Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 petit trèfle sous serre ... ou pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: petit trèfle sous serre ... ou pas   Sam 15 Nov - 1:32

A son arrivée chez le fleuriste, bien que totalement épuisée par le trajet et le mauvais traitement subit, Lynn n’en était pas pour autant restée aussi docile que l’aurait souhaité les hommes. Se laissant dans un premier temps, mener dans le grand bâtiment, elle avait attendu qu’ils lui changent les chaînes qui l’entravaient aux chevilles et aux mains pour tenter sa première chance. Profitant d’un bref instant de liberté, elle avait ainsi rassemblé toute son énergie et avait réussit à fuir précipitamment jusqu’aux devants de la porte, avant de se faire rattraper et frapper violement à l’arrière du crâne… une nouvelle fois. Puis un gros trou noir. Les vendeurs l’avaient amené dans une arrière salle, pour s’occuper de son cas, et la placer dans une cellule d’isolement… histoire de dresser quelque peu cette jeune sauvageonne.

C’est d’ailleurs dans l’une de ces pièces sombres que la petite trèfle se réveilla, le corps tout endolori. Vérifiant aussitôt si elle était en bon état, elle tenta par la suite de se lever pour aller explorer à tâtons ce nouvel environnement. Chose qu’elle abandonna bien vite, aux vues des entraves la clouant presque au sol. Elle avait faim, soif…et le manque de luminosité commençait à se faire sérieusement ressentir. Gigotant malgré tout, elle se sentait oppressée dans cette salle si petite… et tellement noire. Un homme finit cependant par ouvrir la porte et apparut, après un temps d’adaptation, aux yeux de la falmaris. La jaugeant un instant, il brisa soudain le silence d’une voix froide qui fit frémir Lynn.


« Dis moi ton nom. »
Voyant l’attitude de refus du falmaris, il insista d’un ton nettement plus autoritaire « Si tu veux un jour sortir d’ici, répond ! »

Délaissant le regard de l’individu, pour regarder en arrière de la porte, la jeune falmaris répondit toute intimidée :


« …Lynn…Lynn Féägan. »

Visiblement satisfait de la réponse, il tenu promesse, et la sortie brusquement, tout en prenant garde de ne pas la blesser pour autant, de la pièce de confinement. Lui donnant par la suite de quoi se reposer, manger, boire pour reprendre des forces, il la mena sans mot dire jusqu’à une cage en verre. Lynn était encore bien affaiblie. Mais le peu de soleil artificiel qu’elle captait et la nourriture qu’il lui avait donnée, l’avaient étrangement requinqué bien rapidement. Ils avaient du mettre des trucs dedans… Une fois dans la cage, le vendeur troqua délicatement le collier étrangleur, qui l’avait accompagné depuis sa première tentative de fuite, contre une simple chaîne rattachée à sa cheville gauche. Puis il échangea les menottes métalliques, contre des liens moins blessant de cuir, rattachant les deux poignets entre eux, le tout fixé au sol via une chaîne lui permettant de se tenir juste debout. Lynn se laissa faire, trop heureuse de quitter l’obscurité, et ses liens qui lui meurtrissaient la chaire. Elle ne décrocha pas un mot non plus, observant ce nouvel espace de ses grands yeux noisette.

L’homme la laissa ensuite enfermée dans sa prison de verre pour aller inspecter les autres pensionnaires. Le regardant faire, Lynn s’aperçut qu’ils étaient comme elle, des falmaris. Cette révélation la fit sourire, et aussitôt elle posa ses mains sur la vitre, les appelant tour à tour ! Mais personne ne répondit, ils en restèrent indifférents, voir même se détournèrent. Ne comprenant pas, la petite trèfle continua de plus belle jusqu’à ce qu’un autre homme, plus petit mais nettement plus trapu, donne un coup sec sur la vitre lui ordonnant de se calmer et de se reculer si elle ne voulait pas tâter du fouet et repartir d’où elle venait. Effrayée par cette soudaine apparition, Lynn se colla contre le mur opposé. C’est alors que quelqu’un cria ‘le magasin s’ouvre ! Les clients arrivent !’

Toujours collée contre le mur, la falmaris regarda angoissée le flux d’humain de tout age, sexe, qui vagabondait, observait les plantes exposées dans le magasin. Lynn eut la désagréable sensation de se sentir telle une tomate un jour de marché xD Sauf que elle, elle n’était pas une tomate ! Elle était un trèfle et ne voulait pas se faire manger par l’un de ces … humain ! Se laissant progressivement tomber au sol, la jeune falmaris passa sa journée à observer curieusement, autant que eux l’observaient, les clients qui s’approchait. Tous ceci était tellement nouveau, qu’elle ne varia qu’en jouant négligemment avec l’une des plantes de sa cellule, et en buvant à se coupelle d’eau… Ainsi passa lentement son premier jour de vente. Calme pour la majeur partie, et l’air nettement affaiblit de la jeune plante avait heureusement rebuté les potentiels clients de l’acheté.

Le second jour lui démarra avec plus d’entrain. Toujours enfermé dans cette fichue boîte de verre, Lynn s’ennuya très vite du vas et viens des clients. Elle avait reprit des couleurs, mais dès que l’un deux semblait vouloir s’intéresser à elle, elle prenait aussitôt une tête de malade…pour ensuite se mettre à jouer avec l’une des plantes, ou bien même juste l’eau de sa coupelle. Mais ceci la lassa tout aussi vite. S’ennuyant comme pas deux, le fait de ne pouvoir se dégourdir les jambes lui manquait atrocement…depuis combien de temps maintenant ne l’avait-elle fait ? N’avait-elle rien que senti le soleil sur sa peau ? Avait-elle été arrachée à sa terre ? Sentant les larmes monter, Lynn se recroquevilla dans un coin de sa cage, la tête enfouit dans le pan de la robe que ces gens l’avaient forcé à revêtir, ses bras croisés sur le devant. Ainsi postée, la falmaris mis un certain temps à chasser son chagrin, pour revenir à sa condition actuelle. Il fallait qu’elle trouve un moyen, un moment opportun pour s’échapper. Car une chose était sure, bien prisonnière de cette cage pour y être exposée et vendue, elle ne voulait pas finir dans l’assiette d’un de ses vils animaux ! Ça elle n’en avait pas envie ! Pas du tout !

Déterminée, elle releva le regard flamboyant et croisa celui d’un client, visiblement intéressé par elle. Raa chioooootte ! Maugréant pour elle-même, elle replongea sitôt sa tête dans sa robe. Mais cette courte pause ne dura pas, qu’elle entendit la porte s’ouvrir et sentit quelqu’un lui agripper fermement les cheveux pour lui faire redresser la tête. Méthode brute mais pour le moins efficace, car bien que grimaçante, Lynn s’exécuta, et se releva même pour atténuer la douleur capillaire. Sa chance était là ! Le vendeur qui la présentait à ce …vieil homme tout fripé, était un nouveau à première vu… il allait peu être faire une erreur. Pour l’instant il fallait se montrer docile pour le pousser à en faire une. Mais Euuurk, elle ne voulait partir avec un être tout flétris ! Patientant docilement, elle accepta l’examen prodigué par le client sans broncher… ou presque. Il semblait satisfait, ba tant mieux pour lui … Ils échangèrent quelques paroles avec le vendeur, et celui-ci fit sortir tout le petit monde de la cage.

C’est alors que l’occasion se présenta ! Quand le vendeur lui détacha les mains de la lanière de cuire, Lynn bondit sur l’occasion, et sans demander son reste, elle partit en remontant le courant d’humain direction la potentielle sortie !! Cependant elle ne fit qu’à peine 3 mètres avant de s’écrouler face contre terre… La raison ? Elle avait tout bonnement oublié qu’elle avait une chaîne fixée au mur qui lui entourait la cheville gauche… Rageant contre elle-même, elle se fit rapidement relever sans ménagement pas un vendeur qui la mit de face… s’était le grand chevelu de la salle d’isolement. Sans réfléchir, elle tenta aussitôt retourné de lui griffer le visage pour se libérer. Réussissant presque à lui griffer correctement le menton, l’homme lui attrapa les poignets d’une main et lui fila une baffe non retenue de l’autre, empêchant qu’elle tombe en lui maintenant fermement les poignets. Sous le coup de la douleur, Lynn laissa échapper un petit cri et reporta aussitôt un regard insolent sur le vendeur, qui lui fit immédiatement sentir la sœur de la première gifle du dos de sa main. Mais cette fois-ci il la laissa tomber à terre, un filet de sang coulant du coin de lèvre. Loin de ce préoccuper des gens autour qui s’agglutinaient progressivement en spectateurs curieux, le grand chevelu regarda de haut la falmaris au sol qui tentait de remettre ses idées en place, et lança d’un air rageur…


« Les fugueuses ne sont pas les bienvenues ici, je croyais te l’avoir fait comprendre ! Je vais te l’ancrer en toi maintenant ! »

Mécontent de s’être fait griffer par une petite plante ? Apparemment, oui ^^’. Le regard apeuré par les sous entendu, Lynn releva le regard vers la foule, en quête d’un soutient quelconque. Les yeux embués, elle n’arrivait à distinguer que des silhouettes, dont d’ailleurs une se détacha des autres se rapprochant d’eux. Ne sachant trop pourquoi, la falmaris la regarda s’approcher, n’osant toujours pas se relever alors que le ton commençait à monter en l’inconnu et le chevelu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Sam 15 Nov - 2:17

« Je pensais, lors de ma dernière visite, avoir été suffisamment explicite sur mon opinion à l’égard de vos mauvais traitements répétitifs à l’encontre des falmaris que vous réduisez si vulgairement à l’esclavage. Un malheureux concours de circonstances m’empêche de faire fermer cet endroit mais… Bien sûr…Les amendes elles ne sont pas soumises au même principe. Et celle que je vais vous offrir vous fera passer le goût de la brutalité. Contestez et j’en multiplie le montant… Par dix. Rien de moins. Et inutile de dire que cette jeune falmari vient avec moi. Ce n’est même pas la peine de contester. Essayer, pour voir, que l’on rigole… Et comme je suis immensément généreux… Je vous autorise à déduire une somme maximale de 1000 sur le total de l’amende, prix que j’accorde pour la falmari. »

Fit la voix à la fois calme et glaciale du contrôleur général des finances Ace McCarthaigh qui fendit la foule, arracha les clés du geôlier et qui libéra la falmari. Il l’aida à se relever, la tenant près de lui, faisant rempart de son corps contre quiconque pourrait vouloir lui faire du mal. Et au vu et au su de la réputation du contrôleur… Personne n’était assez fou pour tenter quelque chose contre lui. Même en rêve. Mettant entre les mains du propriétaire une amende à faire pâlir un banquier suite, il guida la falmari vers l’extérieur, lui faisant profiter du soleil salvateur et de la guider, encore désorientée, jusqu’à un petit parc où il entreprit de se présenter.

« Salutations, noble falmari. Je m'appelle Ace McCarthaigh et je souhaites devenir ton propriétaire. Mes conditions sont simples: ma maison est ta maison. Tu as autant de droits qu'un autre humain en ma demeure. Ton esclavage est de ne pouvoir retourner dans ton village. J'ai fais concevoir sous ma demeure une grande pièce pour y cacher les rares opprimés que je peux arracher à l'esclavage. Cela ne vaut pas ta liberté, je m'en doute aisément mais je suis un simple mortel, un vulgaire humain qui plus est qui n'a ni la grande force des vampires ni la noblesse des falmaris pour pouvoir imposer sa volonté à mes... Je dirais crétins de confrères humains mais le terme est bien faible je trouve. Une falmari m'a dit un jour, avant de recouvrer sa liberté grâce à moi, que nous étions des monstres. Je tente d'être moins monstre que mes confrères humains. J’ai côtoyé des gens de ta race et quelques vampires que je suis parvenu à libérer également que même si je ne parvenais pas à sauver tout le monde, ceux qui bénéficiaient de cette grâce pouvait au moins citer un humain bon avant de mourir. »

Gentiment, il lui tendit des vêtements légers et propres, une ravissante robe aux couleurs de la forêt, histoire d’offrir un minimum de dignité à cette pauvre créature. Il lui proposa un mouchoir et de l’eau, qu’elle puisse sommairement se nettoyer et se désaltérer, avant d’attendre d’éventuelles questions. Après tout, quand on ne côtoyait que des hommes vils et mauvais, en fréquenter un bon avait de quoi sembler tout droit sortit d’un conte de fée ou quelque chose de plus gros encore.

« Tu n’as plus rien à craindre désormais, tu es sous ma protection. Aucun autre humain ne te fera de mal, j’y veillerai tout personnellement. Pauvre petit être victime du destin cruel… Je pense être arrivé à temps pour t’arracher à des chaînes qui auraient fini par te briser… Et jamais je n’aurais voulu qu’une telle chose arrive à un être aussi innocent que toi. J’ai eu bien de la chance de tomber sur toi pendant mon inspection matinale des lieux. Pour quelques minutes de plus et je te manquais… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Dim 16 Nov - 1:05

Se frottant les yeux pour pouvoir y voir plus clair, Lynn se sentit soudain doucement relevée. Surprise par cette attention délicate, elle regarda de ses grands yeux noisette, complètement perdue l’homme qui avait réalisé ce geste. Ce dernier était toujours en pleine discussion avec le grand chevelu, et dégageait quelque chose de protecteur à son égard… c’était un humain pourtant, pas de doute dessus… Malgré ce fait, instinctivement la jeune falmari vînt se coller au flan de l’homme qui l’avait libéré de sa dernière entrave quelques instants plut tôt. Ne suivant rien à leur conversation, elle regardait apeurée les badauds qui les entouraient, attirés par le raffut provoqué, s’essuyant nonchalamment le sang qui filait de la commissure de ses lèvres. De toute manière, même si elle aurait souhaité les écouter, elle n’entendait pour l’instant qu’un brouhaha perturbant.

Désorientée, ça oui elle l’était complètement. Il faut dire que le vendeur n’y était pas allé de main morte, frustré d’avoir était atteint par les « griffes acérées » du petit trèfle. C’est pourquoi sans grande réticence, elle se laissa guider le regard perdu par l’inconnu en dehors de ce lieu. Elle était trop contente de ne plus être aux mains de l’effrayant chevelu. Se stoppant un instant au premier rayon du soleil, elle sourit apaisée de la caresse de ses doux rayons, avant de se laisser entraîner pour suivre le mouvement du Monsieur en noir. Profitant du réconfort de l’astre solaire, Lynn remit ses idées en place pendant le court trajet qu’ils effectuèrent. Si elle était sortie de là bas c’était qu’elle s’était faite acheter, et par conséquent qu’elle allait servir de nourriture à cet inconnu ! Mais alors pourquoi ne semblait-il pas la considérer comme de la simple nourriture, comme ses semblables le faisaient … pourquoi réagissait-il différemment …

C’est ainsi que plongée en pleine réflexion et retenu gentiment par les bras de l’homme, Ils arrivèrent dans le parc… ou une drôle de clairière aux yeux de Lynn. Cette dernière ne tenta pas de s’échapper, bien que l’idée lui eut belle et bien traversé l’esprit. Elle se contentait de regarder de tous les côtés, intriguée par la moindre chose. Tout était si différent ici, elle ne reconnaissait rien de rien. Et puis Lynn était étrangement rassurée en sa compagnie, et ne voulait surtout pas retourner là bas, dans sa cage de verre trop petite ! Soudain ils s’arrêtèrent, et l’homme se présenta, et entama un looooooong monologue. Attentive aux premières phrases, elle décrocha bien vite lorsqu’il commença à parler de sa demeure avec une certaine pièce cachée, ou un truc comme cela. Ses sens l’attirant irrésistiblement vers tout ce nouvel environnement, elle n’arrivait à se concentrer pour retenir. Bien qu’entendant ses paroles, elle préféra laisser ses oreilles écouter le bruissement du vent, le bruit étrange de ses trucs roulant à quatre roues, le tout en regardant curieusement l’origine de chaque bruit inconnu.

Elle était bien ici, les pieds dans l’herbe, et l’air frais sur le visage, elle en oublia même qu’en l’instant elle aurait pu fuir aisément. La tirade finissant, elle reporta un regard intrigué et craintif sur le dénommé Ace McCarthaigh. Elle avait très bien comprit le début…sauf le coup de l’esclavage…et le faite qu’il n’avait fait référence à la nourriture. Les rumeurs de son ancien village étaient-elles fausses ? C’est pourquoi voulant avant tout elle souhaita mettre les choses au clair.


« vous… »

Elle se coupa dans son élan lorsque le monsieur lui tendit des vêtements, de quoi boire et un mouchoir. Amorçant un mouvement de recul, elle regarda alternativement, perplexe le visage de l’homme et de ses présents. Lynn ne savait que faire avec... elle était déjà vêtue certes très légèrement, et n’avait pas envie de se moucher ! Sentant sûrement son doute, Mr Ace lui tînt des paroles rassurantes, qui la décidèrent cependant à prendre la bouteille d’eau pour se désaltérer rapidement. Toutes ses émotions, ça déshydratait quand même ! Il avait de drôle de façon de lui parler tout de même… noble falmari, petit être, être considéré ainsi par un humain troublé plus qu’autre chose la jeune falmari. Qui d’ailleurs, buvant à la bouteille, ne manqua pas de regarder fixement l’homme en noir suspicieux… tendant son corps au cas où. Méfiante, elle ne lui rendit pas la bouteille d’eau, cela pouvant lui servir d’arme, et s’essuya d’un revers de bras la bouche. Grimaçant à l’appuie sur la partie blessée, elle reprit sa tentative précédente, d’une voix toute intimidée malgré le défit luisant dans ses yeux.

« Vous n’allez pas me … manger ? … Et pourquoi ces présents monsieur ?»

Question naïve certes, mais au combien tenant à cœur la jeune fille. Elle savait qu’il lui était impossible de rentrer chez elle maintenant. Et l’idée même de vivre toute seule en ce lieu totalement inconnu, lui semblait de plus en plus irréalisable, tellement tout était différent. Sa seule opportunité pour l’instant était d’accepter la proposition de ce Mr McCarthaigh… Enfin tout dépendrait de sa réponse, car malgré son aspect rassurant, et son comportement aimable envers la falmari, cette dernière restait nettement sur ses gardes. S’était un humain après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Mar 18 Nov - 5:43

« Te… Te manger?! Mais pourquoi faire? Les humains ne mangent pas les falmaris voyons. Ni les vampires d’ailleurs. Certes mes semblables vous utilisent pour les travaux divers mais jamais je n’ai entendu parler de falmaris se retrouvant dans une assiette, ce serait ridicule. Non, je suis sûr de ce que j’avance, nous ne mangeons pas les falmaris… Ce serait d’ailleurs stupide que de faire une telle chose… »

Dit le fonctionnaire, décontenancé. Comment pouvait-on penser ainsi? De toutes les espèces il était vrai que les humains étaient les pires mais de là à s’abaisser à un tel niveau? Cela dépasserait les spéculations les plus folles. Et puis du reste, où en serait les gains dans cette histoire? L’être humain cherchait à accroître ses biens, s’il mangeait le falmari au lieu de le faire travailler, il perdait alors une somme considérable… Il fallait être soit complètement stupide ou alors complètement dément et malgré tous les cas bizarres et déroutants que le fonctionnaire avait vu dans sa carrière, rien ne se rapprochait ne serait-ce qu’un peu d’un tel comportement. Et il avait une mémoire prodigieuse à ce niveau là, le contrôleur général des finances!

« Pour ce qui est des présents, comme tu le fais judicieusement remarquer… Et bien il fait bien que je commence à m’occuper de toi non? Des vêtements neufs et propres, de l’eau fraîche, un mouchoir pour d’essuyer la figure, ce n’est pas grand-chose tu sais? J’ai simplement pensé que ce ne serait pas un luxe que de te donner une petite base, un petit kit de départ si l’on peut dire pour célébrer ta récente sortie de cette horrible boutique. J’ai aussi une paire de sandales neuves dans le coffre de ma voiture et un peu de nourriture si tu as faim. Tu es entre de bonnes mains, je vais prendre soin de toi. »

Il n’en demeura pas moins qu’il fut surprit d’une telle question. D’habitude, les libérés se montraient méfiants, parfois rebelles et agressifs mais jamais ils ne posaient vraiment de questions… Et pas des questions si naïvement touchantes. Il se surprit à sourire, se demandant ce qu’on mettait dans la tête des falmaris pour qu’ils pensent ainsi. Peut-être était-ce là une genre de mise en garde qui devait bien être efficace mais celui qui l’avait imaginé n’avait manifestement pas pensé à ce qui se passait APRÈS la capture… Ce devait être profondément perturbant pour les captifs qui s’attendaient alors à finir dans une assiette. Et ce devait être encore pire chez les jeunes falmaris qui devaient prendre la chose très au sérieux. D’ailleurs… Quel âge pouvait avoir cette falmari là? Sa question était enfantine mais elle n’en avait pourtant pas le physique…

« Dit moi… Comment t’appelles-tu? Quel âge as-tu et d’où viens-tu? Histoire de mieux te connaître… Il faudra bien que je connaisse ton prénom si je veux converser avec toi de façon polie et civilisée… Je na vas pas dire « petite falmari » à toutes les cinq minutes quand même, ce serait on ne peut plus déplacé… »

Fit savoir le fonctionnaire en souriant. Rien de méchant, rien d’apeurant, un simple sourire franc et honnête. Cela avait de quoi surprendre, surtout venant d’un humain mais il existait encore des gens qui utilisaient leur cœur et non leur tête dans la vie et qui savaient, entre autres choses, qu’une vie n’a pas de prix et que l’esclavage n’est rien d’autre que de faire le mal pour se sentir fort et important. Et Ace avait cette pratique en horreur, il avait l’impression de tomber dans la poudre à gratter simplement en entendant le mot ou en le lisant, ce qui était assez fréquent, à son grand désarroi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Ven 21 Nov - 16:33

« Vrai ? »

Lynn prononça ce petit bout de phrase sans réellement attendre de réponse. En ses quelques mots, l’homme qui se tenait en face d’elle venait de faire tomber une des rumeurs les plus répandues de son village. Ce ‘on dit’ pourtant elle y avait cru, dure comme fer étant petite. Mais depuis sa capture, elle n’avait de cesse de trouver des arguments allant contre elle… il y avait trop d’exagération dedans, puis surtout aucun homme n’avait tenté de la ‘goûter’ pour apprécier sa valeur … gustative. Lynn laissa donc ainsi, oralement transparaître ses doutes intérieurs sur la véracité des paroles de l’humain.

Perturbé, par cette désagréable impression de sentir que tout ce qu’elle avait appris sur le monde extérieure à sa forêt était faux ou tout de moins modifié, Lynn écouta la suite, les yeux totalement perdus. Et son envie de fuite en ressortie aussitôt que le trouble s’installa. Ainsi tout en écoutant l’explication sur les présents de Mr McCarthaigh, la falmari se recula d’un pas, serrant son emprise sur la bouteille d’eau, et jetant des coups d’œil à droite et à gauche, hésitante. Elle avait envie de fuir, de repartir chez elle, parmi les siens…cependant c’était impossible. Alors fuir, mais pour aller où ? Elle ne connaissait rien ici, et pour sure, ces humains la recaptureraient pour la ramener dans cette affreuse boutique,… avec ce sombre grand chevelu. Alors que l’homme en noir lui offrait gracieusement l’hospitalité, une opportunité pour se poser. Ces biens étaient pour elle, comme cadeau de bienvenu… Mais elle n’avait pas dis oui pour l’instant ! Raaaaaaa !! Lynn ne savait pas que faire, tellement elle était tiraillée de tous les côtés.

Perdue, elle recentra ses yeux sur le visage souriant de l’humain. Simple expression qui, bien plus que toutes les paroles réconfortantes prononcés précédemment, rassura la jeune falmari. Elle serait en sécurité avec lui… et cela lui permettrait d’apprendre ce nouveau monde sans craindre de retournée dans sa cage de verre. Enfin si elle avait bien compris le système. Se mordant la lèvre inférieure, Lynn prit finalement sa décision, elle irait avec lui…


« Je…je veux bien venir avec vous monsieur. Mais je n’ai pas besoin d’habit, je suis déjà vêtue. Et je n’ai pas trop envie de me laver ici non plus. Je vous remercie. »

Ouais bon, Lynn et les conceptions matérialistes ça n’avait jamais était le cas. Elle avait beau être déjà, même légèrement vêtue d’une fine robe, elle n’avait pas froid sous les doux rayons du soleil. Alors pourquoi en enfiler une autre ?! La falmari laissa son visage se détendre, et sourit même à la manière peu commune de son propriétaire de lui demander de se présenter. Tout en lui perlait de franchise, d’honnêteté, elle avait eut de la chance de se faire acheter par un tel homme. Cependant malgré sa décision précédente, Lynn hésitât tout de même à répondre. La crainte qu’elle ressentait en la présence d’un homme était belle et bien présente et visible dans ses yeux noisette.


« Je m’appelle Lynn Féagän, et j’ai 20 ans…. Je viens de mon … d’un village dans une grande forêt. »

Ce dernier point était plus sensible à aborder pour elle, tellement elle avait était arraché à sa terre il y a peu longtemps. Et elle n’y retournerait sûrement jamais maintenant... Soufflant un petit coup, Lynn reprit d’un ton légèrement plus serein. Il fallait qu’elle prenne sur elle maintenant !

« Je viens, … enfin ils m’ont enlevé il y a peu de mon village … je ne connaît rien ici, tout semble si différent ! Dites, si je n’avais voulut venir avec vous. M’auriez-vous laissé partir, fuir ? »

Elle voulait simplement savoir qu’elle aurait était sa réaction, si elle avait prit la décision inverse. Et peut-être derrière, qu’il lui dise ce qu’elle risquait à vivre seule en temps que falmari parmi tout ses humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Lun 24 Nov - 5:06

« Non. Car en mon âme et conscience j’aurais su que je te condamnais à mort. Tu ne connais pas le monde des humain Lynn. Tu n’as eu qu’un avant-goût de la cruauté des hommes. Si on t’avait retrouvé tu aurais pu être tuée ou pire, violée avant de devenir à nouveau une simple marchandise pour des gens sans cœur. Si j’avais eu la certitude que tu avais au moins une chance de réussir, alors la réponse change pour un oui. Mais pour ce que je connais de cette ville, les évasions finissent toujours très mal. Tu as vingt ans Lynn. Tu as le droit de vivre. Serais-je quelqu’un de juste en te laissant à ton triste sort. Non. Je conçois parfaitement que ce que je te propose n’est pas une totale liberté. Mais je ne peux t’offrir plus. Viens t’asseoir, je vais t’expliquer deux ou trois petites choses. »

Dit Ace en tapotant une place libre sur le banc sur lequel il était lui-même assit et une fois que la falmari fut à ses côtés, il reprit la parole. Par où commencer? Par le commencement. Mais ce qui était évident pour un humain ne l’était pas pour un falmari… Il se racla la garde et tenta de formuler clairement le tout.

« Il faut que tu sache, Lynn, que je fais partie d’une toute petite portion des gens qui d’une part connaissent votre existence, à vous les vampires et les falmaris et qui d’une autre part veulent les voir libres et en bonne santé. Les autres humains, s’ils ne se moquent carrément pas de votre sort, cherchent à vous transformer en esclaves, abuser de vus et vous exploiter pour les propres fin. Ils privent des êtres pensants de leur liberté pour leur profit personnel et personne ne fait rien. Enfin… Presque personne. Moi, j’achète la liberté des falmaris et des vampires. Je les héberge en secret chez moi, je m’en occupe, je les éduque et quand je sais qu’ils ont une chance de s’en sortir, je les aide à fuir. Je suis d’accord avec toi. Ce n’est pas grand-chose. Mais c’est-ce que je peux faire et je ne veux pas laisser des innocents souffrir à cause de la cupidité et de la méchanceté de mes semblables. Ces villes que nous construisons, ce sont de véritables labyrinthes pour vous. Comme vos forêts le sont pour nous. Sauf que tu risques plus de danger ici que moi seul dans la forêt. Ce gens dans la boutique, ils étaient prêts à te tuer parce que tu voulais conserver ta liberté. Ils ne respectent pas la vie. Moi oui. Et je vais t’aider à t’enfuir quand tu seras équipée des connaissances nécessaires pour pouvoir fuir sans risquer la capture. Je ne sais pas combien de temps cela prendra. Un an, deux ans, peut-être cinq. Mais je te jure que je ferai tout pour t’aider à apprendre pour que tu puisses retourner parmi les tiens. »

Je lui tendis ensuite une photo de Lawrence, ma femme, et lui expliquai que Lawrence et moi défendions la même cause. Qu’en cas de problèmes, elle pouvait aller la voir pour obtenir de l’aide. Je lui parlai longuement de mon travail, de mn manoir, de mes efforts… Blabla inutile pour le profane mais pour la falmari, c’était l’équivalent d’une bouée de sauvetage pour un noyé. En lui dépeignant ma vie, celle de Lawrence et ce que nous faisions dans le monde, je lui donnais les acquis pour mieux cerner les humains et leur façon de fonctionner. Et au fond de moi, j’espérais que Lynn saurait comprendre l’importance de mes paroles et qu’elle serait attentive. Ce qui se disait pourrait un jour être amené à lui sauver la vie, faire la différence entre liberté et mort certaine. Elle aurait beaucoup à apprendre… Mais la base que je lui donnais était solide. Elle réussirait à comprendre. Elle devait comprendre. Son futur se jouait en partie sur ce qu’elle retiendrait de chacune de mes leçons… Même si cela semblait être des paroles ennuyantes et pénibles à entendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Ven 28 Nov - 17:30

[désolée si c'est peut être un peu bizarre mais je suis pressée xD j'espère que ça va aller ^^]


Ecoutant la réponse que lui fournit son donc, propriétaire, Lynn blêmit aux conséquences évoquées d’une probable recapture. Serrant instantanément la bouteille contre sa poitrine, elle le regarda d’un air mêlant défiance et crainte… Elle savait se défendre aussi ! …Enfin elle essayait tout du moins, même si les humains avaient toujours eut le dessus jusqu’à maintenant
en fin de compte. Aux paroles de l’homme, Lynn comprit qu’il ne faisait pas bon être un falmari dans ce monde là : être considéré comme une chose, un bien juste utile à servir docilement sous peine de tous pleins de truc qu’elle n’osa pas imaginer… Frissonnant à ses propres pensées, Mr Ace lui apparut d’une grande sagesse à ses paroles. Petit à petit la situation en se tout nouveau monde s’éclaircissait aux yeux de la falmari.

« … Merci, alors »

Même si elle ne comprenait pas encore tout les tenant et surtout le pourquoi d’utiliser des gens de son peuple comme … esclave, elle était extrêmement reconnaissante à cet homme de l’avoir arracher aux griffes du vendeur. Souriante pour accompagner ses dires, elle le suivit pour aller s’asseoir à ses côtés sur un banc.

Profitant du faite de ne plus être de face à l’homme, et du faite de le ressentir maintenant plus comme une présence protectrice que suspect (le doute étant toujours présent xD), Lynn laissa son regard vogué sur cette étrange et grande clairière. Mais bien vite son attention fut recentrée sur Ace qui entama son explication… Y attachant toute son attention, le petit trèfle fixa l’homme dans les yeux, se contentant d’hocher la tête pour lui faire comprendre qu’elle suivait … mais pas qu’elle comprenait tous xD Ba vi, s’était pas évident pour une falmari tout juste sortie de ses petits bois de comprendre la manière de penser de ces êtres animales qui exploitait les siens… Pis s’était quoi ces vampires ?! le nom d’autre race esclave ?

Lynn n’avait jamais entendu parler de cette race, et le fait de découvrir ainsi que d’autre mise à part les falmaris était utilisé par les humains, ne fit que dégringoler encore plus sa vision de ses animaux… Grrr mais le pire était que Lynn n’arrivait toujours pas à comprendre le pourquoi de leur agissement, le pourquoi d’utiliser d’autre être comme de vulgaire objet. Ce concept était totalement absent dans son village. N’arrivant à comprendre les Hommes, Lynn vouait cependant une grande crédibilité aux paroles de celui qui lui expliquait tout ceci. Arrivant même à rester attentive pour l’ensemble de la première partie du monologue !!

Tous n’étaient pas comme les vendeurs ou les badauds à première vue…certains semblaient plus différents, enfin de partageant pas la même vision des choses. Mais à première vu en très faible minorité… ils étaient étranges ces humains. Se penchant sur la photo avant de la prendre dans sa main et d’y déplacer ses doigts fin sur le visage de la jeune dame, lynn laissa échapper :

« Elle est belle »

Rien de plus, rien de moins, c’était la première impression qu’elle avait eut en voyant cette Lawrence. Femme de son maître, tous deux semblaient partager le même point de vu sur es pratiques de leurs congénères… tant mieux dira-t-on, non ? Reportant son regard sur les traits du visage de Mr McCartaigh, elle lui sourit alors que lui continuait son explication.

« Vous aussi Monsieur »


Elle l’avait dit pour sa femme, alors il fallait bien le lui dire aussi. Surtout que s’était réellement le cas, même si la manière de dire les choses était un peu hors contexte, Lynn le pensait vraiment. Tant pour une beauté d’intérieure que extérieure. Malheureusement ou peut être heureusement pour le petit cerveau de la jeune falmari, son attention s’échappa progressivement lorsqu’il entama de lui parler de son travail et compagnie… Les finances ?! Elle ne savait même pas se que cela pouvait bien vouloir dire, alors bon… Puis il y avait mieux à regarder ! Comme des gens qui couraient autour d’un petit lac, d’autres qui réalisait des gestes étranges mais synchronisés en groupe sur une pelouse toute plate. Oh il y avait aussi une dame qui jetait des trucs par terre, et tout pleins d’oiseaux s’approchaient d’elle ! Pis il y avait ce drôle d’individu à quelques banc d’eux qui lisait un bout de papier rectangulaire avec tout plein de page emplit de caractères dessus, tout en émettant une fumée étrange de sa bouche…. Il y avait tellement de truc à voir partout, que Lynn ne savait où donner de la tête.

Cependant, les paroles cessèrent à son côté, et aussitôt la jeune fille se retourna désolée vers lui. Elle ne l’avait pas toute à fait écouté…. Trop de chose d’un coup l’avait comment dire … assommée xD M’enfin elle avait quand même assimilée l’essentiel, puis pour le reste, euuuh elle verrait peut être plus tard…

« Je suis un trèfle »

Il s’était présenté à elle, il fallait bien qu’elle fasse de même. Elle lança cela sans trop prévenir en lui redonnant la photo de sa femme. Après tout son végétal résumait très bien ce qu’elle était, mais sentant que s’était peut être un peu juste, elle continua.

« Je suis contente d’être avec vous Monsieur. Dites comment s’appelle cet endroit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Mer 3 Déc - 5:08

« Nous sommes à Galway, en Irlande. Galway, qui en irlandais se dit Gaillimh, est une ville de la province de Connacht, dans le Comté de Galway, sur la côte ouest de l’Irlande. Son nom vient de la rivière Corrib qui traverse la ville. Elle est également surnommée la "ville des tribus" en référence aux quatorze tribus qui se partageaient la ville à l'époque anglo-normande. La population de la ville est de 71 983 habitants. L'agglomération de Galway est la troisième du pays par le nombre d'habitants, après celles de Dublin et de Cork. C'est une ville étudiante très touristique en été, célèbre pour ses festivals. Ce ne sont que des petits détails mais cela te donne une idée d’où tu te trouves et ce qui s’y passe. À cela, tu peux ajouter ses opérations minières et son infâme commerce d’êtres pensants. »

Expliqua Ace, histoire de bien situer la falmari. Après tout, si ces derniers ne connaissaient que leur forêt natale, il fallait bien leur inculquer quelques notions de géographies! En ayant à évoluer parmi les humains, Ace se rendit compte qu’il aurait beaucoup à apprendre à la jeune Lynn. Autant commencer tout de suite. Mais par quoi? Tiens, il lui parlerait de l’Irlande, pour débuter.

« La République d'Irlande est une île située au nord ouest du continent européen dans l’Atlantique nord. Elle s'étend sur une superficie de 70 282 km². Elle se situe au 53° Nord et au 8° ouest. Le pays comprend vingt-six comtés mais trente-deux pour toute l'Irlande si on inclut l’Irlande du Nord qui appartient au Royaume-Uni, le pays voisin. La capitale de l'Irlande est Dublin ou Baile Átha Cliath en Irlandais, mais d'autres villes possèdent une certaine notoriété : Galway, Cork, Waterford, pour ne nommer que celles là. La morphologie de l'île comprend une plaine centrale entourée de montagnes et de collines (le Donegal), de tourbières, de lacs et de rivières. Au sud-ouest, les falaises de Moher s'ouvrent sur l'Océan Atlantique. Plus au nord, les Îles d'Aran font face à la Baie de Galway. À l'est du pays, au nord de Dublin, le rivage est assez plat. Mais tout autour de l'île s'étendent de nombreuses plages de sable fin. »

Il s’Assura que sa jeune élève soit attentive, préférant éviter de l’inattention qui aurait pu lui faire manquer les points importants de son exposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Dim 7 Déc - 19:21

Le visage de Lynn se teinta d’une incompréhension la plus complète à la réponse de l’homme. Pourquoi lui décrivait-il tous ses détails sur sa ville, et sa… mince comment on dit … Province, non … euuh surface, non plus … ah oui son pays ! Surtout que la falmari, déjà décontenancée d’entendre toute cette description au lieu d’un simple nom, ou description sommaire, ne comprenait pas tous les abouts tenant d’un tel discours. Dans un premier temps elle avait sortie un petit « mais … » espérant pouvoir stopper l’élan éducateur de son propriétaire. Cependant voyant qu’elle ne pouvait arrêter le bambou de pousser, Lynn s’était résignée à écouter. De toute manière l’homme ne lui laisser pas le choix, et faisait tout pour garder l’attention de la jeune falmari sur son discours : Marquant de brèves pauses, recentrant son regard de nombreuses fois fuyant, accentuant certaine paroles.

Ouf, la première partie de l’exposée toucha à sa fin. Lynn put ainsi reprendre son souffle par la même occasion… Plissant les sourcils pour tenter d’assimiler le tas d’information fournit en si peu de temps, elle décida de ne retenir que ce qu’elle avait compris. Soit pour résumer, le faite qu’elle se trouvait dans un grand village nommée Galway lui-même situé dans un pays du nom d’Irlande. Il y a une rivière : Cor-quelque chose, beaucoup d’étudiant qui font des festival, une … mine et euh oui un commerce d’esclave… Mais ce dernier point elle l’avait comprit sans qu’il ait besoin de lui dire, et s’était le point qu’elle n’aimait pas du tout !

Pendant la courte pause, Lynn amena ses jambes sur le banc, pour s’asseoir en tailleur. Histoire de tenter de mieux se concentrer ainsi. Car la compréhension du monde des humains risquait d’être bien ardue … Tout du moins elle avait beaucoup mais beaucoup de choses à apprendre sur eux. Seule dans cette ville, Lynn se serait sûrement fait repérée et capturée aisément par les humains… Mr Ace avait raison, il fallait qu’elle en apprenne le maximum sur ceux de sa race, pour pouvoir évoluer parmi eux presque sans risque, et peut-être retrouver la liberté. Mais bon commencer si tôt cet apprentissage culturel ?!

Presque entièrement décidée à tenter de suivre, et de comprendre le cheminement de pensée de l’homme en noir, Lynn se tourna bien de face à lui que ce dernier recommença son cours. Comme ça, ce qu’y ce passait dans cette clairière l’attirerait nettement moins ! Allez concentration >< . . . superficie, Ok. Nombre de comté même si on sait pas ce que sait, Ok. Tout ce que décrivit Mr Mc Carthaigh, tenta ainsi de s’imprimer dans un coin de la petite tête de Lynn, avec plus ou moins de succès. Elle eut ainsi du mal à visualiser les étendues géographique et morphologique de l’Irlande… d’un côté pas facile à imaginer quand on à jamais vu un rivage d’océan, ni même de grande plaine à perte de vu.

La leçon prit soudain fin, et il fallut quelques secondes supplémentaire de réflexion à la trèfles pour digérer tout ça les yeux dans le vague. Ce petit instant de flottement passé, elle recentra ces yeux noisette dans ceux de son maître, pour lui énoncer ce qu’elle pensait.

« Vous parlez toujours autant ? Je voulais juste savoir le nom de cette clairière…mais bon maintenant je connais le nom de votre ville, et un peu plus de votre Irlande. »

Puis inclinant la tête, une autre interrogation lui vînt en tête…interrogation qu’elle s’était posée il y a peu à elle-même, et qui lui trottait toujours dans le crâne.

« Tout à l’heure vous avez parlé de vampire, ou d’un truc comme ça. Qu’est ce que… qu’est ce que s’est ? Une autre types de plantes comme nous les falmaris ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Lun 8 Déc - 19:40

Ace, en entendant les paroles de la falmari, éclata d’un grand rire. C’était bien lui ça, de ne pas toujours comprendre les choses simples de la vie et de compliquer le tout en voulant bien faire. S’il parlait toujours autant… Oui et non, encore fallait-il que le sujet en vaille la peine. Que l’interlocuteur en face en vaille la peine. Et dans le cas de Lynn, c’est parce qu’il avait une responsabilité en tant qu’éducateur qu’il lui offrait tant de contenu et de précisions. Car Ace ne se leurrait pas. Il avait entendu parler du mouvement de résistance des vampires et des falmaris. Il savait que tôt ou tard, il faudrait qu’il se résigne à abandonner son rôle de protecteur pour laisser ses protégés retourner vers les leurs… car une liberté même éphémère valait aux yeux de Ace bien plus que tout l’or du monde. Oui… Il parlait et parlerait beaucoup, jusqu’à ce que la jeune falmari ait un maximum de chance de survivre dans le monde humain. Mais trêve d’égarement dans des pensées personnelles, il y avait toujours des questions auxquelles il se devait de répondre… Et il tâcherait de faire plus simple cette fois.

« Ce petit parc s’appelle Hope. Cela veut dire espoir. C’est une tradition pour moi d’amener ceux que je tente de libérer ici, pour qu’ils puissent profiter de la symbolique morale que cela peut avoir sur eux. Et de façon générale, c’est très apprécié! »

Il espéra avoir fait suffisamment court au goût de la falmari, ne voyant pas trop comment faire plus simple que cela. Il n’allait tout de même pas commencer à faire des phrases incomplètes quand même! Il fallait quand même savoir rester structuré!

« Désolé de t’avoir assommé avec autant d’informations. J’ai tendance à oublier que pour la plupart, vous partez sans bases de notre monde…Et que souvent vous n’avez ni repères ni équivalent avec ce que vous avez apprit dans la forêt… Et pour répondre à ton autre question, les vampires sont des créatures nocturnes, esclaves des humains eux aussi, se nourrissant du sang des êtres humanoïdes, anciennement de celui des humains et actuellement de celui des falmaris. Mais tu n’as pas à t’en faire, on peut acheter sur le marché noir des poches de sang de falmaris, prélevé la plupart du temps sur ceux qui vont hélas bientôt mourir. Bien que ce ne soit pas une option des plus réjouissantes, cela me permet au moins d’éviter à mes petits protégés falmaris de se faire mordre par mes petits protégés vampires. Mais tu n’as rien à craindre, je n’ai plus de protégé vampire depuis des mois et tu es la petite dernière à entrer dans la famille car les autres falmaris que nous protégions ont été rendus à la nature. Mais soit sans crainte, tu auras notre affection et notre protection, à Lawrence et à moi donc tu ne seras jamais vraiment seule. Nous ne sommes pas des falmaris mais nous avons aussi des sentiments nobles… »

Ace aurait bien voulut rajouter quelque chose mais dans l’immédiat, il ne trouva strictement rien à ajouter. Peut-être était-ce parce que justement il n’y avait rien à dire de plus. Ou peut-être alors parce qu’il voulait donner du temps à Lynn pour réfléchir. Un sourire fatigué se dessina sur son visage et il posa une main réconfortante sur l’épaule du petit trèfle, comme pour lui transmettre une part de son optimisme coutumier. Elle n’était plus seule désormais, elle avait deux… Amis? Alliés? Protecteurs? Pour lui éviter des ennuis avec les autres humains, ceux qui ont l’étroitesse d’esprit des reliques d’un monde qui n’a plus sa raison d’être. Ace le savait lui que tout ce qu’il vivait en ce moment changerait, que de nouvelles énergies plus efficaces remplaceraient les humains. Tout ce vent, toute cette eau, tout ce soleil et ces richesses que la terre leur offrait… Il devait y avoir un moyen de l’utiliser plutôt que d’asservir d’autres races…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Mer 10 Déc - 1:37

Souriante à l’éclat de rire de l’homme par pur réflexe, Lynn ne comprenait pas le pourquoi de cette réaction, ou plutôt ne percevait pas ce qu’elle avait bien pu dire de drôle ou de décalée…peut-être le fait de lui demander simplement le nom de cet endroit était–il amusant pour cet humain, étrange. Cependant, bien vite, il se calma, et lui répondit cette fois ci de manière bien plus simple qu’il ne l’avait fait jusque là ! Bin voilà, il était capable de ne pas faire de tirade à chaque réponse !

« C’est un joli nom effectivement, et de circonstance … »

Lynn finit en laissant son regard se perdre dans l’étendu herbacée de ce parc, repensant brièvement à tout ce qu’elle avait subit depuis qu’elle avait été capturé. C’est que en peu de temps il s’en était passé des choses, et pour la plupart, pas des plus agréables… alors cette lueur, même aussi faible soit-elle qu’elle ressentait en la présence de cet homme en noir lui était bien suffisante pour se réconforter quelque peu, et reprendre espoir dans le faite de retourner un jour chez elle, dans son bois.

Malgré ce tourment interne qui lui torturait l’esprit et les boyaux, ce n’est pas une question sur son devenir, ni même une demande de réconfort qui lui vînt à la bouche. Mais plutôt une interrogation sur un point qui l’avait particulièrement interpellé dans les anciennes paroles de Mr McCarthaigh…le sujet de ces êtres inconnus pour elle qui était les vampires. Ne demandez pas le rapport avec se qu’elle ressentait à l’instant il n’y en avait aucun. C’était juste une manière propre à la trèfle de se débarrasser de ses soucis en changeant ainsi de sujet, une protection en somme.


« Je … je crois que je préférais donner mon sang volontairement plutôt que de voir quelqu’un boire du sang de l’un des miens que l’on a arraché contre sa volonté. Enfin je sais pas… Mais dîtes, ils ne boivent pas tout notre sang ? Ils n’en prennent qu’un petit peu, ils ne nous assèchent pas ? »

Ses dernières interrogations furent nettement moins assurées que ses premières paroles. Si ça se trouvait, les histoires que racontaient les siens à propos des humains, n’était pas pour eux, mais pour cette nouvelle espèce de vampires… Et dans ce cas là, les humains tuaient indirectement les falmaris en se servant d’eux comme cheptels de nourriture pour leurs vampires ! Brrr, ce n’était pas très rassurant comme hypothèse ça … Et la jeune falmaris fut ainsi prit d’un soudain frisson à ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Lun 15 Déc - 0:46

« Oh tu sais, ils n’en prennent qu’une petite quantité. Mais le procédé doit être douloureux. Et comme je te l’ai dit, ce sont ces falmaris en fin de parcours qui offrent volontairement leur sang, souvent, ce sont des falmaris avec un très grand cœur qui font don d’eux pour sauver leur propre race. C’est très noble de leur part… Et infiniment plus que ce que les humains font pour vous aider. »

Fit savoir le fonctionnaire d’un ton qui se voulait rassurant mais dont les derniers accents étaient plus qu’amer, ce qui était caractéristique du fonctionnaire irlandais quand il parlait du genre humain. Réflexe, accent de vérité ou simplement conception personnelle d’une réalité? Pour répondre à cette question, il aurait fallut être dans la tête de Ace qui au fond de lui-même n’était plus sûr de la réponse… Quoi qu’il en fut, il n’en demeura pas moins que le ton donnait une bonne idée du fond de ses pensées. La solidarité interraces aurait dû être une réalité et pas un rêve utopique, surtout dans un monde comme celui-ci, ravagé par de nombreuses guerres en toutes les époques de son existence… Mais le genre humain, dans sa folle ambition, en oubliait ces détails pour se consacre au tyrannique profit et à ses sbires, capitaux, gains et affaires…

« Mais comme je le disais, il n’y a plus de vampire sur mon domaine depuis des lunes donc tu n’as pas à t’en faire. Et sincèrement, je ne compte pas en faire l’acquisition dans les temps à venir. Je préfère les falmaris aux vampires, certains spécimens regardent de haut tous les autres comme un humain le ferait. Et je déteste me faire regarder de haut. À mes yeux, nous sommes tous sur un même pied d’égalité. »

L’irlandais se rappelait avec exactitude ses précédents pensionnaires qui heureusement, vampires comme falmaris confondus, n’avaient pas hérité de ce genre de traits. Mais il avait vu et entendu bien des choses et il se demandait, au final, qui avait déteint sur qui : les vampires sur les humains et les falmaris ou les humains sur les vampires et les falmaris? Ace réalisa dans la même ligne de pensée que seul les falmaris n’avaient jamais été en haut de la chaîne. S’ils le devenaient, seraient-ils aussi corrompus? Une question qui, l’espérait-il, resterait sans réponse… Voyant que le temps de silence s’alongeait, Ace se décida à reprendre la parole.

« Bon, si tu n’y vois pas d’objection… Il serait temps de te montrer ton nouveau lieu de résidence. Ma voiture nous y conduira. On y va? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Féägan
Petit trèfle sauvage
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 30
Végétal / Pouvoir : trèfle
Date d'inscription : 14/10/2008

Feuille de personnage
Statut du joueur: actif
Position du personnage: contre l'esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Jeu 18 Déc - 2:21

Lynn fut soulagée des paroles de l’homme, les siens étaient utilisés certes comme garde mangé, mais au moins pas en tant que produit périssable après une seule utilisation. Ce n’était certes guères plus reluisant, il fallait l’avouer, mais cela rallongeait énormément leur espérance de vie parmi ces humains. Tiens d’ailleurs, il ne semblait pas beaucoup aimer sa propre espèce. Le ton amer et son attitude du moins le laissaient penser… Tous les humains étaient-ils si mauvais envers les êtres des autres espèces qu’humaine ? Bon pour l’instant mis à part Mr McCarthaigh, les seuls autres hommes qu’elle avait croisés n’avaient pas été des plus accueillants. Lynn était sûrement mal tombé...tous ne pouvait pas être aussi foncièrement méchant. Sinon ceux chez qui la trèfle allait habiter, étaient des extraterrestres !

Oh pas de vampire ? Lynn quitta son observation de la troupe de pigeons pour regarder avec une moue de déception Mr Ace. Elle aurait aimé en voir un, voir un membre de cette autre espèce de soumis… et ceux malgré les petits désagréments que cela engendrerait sûrement. Cette nouvelle race l’intriguait, car pour le coup elle lui était elle totalement inconnue ! Les Hommes, Lynn les connaissait par le biais des on-dit, et des histoires… alors même si ses connaissances étaient en grande partie erronée, le sujet restait un peu moins intriguant pour elle.

« Oui je commence à comprendre … ce sont des animaux tout comme vous. Ils agissent sûrement avec beaucoup de ressemblance envers vous. »

Lynn parla presque sure d’elle. Boire du sang ne pouvait être qu’un acte animal de toute manière, rare était les plantes carnivores. Et de mémoire de trèfle, aucune d’entre elles ne se nourrissaient d’hémoglobine ! Ce devait être des gens intéressant sans doute. Soudain un Dring dring retentit sur la gauche. Se retournant immédiatement vers la source, la falmari y aperçu un vélo qui chassait les pigeons et passants sur sa route. Le vol des oiseaux était marrant à observer. En effet ces derniers, revenait toujours à leur lieux de décollage… attirés par la nourriture abondante délivré par une dame âgée. Spectacle somme toute banal pour certain, mais qui tira bien rapidement Lynn de ses réflexions sur les vampires, et son devenir ici. De tout manière pour la dernière interrogation, elle n’en savait strictement rien… si ce n’est qu’elle allait être sous la coupe de cet homme en noir. Apparemment un ami des siens, dans un environnement où la plupart loin d’être hostile, rabaisse à première vu les siens en plantes d’intérieures. Enfin c’est ce qu’elle avait tiré des paroles de son précepteur.

« Euh oui bien sure. Je vous suis Monsieur. »


Souriante envers l’homme, la falmari se leva gracieusement du banc, et le suivit de prés, observant toujours aussi curieusement son environnement jusqu’à la dite voiture… Un machin bizarre presque rectangulaire, avec des roues, et des fauteuils dedans… Réticente dans un premier temps, Lynn se résigna finalement après argumentation à rentrer dedans cette boîte. Ca ressemblait tellement à une cellule aussi, que …bin, s’était effrayant ! Un peu quand même… C’est ainsi, qu’installée confortablement sur l’un des sièges, le regard noisette scotché sur l’extérieure que Lynn partit en direction de sa future demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace McCarthaigh
Contrôleur général des finances
avatar

Nombre de messages : 151
Maître/Esclave de : Lynn Féägan (bien qu'elle ne soit pas vraiment une esclave)
Végétal / Pouvoir : Le pouvoir du choix
Métier : Contrôleur général des finances pour le ministère des finances irlandais
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Contre l’esclavage

MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   Jeu 18 Déc - 2:34

[topic terminé^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: petit trèfle sous serre ... ou pas   

Revenir en haut Aller en bas
 
petit trèfle sous serre ... ou pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est ce petit truc sous les pompes à injection?
» « Depuis que tu es parti [...] » Reflet d'Eden. Nacre de la Sirène. Petit Trèfle. Valet de Pique.
» Présentation de Petit Trèfle
» I went to the market mon petit panier sous mon bras [PV : Jackson ]
» A quels autres jeux sympa jouez-vous sous Android ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Galway: Vieille Ville :: Fleuriste-
Sauter vers: