Muileata : Diamond Mine


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mü El'Katram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mü El'Katram
Un fragile pétale de Cerisier
avatar

Nombre de messages : 2114
Maître/Esclave de : Aedan O'Reilly
Végétal / Pouvoir : Cerisier Japonais
Métier : Chouchouteur d'Yrïa, possessif de Maïtre O'Reilly
Date d'inscription : 19/09/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur: Actif
Position du personnage: Neutre

MessageSujet: Mü El'Katram   Jeu 20 Sep - 22:57

Nom : El’Katram Sois disant nom de son père…
Prénom : Mü Oui oui comme le peuple de Mû….
Sexe : Masculin
Age : 19 ans
Végétal assigné à la naissance : Cerisier Japonais

Sexualité : Vu que le nombre de personnes qu’il connaît se résume a une dizaine on ne peut pas dire qu’il et fait un choix ou y est réellement pensée.
Lieu de naissance : D’après ce qu’on lui a toujours dit chez un maître…
Comportement avec son maître : Mü sera sûrement du genre a changer de comportement pour un oui pour un non. Il sera calme et obéissant mais ne se privera pas de refuser certaine chose a ses risques et périls, soit parce qu’il ne veut pas soit parce qu’il est tout simplement dans un mode de contradiction. Mais on peut pas vraiment prévoir a l’avance ses réactions…

Description physique :
Ni grand, ni petit, il se trouve a peu prés dans la petite moyenne. Son allure générale apparaît tout en finesse, des hanches étroites, une taille fine, de long bras et jambes d’un blanc laiteux mais un visage adorable en rondeur enfantine.
Son petit droit pique légèrement vers le haut, ses lèvres sont pale mais toujours un peu rougie à cause de sa tendance à se les mordiller quand il est nerveux ou qu’il vient de faire une bêtise… Ses traits sont élégants et raffinés quoiqu’un chouya trop arrondit mais faisant son charme…
Ses pommettes son haute et le tour de son visage tout en rondeur lui donne l’allure d’un petit enfant.
Deux grands yeux illuminent son visage, deux grands yeux en amande d’une douce couleur mauve aux teintes rosées pétillantes de vie et de curiosité qui deviennent déroutant quand ils se retrouvent soudainement vide…
Des cheveux blonds cendrés dégringolent sur sa nuque et devant son visage, dans une joyeuse folie encore jamais maîtrisée.
Les expressions de son visage sont toujours curieuses et rempli d’une pureté insolente, il faut dire qu’il ne connaît rien à la vraie vie et que la première impression qu’il donne est celle d’un enfant découvrant la vie.
L’autre particularité qu’il possède avec ses yeux sont ses ongles qui naturellement se colorent de mauve…

Coté vestimentaire on peut dire qu’il apprécie un peu tout, n’ayant aucune notion de la mode il s’habille comme çà l’enchante, toujours un peu extravagant mais toujours élégamment. La seule chose qui ne change jamais c’est un grand les épaules, autour du coup, bref il n’est très jamais loin de lui…

Pour conclure il a une bouille ronde, un visage innocent et est tous ce qu’il y a de plus pur…



Description psychologique :
Tout d’abord il faut savoir qu’il a vécu isolé du reste du monde que son niveaux social se résume a une dizaine de personnes et que sa vie a était un petit paradis.

N’ayant vraiment rien connu il est d’une innocente très forte et aussi très naïf. En le voyant agir et regarder les chose autour de lui on a envi de tout lui expliqué comme a un petit enfant, on a l’impression qu’il ne comprendrait pas si les chose n’était pas dit simplement, mais c’est tout faux, il comprend vite et n’est absolument pas attardé juste qu’il ne connaît pas beaucoup de chose…

Curieux, d’une curiosité maladive il faut qu’il fourre son nez partout, il a besoin de comprendre, de voir, de saisir… Il n’aime pas être dans l’ignorance mais même son histoire en compte énormément…
Il et complètement innocent il ne connais rien des horreur ou n’importe quoi d’autre…

Mü a un énorme besoin d’affection et de ce qu’il nomme « papouille » sinon il peut facilement déprimer…
En fait c’est simple pour qu’il soit raison il y a trois choses a remplir, un il faut qu’il puisse être a l’extérieur, deux qu’il est de l’indépendance, des papouilles, matin, midi et soir.

Ayant toujours était « indépendant » et « maître de sa vie » il peut facilement devenir buté et quand il décide de ne pas faire quelques choses il ne le fait pas…point barre…

Et aussi il incroyablement maladroit, il est capable de se cogner trois fois dans deux secondes chronos et pour se rajouter a çà, maniaque, il ne supporte pas qu’une chose ne soit pas a sa place, qu’un tableau soit d’une demi millimètre de travers et que la moindre chose ne soit pas comme elle doit être….

Histoire :
Alors…Si je remonte au début de mon histoire c’est a mes quatre ans, pas que rien ne me soit arrivé dans cette petite période là mais plus que je n’en est jamais rien su. Amnésie a quatre ans a peine, comment je me suis fait çà ? Aucune idée… D’après Mr Brosky je suis tombé dans les escaliers, mais peut-on se faire une blessure pareille en tombant dans un escalier de quatre marches ? J’en sais rien mais çà semble être le cas pour moi… A croire que ma maladresse date de ce temps là…

Ha ! Mr Brosky ! Mr Brosky c’est mon ancien maître, enfin je dis maître mais je dois avouer que j’ai appris son statut vis-à-vis de moi il y a seulement un an… Pour moi çà a toujours était Mr Brosky et après çà n’a jamais changé…

Mes parents, connais pas. Selon Mr Brosky j’étais chez lui depuis un an déjà avant mon accident, mes parents m’avaient laissé chez lui pour une raison assez flou, enfin des raisons car chaque années, chaque fois que je reposé ma question, il me sortait des raisons différentes mais a chaque fois elles étaient facile a assimilé, sûrement qu’il les modifiés pour que selon mon état mental je l’accepte sans questions. Donc pour mes parents c’est très obscur mais à mes treize ans je me suis lassé de ressortir cette question à toutes les sauces et pour tout dire, a présent çà m’importe peu…

Mr Brosky possédait une propriété dans la montagne, sa maison était un peu petite mais compensé de très loin par les nombreux hectares qu’il possédait. Il vivait seul c’était un homme d’art, qui vivait par ses peintures qui valaient une fortune. Il n’était pas rare qu’il passe des mois avec moi pour seule compagnie, si on pouvait appeler ma présence une compagnie, j’étais plus du genre a vadrouiller dehors que rester des heures a l’observer peindre…
Dans un terrain dégagé de sa propriétés se trouvait ce a quoi je passais mes journées, un immense cerisier tout droit venu du Japon, toujours d’après Mr Brozt il l’avait planté a mon arrivé pour me faire plaisir, et j’étais heureux de pouvoir m’occuper de ma plante assez rare pour ne pas dire inexistante dans ces lieux.

Ma relation avec Mr Brosky était très spécial, elle n’était pas pére-fils, ni oncle-neveu encore moins amoureuse…Peut-être propriétaire-chat, oui, plutôt çà… Nous n’étions pas particulièrement proche même si j’ai passé toute ma vie avec lui et seulement lui. J’ai toujours vécu un peu indépendamment comme les chats, le jour je disparaissait dans sa propriétés, je revenais que le temps des repas et pour recevoir et donner de l’affection, comme les félins, parfois je faisais une sieste prés de lui au lieu de le faire dehors, je crois que çà lui faisait plaisir…
Parfois il faisait des peintures de moi, il n’en vendait pas beaucoup de celle là et ne voulait pas me les montrer, je les est juste aperçu un jour, juste le temps de me rendre compte que c’était moi et il m’avait sortit de sa pièce… Je n’ais plus eu le droit de rentrer dans la salle… Je n’ai jamais compris, c’était juste des peintures de moi non ?

Enfin bref, j’avais une vie heureuse, insouciante, sans problème, où mon temps se résumait a sautiller dans la foret, grimper dans le cerisier et me faire cajoler par Mr Brosky…mais je ne connaissais rien de ce qui se trouvait en dehors du terrain de Mr Brosky, les rares personnes que je connaissais étais devait être a peu prés au nombre de dix, trois a qui j’avais déjà tenu une discussion de plus de trois mots, et sept a qui çà se résumait a bonjour et au revoir.
Et pourtant je ne me suis jamais intéressais à cet extérieur absolument pas attirant selon ce que j’ai put lire dans les livres…

J’avais a peine 18 ans, si je me souviens bien, quand j’entendit par hasard une discussion de Mr Brosky, si si, bon d’accord…. que j’espionnais une discussion de Mr Brosky…Bah quoi ! C’était tellement rare qu’il aligne plus de cinq mots en parlants à une personne autre que moi…
Donc ce jour là je compris plein de chose, même si je m’étais jamais questionné dessus en réalité… sauf sur une petite partie peut-être.
Moi ? Esclave ? Meuh non je ne suis pas traité comme çà… Et Mr Brosky mon maître ? Pfffuuu…
Pourquoi il m’a acheté alors qu’il n’a pas de vampire ? Hein ? Acheté ? Vampire ? Où est le rapport entre moi et les vampires ? Et il m’aurait acheté ? J’aurais étais vendu ? Bizarre…
Pour ses peintures. Ha ? Ben oui parfois il me peint. Il aime bien les cerisiers ? Oui çà je sais… Mais l’arbre dans le terrains et c’est MON arbre je rappelle… Il trouve de l’inspiration en moi. Ha bon ? Chouette !

Un peu beaucoup confus par tout ce que je venais d’apprendre j’arrêtais d’écouter et partis me réfugier dans mon arbre qui en ce jour était en fleur… Je n’entendit pas l’invité dire a Mr Brosky que si il ne réglé pas ses dettes il allait avoir des ennuis.
Je n’en parlais jamais à mon maître. Déjà j’avais beaucoup trop de mal à saisir la réelle relation qui lié Mr Brosky et moi-même et puis je n’avais pas envi de lui en parler tout simplement.

Un an plus tard rien n’avait changé, notre routine qui durait de plus de seize ans continuait sans faiblir. A part que le monsieur qui venait chercher les toiles à vendre revenait de moins en moins souvent ou repartait avec moins de toile…mais je m’en préoccupais pas…

Mais un jour Mr Brosky m’empêcha d’allait me promener et me cajola plus que d’habitude. Et d’un coup sans prévenir, sans avant-garde il me sortit « Mü je vais te vendre. ». J’ai crus que j’allais avoir une crise cardiaque, mon maître n’avait pas de tac, certes, mais là…
Et aussi car je n’avais jamais imaginé cette possibilité… J’ai bredouillé un tas de chose incompréhensible et il m’expliqua calmement qu’il était trop endetté et qu’il était obligé de me vendre, qu’il était mon maître et moi son esclave… Je me souviens avoir tenté de le raisonner de toutes les manières possibles. Pourquoi ne pas vendre la maison ? Il l’avait déjà vendu et il allait devoir partir… Pourquoi ne pas le garder avec lui alors ? Parce que même la vente de sa propriété n’était ne comblé pas le dettes et que les gens a qui il devait de l’argent était beaucoup trop puissant pour qu’il attende plus longtemps…
Je n’ai pas compris le résonnement de Mr Brosky, ni comment ses dettes pouvaient être si grande…Encore des mensonges j’en étais certain…

Il me cajola encore un petit moment pendant que je le suppliais de me dire la vérité… Car après tout je l’aimais beaucoup Mr Brosky et puis je ne voulais pas être réellement un esclave, je ne voulais pas sortir de cette vie qui me plaisait, je ne voulais pas laisser mon arbre, je ne voulais pas affronter l’extérieur…
Mr Brosky allait m’expliquer quelques choses au sujet des vampires quand on sonna a la porte, il m’entraîna dans l’entré et ouvrit aux personnes sur le proche. Je ne les avais jamais vu, un d’eux me saisi par le menton et m’observa sous toute les coutures… Il sembla être satisfait et m’arracha de la main de mon maître pour m’envoyer dans les bras d’un homme qui m’attrapa avec une étrange délicatesse comme pour ne pas me blesser… Immédiatement on m’entraîna dans une camionnette et la dernière chose que je vis c’est Mr Brosky murmurant un pardon. Puis on m’enferma dans une cage à l’arrière.
Un bruit sourd me provint de l’extérieur puis la voix gutturales des hommes, a coté de ma cage ils se mirent a entassé des toiles, les toiles de Mr Brosky des toiles qu’il ne vendrait jamais même dans la pire des conditions…
Je ne comprenais rien, j’étais comme une poupée qu’on venait d’échanger.
Quand la camionnette s’ébranla il y avait deux hommes à l’arrière avec moi, je leur jetais un regard apeuré et perdu tout en leur demandant d’une petite voix qu’est ce qui était arrivé à Mr Brosky, ils ne firent rien pour me rassurer ou pour me répondre. La camionnette fit un petit saut en passant dans un trou, je me recroquevillais dans un coin, inquiet et totalement perdu. Mon regard vide s’encra devant moi… Je ne comprenais toujours pas ce que venait de se passer… Je n’avais toujours pas la réponse à tous les mensonges de Mr Brosky et je ne els aurais sûrement jamais….

Rang : Un fragile pétale de Cerisier…


Comment avez-vous connu le forum ? Sur un top site…lequel ? m’en souviens plus - -‘ désooooolé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte Fondateur



Masculin Nombre de messages : 776
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de personnage
Statut du joueur:
Position du personnage:

MessageSujet: Re: Mü El'Katram   Jeu 20 Sep - 23:08

Bienvenu, fiche validée

Comme je le dis à chaque nouveau falmari, nous sommes en manque de maîtres...

Tu peux commencer à jouer à l'elevage, il y a d'autres falmaris sans maître... a moins que tu n'ai prévu un jeu avec quelqu'un, au quel cas, bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mü El'Katram
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Muileata : Diamond Mine :: Hors-RP Officiel :: Présentations :: Présentations des falmaris :: Présentations validées-
Sauter vers: