Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 J'ai un colis pour vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Compte Fondateur



Masculin Nombre de messages : 776
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur:
Position du personnage:

MessageSujet: J'ai un colis pour vous   Lun 8 Déc - 17:17

Ludwig prenait tranquillement son café ce matin là, dans son salon, devant les portes fenêtres qui donnaient sur le parc. Il lisait tranquillement son journal, ses petites lunettes dorées posées sur son nez, près du feu, bref, le tableau parfait de l’homme parfait qui débute sa journée parfaite. Parfaite ? Non, elle n’allait pas l’être. Car déjà, son repos était troublé. Il voyait venir deux hommes de son équipe de jardiniers qui s’en allaient sonner à la porte principale. A eux deux, ils tenaient un autre homme, apparemment furieux puisqu’il tentait de se débattre furieusement, sans résultat. Ludwig soupira, savant pertinemment que c’était lui qu’on venait voir, il ouvrit l’une des portes du salon, et les interpella. Les jardiniers s’approchèrent et expliquèrent la situation.

Quand ils avaient voulu aller entretenir la petite chapelle, ils y avaient trouvé un vampire endormi. Ce dernier refusait obstinément de dire d’où il venait, mais il était clair qu’il n’appartenait pas au propriétaire des lieux. Ne sachant trop quoi en faire, ils avaient décidé de s’en remettre au blond. Pendant ce temps, David, le vampire en question s’était calmé. Il n’avait qu’une seule crainte : qu’on le réexpédie chez sa folle et brute de maîtresse. Les deux hommes repartirent faire leur travail, laissant David et Ludwig ensembles. Ce dernier eu beau interroger l’autre, il refusait de dire d’où il venait. Il répétait qu’il était d’une très bonne aide, obéissant et qu’il se ferait une joie de travailler pour lui, l’allemand avait déjà volé un esclave une fois et cela lui suffisait. DE plus il n’avait pas envie de s’encombrer d’un incapable de plus à l’apparence monstrueuse.

Il fit un saut à l’élevage pour vérifier la puce électronique du fugitif, et la propriétaire de ce dernier s’avéra être la nouvelle propriétaire de la mine. A croire qu’il était poursuivi par une malédiction, on allait vraiment finir par croire qu’il le faisait exprès. Ce serait une occasion d’établir le contact pensa t-il, et puis il n’avait pas trop le choix. Il n’avait pas envie de le remettre à la gendarmerie, trop de paperasse. Il faudrait qu’il sacrifie son après midi pour aller voir la demoiselle, et lui remettre le colis en main propre. Il était tout de même agacé par la situation. La bestiole avait détérioré sa chapelle, y avait passé il ne savait combien de temps et il aurait pu se passer des choses bien plus graves, si il était tombé sur Sylvane par exemple. Le blond était persuadé que cette bête sauvage aurait déchiqueté son falmari dès qu’il l’aurait aperçu, mais il était bien loin de la vérité…

Sur le chemin vers chez Alexis, Ludwig se vit insulté, menacé, voir agressé si David l’avait pu mais… Par mesure de sécurité, il était enfermé dans le coffre. Arrivé devant chez Merëgreen, Ludwig se gara au plus proche (sur une place pour handicapé soit dit en passant), et sonna chez la jeune femme. Il avait laissé David dans la voiture, il n’avait pas envie de se battre avec lui, c'est-à-dire que vous comprenez… Il venait de se faire faire les ongles, et il avait une chemise neuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Mar 9 Déc - 1:15

David avait disparu et fidèle à sa promesse, Alexis ne l'avait pas fait rechercher. D'ailleurs, elle n'avait pas la tête à ça. Acheter une mine demandait de l'investissement, et si elle en avait assez pour ne pas être inquiétée au niveau financier, il en était autrement en ce qui concernait l'administration. En effet, reprendre une telle "entreprise" après la mort du propriétaire n'était pas une mince affaire. Toujours était il que depuis quelques temps, les journaux revenaient sur les difficultés que rencontrait la mine par son organisation déstructurée. Des rumeurs de mise en vente avaient circulés et Alexis avait vu en elles un joli cadeau d'anniversaire personnel. Ce n'était absolument pas par intérêt, elle n'avait nul besoin de l'argent apporté par l'extraction de diamants et l'exploitation des vampires. C'était juste par simple défi. Une sorte de jeu en quelque sorte. Auquel elle imposerait bientôt ses propres règles...

Le temps avait passé, environ deux semaines, peut être plus. Comme promis, elle n'avait pas fait le ménage des bêtises de David bien que l'eau aie disparu depuis belle lurette. Elle avait juste repoussé les morceaux coupants dans un coin pour éviter les accidents. Les quelques déchets avaient également subi le même sort. Les plumes quand à elles, s'étaient pour la plupart envolées par la fenêtre une fois sèches.
Et enfin, elle avait réussi à régler tout l'aspect administratif et était désormais connue comme la nouvelle propriétaire et directrice de la mine. Ou plutôt, en avait le titre, elle n'avait pas encore pris ses fonctions au sein même de Muileata. Elle était tranquillement installé dans le fauteuil en train de regarder quelques paperasses rébarbatives, jouant d'un crayon avec ses doigts quand la sonnette retenti. Elle se releva alors pour se diriger vers l'interphone:

-Oui, c'est pour quoi?

Une voix qu'elle ne connaissait pas lui demanda de descendre, prétextant avoir un colis pour elle. Qu'est ce que c'était encore? Tout autre qu'elle aurait pu être scandalisé par le fait que le livreur ne monte pas lui même ou auraient pu se méfier pour les même raisons. Mais ça lui permettait de bouger un peu même s'il ne s'agissait des escaliers que d'un étage.

-J'arrive, fit elle.

Et elle descendit dans le hall avant de sortir, ayant en face d'elle un jeune homme blond qui lui disait vaguement quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte Fondateur



Masculin Nombre de messages : 776
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur:
Position du personnage:

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Mer 10 Déc - 18:06

En attendant qu’Alexis descende de chez elle, Ludwig commença à marcher l’air de rien sur le trottoir. Finalement, las, il s’adossa au mur de l’immeuble et alluma une cigarette. Et bien dites donc, elle ne se pressait pas ! Elle ne savait donc pas à qui elle avait à faire ?! Ah oui, non, elle ne savait pas… Normal, il avait oublié de se présenter. Agacé par la situation, quand elle avait décroché l’interphone, la seule chose qu’il avait trouvé à lui répondre était : « Descendez j’ai un colis pour vous ». Pas un mot de plus. Encore une fois, il avait de quoi râler. Cette folle avait laissé un vampire en liberté, qui semblait dangereux. Car s’il s’était comporté de manière irréprochable quand ils étaient encore à la villa, pour se faire embaucher apparemment, dès qu’il avait parlé de le ramener chez son véritable propriétaire, la sale bestiole s’était transformée en une véritable boule de nerfs, il était devenu grossier, agressif, mais le pire de tout : bruyant.

De son côté David attendait dans le coffre du jeune homme. Il avait abandonné l’idée de taper contre les murs de sa « cage », puisque cela semblait sans effet aussi bien sur l’objet que sur le propriétaire. Il s’en voulait de s’être fait prendre aussi bêtement. S’il n’avait pas été endormi, il aurait peut être réussi à se cacher, ou du moins, il ne se serait pas laissé prendre si facilement. Alors que là… Il n’y avait rien de glorieux dans sa capture. Deux hommes étaient venus, ils l’avaient attrapé et traîné de force jusqu’au maître.
Ce qui le désolait le plus dans l’histoire ce n’était pas tellement de ne plus être libre, c’était certes de retourner chez cette dingo de blondasse aux cheveux noirs, mais surtout de ne pas être au rendez-vous ce soir là. En atterrissant chez Ludwig il avait retrouvé la jeune falmarie avec qui il était chez son ancien maître, et ils avaient sympathisé une nouvelle fois. Le respect qu’il éprouvait pour elle comme pour tous les autres de sa race s’était peu à peu transformé en attachement, et il s’était promis de la protéger, même s’il avait conscience qu’il ne lui serait pas de grande utilité.

Ludwig vit enfin la jeune femme pointer de bout de son nez. Il jeta son mégot par terre et l’écrasa avec le talon avant de le pousser du bout de sa chaussure dans le caniveau, pour finalement aller doucement à sa rencontre. Il ne lui serra pas la main, après tout ce n’était qu’une femme, et lui dit directement :

-Bonjour mademoiselle, Ludwig Helies. J’ai retrouvé ce matin dans mon parc quelque chose qui je pense vous appartiens…

Sans trop lui demander son avis, il se dirigea vers sa voiture qui n’était qu’à deux pas, et posa sa main sur le coffre.

-C’est ici, et il est apparemment…

Un cri provint alors de la voiture : « Connasse ! », ce qui fit sourire Ludwig.

-… Ravi de vous retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Dim 21 Déc - 5:52

Le jeune homme qui n'avait manifestement pas l'air d'un livreur, s'avança vers elle après avoir écrasé son mégot. Il n'esquissa pas le moindre mouvement de salutation et elle en fit de même, ne voyant pas l'intérêt de présenter des politesses si lui même n'en trouvait pas l'utilité. A la place, elle mit ses pouces dans ses poches de devant, lui donnant l'attitude désinvolte qui caractérisait bien son état d'esprit.

-Bonjour mademoiselle, Ludwig Helies. J’ai retrouvé ce matin dans mon parc quelque chose qui je pense vous appartient…

Ludwig Helies, c'était donc ça. Le fameux propriétaire de l'élevage de falmaris... Sans attendre une quelconque réaction de sa part, il se dirigea vers sa voiture garée à quelques petits mètres. Alexis n'eut pas à réfléchir longtemps pour se douter qu'il avait du retrouver David... L'insulte sortant de l'arrière du véhicule confirma ses pensées.

Le tout était que maintenant, elle ne savait pas comment réagir. Elle connaissait assez bien la réputation de ce monsieur Helies et n'avait pas vraiment envie d'y être mêlée plus que nécessaire. Tout dans sa tenue, sa coiffure, son attitude, la pseudo-supériorité qu'il affichait et le reste étaient autant d'indices révélateurs de ce qu'il devait être. Le genre de personnes attiraient bien trop souvent les ennuis sur eux pour qu'elle les côtoie plus que de nécessaire... Il y avait également le fait qu'il fasse encore jour. Bien qu'encore non familiarisée avec son nouveau vampire, elle n'avait toutefois pas oublié que le soleil n'était pas vraiment ce qui lui réussissait le mieux. Et puis, elle voulait mettre certaines choses au point avant de le reprendre ou de le laisser tranquille, pour éviter que ne recommence éventuellement la destruction-sabotage dont il avait fait preuve quelques semaines plus tôt.
Restait encore l'attente de ce Ludwig. D'après ce qu'elle avait entendu et pu observer de lui dans les instants qui précédaient, il ne devait pas être du genre à faire les choses pour dire de faire sa B.A. du jour gratuitement ou entretenir de bonnes relations amicales et professionnelles avec elle. De plus, il s'était déplacé personnellement au lieu d'envoyer quelqu'un d'autre... Elle se décida donc pour ce qui lui semblait le plus probable, quitte à se fourvoyer sur les intentions de son interlocuteur:

- Est-ce qu'il à occasionné des dégâts, des dépenses? Dois-je vous dédommager? Ou bien êtes vous venu pour d'autres raisons qu'une simple visite de courtoisie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte Fondateur



Masculin Nombre de messages : 776
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur:
Position du personnage:

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Lun 29 Déc - 4:20

David en position fœtale dans le coffre attendait avec appréhension le moment où il serait confronté à Alexis. Il devrait faire face à toutes ses bêtises, il ne savait pas dans quel état d’esprit elle se trouvait mais elle ne devait pas être ravie de tout ce qu’il avait fait. Enfin au moins, il n’aurait pas à nettoyer l’appartement, puisque vu le temps qu’avait duré son absence, elle avait bien du être obligée de faire quelque chose. Il avait au moins gagné une bataille, même si en se retrouvant ici à nouveau il en perdait une autre. Il recommença à donner de violents coups de poings quand il remarqua grâce à sa vision nocturne une sacoche dans le coffre. Curieux, il ne l’avait pas encore vu. Il l’attrapa et découvrit un ordinateur portable. Un sourire carnassier s’afficha sur son visage. Voilà qui était parfait.

Elle avait au moins la courtoisie de poser la question. Non, Ludwig n’avait que faire d’un dédommagement financier, il attendait plutôt des excuses ! Non mais il faut être un peu taré pour laisser un truc pareil se promener en liberté ! Ce vampire était un vrai danger public. Il avait essayé de le frapper, de le mordre, il s’était même attaqué à ses cheveux ! Elle avait de la chance qu’il ne l’ai pas directement envoyé se faire piquer ! Si cette saloperie lui était tombée dessus par hasard, il ne donnait pas cher de sa peau, de sa magnifique magnifique magnifique peau.


-Et bien en fait j’attendrai plutôt des explications. Voyez j’abrite chez moi des falmaris de grande valeur, et je ne suis pas très rassuré à l’idée de savoir qu’ils se promènent dans mon domaine sans être en sécurité. Votre vampire n’est qu’une bête sauvage, c’est pour cela que je me suis vu obligé de le transporter… Là dedans.


Puis sans plus de cérémonie, il ouvrit le coffre, mettant à jour David, occupé à détruire chacune des pièces de l’ordinateur du blond. Il avait sectionné le fil de la souris et de la tablette graphique, cette dernière était brisée en deux, l’ordi en lui-même était ouvert, et tous les composants trainaient un peu partout. Quand la lumière du soleil pénétra dans l’habitacle, le vampire eut le réflexe de protéger ses yeux avec ses mains, et de se rouler en boule.


-Le soleil merde !


Ludwig était figé sur place. Il avait complètement oublié le pc. Et c’était de la comptabilité, des mails important et beaucoup d’autre chose qu’il contemplait là, devant lui, dévastés. Mais… Mais quelle saloperie de sale bestiole ! On n’avait pas idée d’éduquer aussi mal ses animaux ! Avec un peu de chance il pourrait récupérer encore ses infos, si le disque dur n’était pas encore parti en miette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Lun 29 Déc - 6:26

-Et bien en fait j’attendrai plutôt des explications. Voyez j’abrite chez moi des falmaris de grande valeur, et je ne suis pas très rassuré à l’idée de savoir qu’ils se promènent dans mon domaine sans être en sécurité. Votre vampire n’est qu’une bête sauvage, c’est pour cela que je me suis vu obligé de le transporter… Là dedans.

Apparemment pas... Tous ses griefs restaient concentrés sur lui et sur sa petite personne. Oh, il évoquait bien ses falmaris, mais Alexis n'était pas dupe. Elle était même prête à lui faire des excuses, vu qu'apparemment, c'est ce qu'il attendait secrètement. Cela ne la gênait pas, après tout, il ne s'agissait que de mots auxquelles elle ne prêterait pas le moindre sens.
Et Ludwig... ouvrit le coffre. Sur le coup, Alexis resta figée comme le jeune homme. Sauf qu'elle, n'était pas concentrée comme lui sur l'ordinateur portable en miettes qui jonchait le plancher autour du vampire. A la vue du soleil, David s'était protégé les yeux et recroquevillé pour tenter de se protéger des rayons nocifs. Lorsqu'il s'écria, "Le soleil merde !", cela fit sortir la jeune femme de sa torpeur. Elle se précipita vers le coffre qu'elle ferma lourdement, à deux mains. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour réagir mais c'était quelques secondes de trop.
Ivre de rage, elle se tourna vers Ludwig:

-Non mais vous êtes malade? On peut savoir ce qui vous a pris?

Elle s'était mise à hurler, se rapprochant dangereusement du propriétaire de l'élevage. Les poings serrés, elle écumait presque. Oh, elle n'allait pas le frapper, si cela avait été son intention, elle n'aurait pas attendu pour réagir aussi viscéralement. Mais la colère l'inondait toute entière.

-Des explications?, cracha t'elle, les dents serrées. Des explications? Est-ce que j'en ai à fournir après le comportement aussi insensé dont vous venez de faire preuve?

Bien qu'il soit lui même grand, il ne rivalisait pas en cet instant avec elle. Elle l'écrasait de toute sa stature et de sa rage. Une chance qu'elle n'aie rien tenté de physique avec lui, il semblait clair qu'il ne l'aurait pas emporté. Et aucun badaud ne serait intervenu, il était relativement tôt et personne ne traînait dans les rues à ces heures la. De plus, Alexis était plutôt impressionnante et pouvait sans problème décourager les plus téméraires quand elle était dans ces états la.

-On peut savoir à quoi vous jouez? C'est... de l'intimidation ou seulement votre connerie de sale friqué qui vous obscurci le cerveau? Une façon de me faire payer votre contrariété?, cracha t'elle entre ses dents.

Elle pointa un index féroce vers la poitrine de Ludwig, pointant ses prunelles ardentes dans les siennes, rapprochant son visage à quelques centimètres du sien. Elle persifla, haineuse:

-Si vous croyez que vous m'impressionnez, vous vous fourrez le doigt dans l'œil. Vous avez peut être de l'influence, mais croyez moi, j'en aurai bientôt autant que vous. Ce n'est qu'une question de temps!

Et elle s'écarta enfin. Se dirigeant vers l'arrière de la voiture, elle avisa une épaisse couverture qui servirait momentanément à couvrir David le temps qu'elle le sorte de là. Sans plus adresser un regard à Ludwig, elle déroula le tissu qu'elle jeta directement dans le coffre quand elle ouvrit celui-ci, enveloppant le vampire de façon temporaire. Animée par sa colère, elle le hissa tant bien que mal le moins délicatement du monde pour le sortir de la et l'entraîner à l'intérieur. Une fois à la porte, elle se retourna quand même une dernière fois pour lâcher, mauvaise:

-Considérons que nous sommes quittes pour ce qui vient de se passer. Vous pour la sécurité de vos... falmaris chéris et votre ordi, et moi pour les dégâts que vous avez occasionnés sur mon esclave...

Elle n'allait pas tenter de représailles. Elle dépassait le principe de cour de récré, oeil pour oeil, ... Surtout que malgré qu'elle aie employé le mot "esclave", elle avait quand même plus de considération pour la vie tout court que pour la comparer à une chose aussi insignifiante qu'un simple objet matériel. Elle avait juste voulu donner le change, montrer de quel bois elle se chauffait et simuler qu'elle jouait dans la même cour que lui. Nager sans faiblesse dans le bassin aux requins. Mais les menaces qu'elle avait évoqué un peu plus tôt n'étaient pas sans fondement. La mettre en colère était chose difficile, mais une fois cet "exploit" arrivé, il valait mieux se méfier. Elle pouvait se montrer très dangereuse et avait une excellente mémoire. Dans ces cas la, s'amender et requérir une deuxième chance était presque mission impossible. Or, cela joue quand on s'en prend à une des femmes qui deviendraient d'ici peu un des piliers de la ville.

Arrivant dans l'appartement, elle délaissa David sur le canapé, toujours sous sa couverture, pour s'empresser d'aller fermer les volets et les rideaux, plongeant la pièce dans l'obscurité. Proférant toujours des insultes et des jurons à mi-voix, elle se saisit de son téléphone portable pour composer un numéro.

-Allo, Francis? J'ai besoin de ton falmari maintenant, c'est urgent! Oui, je t'expliquerai, à tout de suite.

Et elle raccrocha, incapable de rester en place, toujours fulminante... Elle se rapprocha du jeune vampire, lui ôtant sa protection:

-Laisse moi voir les dégâts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Jeu 15 Jan - 2:17

Ludwig regarda de haut cette boule de nerfs s’énerver pour rien. Et voilà, encore une fausse gentille qui voulait protéger ses esclaves. Mais si elle était vraiment ce qu’elle prétendait être, des esclaves elle n’en aurait pas, et elle ne les frapperait pas puisque David s’était plein devant lui à plusieurs reprises que sa maîtresse le bâtait et qu’il ne voulait pas retourner chez elle. Amusé par la réaction qu’elle avait, il s’adossa à la voiture, et la regarda faire son petit ménage. Oh il n’allait pas la laisser s’en tirer comme cela, il n’aimait pas perdre, il s’occuperait de cette affaire plus tard. Les bras croisés, il ne réagissait pas, il se contentait de regarder, en spectateur, avec un sourire en coin.

-J’attends de voir comment vous arriverez à avoir de l’influence sur les cinq continents en quelques semaines, cela risque d’être fort amusant. Pour le reste, je laisse cette affaire à la loi, puisque vous semblez indisposée au dialogue. Au revoir mademoiselle Merëgreen, j’espère que mes dégâts laisserons asse de place pour les vôtres.

La loi considérait en effet la destruction d’un bien personnel par un vampire plus grave que des mauvais traitements infligés à l’un d’eux par un humain. Ca en plus de son statut, Ludwig était sûr d’obtenir victoire. Il allait recevoir de l’argent très certainement, ce dont il n’avait rien à faire, c’était plutôt la symbolique qui l’intéressait. S’il le voulait, il n’avait qu’à romancer un peu son histoire, et il arriverait même à faire piquer David, pourquoi pas. La symbolique ne serait que plus forte. Il avait tout le temps d’y réfléchir, maintenant qu’il était débarrassé des deux bombes à retardement… Il referma le coffre, et s’en retourna chez lui.

David de son côté n’eut d’autre choix que de suivre Alexis. Lui qui voulait rester avec le blond qu’il avait rencontré le matin même se rendait compte qu’encore une fois on n’avait pas hésité à lui faire mal. Tous les mêmes, il n’avait rien espéré, et il était quand même déçu. Il s’effondra sur le canapé, et une fois qu’il fut dans l’ombre, il retira la couverture de sa tête, le regard vide. Il s’allongea et se passa la main sur le visage, celui-ci n’avait rien. En revanche, il pu voir sur son avant bras des croutes hideuses qui s’étaient déjà formées. Berk. Heureusement il n’en avait beaucoup que sur le bras droit, le gauche avait été mieux protégé, le reste de son corps lui n’avait rien, l’exposition avait été brève, et donc ses vêtements avaient suffit à faire une bonne barrière.

Il remit ses bras sous la couverture et se rassit. Il avait comprit qu’elle faisait venir un falmari, et franchement, il avait besoin de tout sauf de ça. Cette pauvre créature devait être assez traumatisée comme ça à nourrir des vampires, alors si en plus elle devait faire cela pour un inconnu à l’apparence monstrueuse, celle-ci accentué par des croutes infâmes… Il n’aimait pas montrer sa faiblesse à un humain, mais c’était son physique dont il avait honte devant un falmari, quel que soit son sexe ou son âge. Peste ! Et puis… Il n’en avait pas besoin ! Elle n’aurait pas pu demander cette gourde !? Quand elle s’approcha de lui, il la repoussa violemment sans la regarder et lui lança :


-Lâchez moi putain, j’suis pas en sucre !

Il prit soin de cacher son corps sous la couverture. Il n’y avait que ses pieds et sa tête qui dépassaient. Il valait mieux pour Alexis qu’elle n’essaye pas de lui enlever de force, sa réaction pouvant être violente.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Jeu 15 Jan - 5:32

Alexis avait déjà écarté bien loin de son esprit les piètres menaces de Ludwig. Après tout, s'il voulait jouer à qui manierait le mieux la loi et ses méandres, il n'était pas forcément sûr de gagner. Sa priorité pour l'instant était l'état de David. Qui apparemment n'allait pas si mal que ça étant donné qu'il la repoussa sans ménagement avec sa hargne habituelle en lui criant:

-Lâchez moi putain, j’suis pas en sucre !

Il était en colère et il en avait le droit, sauf que voila, si elle était calme et indifférente d'habitude, quelles que soit les remarques ou attaques lancées, il en était autrement une fois qu'elle était véritablement en colère. Et s'il lui arrivait rarement d'être hors d'elle, quand cela arrivait, elle n'y allait pas à moitié. Et la réaction de David fut un peu la goutte d'eau qui fit déborder le vase pour de bon. Elle se mit à hurler:

-Mais bordel y en a marre! T'as pas envie de laisser de temps en temps ton ego sur le côté et d'arrêter de te centrer sur ton petit nombril? T'as pas autre chose à faire que de jouer à la victime? Assume les de temps en temps tes conneries! Tu crois que quoi? Que jveux être sacrée maîtresse de l'année? Encore heureux que tu ne sois pas en sucre, je ne t'ai pas acheté pour jouer à la poupée, mais parce qu'au contraire tu avais encore un temps soit peu de personnalité malgré ton petit numéro d'imbécile docile à la boutique! C'est d'ailleurs pour ça que je t'ai frappé, pour que tu cesse ta petite comédie ridicule qui t'aurai laissé pourrir encore longtemps dans ta cage minuscule, à te demander si tu avais encore un quelconque intérêt! Tu vas me faire croire que c'était la première fois que tu te faisais cogner dessus? Que je suis la grande méchante de l'histoire? Mais pour rappel, je t'avais prévenu que dire la vérité t'aurai été plus profitable! Alors épargne moi tes couplets accusateurs et tes petites vendetta destructrices à l'avenir.

Elle continua sans s'interrompre, sur un ton plus acerbe:

-Et pour que tu ne vienne pas me traiter de traître, de sournoise ou je ne sais quel autre qualificatif du genre, pendant ton absence, je suis devenue la nouvelle propriétaire de la mine. Et devine quoi, je t'enverrai pas plus travailler la bas pour autant! Tu pourra continuer à te plaindre de ton sort autant qu'il te plaira!

Elle fut interrompue par la sonnette de l'interphone auquel elle alla répondre un agressif "oui?" avant de laisser entrer le dénommé Francis et son falmari. Elle avait eu dans l'idée qu'absorber du sang permettrait à David de résorber plus facilement ses blessures et accessoirement, lui fournirait sa "dose" étant donné que tout le reste était parti dans l'inondation provoquée. Le falmari en question s'appelait Nathanael, très flegmatique qui, du haut de sa bonne trentaine, avait déjà une bonne expérience des vampires. De plus, il avait déjà été prévenu de l'apparence particulière de celui-ci bien qu'il ne l'aie jamais vu. Alexis entretenait des bons rapport avec lui ainsi qu'avec son "maître", à peine plus âgé, mais, qui pour l'occasion, fit fi des politesses:

-L'autre imbécile est la, fit elle en désignant David du doigt. Et toi, mors le au creux du bras, haussa t'elle mauvaise, à l'attention de ce dernier.

Et elle partit vers la cuisine, entraînée par Francis qui essayait de la calmer et de découvrir la cause de cet énervement orageux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Dim 18 Jan - 15:51

Oh oui, ça c’était vraiment trop facile ! Parce qu’elle l’avait prévenu qu’il avait tout intérêt à se comporter de la façon la plus propice à le laisser moisir dans une cave, puisque soit dit en passant il ne pouvait pas deviner qu’il se trouvait en la présence d’une timbrée, elle avait le droit de le frapper ? Et ce juste parce qu’il ne s’était pas comporté de la façon dont ELLE le voulait ? Elle se croyait supérieure ? Différente ?! Elle était comme les autres, elle réagissait violemment quand elle n’avait pas ce qu’elle voulait, c’était une sale gamine, une enfant gâtée. Si elle ne voulait pas de vampire calme, elle avait l’embarras du choix, seulement voilà, elle l’avait voulu lui et pas un autre, seul son soit disant caractère effacé ne lui plaisait pas. Qu’à cela ne tienne, une beigne et hop on est partis !

-Et bien peut être que j’étais mieux dans ma cage minuscule, peut être que de n’avoir aucun intérêt ça me plait vous y avez pensé à ça ? Nooon ! Je ne vous ai rien demandé, et voilà que je me retrouve redevable envers une pauv’ fille assez minable pour s’acheter de la compagnie ! Je préfère largement être un imbécile à l’égo surdimensionné comme vous dîtes, plutôt que de me faire passer pour l’abbé Pierre avec mes belles paroles ! Ah elle est belle la directrice de la mine ! « Oh mon dieu travailler à la mine c’est dur pour ces pauvres petites créatures, avoir de la personnalité c’est bien laissons les s’exprimer », et bah je vais vous dire un truc. Si j’ai envie d’y travailler à la mine moi hein ? Ouais, j’ai envie d’y aller, parce que je vois pas ce que je foutrai ici alors que les autres eux ils passent la journée dans vos galeries de merde ! Ouais, j’ai au moins une chose que vous n’avez pas : une fierté !


L’avait-elle seulement écouté ? Quand il commençait son discours, elle partait vers l’interphone, mais vu la façon dont il avait beuglé, il était certain qu’elle l’avait au moins entendu. Etrangement, ça lui avait fait du bien de vider son sac, il se sentait un peu mieux. L’air boudeur, il se cacha un peu plus sous la couverture qui lui recouvrait la moitié du visage, quand entra dans l’appartement le dénommé Francis et son falmari. Merde, il avait fait vite ce con. Da id n’avait pas eu le temps de se préparer. Il baissa le regard, alors que les humains quittaient la pièce. En présence du falmari, David changea du tout au tout. L4assurance qu’il avait eu quelques minutes plus tôt avait totalement disparue. Il ajusta la couverture sur ses épaules et bafouilla :


-Pardon de vous avoir déranger, pour le déplacement je veux dire je… Je reviens.

Il se leva et entra dans la cuisine sans faire attention aux deux autres. Il fouilla dans les placards, et fini par trouver des bouteilles d’alcool. Il prit le plus fort qu’il pu trouver, ce fut du rhum, du sopalin, et un couteau de cuisine moyen. Il s’apprêta alors à sortir comme si de rien n’était avec son butin.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Lun 19 Jan - 4:13

Alexis était carrément furieuse et Francis avait bien du mal à découvrir la raison de tant de colère. Les dernières paroles de David auxquelles elle n'avait pas répondu avaient rajouté à l'irascibilité de la jeune femme. Il parvint néanmoins à saisir le gros de l'histoire dans les tirades énergiques qu'elle lançait. Rien ne pouvait la calmer. Encore moins quand, accoudée en arrière sur un plan de travail à l'extrémité de la cuisine, elle vit David entrer et fouiller dans les placards pour en sortir de l'alcool, avant d'embarquer au passage un couteau de cuisine et de l'essuie-tout. Il reparti pour le salon mais la moutarde avait eu le temps de lui monter au nez pour de bon, lui faisant perdre toute sa logique habituelle. Elle se mit à hurler:

-C'est ça vas-y, picole et suicide toi! Profite des 180m² de ta cage dorée et de ton sursaut de conscience d'inutilité pour en finir! Et si tu survis, emménage dans un placard pour y broyer du noir en te rappelant le bon vieux temps où tu n'avais aucune considération pour toi même!

Et elle s'arc-bouta toujours accoudée sur le plan de travail pour éjecter la table de ses deux pieds. En réalité, la table n'alla pas bien loin, il s'agissait uniquement d'un moyen d'évacuer en partie la colère qui faisait bouillir intérieurement la jeune femme. Sans plus attendre, elle débarqua dans le salon avant que David aie pu faire quoi que ce soit pour prendre ses affaires. En enfilant son long manteau et en rejetant ses longs cheveux en dehors du vêtement, elle reprit sans lui lancer le moindre regard, toujours aussi coléreuse:

-Vas-y travailler dans mes galeries de merde si t'y tiens tant! Il me semblait juste que tu étais assez occupé à essayer de t'enfuir à tout bout de champ ou à saccager mon appart pour en avoir le temps!

Elle mit rageusement son téléphone et d'autres objets du même genre dans son sac.

-La pauv' fille minable elle va te dire, sa dignité va très bien, elle t'en remercie! Elle fourra ses clés dans sa poche. Bordel! Comme si j'étais assez conne et hypocrite pour jouer à la débile sauveuse qui essaie de se faire bien voir! Par qui on se le demande! Elle mit le sac sur son épaule. Redevable! N'importe quoi! On le laisse vivre sa vie comme il veut sans rien demander en retour et il arrive encore à vous le reprocher!

Francis tenta de s'interposer quand elle se dirigea vers la porte pour calmer les choses mais elle lui jeta un regard menaçant:

-Mauvaise idée, tu sais bien que je n'hésiterai pas à te rentrer dedans si tu ne me laisse pas passer!

Sachant pertinemment qu'elle ne plaisantait pas et qu'elle avait besoin d'être seule pour revenir un peu au calme, il s'écarta. Elle sortit en claquant la porte, dévalant les escaliers pour sortir au plus vite de l'immeuble et s'éloigner au possible tant que cela s'avèrerait nécessaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Mer 21 Jan - 22:07

Le vampire leva les yeux au ciel. Il préférait ignorer les remarques idiotes qu’on lui faisait. Il fit aussi comme s’il n’avait pas vu l’air soudainement affolé du deuxième humain qui lui craignait pour la santé de son falmari. Mais il se faisait du mouron pour rien. David une fois revenu auprès de la créature qui s’était installé dans un canapé s’assit sur l’accoudoir, imbiba d’alcool le sopalin et il nettoya méticuleusement l’objet. Comme pour Sylvane il n’allait pas le mordre. Dès qu’il en avait l’occasion, il préférait utiliser un outil tranchant et récolter le sang qui coulait de la blessure plutôt que d’infliger une morsure qui était beaucoup plus douloureuse, et qui faisait des cicatrices affreuses. Il prit une autre feuille, et timidement, il posa le bras de l’homme sur ses genoux. Il le tourna vers l’extérieur, pour avoir meilleur accès aux veines, et il y passa son désinfectant une première fois.

Alors qu’il prenait le couteau, il vit de la part de sa « proie » une légère inquiétude. Il lui fit signe de ne pas s’en faire, puis, il pratiqua une légère entaille sur la peau fine du falmari. Le sang coulait peu, et lentement, mais au moins, il n’avait pas eu trop mal. Il posa son arme sur la table basse et se mit à genoux devant le fauteuil, attendant qu’il y ait assez pour boire, les yeux fixés sur la blessure. Finalement, il récolta le précieux liquide et s’occupa de nettoyer la plaie. Nathanael n’avait pas bronché une seule fois, une fois que la chose fut finie, il s’en alla rejoindre son maître qui venait d’observer impuissant la furie d’en aller.

David lui était irrité par les paroles de la demoiselle. Mais il ne laissa rien paraître. Francis hésita quelques instants, puis, il sortit sans demander son reste suivi de son esclave qui avançait nonchalamment les mains dans les poches. Une fois de plus, David se retrouvait seul dans l’appartement. Il resta un long moment à fixer un point invisible droit devant lui, puis il laissa libre court à sa colère, proférant des insultes dans le vide, se laissant aller à pousser quelques cris hystériques, mais cette fois ci il ne cassa rien. Il tourna ensuite sans but, il du verser quelques larmes, il ne savait même plus pour quelles raisons exactes il était dans cet état. Mais il avait besoin d’évacuer, et cela lui faisait un bien fou. Il se sentait sal, aussi, il s décida à aller prendre une douche, chose qu’il n’avait pas pu faire depuis sa fugue.

Il sorti et alla nu jusque dans sa chambre. Il fouilla les tiroirs et tomba sur les vêtements du mystérieux second vampire de la maison. Sans vergogne, il s’autorisa à lui prendre un boxer, un jeans et un T-shirt noir un peu trop grand pour lui. Il recommença alors à marcher dans tout l’appartement, dans toutes les pièces, sans prendre vraiment la peine de les observer. Il finit par s’arrêter dans la salon, devant un grand miroir. Il pouvait voir tout le mobilier, et une tâche sombre. Etant vampire, il ne pouvait pas se voir, il ne pouvait voir que sa silhouette, celle où ne se reflétait pas le salon. Ce n’était bien entendu pas la première fois qu’il faisait cette constatation, mais lors de son séjour dans la forêt, Sylvane lui avait assuré qu’il n’était pas repoussant. On avait passé tant d’année à lui dire le contraire qu’il avait fini par le croire, mais lui-même ne savait pas à quoi il ressemblait. Tristement, il posa la main sur la glace, et il vit derrière lui la bouteille de rhum qui trainait toujours par terre.

Il regarda l’heure, cela faisait maintenant deux bonnes heures que l’autre était partie. Oh et puis après tout…

Une heure et demie plus tard, il avait mit un CD d’Abba en route, et avait poussé le volume à fond. C’était la première fois qu’il buvait de l’alcool, et le moins qu’on puisse dire était qu’il ne le tenait pas du tout. Il exécutait une chorégraphie endiablée, sans queue ni tête en se pavanant en sous vêtement dans l’appart. Il était entre temps allé chercher de quoi s’abreuver, histoire de varier les plaisir. Et ce n’était pas moins de 5 bouteilles différentes sur la tables basse du salon qui avaient diminuées chacune d’un bon quart.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Dim 25 Jan - 7:39

Alexis bouillonnait. Elle fulminait. Cela faisait très longtemps qu'elle n'avait pas été dans une telle colère noire. Tout d'abord l'imbécillité monstre de ce pédant de Ludwig Heliès qui en plus d'être un crétin fini se permettait une condescendance sans nom insupportable. Ensuite, l'attitude aussi butée de David qui était incapable de se décentrer de son opinion agressive envers elle. Elle ne craignait ni les menaces de l'un ni les reproches de l'autre. Mais l'accumulation des évènements récents avaient fait céder sa patience presque olympienne et l'a submergeait totalement en ce moment. Elle n'était pas du genre à s'embarrasser des codes traditionnels. Elle avait parfaitement le droit elle aussi d'être égoïste et de se laisser aller, d'exprimer sa colère, ses frustrations et ses envies. Et si elle ne le faisait pas d'habitude, c'est que généralement, elle n'en avait pas besoin, elle gérait parfaitement le tout, ne se souciant pas des on-dit ni des conséquences éventuelles. Mais cette fois ci, trop c'était trop!

A grandes enjambées elle quitta la ville en passant par des petites rues où elle ne croisa personne jusqu'à atteindre les zones moins urbanisées. C'est au bord d'un petit lac désert qu'elle se mit à hurler sa fureur, à se défouler sur les objets qui traînaient au sol à grand coups de pieds rageurs et à envoyer valser une ribambelles de cailloux et de petits rochers qui s'écrasaient dans l'eau à grands bruits et éclaboussures. Elle y passa plusieurs heures, jusqu'à ce qu'enfin, la fatigue parvienne un peu à la calmer. Elle s'assit comme un tronc d'arbre et réprima les quelques larmes qui pointaient tandis que l'amertume persistait. Bien qu'à caractère solitaire, cela ne la dispensait pas d'avoir besoin de contacts sociaux minimaux nécessaire à tout épanouissement de soi. Hors depuis qu'elle était dans celle ville, elle était seule. Bien sur elle avait de nombreuses connaissances, un contact aisé avec les gens et n'avait que faire d'un "petit-ami". Mais cela n'avait rien avoir avec ses vrais amis avec lesquels elle partageait une histoire de sa jeunesse mouvementée pas si éloignée. Et cette absence entre outre pesait lourdement dans la balance en regard de son état actuel.

David s'était donc trompé en partie sur ce point la mais également sur ces intentions en tant que nouvelle directrice de la mine. Elle ne voyait pas autrement cette dernière que comme une entreprise, une entreprise qui pour fonctionner et être rentable devait changer radicalement de direction. Le profit ne faisait pas vraiment partie de ses ambitions mais le travail bien fait si. Elle s'était offert un nouveau but, un objectif à atteindre. Elle comptait alors de fait réformer le système radicalement. Apparemment son prédécesseur avait ouvert la voie mais était beaucoup trop "timoré". Elle, ne s'embarrasserait pas de la paperasserie administrative sans importance, laissant cette charge à d'autres et s'attaquerait directement et de façon immédiate et efficace aux problèmes importants, soit les conditions de travail des vampires. Aucune ambition humaniste derrière, elle jugeait et traitait simplement les personnes selon leurs valeurs et non leur rang social. A ce titre, les esclaves étaient des ouvriers, des employés et de fait, travailleraient d'autant mieux dans un environnement moins oppressif et donc, plus productif. Et ce, quelles que soient les opinions ou les attaques dont elle pourrait être sujette et dont elle n'avait cure..,
Sa mine, son choix, ses règles.

Au bout de plusieurs heures assise au bord de ce lac, elle était arrivée à revenir à un calme plus ou moins relatif. Il subsistait toujours une certaine tension nerveuse mais le flot d'adrénaline avait fortement redescendu, laissant place à une certaine fatigue légitime. Elle ne voulait pas revoir David mais elle se décida néanmoins à rentrer à l'appartement. Au moindre geste ou son déplacé de sa part, elle le foutrait ni une ni deux à la porte. Après tout elle était chez elle, elle y faisait sa loi et n'avait aucun compte à lui rendre. Elle ne lui devait rien et s'il préférait aller croupir au caveau ou aller se détruire ailleurs, il était libre de ses choix, elle s'en désintéresserait totalement.

Elle revint donc chez elle et fut accueillie dès l'entrée par une musique assourdie qui venait de chez elle. Le visage complètement fermé elle monta les escaliers et ouvrit la porte. Elle put dès lors admirer le vampire en caleçon danser n'importe comment en s'inspirant des rythme d'une chanson tiré d'un cd qu'elle avait du recevoir en cadeau d'un quelconque promoteur, étant donné que le peu d'albums qu'elle avait avaient fini fracassés et les morceaux demeuraient toujours entassés près du mur. Un coup d'œil suffisait à voir qu'il devait complètement être bourré, confirmation apportée par la vision des bouteilles exposées un peu plus loin. La tension qu'elle avait accumulée s'estompa progressivement et Alexis devint plus sereine. Sans un mot, elle se dirigea vers la stéréo et baissa significativement le bruit avant de saisir la bouteille que tenait David.

-Je crois que tu as assez bu pour aujourd'hui, fit elle doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Lun 26 Jan - 20:52

David quand sa maîtresse entra dans la pièce cessa tout mouvement. Il resta figé, la bouche entrouverte comme un poisson hors de l’eau persuadé que s’il restait immobile elle ne le verrait pas. Enfin, immobile, tout est relatif comme on dit. Il vacillait, à droite à gauche, et quand finalement elle lui prit la bouteille des mains, il fut déséquilibré par la perte d’un poids sur sa gauche, et il en tomba sur le sol, sans se faire mal. Dans un premier temps, il eut un fou rire, impossible de s’arrêter. Il fixait le plafond comme si il s’était déroulée sur ce dernier la meilleure des comédies. Mais au fur et à mesure, ce rire se transformait en pleurs, ou plutôt en sanglots qui s’échappaient sans larme.

Il était encore assez lucide pour se rendre compte qu’il s’était montré dans un état minable devant la furie, la dernière des choses qu’il voulait faire, mais il ne l’était pas assez pour retenir les mots qui sortaient tout seul de sa bouche.


-J’ai l’air con hein ? Putain ouais j’ai l’air con.

Il la regarda et souri tristement après un hoquet qui mit fin à ses pleurs.

-Voilà t’es contente ? Je suis pas mieux que vous.
Il ouvrit soudainement les bras et reprit de plus bel. Ouais j’ai bu, je suis un gros humain de merde qui boit parce que je peux pas affronter les choses autrement. Ouais… Rassurée ? Aller vas y fous toi de ma gueule, fais toi plaisir, aller ! Vas y, rigole c’est drôle. C’est rigolo…

Il eut soudainement un haut le cœur. De peur de vomir, il se tourna sur le côté mais rien ne vint. Le regard vide, il se rallongea et regarda Alexis l’air plus grave. Il ne pensait plus, ou plutôt, il exprimait verbalement toutes ses pensées, plus ou moins sans s’en rendre compte. Sans prévenir, il se redressa et attrapa violemment le col du haut de la jeune fille, sans intention de lui faire mal. Le visage à quelques centimètres du sien, il lui siffla :

-Tu lui dis pas ! Tu lui dis jte tue, ouais jte tue !

Le « lui » n’était autre que le falmari du grand Helies avec qui il avait passé beaucoup de temps durant sa fugue. S’il y avait bien quelqu’un que le vampire respectait, et pour qui il ne voulait pas passer pour un abruti c’était bien elle. Il lâcha Alexis, et marcha l’air absent dans le salon avant de se laisser tomber sur un fauteuil.

-Ouais, jte tue… Puis, il ajouta le plus sereinement du monde : Merde. Je crois que j'vais gerber
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Mer 28 Jan - 3:59

Le vampire tomba sur le sol après qu'elle lui aie enlevé la bouteille. il se mit alors à rire et à rire de plus belle, jusqu'à ce que l'alcool fasse ressortir la souffrance qui l'habitait:

-J’ai l’air con hein ? Putain ouais j’ai l’air con.

Elle ne dit rien, le laissant continuer. Il lui sourit tristement après avoir repris un peu contenance.

-Voilà t’es contente ? Je suis pas mieux que vous. Ouais j’ai bu, je suis un gros humain de merde qui boit parce que je peux pas affronter les choses autrement. Ouais… Rassurée ? Aller vas y fous toi de ma gueule, fais toi plaisir, aller ! Vas y, rigole c’est drôle. C’est rigolo…

Un haut le cœur le prit et il préféra s'allonger. Elle en profita alors pour s'asseoir doucement à côté de lui. Elle regardait droit devant elle, un petit sourire désabusé aux lèvres.

Alexis elle aussi buvait. Pas parce qu'elle ne savait pas assumer les choses autrement mais parce qu'elle avait besoin de cette désinhibition qui la prenait quand elle se mettait à picoler. C'était la seule chose qui lui permettait de perdre son dédain, son amertume et son indifférence quotidienne au moins un court instant. Elle n'était pas alcoolique ni dépendante et pouvait rester sobre sans le moindre problème. De plus, l'alcool n'avait pas d'emprise sur elle autre que celui qu'elle voulait bien lui donner. Cela lui évitait notamment les réveils à côté d'inconnus non désirés. Mais elle avait arrêté ses excès depuis pas mal de temps maintenant, quand elle avait connu sa nièce qui lui avait permis de transcender ce besoin autrement. Elle répondit doucement:

-Il n'y a pas de honte à reconnaître ses faiblesses et il n'y a aucune fierté à rire de ceux qui le font. De toute façon il n'y a rien de drôle. Tu es bourré et tu ne tiens pas l'alcool c'est plus qu'évident. Par conséquent, je n'accepterai que tu ne me déteste et ne t'apitoie sur ton sort qu'une fois déssoûlé!

Soudain David se redressa pour l'attraper au col. Surprise, elle eu un mouvement de recul et parvint à contenir celui de défense instinctif qui l'avait pris. Il n'était pas en état et elle pourrait aisément se défendre si cela était nécessaire.

-Tu lui dis pas ! Tu lui dis jte tue, ouais jte tue !

Stupéfaite, elle resta un instant interdite. De qui parlait il? Il alla plus loin et tomba dans un fauteuil répétant mollement sa menace avant de sentir que l'alcool ne passait pas et dont les effets avaient du être décuplé par son jeûne. Elle se releva pour aller s'asseoir sur la table basse en face de lui et lui fit redresser doucement le visage:

-De qui parle tu David? A qui je ne dois rien dire? Dis le moi...

Elle avait besoin de la réponse. Il pourrait vomir tout à son aise par la suite, elle lui tiendrait même les cheveux si cela était de rigueur mais elle devait savoir.

De qui craignait il tant le jugement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Ven 30 Jan - 3:22

Avachi sur le fauteuil, le regard perdu, il ne faisait plus attention aux déplacements d’Alexis dans la pièce. Il était plus concentré sur ses nausées qui ne cessaient d’aller et de venir, si bien qu’il ne savait plus vraiment si oui ou non il allait rendre son repas. La prudence aurait voulu qu’il se rende aux toilettes de suite, par simple précaution, mais la flemme et la lassitude qui l’habitaient à ce moment là le poussaient plus à rester assis là, à attendre que ça se passe et adviendrait ce qu’il devrait. Les bras croisés, l’air pensif, il ne la vit pas arriver et s’assoir juste en face de lui, ou plutôt, il n’y fit pas attention.
Aussi, quand elle le toucha pour lui faire redresser la tête, il eut un violent sursaut suivi d’un mouvement de recul paniqué. Il s’essuya le menton avec vigueur, comme si on l’avait attaqué avec un produit nocif, puis il regarda ses mains qui étaient bien évidemment intactes avec la plus grande perplexité qui soit. Finalement, il redressa des yeux ronds vers Alexis, et la considéra comme il l’aurait fait pour une espèce animale encore inconnue, étrange, sans pour autant être effrayante, ni merveilleuse. Il fronça les sourcils, se concentra un peu plus, se pencha un peu en avant et BOUM ! Boum quoi ? Boum rien, il avait juste sursauté à nouveau sans raison et s’était rassis au fond du fauteuil, les genoux repliés contre son torse.

Il la montra du doigt, son index tremblait comme une feuille, et resta longtemps ainsi sans bouger ni parler. Finalement, il prit une expression qu’il voulu plus sévère mais qui en réalité donna plus une impression comique, les sourcils froncés au maximum, la bouche pincée, et il finit par répondre à la question posée et ce avec 5 bonnes minutes de retard :


-A ELLE ! Tu le dis pas à elle… Il se roula en boule et ses joues s’empourprèrent. Il rajouta sur un ton boudeur et timide un dernier « ou j’te tue » sans trop de conviction, étouffée par le bras qu’il avait devant la bouche.

Finalement, il sentit que le moment de quitter son douillet fauteuil était arrivé. D’un bond, et sans crier garde, il se leva et se précipita vers la salle de bain. A jeun il ne pu rendre qu’un liquide effroyable mélanges d’alcools forts et de sang. Cela lui remit au moins les idées en place, tout du moins en partie. Quand il sentit que plus rien ne venait, il resta là quelques instants, misérablement à genoux devant la cuvette, et finalement il se redressa péniblement, tira la chasse et partit s’asperger le visage d’eau, et il se nettoya la bouche.
Qu’est ce qu’il se sentait mal. Il avait mal au cœur, l’euphorie qui l’habitait quelques minutes plus tôt étaient parties en même temps que son déjeuner. Il avait chaud, le sol lui semblait instable, et sa tête menaçait d’exploser. Il finit par se passer la tête entièrement sous le robinet, espérant que cela fasse un quelconque effet sur ses maux, mais cela ne réussi qu’à transformer ses bouffées de chaleur en grelottement.

Il comprenait maintenant pourquoi il n’avait jamais touché à l’alcool jusque là. Il se rendait compte de la façon dont il s’était comporté, et il avait honte de lui, honte, mais honte ! Quand il réalisa qu’il était à moitié nu, il donna un coup de poing léger dans le mur, et il retourna gentiment dans le salon, récupérer ses vêtements mais il ne trouva que son t-shirt qu’il jeta sur son épaule.


-J’vais me pieuter, je rangerai demain.

A marquer d’une pierre blanche. Son altesse David avait lui-même prit l’initiative de ranger l’appartement de sa seconde altesse Alexis. Chose encore plus impressionnante, il n’avait pas osé la regarder dans les yeux, parce que pour la première fois depuis qu’ils se connaissaient, il se sentait nettement inférieur à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Sam 31 Jan - 6:14

Les réactions qui s'en suivirent déconcertèrent la jeune femme. Sursauts, regards étranges, gestes tremblants ou saccadés... Elle redouta un instant qu'il ne soit pris de delirium tremens ou en proie à des hallucinations quelconques provoquées par l'abus d'alcool. Elle espérait aussi qu'il ne tombe pas en coma éthylique ou quelque chose comme ça. Il n'avait peut être pas bu autant pour en arriver la mais elle ne pouvait pas vraiment en juger et n'avait pas très envie de passer la nuit à l'hôpital...

Après un temps infini où il s'était mis à la pointer du doigt, il finit quand même par apporter un élément de réponse à sa question. "Elle"... Une femme donc... Sans doute quelqu'un qu'il avait du rencontré durant ses deux semaines de fugue... Elle n'en saurait pas plus pour l'instant, David prit d'une nausée s'étant rué vers la salle de bain. Déséquilibrée, elle tomba de la table basse. Elle demeura assise au sol pendant que le vampire vomissait une bonne partie de ce qu'il avait ingurgité, préférant le laisser seul pour éviter de nouvelles contrariétés, avant de se redresser.

Finalement, il revint dans le salon apparemment un peu plus dégrisé, attrapa son T-shirt qu'il avait du manifestement abandonné au cours d'un strip alcoolisé et déclara qu'il allait "se pieuter" et qu'il "rangerai demain". Alexis se rendit compte que pendant tout ce temps, il évitait son regard.

-Viens plutôt dans la cuisine avant... Il faut que tu mange, que tu prenne du sucre et que tu boive beaucoup d'eau, où tu risque de passer une nuit horrible et d'avoir une gueule de bois monumentale au réveil... Crois en mon expérience.

Ils n'étaient même pas obligés de parler. Elle voulait juste tenter de limiter la casse, lui éviter la tête qui tourne une fois couché et les vomissements. Lui permettre de retrouver un peu de force après qu'il aie recraché ses derniers repas -s'il en avait eu- et le sang censé aider la guérison de ses blessures dues au soleil. Réaménager sa chambre dont le mobilier avait servi de barricade quelques semaines plus tôt. Et chercher à exprimer à sa manière qu'elle aussi, proclamait implicitement un cessez-le-feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Dim 1 Fév - 1:36

Il lui lança un regard méfiant, sans pour autant la regarder dans les yeux. Finalement, il soupira. Si cela pouvait l’empêcher d’être malade, après tout pourquoi pas. Et puis, il ne se sentait pas d’entrer en conflit avec elle ce soir. Il n’en avait pas la force, et s’il avait pu faire une erreur ce soir, cela prouvait qu’il était possible qu’elle ait raison de temps en temps. Cependant, avant toute chose, il enfila son t-shirt, puisque s’exhiber n’était pas l’un de ses passes temps préféré. Il constata seulement après que l’habit puait en fait l’alcool. Beurk, il ne voulait pas porter ça. Il l’enleva aussi sec, bon sang, il ne se rappelait pas de tout dans les dégâts, mais s’il avait été jusqu’à se renverser de la boisson dessus, c’était qu’il avait vraiment déconné.

-Ouais… Je vais mettre ça au sale.

Il retourna donc dans la salle de bain pour aller mettre l’habit dans la panière, il retrouva dedans son pantalon. Etrange… Il avait été assez saoul pour ne pas se rappeler l’avoir mis là, mais avait eu le réflexe de le mettre à laver. Ah qu’il n’aimait pas cette sensation ! De savoir que pendant une période, certes courte, il n’avait pas été entièrement maître de lui-même. Plus jamais une goutte d’alcool, pas un verre ! On dit souvent que la meilleure manière de dégouter quelqu’un de quelque chose est de faire en sorte que sa première expérience avec soit un désastre, et c’était réussi pour lui. Grommelant contre lui-même, il revint dans la cuisine où l’attendait Alexis [j’ai pris une petite liberté là-dessus pour faire avancer un peu]

Il s’arrêta à l’entrée, et s’appuya sur le côté, l’air un peu gêné. Soupirant de nouveau, hésitant à se lancer, il resta ainsi quelques instants. C’était étrange pour lui de la considérer autrement que comme une harpie à qui il devait tout ses problèmes. Il ne la voyait pas non plus comme une sainte, il la voyait plus comme « celle qui n’avait pas bu ELLE », ce qui était totalement différent, mais assez pour David qui avait un sens aigu de l’honneur. Elle en avait d’ailleurs déjà fait les frais.

-Bon écoutez… Pardon, ok ? J’ai joué au con ce soir et… Et voilà. - Nouveau soupir- Je préfère pas manger, sinon je vais encore dégobiller.

Sur ce, il se dirigea vers le frigo, et il y prit une bouteille d’eau. Manger ne lui disait vraiment rien. A la simple idée d’ingurgiter quelque chose de liquide, il ne se sentait pas bien. Boire –de l’eau- ne lui posait en revanche aucun souci. Il failli boire à la bouteille, puis se rappela qu’il avait plutôt intérêt à bien se comporter ce soir et dans les jours qui venait pour rattraper son image salie par la bêtise qu’il avait faite. Quoi que de toute façon, il allait surement l’emporter avec lui, pour l’avoir dans la nuit en cas de problème, enfin… Si elle était d’accord. Ah zut, zut, zut ! Il n’aimait pas ça ! Lui demander la permission à elle ! Il se sentait rabaissé, encore plus qu’il ne l’était déjà. La voir au dessus de lui lui était déjà bien assez pénible. Il du se résoudre et grogna plus ou moins poliment :

-J’peux la prendre avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   Mar 3 Fév - 20:16

David enfila son t-shirt avant de l'enlever précipitamment, sûrement à cause de l'odeur d'alcool qu'il dégageait. Il finit par acquiescer sans enthousiasme à sa dernière phrase et rajouta qu'il allait mettre le linge au sale. Alexis s'était rendue compte que ce n'était pas les vêtements qu'il avait lorsque Heliès l'avait "rapporté". D'ailleurs, la brève mise du T-shirt lui avait permis de voir que ces habits étaient un peu grands. Il avait donc du se servir dans les affaires d'Anthony qui était plus carruré que lui. Elle se dirigea vers l'entrée et prit le sac de vêtements qu'elle avait acheté le jour où le vampire avait amoché l'appartement et se rendit à la cuisine avec.

Une minute plus tard, alors qu'elle préparait à manger, elle fut rejointe par David qui resta à l'entrée, adossé à la porte. Voyant qu'il avait manifestement quelque chose à lui dire et qu'il hésitait à se jeter à l'eau, elle s'arrêta pour lui prêter toute son attention. Il se décida enfin:

-Bon écoutez… Pardon, ok ? J’ai joué au con ce soir et… Et voilà. - Nouveau soupir- Je préfère pas manger, sinon je vais encore dégobiller.

Elle ne répondit rien parce qu'elle savait pertinemment que ce n'était pas vraiment à elle qu'était destinées ces paroles. Car il n'avait rien à s'excuser à ses yeux et il n'avait même pas causé de dégâts comme la dernière fois. D'ailleurs, c'était la première conversation qu'ils avaient dans laquelle ils ne s'engueulaient pas et qui ne dégageait aucune agressivité. C'était assez étrange comme atmosphère. Il leur avait fallu presque un mois pour en arriver là. C'était un incroyable progrès.
Elle se doutait également qu'il avait l'estomac un peu trop retourné pour pouvoir avaler quelque chose. Pour bien faire, il aurait du manger avant ou pendant pour atténué les effets de l'alcool et mieux assimiler celui ci. David se dirigea vers le frigo et en sorti une bouteille d'eau. Il allait boire directement au goulot quand il se ravisa. Il alla même jusqu'à lui demander à semi mauvaise grâce:

-J’peux la prendre avec moi ?

C'était une sage initiative de sa part. Boire allait en effet lui permettre de gérer au mieux l'alcool, de l'hydrater, d'adoucir de fait la gueule de bois et de soulager sa gorge brûlée par l'alcool et les vomissements. Elle se tourna vers sa préparation comme si sa question était superflue.

-Tu n'a pas besoin de ma permission David. Mais je te remercie de ta courtoisie.

Elle prit quelques morceaux de sucre qu'elle emballa sommairement dans un essuie-tout avant de lui tendre.

-Tiens, si jamais tu te sens à un moment capable de les avaler, ça te fera pas de mal . Il y a un seau sous l'évier si jamais. Et je suis là si tu as besoin de moi…

Pendant tout ce temps, elle s'était activée avec les ustensiles de cuisine et la nourriture sans vraiment le regarder.

-Oh! Avant que j'oublie… - elle tendit le sac de vêtements – Je t'avais acheté ça avant que tu … t'esquive… Rien d'extraordinaire mais ça devrait convenir … le temps que tu t'en achète d'autres qui te plaisent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai un colis pour vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai un colis pour vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark',pour vous servir...
» Pour vous remonter le moral
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Que puis-je faire pour vous aider....? [Pv Maximilien Shreck]
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Galway: Quartier moderne :: Les appartements :: Alexis Merëgreen-
Sauter vers: