Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La chasse est ouverte...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: La chasse est ouverte...   Lun 27 Juil - 15:48

    Un...Deux...Non peut-être six. Six hommes marchaient le lon des conduits d'égoûts, armés , prêts à sévir une nouvelle fois au coeur même de cette ville. Parmi eux se trouvait Gaïa, désignée comme chef de l'opération.
    L'aube n'avait pas encore pointé le bout de son nez. Une heure idéale pour rendre visite aux bureaux de la Mine, encore pratiquement vides et nullement traversés par les rayons du soleil, qui auraient été mortels pour les terroristes, définitivement prêts à passer à l'attaque, et à mettre la théorie de leur plan en pratique.
    Au milieu de cette nuit aussi silencieuse et calme qu'à l'habitude, qui aurait pu penser qu'à ce moment précis une troupe de résistants s'apprêtaient à pénétrer les bureaux dans l'unique but de récupérer la tête de la patronne de la Mine? Sans doute personne... On reconnaissait en cette équipe un haut sens de la discrétion qui leur valait plusieurs succès. Combien d'attentats avaient-ils déjà revendiqué? Et pourtant...Cette mission avait le mérite d'être différente. Un simple assassinat.

    La troupe s'arrête, devancée par une jeune femme qui s'empresse d'escalader l'échelle et pousser le réceptacle censé donner accès aux égouts, mais qui devenait la plupart du temps la plus grande arme des terroristes, dont l'usage s'était rapidement avéré être primordial.
    Deux bras se hissent à l'extérieur, portant à eux seuls le reste du corps du vampire qui reprend immédiatement son poste, vérifiant les alentours, laissant voie libre à ses compagnons qui la rejoigne rapidement. Les sept agents poursuivent sans difficulté au coeur même des sous sols de la bâtisse, rasant les galeries encore inhabitées, aux aguets. L'heure n'est pas à la conversation ni aux plaisanteries, la jeune femme, le regard bestial y veille...Elle seule connaît bien les lieux, les ayant visités un peu plus tôt afin de mieux repérer sa cible et ne pas se laisser surprendre par un imprévu. Elle sait. Elle sait où se trouve chaque gardien qui surveille le bâtiment, même la nuit. Un fait qui explique tout lorsque ses hommes la regarde pointer son arme droit sur le vide, avant de voir apparaître un gardien qu'elle s'empressa d'abattre, avec le silencieux. Inutile d'agiter tous les autres gardes présents qui alerteraient le personnel.
    Deux de ses hommes se chargent de cette première victime, et l'un des deux enfile le costume. Une mission d'une banalité sans nom... Ils poursuivent, abattant sans mal le reste des gardes ou les éloignant l'espace d'un instant, aidés par leur acolyte déguisé en l'un deux, le temps de se glisser dans les locaux de la direction sans éveiller les soupçons en liquidant les gardiens de l'étage.

    Gaïa entre la première, découvrant avec stupéfaction ce bureau dans lequel elle allait bientôt abattre sa proie en lui tendant gentillement une embuscade. Un fait plus frappant qu'une simple balle tiré d'un immeuble voisin. Ses cinq hommes prennent position. L'un derrière la porte, un autre dissimulé derrière le bureau, et les trois autres cachés derrière une porte qui donnait sur la chambre, vide, prêts à intervenir le moment venu. Le sixième étant posté dans le couloir, prenant très à coeur son rôle de gardien.
    Aucun problème en somme pour accéder aux locaux...Quelle déception pour la jeune femme qui avait espéré un peu plus de piquant, un obstacle aurait suffit, mais rien. Silencieuse et d'un calme implacable, elle s'assit alors confortablement sur le siège de la direction, regardant ses hommes, un faible sourire illuminant son visage qui se laissait aller à une vague plaisanterie partagée par la troupe, heureuse d'être arrivée jusqu'ici sans encombre.

    Oui, il ne restait plus que la cible... Qui tardait à venir. Une heure avait passé depuis leur arrivée, et rien, l'étage restait sans vie, excepté deux gardes (ou plutôt un compte tenu du fait que l'un des deux était un complice) sans se préoccuper du bureau dans lequel patientait le comité d'accueil, en proie à une première tension. Le soleil se levait exactement dans 26 minutes, et une trace de ce satané gibier qui tardait à arriver... Trahissant les habitudes soigneusement étudiées par la vampire, qui continuait pourtant d'afficher une expression calme et détendue, légèrement plus glaciale que d'habitude, le regard rivé sur son revolver posé et chargé sur le bureau, fixant inlassablement cette maudite porte qui tardait à s'ouvrir...
    Il leur fallait à tout prix terminer l'opération avant le levé du jour, et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Mer 29 Juil - 19:26

Alexis savait que des assassins devaient venir, Yegor l'avait prévenue. Selon le vampire, il s'agissait d'une petite escouade qui avait déjà à son actif plusieurs attentats et meurtres à leur actif. Le genre très bien entraînés et qui aimaient frapper fort. La prochaine cible: elle. La seule chose qu'elle ignorait était quand. Son informateur avait beau être à la tête d'un des nombreux mouvements de résistance, il n'avait pas pu empêcher cette action ni obtenir d'autres renseignements que ceux précédemment exposés. Tant mieux, elle n'aimait pas toujours la facilité. Mais la position pacifique du vampire, la persuasion qu'une autre solution était possible et une relation presque privilégiée avec elle lui en ayant apporté la preuve avait mené à cette mise en garde de sa part.

Bien sur, elle n'allait pas rester sans rien faire. Elle savait qu'elle n'avait rien à craindre d'un tireur éloigné ou d'un poison quelconque. Trop impersonnel. Les gars qui voulaient sa peau étaient des prédateurs qui voulaient être là au moment de leur victoire. Un orgueil qui leur coûteraient la victoire et les conduiraient à la défaite. C'est pourquoi elle s'était préparée les jours précédents le fameux instant qui serait décisif. Elle avait dissimulé un peu partout dans les bureaux des armes, des pièges et des dispositifs qu'elle aurait facilement à sa portée. Ils pouvaient venir, elle les attendaient.

Puis la nuit tant attendue arriva. Elle n'avait pas été travaillé cette nuit là mais ayant oublié un papier, elle était revenue très tôt pour aller le chercher afin de pouvoir clôturer rapidement un dossier. Ce qui lui mit la puce à l'oreille fut l'odeur, celle doucereuse des égouts, accompagnée de la trace presque invisible de quelques traces de pas. Et oui, les sous-sols ne sont pas réputés pour leur propreté... Ce qui les trahit fut une petite tâche de sang. Encore frais. Tout autre qu'elle serait sans doute passé à côté de ça mais elle avait le sens du détail. Dommage pour eux.

Elle se dirigea donc silencieusement vers une petite salle qui contenaient différents ordinateurs, s'étant préalablement munie d'un pistolet à fléchettes tranquillisantes. Elle activa ainsi un programme dont elle seule avait l'accès et qui lui permettait de visionner le contenu des caméras "non officielles". C'est ainsi qu'elle pu voir qu'il y avait 6 personnes dans son bureau et la pièce annexe. Celle qui semblait la cheffe avait apparemment pris ses aises dans son fauteuil. Et bien, on ne pouvait pas dire qu'elle se gênait! Elle les observa pendant plusieurs minutes, mémorisant leur position et analysant quelles étaient leur marge d'action. Puis finalement, se décida à aller accueillir ses invités.

Elle se glissa donc le long des murs dans les couloirs, s'assurant que chaque croisement était libre de tout danger. Quand elle arriva à proximité du lieu de chute, elle constata la présence de deux gardiens à quelques mètres. Préférant jouer la carte de la méfiance et de la sécurité, elle planqua son flingue dans son dos, le coinçant dans son pantalon. Elle se dirigea vers eux tout bien tout sourire, les saluant au passage. Une seconde. A peine à t'elle commencé à les dépasser qu'elle se retourne vivement, envoyant son coude au visage du plus proche. Pas de la maison, elle connaîssait absolument tous ses employés, c'est dommage. Elle s'assura de son inconscience et calma immédiatement le vrai garde, complètement dépassé et presque paniqué. Elle lui expliqua en quelques mots la situation et lui ordonna de sortir immédiatement. Quand il parla d'appeler la police, elle le lui interdit formellement, endéans un délai d'une demi-heure. Elle demanda uniquement son aide pour traîner le vampire au nez ensanglanté ailleurs qu'elle menotta solidement à un radiateur, avant de le laisser partir après d'avoir sa parole pour l'alerte. Elle fouilla ensuite sa victime et s'assura de le mettre définitivement hors service à tout point de vue. Il était à présent temps de s'occuper des autres.

Aussi silencieuse qu'une ombre, elle reprit son arme, ayant glissé celle de son otage, mortelle celle la, à la place de l'autre et se dirigea vers son bureau. Devant celui-ci, elle se félicita que l'ancien directeur n'aie pas eu l'idée de mettre de dispositif de sécurité vidéo dans le local. Bon, prêt? D'un coup de pied dont elle avait le secret, elle défonça la porte qui dans son élan, alla éliminer le nocturne en faction derrière-elle, mis k-o par la violence du choc. L'instant d'après, elle tirait sans faillir sur les assaillants mal avisés d'être sortis de la chambre, les plongeant dans l'inconscience instantanément. Elle atteignit également l'homme posté derrière son bureau mais ne fut pas assez rapide pour empêcher la femme de se saisir de son arme posée sur celui-ci. Pendant une seconde, elles s'affrontèrent du regard, Alexis affichant un petit sourire narquois aux lèvres. Un moment de flottement. Qui s'estompa au premier mouvement. Alexis se retrancha à l'abri, à l'angle du mur extérieur, dans le coin, son pistolet ramené près de son visage.

-On a pas été présentées je crois, lança t'elle railleuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Ven 31 Juil - 0:45

    Le sang... Une odeur que Gaïa ne connaissait que trop bien, et qui flottait de manière imperceptible dans l'air, venant taquiner ses sens. Que venait-il de se passer de l'autre côté? Le vampire avait sa petite idée sur la question, mais comment cela avait-il été rendu possible, la réponse restait méconnue.
    Mais à peine avait-elle soupçonnée le danger qu'il se présentait déjà à elle et ses hommes, sans crier gare et de toute évidence bien préparé à leur venue. La jeune femme regarda successivement ses hommes se faire lyncher avant de prendre son arme sans plus tarder dans la seconde qui suivit l'entrée fracassante de sa cible à une vitesse fulgurante, guidée par un instinct qui dépassait toute entente. L'arme à feu pointée droit sur Alexis, elle eut l'occasion de croiser son regard, et d'apprécier le sourire railleur qui lui était adressé. De la part de Gaïa... Aucun sourire, si ce n'était un regard glacial et belliqueux, encadré par un calme professionnel, et ce, malgré la perte de ses hommes que sa rivale venait de mettre hors jeu sans difficulté majeure. Un échange qui fut de courte durée puisque Gaïa n'hésita pas à tirer une première balle qui vint se loger dans le mur, sa brebis n'ayant pas attendu qu'elle tire pour se couvrir...

    La jeune femme, elle, se retrancha derrière le bureau, dégageant sans scrupule d'un coup de pied le corps blessé d'un de ses hommes dissimulé derrière le bureau un peu plus tôt, qui laissa échapper un faible cri de douleur, sous les yeux d'un chef plus occupée à retirer à l'aide de ses dents la goupille d'une grenade incapacitante qu'à prendre en pitié sa propre unité. Il fallait s'y attendre venant de sa part...Des coéquipiers, oui, tant qu'ils représentaient un intérêt; Blessés, ils devenaient inutiles, voir une charge pour cette chasseuse qui ne s'embarrassait jamais de tels poids. "Marche ou crève", une condition non négligeable quand il s'agissait de faire équipe avec elle. Sans rancune.


    -On a pas été présentées je crois

    Un sourire en coin, présageant un amusement certain, suivit d'une réponse sèche et distincte, sans jamais omettre ce ton désinvolte qui laissait fermement comprendre qu'elle aurait bientôt sa tête, quoi qu'il en coûte. "Inutile"

    Un seul mot qui sonna comme une déclaration de guerre. Le regard vif et les sens en éveil, prêts à réagir à la moindre alerte, le vampire, agenouillé derrière le bureau, revolver et grenade en main, jeta un oeil en direction de la planque de sa cible avant d'y balancer la grenade qui explosa avant même de toucher le sol, dégageant une lumière aveuglante qui déstabiliserait plusieurs secondes son ennemie, le temps de lui tirer une balle entre les deux yeux.

    A peine l'explosion avait-elle fait rage de l'autre côté du mur que Gaïa reprit l'offensive, enjambant gracieusement le bureau et fonçant droit vers le mur derrière lequel Alexis se trouvait. Prenant immédiatement position, dos à celui-ci, arme en main elle contourna ensuite l'angle du mur et enchaîna sur un roulé-boulé qui la renvoya à un face à face avec son gibier (qu'elle regardait comme tel d'ailleurs), arme pointée dessus, avant de tirer une seconde balle qui rata de peu sa cible qui s'en tira avec une simple éraflure. Une balle manquée qui contraria légèrement la tueuse qui n'avait pas l'habitude qu'on esquive ses balles de la sorte.

    Le regard bestial, agacée du fait d'avoir sous-estimée cet ennemi qui viendrait bientôt rejoindre son tableau de chasse, la jeune femme tira alors une seconde balle avant de dégainer avec une habilité surprenante un poignard jusque là soigneusement préservé dans un étui au niveau de la ceinture de l'assassin. Puis, sans attendre, elle le lança droit sur sa cible, la lame prête à planter et déchirer l'épiderme de chaque parcelle de ce corps qu'elle rêvait de lacérer...Elle se contenterait cette fois de transpercer la gorge de sa victime, succédant à peu d'intervalle la balle qui venait d'être tirée.
    La vitesse et la précision ne faisaient en effet pas défaut à Gaïa, qui maîtrisait chacun de ses gestes à la perfection...Chose aisée quand l'entraînement a été suivi et dépassé. Une vitesse et une agilité que cette brebis devrait pouvoir contrer d'une manière ou d'une autre si elle espérait échapper à la gueule du grand méchant loup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Lun 3 Aoû - 4:37

Comment ça "inutile"? Bien sur, Alexis se doutait bien qu'en réalité, l'affrontement à ce niveau de la partie était biaisé. Du moins elle l'espérait, ça le ferait mal de passer pour une femme de ménage kamikaze, énervée par les taches de sang éparpillées. Quoi qu'il en soit, tant pis pour le nom, si elle ne l'obtenait pas, son adversaire resterai une anonyme, jusque dans sa mort s'il fallait en arriver jusque là. Car elle ne se laisserai pas du tout faire et son instinct de survie était plus grand qu'un éventuel futur sentiment de culpabilité. La légitime défense ne dédouane pas, mais dans son cas, elle préférait, et de loin, sa vie à celle de l'autre.

Son ouïe fine décuplée grâce au silence relatif des lieux -l'agitation étant redescendue à un niveau audible-, elle perçut le dégoupillage d'une grenade. Rapide analyse, rapide choix en espérant avoir fait le bon: elle se couvrit les yeux de son bras. Gagné. Le projectile se révéla aveuglant et non assourdissant ou explosif. Elle évita ainsi le déstabilisement visuel et pu observer l'arrivée en force de la terroriste qui lui tira dessus sans autre forme de procès. Vive, Alexis réussit à esquiver de peu le tir, recevant en retour une légère éraflure. Là, les dés étaient jetés. Si l'"autre" lui laissait la moindre chance, pas de doute qu'elle s'en servirait et que ça serait fini pour elle. La jeune femme aimait le jeu et le danger, seulement quand il était mesuré. La lutte qui se déroulait ici avait un enjeu trop conséquent pour se laisser à perdre.

Une nouvelle balle et un lancer de poignard vinrent s'ajouter à la parade mortelle de son ennemie. Mais Alexis n'avait pas attendu pour esquisser un mouvement d'esquive qui lui sauva la vie, encore une fois. La balle et la lame vinrent cependant se planter à quelques millisecondes près de là où elle se tenait auparavant. Profitant de l'encadrement de la porte qui se tenait à présent dans son dos, elle se servit de l'espace nécessaire pour envoyer tel un couteau son pistolet paralysant au visage de son adversaire, celui-ci étant désormais inutile. Elle avait visé le nez qui en plus d'être un centre de cible idéal, se révélait être un endroit stratégique plus que douloureux et dangereux dans ce genre de situation. D'ailleurs, à cette distance et à cette puissance, ainsi qu'à cette vitesse, tout impact se révèlerait dommageable.

Ce fut cependant la tempe qui fut atteinte, étourdissant passablement la victime pendant de précieuses secondes. Précieuses secondes qu'Alexis mit à profit pour se jeter sur la tueuse mais, dans un réflexe défensif et aveugle, cette dernière se mit à tirer approximativement dans sa direction, vidant pour de bon le chargeur, ce qui conduit la jeune femme à modifier sa course. Remontant le couloir vers les bureaux principaux et disparaissant parmi ceux-ci, consciente avec satisfaction qu'elle venait plus que d'énerver sa "victime", la rage étant mauvaise conseillère et bien qu'électrisante, source d'erreurs. Hors la directrice était sur son terrain, ce qui était non négligeable. Elle connaissait les lieux comme sa poche, ayant l'entière maîtrise des caches possibles, des endroits stratégiques et des dispositifs à sa disposition.

Désormais, il n'était plus aussi certain de savoir qui était véritablement la proie et qui était le prédateur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Jeu 13 Aoû - 14:19

    Temporairement assommée par le coup porté par sa rivale, la tueuse serra les dents avant de entrevoir les pas de la directrice des lieux se précipitant dans sa direction, profitant sans aucun doute de sa faiblesse pour la prendre par surprise. Un fait que Gaïa n'eut pas à vérifier, tirant approximativement dans le vide, sans prendre la peine de réellement viser sa cible dont les contours se distinguaient de moins en moins nettement. Elle tira jusqu'à vider complètement son chargeur, le regard rivé sur cette ombre qui s'éloignait maintenant, s'enfonçant dans les couloirs de l'étage. La jeune femme, une main apposée contre sa tempe endolorie poussa alors un juron, avant de jeter violemment à terre son arme avant de s'appuyer contre le mur, secouant la tête quelques secondes dans l'intention de reprendre rapidement ses esprits, et c'était chose faite.

    Aux aguets, le regard plus féroce que jamais, bien déterminée à bousiller sa cible jusqu'à la rendre méconnaissable, la terroriste étudia rapidement le long couloir vers lequel s'était réfugiée son bout de viande, tout en retirant du mur le poignard qu'elle avait envoyé sur Alexis un peu plus tôt.
    Malgré son calme apparent, il n'était difficile de deviner combien son énervement était profond... Le visage impassible, seuls ses yeux laissaient transparaître un semblant de colère: vifs, couleur acier, et surplombés d'une agressivité que l'on rencontrait rarement chez le commun des mortels. Gaïa jeta alors un coup d'oeil par la fenêtre du bureau, surveillant l'arrivée de l'aube qui ne tarderait plus, les premiers rayons du soleil éclaircissant déjà le ciel, sous le regard impatient du vampire qui serait dorénavant condamnée à emprunter de nouveau la voie souterraine, avec les difficultés que cela engendrait pour elle, dont la présence ici n'était plus un secret.
    Débout, fixant pensivement le ciel qui représentait un nouveau danger pour elle, cette silhouette droite et élancée s'occupait à présent à autre chose, prélevant délicatement une fiole d'une de sa ceinture armée, qui n'était rien d'autre qu'une seringue. Tant pis...Elle foncerait dans le tas comme un gros bourrin, pressée par un temps qui lui faisait défaut. Pour ses hommes, elle n'avait d'autre choix que de les abandonner, ce qui ne ferait naître en elle pas une once de culpabilité.

    Dissimulant la seringue au creux de sa main en veillant à ne pas se la planter elle-même par inadvertance, l'attention de la jeune femme se tournait maintenant exclusivement vers le couloir principal, arpentant celui-ci en silence, tel un lynx à l'affut du moindre bruit qui trahirait la présence de son prochain plat de résistance, poignard en main, prête à égorger sa victime... Un silence pesant qui dura une bonne dizaine de secondes, un temps que la tueuse savait précieux, mais qu'elle ne désirait gâcher sous aucun prétexte, avançant en silence dans le couloir, veillant à ne pas se faire surprendre par la longue silhouette de son adversaire, qu'elle avait eu le malheur de sous estimer.

    Un bruit.

    Un son venait d'attirer l'attention de la tueuse, l'amenant à tourner la tête en direction de sa source, rien de plus qu'une feinte que Gaïa devina bien assez tôt, l'amenant à se baisser de justesse, manquant de peu le coup qu'Alexis venait de lui adresser par derrière. Il ne lui en fallu pas plus. Aussitôt accroupie sur le sol, la jeune femme enchaîna avec une balayette qui déstabilisa sa victime. Une perte d'équilibre dont elle profita pour se jeter dessus, s'apprêtant à égorger Alexis, la lame du poignard plaquée contre sa gorge...Elle l'aurait d'ailleurs déjà fait si sa cible n'avait pas arrêté son coup, le laissant en suspens, l'une s'efforçant d'appuyer un peu plus la lame sur la jugulaire qu'elle visait, l'autre tentant tant bien que mal de la repousser et se dégager de cette mauvaise posture.

    Un combat rapproché qui amena les deux jeunes femmes à s'affronter une nouvelle fois du regard. Un échange qui, bien qu'intense, ne dura qu'un court instant, écourté par une double tentative de Gaïa qui, toujours occupée à essayer d'égorger au plus vite son adversaire, usa finalement de cette seringue qu'elle s'empressa de planter dans l'épiderme d'Alexis. Un effort qui se solda par un échec, l'aiguille, qui n'eut le temps de transpercer qu'un petit millimètre de chair, déjà stoppée dans sa course par une contre attaque, envoyant le contenu de la fiole s'exploser contre le sol, laissant se déverser une petite quantité d'acide, bien évidement mortelle.

    Une manoeuvre qui déstabilisa bien entendu la tueuse, à cheval sur la directrice, et qui , consciente de sa faiblesse, s'empressa de lâcher son poignard pour en venir aux mains, flanquant un poing d'une violence inouïe dans la mâchoire de sa douce brebis pas si brebis que ça finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Lun 17 Aoû - 23:19

Alexis s'était évaporée dans les étages, histoire de se mettre elle aussi au goût du jour. Elle n'avait pas envie de partir désavantagée dans la bagarre car nul doute que son adversaire devait avoir d'autres cordes à son arc. Elle s'équipa donc de plusieurs armes et objets qu'elle glissa sur elle, indifféremment dans sa ceinture ou ailleurs dans son accoutrement, histoire de les avoir toujours à portée de main. Restait maintenant à mettre une fin une bonne fois pour toute à toute cette histoire. Le jour n'allait pas tarder à se lever et cela ne serait plus qu'une question de minutes avant que la cavalerie n'arrive. Or, elle avait envie de régler ça par elle-même, du moins, pour l'instant.

Un coup d'œil à une des caméras de surveillance l'avertit de l'approche de sa cible. La position de sa main n'était pas naturelle pour ne pas penser à quelque chose de suspect, mais la jeune femme était incapable de déterminer de quoi il pouvait bien s'agir. Quoi qu'il en soit, elle n'allait pas se gêner pour ne pas faire dans la dentelle et y aller à fond. C'est donc dans cette optique là qu'elle se saisit fermement d'une batte de base-ball, histoire de ne pas tenter le corps à corps tout de suite. Elle finit par se glisser silencieusement dans l'ombre de sa victime.

Plus près, encore plus près...

Un truc oublié par terre craqua sous son pied et elle pesta intérieurement, préfèrant dès lors attaquer de front. Son ennemie, vraisemblablement plus qu'alertée, esquiva cependant le coup de batte qui lui était destinée, l'objet de bois allant se fracasser contre le mur. Evidemment, ce faisant, Alexis ne put éviter la balayette qui l'envoya au sol et qui enjoint l'inconnue à se jeter immédiatement sur elle, dans la ferme intention de la poignarder. Rassemblant toutes ses forces, elle empêcha la lame mortelle de s'approcher trop près de son cou, ce qui ne plut évidemment pas à la brunette qui, voyant que ses tentatives n'aboutissaient pas, changea de tactique, délaissant la dague toujours pointée vers elle pour tenter de lui planter autre chose dans la peau, à savoir une seringue. Seulement voila, à vouloir faire trop de choses à la fois, on perd en efficacité, et en équilibre. D'un bon mouvement du poignet, elle parvint à envoyer balader la petite fiole mortelle qui s'écrasa au sol, déversant une petite quantité de liquide chuintante qui ne laissait aucun doute sur son contenu. Profitant de l'ouverture, elle parvint à tordre le poignet de son adversaire pour lui faire lâcher son poignard. L'autre, folle de colère, laissa libre cours à celle-ci et lui asséna un incroyable coup de poing à la mâchoire.

Salope!

Elle passa rapidement sa langue sur la partie intérieure de ses dents pour s'assurer qu'aucune n'était cassée, malgré le goût de sang qu'elle sentait. Ni une ni deux, malgré son faible champ d'action, Alexis réussi à se saisir d'une petite capsule qu'elle plaça rapidement en bouche, croquant dedans. Elle cracha ensuite le tout au visage de son assaillante. Et prend toi de l'eau bénite dans la gueule ma chérie! A acide, acide et demi! Bien sur, l'effet était réduit à cause de la dilution de la salive et du sang mais l'effet pris immédiatement. Profitant qu'elle était à nouveau libre, elle n'hésita pas une seconde avant d'envoyer balancer son pied dans le genou droit de la donzelle qui plia évidemment. Sans perdre un seul instant, elle se remit debout et profitant de la désorientation de son adversaire, lui démis l'épaule d'un mouvement savamment étudié, le rendant inutilisable. Sachant qu'elle avait à présent le dessus, elle prit son temps pour s'approcher et envoyer finalement une bonne droite bien méritée à la face de la vampire, l'envoyant buter contre un mur, sans aucune échappatoire.

-Putain vous me faites vraiment chier les gars dans votre genre!

Elle s'avança pour dominer de toute sa hauteur sa victime, avant de s'accroupir à la celle-ci, à une distance proche mais sécuritaire.

- Vous ne cherchez même pas à régler vos problèmes pacifiquement avant d'user de la violence, sans même réfléchir aux conséquences.

L'assassin était bien incapable de faire encore quoi que ce soit dans son état, mais au moindre mouvement suspect, elle n'hésiterai pas à lui déboîter l'autre épaule.

-Alors finalement, c'est quoi ton nom ma jolie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Mar 18 Aoû - 3:06

    Après avoir porté le coup au visage de sa victime, la tueuse plaça son avant bras contre la gorge de celle-ci, avant de récupérer le poignard qu'elle avait lâché un peu plus tôt à l'aide de son autre main, laissant un temps qui fut assez précieux à Alexis, au dépend de Gaïa. Survoltée, la rage au ventre et pressée par le temps, celle-ci avait tendance à négliger certains détails, comme justement ces quelques secondes qui suffirent à Alexis pour mettre en bouche cette capsule que la jeune femme remarqua bien évidement trop tard. Cependant, ce détail, même remarqué un poil trop tard l'amena à changer de tactique... Elle n'avait plus le temps de faire le travail proprement, elle l'éliminerait à l'ancienne, c'est à dire avec sauvagerie, tant pis, elle allait la faire à la barbare.
    Abandonnant son poignard, sa main gauche serrant fermement la gorge de son adversaire, elle leva en l’air son bras droit, sortant ses griffes acérées, dans l'intention de prendre de l’élan, cherchant bien entendu à transpercer le crâne de son ennemie avant que celle-ci ne réplique, sachant pertinemment qu’elle n’avait pas avalé ce qui avait l’apparence d’une capsule par hasard. Hélas trop tard, à peine avait-elle entreprit son action qu’Alexis lui cracha au visage son venin mortel, l’arrêtant net dans sa course, pour l’amener à couvrir son visage de ses mains, poussant un cri de douleur, tandis que l’eau bénite lui rongeait à présent l’épiderme. Les mains tremblantes, plaquées sur son visage sans pourtant oser le toucher de peur d’accentuer cette vive douleur qu’elle redoutait tant, elle laissa momentanément Alexis à son sort, se retirant par pur réflexe, reculant à l’aveuglette.
    Le visage crispé et endolori, Gaïa ne comptait pourtant pas s’arrêter là, et, plus furieuse que jamais, sorti une nouvelle fois ses griffes, même complètement désorientée. Une tentative vaine puisqu’à peine avait-elle enlevé les mains de son visage qu’elle s’agenouilla à contre coeur, frappée de plein fouet au niveau du genou par Alexis qui avait rapidement reprit le contrôle de la situation. Une situation qui empirait de secondes en secondes, puisqu’une douleur abrupt s’empara peu après d’elle, au niveau de l’épaule. Une douleur atroce qui eu pour seul effet de laisser la jeune femme échapper un cri déchirant, mêlant colère, souffrance et surtout amertume.


    « Espèc... »

    Le coeur battant, étranglée par la rage de se savoir dominer de la sorte, à peine la tueuse avait-elle relevé la tête, s’apprêtant à insulter sa cible après avoir perdu tout sang froid, les dents serrées, qu’un poing vint s’abattre contre celle-ci, l’envoyant littéralement s’écraser contre le mur, un choc qui l’assomma et lui ouvrit au passage le crâne, laissant couler lentement le long de sa tempe un filet de sang, tandis que le corps meurtri de l’assassin s’effondrait sur le sol.

    Tout en se redressant tant bien que mal, Gaïa toussa alors, avant de recracher une quantité non négligeable de sang sur le sol, sa main gauche tenant avec fermeté son épaule droite démise, l’empêchant d’une part de riposter, un risque qui aurait relevé de l’inconscience à ce stade, et d’une autre part, lui faisait atrocement mal, et ce, même si, les dents serrées, la tueuse tentait par tous les moyens de dissimuler sa douleur, s’empêchant de crier et essayant au mieux de contenir ses tremblements incontrôlables. Non... A la place, l’assassin releva la tête après l'avoir secouée, histoire de se remettre les idées en place, les traits déformés par la haine, fusillant du regard celle qui aurait du agoniser à sa place...
    Assise contre le mur sur lequel elle s'était fracassée un peu plus tôt, la vampire regarda s’avancer Alexis sans ciller, préservant un semblant de dignité malgré sa position. Elle jeta un regard surplombé d’aversion pour cette femme qui venait non seulement de mettre à plat son plan d’exécution, mais venait également de blesser profondément l’orgueil de l’assassin, qui avait horreur de cette même vulnérabilité face à laquelle elle était maintenant confrontée, et le tout, sous les premiers rayons d'un soleil victorieux venant caresser l’horizon, écrasant l’obscurité, aussi faible et impuissante que Gaïa l’était en ce moment même.
    Le visage partiellement brûlé et légèrement coloré par le sang d’Alexis qui s’était mélangé au contenu de la capsule, les lèvres ensanglantées, seul son regard gardait son éclat, plus brillant que jamais. Les yeux couleur acier et surplombés d’animosité, ils exprimaient malgré tout encore ce désir de tuer...Un désir qui demeurerait simple fantasme, de toute évidence. Les yeux levés et défiant sans retenue la longue silhouette qui la dominait, elle eut envie à cet instant même de lui crever les yeux une bonne fois pour toute, ne serait-ce que pour anéantir cette lueur de satisfaction qui brillait dans le regard de sa rivale.



    - Vous ne cherchez même pas à régler vos problèmes pacifiquement avant d'user de la violence, sans même réfléchir aux conséquences.

    La tueuse ignora simplement ses propos pour lui rire au nez...Les conséquences, elle y avait mûrement réfléchi : le succès ou la mort...Ici elle avait plutôt affaire à la mort, une conséquence à laquelle elle s’était préparée en s’engageant dans la Résistance. Elle pouvait la tuer, elle ne s’abaisserait jamais à servir son espèce, ni à s’exercer à la diplomatie qu’elle savait inutile, plutôt crever.
    Alexis s’était à présent accroupie à la hauteur de Gaïa, qui soutenait le regard, un faible sourire railleur illuminant son visage ensanglanté, provoquant une fois de plus son adversaire.


    -Alors finalement, c'est quoi ton nom ma jolie?

    Le sourire de la tueuse s’élargit imperceptiblement, restant immobile, supportant toujours l'abominable douleur provoquée par le déboîtement de son épaule. Elle garda le silence quelques secondes, affrontant du regard celle qui aurait dû finir en charpie... Et ce dans quel but ? Aucun, c’était seulement le tempérament têtu, agressif, et orgueilleux de la vampire qui la poussait encore à narguer Alexis qui se trouvait bien entendu en position de force,refusant coûte que coûte de se soumettre, même ne serait-ce que lui dévoiler ses faiblesses...
    L’assassin inspira alors longuement, calmant ses tremblements et ferma les paupières, s’apprêtant vraisemblablement à répondre à la question, mais, contre toute attente préféra cracher au visage de son ennemie le sang qu’elle avait accumulé, s’étant bien gardée de l’avaler un peu plus tôt...
    Elle ne souriait plus à présent, le regard imprégné de haine, campant sur ses positions, aussi hostile qu'auparavant. Elle lâcha alors dans un soupir, la bouche se remplissant une nouvelle fois de son propre sang...


    « Va t’faire foutre ...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Dim 23 Aoû - 2:51

Evidemment, rien qu'en voyant son regard meurtrier, Alexis savait que cela n'allait pas être de la tarte d'obtenir quelque chose d'utile, c'était plus que certain. D'ailleurs, si preuve il y avait besoin, elle fut fournie par le crachat sanglant de la jeune femme qui l'enjoignit par la même occasion, d'aller se faire foutre. Egrenant un lent sourire, la directrice s'essuya le visage avec l'épaule, achevant son action avec la manche, tachant un peu plus son vêtement de sang.

-Et ben dis donc, ça n'a pas du être facile à porter dis moi!, fit-elle cynique, entamant le jeu qui venait tout juste de commencer. Si ça ne te dérange pas, j't'appelerai Eva, ou bien Fey, c'est plus court.

La première appellation étant un clin d'œil à la fameuse blague "T'a le bonjour d'Eva" "Eva qui?" "Eva te faire foutre", la seconde, étant juste un petit surnom bien plus classe repris dans l'expression outrageuse. En attendant de connaître le vrai. Elle ne voulait en effet pas finir le partie avec une anonyme. Malgré le contexte. De toute façon, elle surnommait quasi tout le monde, c'était sa façon de faire, pas (toujours) pour être provocante mais parce que c'était comme ça qu'elle fonctionnait. Si après ça dérangeait les personnes concernées, c'était une autre histoire.

-Alors dis moi, puisqu'on a dépassé le stade des présentations et des politesses en tentant de s'entretuer l'une l'autre, si on discutait un peu toutes les deux? Tu vois-je...

Elle s'interrompit quand elle entendit un bruit qui provenait de la cour. La cavalerie? Déjà? Enfin... Enfin? Elle se releva:

-Ne bouge pas, on en a pas fini toutes les deux. Au moindre geste suspect, je te brise la nuque!

Délaissant là sa victime non innocente, elle s'approcha de la fenêtre sans toutefois perdre du coin de l'œil la demoiselle, prête à lui faire réfléchir à l'aide d'un petit miroir à portée de main les lumières solaires si jamais elle esquissait la moindre tentative suspecte. Aucune envie de faire une erreur qui lui couterai cher.

Dehors, les escadrons se déployaient, prévenus par l'employé qui avait respecté le délai. Elle ignorait quelle technique ils allaient privilégier -sûrement l'offensive sauvage et bourrine, tirant sur tout ce qui bouge- mais si décision à prendre il y avait, elle devait la prendre vite. Elle ne prendrait pas le risque de les laisser embarquer la meneuse si il n'était pas plus que certain que tout risque était définitivement éliminés. Sûrement qu'ils privilégieraient sans doute une exécution mémorable et exemplaire pour dissuader les rebelles plutôt qu'une rapide et efficace combustion solaire dans l'enceinte du bâtiment et de ses alentours mais cela représentait toujours le danger d'une fuite, d'une ruse, d'une vengeance, ... et c'était plus qu'inenvisageable. Son attention se concentrait principalement sur la tueuse, n'ayant pas vraiment fait plus ample connaissance avec les autres.

Elle se tourna donc vers la jeune femme, réfléchissant rapidement à la suite des évènements. Puis se décida. Empoignant fermement celle-ci par le bras valide, elle la força à se relever et à la suivre dans une petite salle secrète, le genre à n'apparaître sur aucun plan et qui n'était transmis de façon confidentielle qu'aux seuls propriétaires des lieux. Une fois en place, elle fouilla rapidement la meurtrière sans lui demander son avis, histoire de lui enlever toute arme ou tout accessoire servant à sa fuite ou à sa libération. Elle la menotta ensuite pour être sure qu'elle ne bouge pas. Emportant avec elle les objets de sa perquisition.

Pendant environ une heure, les forces de l'ordre s'activèrent sur le terrain. Les complices, toujours sous le coup de l'anesthésique, furent emportés sans ménagement à l'extérieur dans un camion aux vitres teintées, on prit sa déposition, fit un constat des lieux, une perquisition -presque- complète et tout le tremblement. Elle profita de l'agitation pour téléphoner à un responsable travaillant avec elle pour lui faire fermer la mine et donc prévenir les propriétaires, le temps que "les choses se tassent et que j'en donne l'ordre". Un inspecteur vint lui parler à propos de la femme visible sur les caméras de vidéo surveillance et qui ne faisaient pas partie des prisonniers embarqués. Elle lui balança une réplique évasive en le regardant droit dans les yeux et il comprit le message silencieux, ajoutant que "si par le plus grand des hasard elle réapparaissait", elle n'aurait qu'à l'appeler.

Une fois les lieux vidés et l'assurance que toute forme de présence et protection policière aie été rejetée, Alexis regagna la pièce secrète, qui disposait d'un bon niveau d'insonorisation tant qu'une fonction d'interphone n'était pas activée. La vampire était toujours là, bien évidemment. La directrice ne put s'empêcher de se montrer sarcastique:

-Ca va? Tu ne t'es pas trop ennuyée pendant mon absence?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Dim 23 Aoû - 5:07

    -Et ben dis donc, ça n'a pas du être facile à porter dis moi!. Si ça ne te dérange pas, j't'appelerai Eva, ou bien Fey, c'est plus court.

    Gaïa sourit avec sarcasme à la remarque de sa "bienfaitrice", qui visiblement s'adonnait librement à a plaisanterie, tout en supportant toujours cette douleur qui l'empêchait de se mouvoir comme elle l'aurait désiré. "Eva" et "Fey", elle n'avait de réelle préférence puisqu'elle n'avait même jamais accordé crédit à son identité qu'elle définissait au jour le jour. Combien de noms avait-elle emprunté jusqu'à aujourd'hui? Un nombre incalculable qu'elle avait pour la plupart déjà oublié. Alors un ou deux noms de plus qu'on lui attribuerait, quelle différence? Elle n'avait aucune envie de lui délivrer son véritable nom qu'elle gardait pour elle ou ses supérieurs hiérarchique.
    Elle ne répondit donc pas, confortant sa rivale dans l'idée qu'elle devrait se contenter de ces deux surnoms si elle voulait poursuivre la discussion..."Discuter"...Une tarre pour la jeune femme qui, taciturne, se contentait généralement de ne faire part que de l'essentiel ou préférait charcuter ses adversaires. "Parler"...Une perte de temps. Elle s'étonnait d'ailleurs d'être encore en vie à ce stade de la situation. Si les rôles avaient été inversés, elle aurait sans doute déjà achevée cette chienne en lui refaisant allègrement le portrait (que voulez-vous...Rancunière.). De la même manière, connaître le nom de ses victimes ne l'avait jamais intéressé, qu'en aurait-elle fait? Elle préférait ne pas mettre de nom sur les têtes qu'elle coupait. Un recul et une indifférence qui expliquait sans doute sa surprise à l'égard d'Alexis qui non seulement se permettait de l'humilier sans retenue, mais qui ne comptait de toute évidence pas la tuer immédiatement... Sans doute pour lui soutirer des informations, mais là encore, elle pourrait se mettre ces informations là au coeur d'un orifice qu'on dénigre bien souvent, car même si Gaïa se fichait éperdument du sort de ses homologues, elle refusait catégoriquement de lui faire ce plaisir.

    Elle écoutait ainsi son interlocutrice avec une aversion certaine quand soudain celle-ci s'interrompit, coupée par un bruit que la tueuse soupçonnait déjà de provenir des autorités venue s'occuper de leur compte.
    Calmée et adossée contre le mur, tenant toujours cette épaule démise qui lui infligeait un supplice qui s'ajoutait à une migraine... La cause? Les conneries de sa tortionnaire peut-être...Ou le choc qu'elle avait encaissé quelques minutes plus tôt, sans doute un peu des deux.

    La terroriste était bien consciente de ce que signifiait l'arrivée de la cavalerie: la fin. Elle avait échouée, et lamentablement. Son deuxième depuis le début de sa carrière...Une exception qui lui coûterait peut-être la vie cette fois-ci. Alors que la vainqueur de ce duel acharné observait ses alliés à travers la fenêtre, n'ayant certainement pas oublié de la mettre en garde si jamais la tueuse avait eu l'inconscience de tenter quoi que ce soit. Gaïa haussa les sourcils avec mépris en direction de celle qui osait lui déblatérer une nouvelle menace qu'elle jugeait absolument inutile. Terroriste oui, kamikaze, non. La prenait-elle pour une abrutie? Tout était-il que Gaïa soupirait à présent, agacée par sa défaite et cette attente qui n'en finissait pas. La fin de ses congénères n'était jamais très enviable... Elle devrait pourtant s'y conformer, du moins si elle ne trouvait pas d'ici là un moyen de s'enfuir, car elle ne se laisserait pas abattre si facilement.

    La jeune femme, laissa alors sa tête basculer en arrière, soupirant lentement, les yeux rivés sur le plafond, à la fois terrifiée à l'idée de se faire capturer, et ce, même si sa nonchalance laissait supposer le contraire, mais surtout impatiente à l'idée d'en finir avec cette douleur lancinante qui lui paralysait le bras droit. L'idée de fuir lui traversa l'esprit...Mais elle ne savait que trop bien qu'elle risquait d'y perdre définitivement la vie. Non, elle attendrait. Elle était cernée, surtout avec l'arrivée des forces ennemie. Et alors qu'elle se résignait enfin à contre coeur à s'avouer définitivement vaincue, une main vint lui saisir le bras pour la tirer jusque dans une pièce qui n'était pas mentionné sur le plan qu'on lui avait fourni, elle en était persuadée. La tueuse laissa à ce moment échapper un léger cri en réponse au pic de douleur qui résultait de ce changement brutal de position. Elles s'arrêtèrent toutes deux et se laissa fouiller, ne cherchant même pas à comprendre la tournure des évènements, se contentant de garder à l'égard de la jeune femme une méfiance assez prononcée et une amertume certaine, et ce, même si sa décision lui sauverait la vie (mais pour combien de temps?). Puis, dépossédée de ce qui lui restait (une bonne dose de poison et plusieurs aiguilles...également empoisonnées, décidément son outil favoris), elle eut ensuite droit au tour des fameuses menottes, un outil qui lui, par contre, ne lui inspirait guère de sympathie. Sa main gauche attachée et l'autre inutilisable, il ne lui restait plus grande option si ce n'était attendre le retour de sa dulcinée qui s'apprêtait à la laisser seule, livrée à elle même dans cet environnement qui se voulait décidément hostile. Fouille + Menottes + Incompréhension = ... Sentiment d'injustice, il fallait s'y attendre et une colère certaine.


    "He! Att..."

    ...Mais déjà la porte se refermait derrière cette silhouette qui lui inspirait si peu de sympathie. Irritée, Gaïa, assise, poussa un juron et cracha une nouvelle fois du sang, avant de donner un violent coup de pied dans un meuble à proximité, seul moyen d'extérioriser au mieux son humeur qui se voulait à ce moment là plus que chaotique.
    Ne perdant pas de sa hargne, se montrant toujours plus farouche et le regard toujours débordant de fureur, elle calma pourtant ses ardeurs, pour regagner un semblant de sang froid, ne laissant transparaître son sentiment véritable que dans ses yeux, sauvages, et bouillant de rage, qui contrastaient férocement avec l'apparence calme et détendue de la tueuse faite captive.
    Ici, rien...Le silence complet. Demeurait la souffrance u_u. Gaïa étudia les lieux et résuma rapidement la situation...Un résumé bien négatif qui ne pouvait se conclure que par un..."Et merde...".

    Rien de plus, rien de moins, si ce n'est deux tentatives vaines de retirer son poignet de ces menottes pour lesquelles elle avait tant d'affection. Deux tentatives qui ne firent que grandir l'agacement qui la tenaillait déjà, sans parler du fait qu'elle trouvait le temps extrêmement long. Journée de merde.

    La porte s'ouvrit alors enfin, pour laisser apparaître la longue silhouette de son bourreau qui se voulait encore une fois sarcastique. Une provocation à laquelle Gaïa répondit volontiers avec ironie.


    "Terriblement..."

    Elle lui adressa ensuite un joli rictus qui s'effaça pourtant bien vite, pour laisser place à un air plus contrarié.

    "On passe à la suite...?J'ai cru comprendre que tu voulais..."discuter"...?"Elle insista sur le dernier mot, laissant bien comprendre tout l'intérêt qu'elle portait à cette activité: c'est à dire aucun.

    "Mais avant j'aimerais retrouver l'usage de mon bras droit, si ce n'est pas trop demander... Au risque d'être soudainement prise de mutisme"

    Sarcastique...Il fallait s'y attendre, le tout accompagné d'un faible sourire faussement innocent. Elle lui devait certes la vie (pour le moment)...Mais elle n'oubliait certainement pas qu'elle était également la cause de cette mise en péril. En résumé, elle ne lui devait strictement rien, si ce n'était une balle dans la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Dim 23 Aoû - 18:43

La réponse fut à la hauteur de la question et Alexis se conforta dans l'idée qu'un soupçon de dialogue était finalement possible. Après tout, il n'y avait eu pour l'instant aucun crachat ou insulte depuis son retour et la suite de la discussion semblait tabler sur le même ton. Contente -si on pouvait vraiment utiliser ce terme dans cette situation- de ne pas être tombée sur une idiote irréfléchie et sanguine.

"On passe à la suite...?J'ai cru comprendre que tu voulais..."discuter"...? Mais avant j'aimerais retrouver l'usage de mon bras droit, si ce n'est pas trop demander... Au risque d'être soudainement prise de mutisme"

Et voilà qu'elle se montrait coopérante en plus!, malgré la mauvaise volonté évidente qui teintait ses propos. Non décidément, l'instinct d'Alexis lui avait été encore une fois bien inspiré, restait maintenant à savoir si cela allait aller dans le bon sens ou non. Elle leva un sourcil avant de déclarer calmement, bien que sur le même ton employé par son interlocutrice:

-Mais bien sur! Même si ton mutisme m'aurait été parfaitement égal je dois dire. De toute façon, inutile de te dire comment ça va marcher ici: tu n'as rien sans rien. Et puisque j'en suis à établir les règles, tu es libre de t'exprimer et de me détester ouvertement sans risque de représailles, pour peu que tu comprenne bien les limites à ne pas dépasser... Le reste, on verra au fur et à mesure. On va s'occuper de ton épaule alors, même si de toute façon je prévoyais de le faire tôt ou tard.

Et comme la vampire s'était "bien" comportée à présent, autant la soulager de ce côté là maintenant. Car en effet, que celle-ci la croie ou non, c'était de toute façon dans ses intentions de lui remettre l'articulation en place, la sachant pour l'instant complètement inoffensive dans cet état, qui plus est menottée et affaiblie. Mais elle préférait établir les règles précitées dès le départ pour bien faire comprendre les intérêts en jeu, si ceux-ci n'avaient toujours pas été compris.

Elle s'approcha donc de la jeune femme et lui saisit le bras, la regardant droit dans les yeux, le visage maintenant totalement sérieux:

-Tu es prête? Compte jusque trois.

Elle n'attendit pas le "un" pour remettre l'épaule dans son encoche en lui faisant effectuer un mouvement particulier dans ce but, ce qu'elle n'aurait jamais fait si elle ne savait pas précisément comment procéder. Elle n'avait pas attendu non pas pour une question de sadisme, mais pour éviter que la tueuse n'appréhende la douleur à venir. Car oui, ça allait faire mal. C'était tout simplement pour que d'une part elle ne se concentre pas à l'avance sur la douleur -ce qui augmenterait celle-ci considérablement- et d'autre part, parce que le coup du un-deux-trois était connu à différents niveaux et donc annulait la première raison. Elle laissa à la vampire un temps pour se remettre du choc, mais au moins à présent elle pouvait rebouger le bras même si cela resterait encore douloureux quelques temps.

-Est-ce que ça va?, finit-elle par demander sans malice, ironie ou sarcasme.

La question pouvait paraître idiote mais elle ne l'était pas. D'une part, parce qu'elle voulait vraiment savoir la réponse, même si elle se doutait de sa teneur, d'autre part, pour voir comment réagirait la jeune femme, et d'évaluer si une mise au point était nécessaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Lun 24 Aoû - 21:12

    La tueuse sourit licencieusement à la réponse de la jeune femme, satisfaite malgré sa fâcheuse condition que celle-ci ait accepté son deal. Elle comptait la soulager à un moment ou un autre? Quelle plaisanterie, Gaïa n'avait aucune envie de passer une seconde de plus l'épaule démise, qui non seulement lui procurait une douleur absolument insoutenable, mais engendrait également des sueurs froides, humidifiant la peau de l'assassin et lui refilant à long terme la nausée. Rien de bien alléchant.
    Elle regarda alors celle qui la tenait captive avec une pointe de malice avant d'acquiescer à la question de celle-ci. Elle inspira alors longuement avant de souffler profondément, fermant les paupières, le coeur battant, prête à surmonter cet ultime supplice, dernière étape qui marquerait la fin d'un martyre...


    "Un..."

    Mais elle n'eut pas le loisir de continuer, immédiatement attaquée par une douleur innommable, qui en plus de lui infliger une torture physique absolument immonde, s'ensuivit d'un cri déchirant que la vampire aurait été tout simplement incapable de réprimer. Elle se tu ensuite, agitant violemment son bras prisonnier des menottes comme pour frapper le sol tout en serrant les dents, incapable de se focaliser sur autre chose que sa propre douleur, lancinante, et faisant écho dans l'ensemble de son organisme. C'était fait.
    Alors, lentement, cette douleur s'estompa peu à peu, laissant les muscles crispés de la terroriste se détendre. Mais trop tard, les larmes étaient finalement montées, et perlaient à présent sur ses joues légèrement colorées par le sang et les brûlures superficielles causées par l'eau bénite que lui avait craché Alexis un peu plus tôt au visage. La respiration haletante, le coeur battant, la tueuse releva alors la tête en jetant un regard vague à sa rivale, à la fois reconnaissant et surplombé de haine.
    C'était fini...Elle pouvait enfin souffler et se calmer, mais surtout relâcher ses muscles qu'elle contractait depuis un moment, seul moyen qu'elle avait trouvé pour contenir au mieux la douleur et la rendre "supportable". Essoufflée, la tueuse s'adossa contre le mur auquel elle était attachée, le bras pendant, satisfaite de pouvoir de nouveau le bouger à sa guise, et ce, même si cela restait douloureux...Une douleur moindre par rapport à ce qu'elle supportait un peu plus tôt.
    Gaïa secoua ensuite la tête, histoire de se remettre les idées en place et se débarrasser de ces deux larmes qui avaient daignée montrer le bout de leur nez...Une chose que la tueuse s'était toujours refusée à laisser couler et qu'elle dénigrait encore aujourd'hui. Elle redressa alors enfin son bras, à présent valide mais endoloris et tête baissée, dissimulée derrière sa tignasse couleur ébène, elle essuya d'un trait ce visage sali.


    Est-ce que ça va?

    Question stupide...

    "Seulement lorsque j'aurais placée une balle entre tes deux yeux..." Rétorqua t-elle sur un ton catégorique, malgré sa voix encore légèrement tremblotante.

    Gaïa releva ensuite la tête avec une arrogance qui n'était plus à démontrer, laissant retomber son bras sur le sol, le regard à présent braqué sur Alexis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Alexis Merëgreen
Maîtresse impulsive et peu conventionnelle
avatar

Féminin Nombre de messages : 1308
Age : 28
Métier : Directrice de la mine
Date d'inscription : 24/10/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Active
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Dim 30 Aoû - 4:52

"Seulement lorsque j'aurais placée une balle entre tes deux yeux..."

Alexis secoua négativement la tête à cette réponse, allant jusqu'à l'accompagner d'un petit "Tt tt tt" de la langue marquant sa désapprobation. Elle se rapprocha de la vampire avant de se pencher vers elle.

-Chérie, je vais mettre ça sur le compte de la douleur et de la colère, mais il serait temps que tu te rende compte que tout ça -elle lui appuya un doigt sur le bras- est uniquement de ta responsabilité...

Responsabilité, pas faute. Peut-être parce que c'était un peu trop accusateur, un peu trop définitif. Et dans ce cas là, pourquoi la garder et ne pas l'avoir livrée ou mise définitivement hors d'état de nuire? Non responsabilité c'était bien, parce que c'était le cas.
Elle se mit à énumérer un peu satirique sur un ton faussement attristé, comme si elle avait été blessée par les paroles de la tueuse après tout ce qu'elle avait fait pour elle:

-Vois-tu, tu -enfin toi et ta bande- n'auriez pas tenté de vouloir m'assassiner, vous ne vous seriez pas retrouver en mauvaise posture et toi sans alliés, tu n'aurais pas eu la tempe explosée, reçu quelques baffes, je ne t'aurai pas craché de l'eau bénite à la figure, ton genou n'aurait pas été réduit en compote, ton bras n'aurais pas été déboîté... Tu as saisis le concept ou je continue?, termina-t-elle d'une voix devenue plus raffermie.

Elle reprit:

-Tu m'a attaquée, je me suis défendue, on s'est bien bastonnée, je t'ai battue, on est quitte. Fin de la partie. Alors ne fais pas la mauvaise perdante, tu n'es pas en position de le faire. Au contraire, tu semblais encline au dialogue, ce qui, je l'avoue, joue en ta faveur. Parce que si tu refuse de discuter, ou du moins d'écouter, j'éviterai de perdre plus en avant mon temps et accepterai de m'être trompée à ton sujet sans broncher. Ce qui ne te serait pas très bénéfique pour toi, on en convient, n'est-ce pas?

-Vois-tu, on peux faire simple, je te donne quelque chose, tu me donne quelque chose, je te demande quelque chose, tu me répond quelque chose. Si tu ne me donne rien, je ferai en sorte de prendre quand même. Alors on va commencer facile et en douceur, en passant l'inutile et le gnian-gnian: Pourquoi?

Elle ne précisa pas "pourquoi" quoi même si elle ne voulait évidemment pas parler du motif de son assassinat, qu'elle trouvait fort stupide comme sujet pour l'instant et assez élémentaire. Elles auraient tout le temps d'y revenir plus tard.
Non ce qu'elle voulait savoir c'était tous les autres pourquoi. Qu'est-ce qui l'avait conduite à ce qu'elle était aujourd'hui par exemple, où pourquoi elle et pas une autre? Pourquoi faisait-elle tout ça? Ou encore pour quelle raison Alexis devrait-elle la laisser en vie, la croire ou l'aider et la soigner? Pourquoi ... Pour quoi?

La liste était longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaïa Healey
Loup sauvage et solitaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 34
Age : 25
Date d'inscription : 16/06/2009

Feuille de personnage
Statut du joueur: Innactif
Position du personnage: Résistante violente

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   Jeu 10 Déc - 0:58

    Elle parlait beaucoup…Elle parlait beaucoup trop. Gaïa continuait de la fusiller du regard, le visage marqué par l’aversion profonde qu’elle éprouvait à son égard. Elle avait beau essayer de sourire, ultime rempart contre cette vulnérabilité qu’elle exécrait tant, elle n’y parvenait pas, profondément agacée et blessée par les mots de sa rivale qui ne faisait qu’enfoncer le couteau dans une plaie déjà ouverte. Sa mission était un échec total…certes, mais avait-elle besoin de la rappeler ? Sa fierté en faisait les frais, et ô combien douloureux… Les yeux levés vers sa cible, toujours prisonnière de ces satanées menottes, la jeune femme ne pouvait que dévorer du regard cette garce qui la tenait captive, fulminant et rongé par une haine rarement vue.

    Silencieuse, elle observait, et écoutait, tout en faisait mine de n’accorder que peu d’importance au venin que lui crachait son adversaire. Tout en passant sa langue le long de sa dentition, vérifiant qu’il lui restait bien l’ensemble de ses dents, elle ne semblait pas vouloir quitter des yeux son interlocutrice, comme un fauve en cage, qui, immédiatement lâché, n’hésiterait pas une seconde à se jeter sur sa proie et l’écorcher vif.


    « …Pourquoi ? »

    La tueuse plissa légèrement les yeux, interpellée par la question qui lui était adressée…Avait-elle besoin de le savoir ? Non. Puis, tout en esquissant un léger sourire en coin, malsain et aux intentions criminelle, premier rictus qu’elle parvenait à lâcher depuis que sa tortionnaire avait entamé son long monologue, une longue et terrible tirade qui n’avait fait que ranimer chez Gaïa cette flamme, ces passions réprimées qui étaient en mesure à elles seules de la pousser à l’acte le plus noire et le plus terrible qui soit.
    Alors, doucement, sans ciller, une pointe de folie animant son visage meurtri et macabre, la jeune femme rapprocha son visage comme elle pu de celui d’Alexis, un nouvel affront qui ne faisait que confirmer ce qui se savait déjà : elle ne se soumettrait à son autorité.


    « Pourquoi… ? » Elle s’arrêta, tout en lâchant un petit rire nerveux… « Mais pour ce que vous nous avez volé… »Elle se tut une fois de plus et termina alors, dans un murmure, comme un secret, un mot qu’on oserait à peine prononcer « …La liberté … ! » Elle s’affala ensuite contre le mur duquel elle avait tenté de se décoller dans le seul et unique but de rapprocher son visage le plus près possible de celui de l’humaine ; et, affichant toujours un faible sourire, toujours plus licencieux et s’assimilant vaguement à celui d’une aliénée, poursuivit, sur un ton plus frivole, combattant autrement la situation qui ne se voulait guère en sa faveur.

    « Vous vous attendiez à quoi ? Après nous avoir traités comme des animaux, toutes ces années, nous avoir enfermés, utilisés… » Elle s’interrompit un instant, prise de nausée, pour reprendre « Ce n’était qu’une question de temps avant que nous réclamions « réparation » .»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse est ouverte...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse est ouverte...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» La chasse est ouverte... YATA!!!!!! [PV Sybille]
» [capture de familier] La chasse est ouverte !
» [Rp combat] Damaz vs Jerenn; chat ailé vs fantôme armé... la chasse est ouverte !
» La chasse est ouverte (PV All Hunters)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: RP :: Aux alentours :: Muileata :: Le bureau du personnel :: Bureau du directeur-
Sauter vers: