. Il serait renvoyé s’il était… Obéissant, tout simplement ! Mais quel tarée ! Il n’avait qu’à refaire son numéro de gentil esclave soumis, et elle le renverrait illico presta de là où il venait. N’avait elle pas décidé de l’acheter à partir du moment où il s’était montré rebelle ? La seule fois où elle avait montré sa vrai nature, c’était quand lui avait caché le sienne. La solution était là ! Il allait falloir qu’il s’écrase devant elle s’il voulait s’en débarrasser mais… Il regarda autour de lui. Il ferait ça plus tard hein, il n’avait pas vraiment envie de se coltiner le ménage, il attendrait qu’elle ait craqué et qu’elle l’ait fait elle-même.

Le plus simplement du monde, il lui répondit :


-Comment pourrait-il neiger s’il y avait du réchauffement ici ? Cette eau c’est juste toutes les larmes que j’ai versé voyant que vous tardiez à revenir, ô maîtresse. Cette tristesse m’a rendu fiévreux, je ne voudrai pas vous rendre malade en vous infligeant ma présence, je vous laisserai donc l’entière jouissance du canapé ne vous en faites pas.

Il fit alors ce qui ressemblait à une caricature de révérence, et il se pressa vers sa chambre. Pour qu’elle ne puisse pas entrer, il y avait un moyen très facile et infaillible. Il mit pour commencer son lit devant la porte, derrière le lit il fit glisser l’armoire, et cætera, jusqu’à ce que cette amas de meuble aille jusqu’au mur d’en face. Là, ni de l’extérieur ni de l’intérieur on ne pouvait ouvrir. Ravi de sa bêtise, David s’allongea sur son lit avec un petit bond, et soupira d’aise. Sa chambre était la seule pièce épargnée par son massacre. Il était tranquillement au chaud alors qu’elle se tapait l’inondation. Que du bonheur pensa t-il. Elle serait bien obligée un jour ou l’autre de réparer les dégâts, à moins qu’elle ne veuille perdre son précieux logis pour toujours, faute de pouvoir rattraper les dommages.

Bon, il aurait très vite faim, il n’aurait qu’à attendre qu’elle ne sorte pour aller faire un petit tour du côté de la cuisine, pour le sang, il avait une semaine devant lui, elle craquerait bien avant ce labs de temps ! Pour ce qui était de l’hygiène corporelle… Il avait passé des années dans un endroit crasseux, ne pas se laver pendant une semaine n’était rien à côté de ça. Il savourait tranquillement ce qu’il pensait être sa victoire, se félicitant d’être un géni, mais un nouveau problème lui vint à l’esprit. Qu’allait il faire pour s’occuper durant tout ce temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Lun 1 Déc - 1:42

Elle éclata de rire à sa répartie de mauvais acteur. Un rire qui, il fallait l'avouer, résonnait plutôt moqueur et mordant, accompagnant le vampire jusque dans sa chambre. Elle trouva dans sa réponse une ironie presque bien amenée. Si la dernière réplique méritait d'être reconnue, les précédentes phrases enrubannées et surjouées annulaient tout ça.
Elle l'entendit déménager la moitié de sa chambre, sûrement pour l'empêcher de rentrer. Ce qui aurait été vain si elle avait vraiment voulu y entrer. Elle aurait pu jeter de l'eau sous la porte à coup de seaux d'eau pour lui rendre la monnaie de sa pièce, appeler les pompiers, l'enfumer ou détruire carrément le tout avec une tronçonneuse. Elle n'était pas du genre à faire dans la dentelle ou à s'embarrasser d'avoir une conduite "correcte". Mais elle préféra s'occuper d'autre chose et de le laisser bouder dans son coin.

Comme promis, elle ne leva pas le petit doigt pour faire le ménage. Elle se contenta juste d'ouvrir en grand les fenêtres pour permettre à l'eau de s'évacuer et d'éloigner tout ce qui était électrique et dangereux des zones humides. Elle prit également tout ce qui revêtait un coté important, principalement des papiers et alla les mettre en sécurité dans l'appartement vide d'à côté dont elle crocheta la serrure sans vergogne. Elle rentra ensuite et alla se préparer à manger dans la cuisine, les yeux et les pensées dérivant sur la vue nocturne de Galway. Un homme était très résistant. Trois minutes sans air, trois jours sans eau, trois semaines sans nourriture. Elle s'amusait de savoir jusqu'où irait celle de David, aussi vampire soit il... Et après tout, la nature le rattraperait bien tôt ou tard...

Une fois qu'elle se sentit prête à dormir, elle regagna sa chambre. Les dégâts dans tout l'appartement étaient somme toute assez mineurs. Une fois l'eau retirée de l'équation, il ne s'agissait que de plumes, bris de verre et de cd éparpillés, rien de très irrémédiable. Elle retourna son matelas, changea sa couverture et ses draps qu'elle plaça à l'entrée de sa porte au cas ou l'eau voudrait s'y infiltrer malgré tout et ne fut pas gênée le moins du monde pour s'endormir. Le lendemain, elle prit grand soin d'ouvrir les volets pour laisser entrer le soleil à son maximum, à la fois pour l'humidité et pour interdire le reste de l'appartement à David, si celui ci voulait profiter de son absence pour sortir. Car oui, elle comptait s'absenter. La première chose qu'elle fit fut d'acheter un petit téléphone portable qui servirait à remplacer celui détruit, à passer et à recevoir des appels importants. Elle s'était mis un projet en tête et escomptait bien arriver à ses fins. Les structures administratives se terminant toujours en milieu d'après-midi, elle avait nettement le temps de rentrer avant que le soleil ne se couche et de squatter son chez elle toujours à assécher. Les différents coups de téléphone qu'elle recevait, elle les prenait dans le couloir pour ne pas être entendue, gardant toujours un oeil sur l'intérieur. Les papiers et courriers qui atterrissaient chez elle finissaient chez le voisin, toujours désert ainsi que ses achats de nourriture non périssables. Elle s'était également acheté un nouveau matelas et profitait davantage de ses nuits.

Trois jours passèrent ainsi, réglés comme une horloge suisse ou une boîte à musique, avec les mêmes rituels pour tester toujours plus l'obstination de David. Et si celui ci luttait jusqu'au bout, qu'importe, elle le laisserait s'entêter jusqu'à ce sa persévérance vacille -ou que sa mort ne clôture le tout-. Mais le quatrième jour coïncida avec un autre évènement: celui de son anniversaire. Et donc, elle se permit de s'accorder une petite entorse à sa sobriété pour aller "fêter" ça au pub et de gratifier d'une trêve l'enfermement volontaire de David. Avant de sortir, elle lui laissa donc devant sa porte un plateau avec une bouteille d'eau, un plat et un petit mot:

"C'est mon anniversaire, je t'accorde donc une petite pause! Voici à manger et à boire, je te laisse aussi profiter de la salle de bain, je pense que tu en as grand besoin. La cuisine et les autres pièces sont verrouillées et j'ai demandé à l'officier Stevens d'apporter une attention particulière à l'appartement pendant mon absence. Mais évidemment, toujours pas de sang de falmari tant que tu n'aura pas réparé tes bêtises... Et je sais que tu n'en fera pas d'autres vu combien tu semblais être un esclave docile la dernière fois... A demain mon cœur! ♥"

Et elle quitta l'appartement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Lun 1 Déc - 3:04

Le mot ne fut jamais lu. David n’était plus là, il s’était fait la belle comme on dit, par la fenêtre une nouvelle fois, mais cette fois ci, il avait su se montrer plus prudent.

Il avait passé le reste de sa nuit debout, il ne trouvait pas le sommeil, cela l’aurait pourtant sortit de son ennui profond. Il n’avait pas envie de partir, par de suite. Il savait qu’il se ferait choper, il devait attendre que la sorcière ait baissé sa vigilance, mais l’appel de la liberté était bien là, et c’était dur de résister. Finalement, le soleil arriva, il ferma les volets et piqua un somme. Celui-ci ne dura pas bien longtemps, il n’avait rien fait qui le fatigue vraiment hormis ses bêtises.

Comme il n’entendait aucun bruit, il voulu sortir de sa chambre et profiter de l’absence de la cinglée pour aller faire le plein, et accessoirement aussi… Le vide. Seulement voilà, l’endroit était inondé de lumière. Ses yeux se retrouvèrent violemment agressés par le soleil, et il referma vivement la porte. Pour manger, ça pouvait attendre, il n’était pas encore à l’agonie. Mais pour ce qui était des toilettes c’était une autre histoire, et quand à faire cela ailleurs… Non, il n’en était pas à ce point pensa t-il. Il utilisa la même technique que la veille, et s’enroula dans une couette pour aller jusqu’à la salle de bain. Il se pressa, histoire que les douleurs durent le moins longtemps possible. Il voulu l’espace d’un instant aller dans la cuisine, mais il avait trop mal, et il rentra dans sa chambre.

Ce n’était pas une vie… Mais il ne voulait pas craquer le premier, hors de question. Dès que la nuit serait tombée, il s’en irait d’ici. Il trouverait bien un moyen de survivre, des endroits où il pourrait se cacher du soleil, pourquoi pas un nouveau maître… Tant qu’il était loin de cette femme vulgaire et violente. Pour prendre son mal en patience, il tenta de dormir à nouveau, sans succès. Il passa donc toute la journée étendu sur le lit, jusqu’à ce qu’il entende Alexis revenir. Voilà un moyen de se distraire pensa t-il. Il arracha une page blanche du livre qu’il avait lu la veille, prit un stylo trouvé on ne sait où, et écrivit : « Le canapé est il assez confortable pour votre impérial postérieur Métrèce ? » avant de glisser sa lettre sous la porte.

Deux heures plus tard, la nuit était là. Sans bruit, il ouvrit les volets, la fenêtre, et il se glissa dans la rue déserte. Il faut dire qu’il ne faisait pas chaud, les gens étaient bien confortablement chez eux. Enfin libre, David fit un doigt d’honneur en direction de la fenêtre d’où il venait, et se mit à courir. Où, il n’en avait aucune idée, il fuyait tout simplement cet endroit, il fuyait cette femme. Il croisa quelques passants qui le regardèrent courir en plein milieu de la route l’air surpris, mais ils ne firent rien contre lui. Ils avaient leurs propres problèmes, et ne se souciaient guère de ceux des autres.

Sa fuite le mena jusqu’à ce qu’il croyait être une forêt, mais il était bien naïf. Il se trouvait dans le parc d’une villa, une immense villa, comme seule une seule personne dans cette ville pouvait se payer…
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   Mer 3 Déc - 0:00

Alexis était finalement rentrée avec un jour, un an ou une nuit de plus au compteur. La première chose qu'elle vit en entrant, c'était que rien n'avait bougé chez elle. Ni les dégâts effectués par David, ni les objets de valeurs quelconques ni le plateau laissé au vampire. Les jours qui précédaient, elle avait sciemment évité la chambre du dit perturbateur. Elle avait autre chose à faire que de s'amuser à jouer à qui serait le plus fort des deux. De toute manière, elle n'entendait pas à ce qu'il se soumette, à elle ou à qui ou à quoi que ce soit, elle voulait juste être dispensée d'avoir à jouer à la maman qui doit gronder son enfant quand il fait de grosses bêtises, comme essayer de détruire l'appartement. Si elle voulait un gosse, elle était capable d'en faire un elle même, pas d'aller s'en obtenir un par procuration.

Elle alla donc voir de plus près car il était étrange qu'il n'aie pas profité de sa longue absence pour tenter quoi que ce soit. Prise d'une intuition, elle colla son oreille à la porte pour tenter de percevoir un bruit. Seul le silence lui répondit. Elle imita alors ce qu'avait fait David quelques jours plus tôt, à savoir, passer par une fenêtre et longer l'extérieur de l'appartement en marchant sur le rebord de pierre. Arrivant devant celle du vampire, elle la poussa du bout des doigts. Celle ci s'ouvrit sans effort. Enjambant l'encadrement, elle se glissa à l'intérieur de la lourde pénombre, repoussée par la lumière qui s'infiltrait à travers les rideaux dérangés. La chambre était vide et le mobilier poussé à l'extrême opposé de la pièce, barricade intéressante pour en empêcher l'accès. Elle déménagea le tout pour remettre un peu d'ordre et passer normalement par la porte afin de rejoindre en toute sécurité son appartement. C'est alors qu'elle aperçu non loin un morceau de papier sous un meuble qu'elle n'avait pas pu voir avant. Sans doute que les grands courants d'air qu'elle avait provoqués pour tenter d'assécher sans se fatiguer le sol l'avaient poussé là. Elle ramassa la feuille un peu détrempée: "Le canapé est il assez confortable pour votre impérial postérieur Métrèce ?" La phrase fit apparaître un sourire amusé sur le visage d'Alexis. L'évasion de David sans qu'elle s'en rende compte et ce petit mot presque d'adieu avaient vraiment quelque chose de classe...

Deux semaines passèrent ainsi sans qu'elle aie de nouvelle du vampire. Avait-ce encore une quelconque importance?

Car Alexis avait trouvé une nouvelle occupation: elle était devenue depuis peu la nouvelle directrice de la mine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alex; David: Cohabitation mouvementée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alex; David: Cohabitation mouvementée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Lanero {OK}
» Haitian Activist David Josue's Brazil Tour to Demand Troops Out of Haiti
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Galway: Quartier moderne :: Les appartements :: Alexis Merëgreen-
Sauter vers: